Interview de Fangtasia du blog Truebloodaddict

 

Image

Alors, j’ai eu la chance de faire une interview pour le blog Lire en nuisette…Si vous voulez en savoir un peu plus sur moi, je vous laisse lire l’article  ici.

Bonne lecture! 😀

Publicités

Entretien avec l’auteure Cassandra O’Donnell

Cassandra O’Donnell, auteure de la saga “Rebecca Kean “parut aux Editions j’ai lu, a eu la gentillesse de répondre aux questions de True Blood addict.

 Image

1/Est-ce que tu peux te présenter rapidement pour les lecteurs potentiels quine te connaîtraient pas encore ?

Je m’appelle cassandra, je suis l’auteure de la série d’urban Fantasy Rebecca Kean, une saga dont le premier tome « traquée », a été édité chez j’ai lu il y a un peu plus d’un an…

 2/Comment est née chez toi l’envie d’écrire un roman?

J’ai toujours écrit (principalement des dialogues) mais c’est lorsque j’ai décidé de lever un peu le pied dans ma vie professionnelle et de prendre du temps avec mes enfants que m’est venue l’idée d’écrire un roman d’urban fantasy, un genre que j’affectionne particulièrement….

 3/Qu’est-ce qui t’a décidée à sauter le pas d’être publiée?

J’avais déjà été publiée auparavant mais avant de confier le manuscrit de « traquée » à un éditeur, je voulais avoir l’avis de plusieurs lectrices expérimentées. J’ai donc demandé à Sabrina (vampires et sorcières), Evey (actu ya) et Aymeline (bit lit.net) de me donner leur point de vue. C’est ce qui m’a motivé.

 4/Comment s’est passé la recherche d’un éditeur ?

Plutôt facilement…en réalité, j’avais demandé à Florence lottin de chez j’ai lu de corriger mon manuscrit avant que je ne l’envoie à des éditeurs spécialisés…j’ai lu n’éditait que des des auteurs d’urban fantasy connus, étrangers et en petite quantité, je ne pensais pas qu’elle se proposerait de le publier, ça a été une très grande surprise pour moi…

 5/Parle-nous de ton livre. De son univers, de ses personnages.

Mon univers ou plutôt celui de mon héroïne , est relativement violent, noir et sanglant. Rebecca est une sorcière de guerre condamnée à mort par son clan. Elle a fui la France alors qu’elle était enceinte à l’age de seize ans et a dû survivre à la guerre qui opposait depuis des siècles les vampires et les démons au reste des créatures surnaturelles. Contrairement à la plupart des héroïnes, Rebecca est une tueuse sans pitié, elle ne cherche pas à protéger les humains et n’éprouve jamais aucun remords après avoir ôté la vie…elle n’est pas humaine, la notion judéo chrétienne du bien et du mal n’existe pas pour elle…ce qui la rend parfois dérangeante. …en tant qu’auteure, je ne voulais pas d’un personnage lisse et tourmenté, de la sempiternelle jeune femme qui d’épreuves en épreuves s’endurcit tout en se posant des milliers de questions Je voulais une héroïne à la fois plus simple (elle est terriblement expéditive) et plus complexe (dont on a parfois un peu de mal à comprendre les réactions) . En ce qui concerne la série en elle même et parce que je suis avant tout une enfant de la fantasy, Rebecca Kean va devoir affronter un destin exceptionnel où chacun des personnages qui l’entoure (ses amies, sa fille, l’homme qu’elle aime ) va jouer un rôle primordial et décisif pour l’avenir du monde tel qu’on le connait…

 6/Si tu étais un personnage de ton roman, lequel serais-tu? Et pourquoi?

Je serais Martha, la femme de Gordon. Une louve très protectrice et qui possède un grand sens de la famille et de l’amitié..

 7/Tes personnages sont -ils totalement sorti de ton imagination ou tu te bases sur des personnages réels?

Les deux. En réalité, il m’arrive de m’inspirer de personnes réelles pour construire mes personnages..ainsi j’ai piqué chez mon mari plusieurs traits pour Bruce (son goût pour la cuisine, sa patience, etc…)

 8/As-tu de nouveaux projets en ce moment?

Oui. Mais c’est un secret…

 9/Pourquoi avoir choisi ce genre ?

Parce que j’ai toujours préféré le merveilleux au réel…

 10/Pour tes écrits, où cherches-tu ton inspiration ?

En réalité, je ne sais pas trop…j’imagine que je suis comme tous les auteurs,imprégnée de tous les livres, films, peintures, personnes, croisés dans ma vie…je rêve en permanence…

 11/As-tu des habitudes qui t’aide à écrire?

J’écris tous les jours sur un canapé dans mon salon, une bouteille de coca zero à mes pieds….j’ai besoin d’écrire au même endroit, chez moi…même si les enfants courent partout et que j’ai parfois envie d’hurler…

 12/En tant qu’auteure, tu aurais aimé écrire quel roman ?

Pas un roman…mais une pièce de théâtre : Hamlet …

 13/D’ailleurs, es-tu en premier lieu une lectrice ou as-tu toujours été auteure ?

En réalité les deux. J’ai toujours été auteure et lectrice. J’écris depuis l’enfance…

 14/Quel(s) conseil(s) voudrais-tu donner aux auteurs débutants ?

Pfff…je ne me sens pas très bien placée pour donner des conseils à qui que ce soit…

 15/Quel métier tu rêvais de faire étant enfant ?

Pilote de chasse…(à l’époque, c’était encore réservé aux hommes, les femmes ne pilotaient que les avions cargo)

 16/Tu lis quoi en ce moment ?

Plusieurs livres en même temps…le dernier en date est Nephyr, le livre d’une jeune auteure française qui va sortir en 2013 chez j’ai lu…

Merci à Cassandra.

Page facebook du roman, ma chronique du T1 & T 2

La chronique du roman « Côté face Tome 2 : Noces de lune » de Anne Denier

Image

Il n’était plus. Ainsi il y avait bien une fin à cette histoire. Trois cents ans de souvenirs se bousculèrent dans ma tête, des ruelles de Prague aux salons de Berlin, dans la douleur et les regrets. Je l’ai tant aimé. Nous nous sommes tant déchirés.

Il est sorti le 2 mai 2012 en auto-éditions, 548 pages, 19,00€ (version papier) et 5 € (version ebook)

Mon avis:

Tout a une fin,

Tout s’use,

Rien n’est éternel…

La plume de Anne Denier est harmonieuse, fluide avec un style descriptif agréable qui nous permet de nous immerger dans l’histoire avec facilité. L’auteure a su créer à travers ses mots une atmosphère étouffante et angoissante. L’intrigue est agilement construite eta une bonne dynamique avec ses chapitres courts et son alternance d’époques. Néanmoins, les changements entre passé et présent sont très fréquents et dans une narration non linéaire (année 1735, 1911, 1745, présent…) pour un souci d’efficacité. Malheureusement, cela peut perturber et dérouter le lecteur et peut donner  une lecture moins limpide. Pendant celle-ci et de ce fait, on a dû essayer de mettre en ordre le déroulement des actions pour bien tout cerner et ainsi  capturer toute la subtilité des personnages et de leur histoire.

Pourtant, cela ne nous a pas empêchés d’être happés par cette romance tragique. Par ailleurs, on sent à travers le récit que Anne Denier a fait de nombreuses recherches sur le monde de l’Alchimie, on retrouve un vocabulaire précis et appartenant à celui-ci, ce qui rend le livre convaincant. On a apprécié également les différents extraits d’ouvrages d’écrivains et de poètes tels que : Lord Byron, Marceline Desbordes-Valmore ou encore Jules Barbey d’Averlly. Ils nous permettent de mieux assimiler l’état de nos héros.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont beaucoup plus développés psychologiquement, ils en deviennent plus touchants. On suit Clara dans les méandres de son passé mélancolique. On saisit davantage cet amour destructeur qui est traversé par le désir, la manipulation, l’espoir, la souffrance et la mort. Dans ce deuxième opus, l’auteure nous fournit les réponses à nos questions qui étaient en suspens à la fin de « Côté Face ». Anne Denier nous apporte les explications du commencement du jeu du chat et de la souris qui va poursuivre Clara et Côme toute leur existence. L’auteure à travers son livre nous fait apercevoir ce qu’il y a de pire chez l’être humain quand l’amour frôle avec la folie. C’est effrayant, émouvant et dérangeant.

Pour conclure :

« Noces de Lune » est une belle romance tragique sombre et intense où certaines règles peuvent être fatales. Un roman avec une touche de fantastique où se mêlent avec délicatesse et violence : la haine, la cruauté, l’amour et la passion. « Noces de Lune » est plaisant, malgré le petit bémol cité plus haut, et l’on a apprécié notre voyage à travers la magnifique ville de Prague. Si vous avez aimé « Côté Face », vous aimerez ce second tome. 

 

La chronique sur « LA CITE DES TENEBRES, T3 :LE MIROIR MORTEL » de Cassandra CLARE

 

Image

 

La lutte entre le bien et le mal se poursuit. Valentin rassemble son armée pour éradiquer la lignée des Chasseurs d’Ombres. Clary se rend dans la Cité de Verre afin de sauver sa mère et découvrir son passé.

Au cours de sa quête, elle rencontre Sébastien, un garçon énigmatique. Avec lui, elle comprend que le seul moyen d’arrêter la fureur de Valentin est de former une alliance entre Chasseurs d’Ombres et Créatures Obscures. Clary saura t elle maîtriser ses nouveaux pouvoirs à temps pour cet ultime affrontement ?

Il est sorti le 1 Mars 2012 aux editions pocket jeunesse, 606 pages, 18,15€

Mon avis:

Après des avis mitigés pour les deux premiers volets de cette série, celui-ci se distingue enfin. C’est sans conteste, le meilleur des 3. La tension et l’action sont presque omniprésentes durant tout le roman et les différentes intrigues avancent enfin. De plus, l’accent est plus mis sur le sujet de fond : le racisme, l’incompréhension et la peur qu’engendre la différence. C’est intéressant.
On rentre rapidement dans l’action. Les Lightwood et Simon sont attaqués par une bande de damnés alors qu’ils s’apprêtaient à passer un portail pour se rendre à Idris, le pays des chasseurs d’ombres. Bien sûr, Valentin aussi est à Idris. Il ne lui manque plus que le dernier instrument mortel pour pouvoir accomplir son sinistre rituel. La dernière bataille se prépare. Il y a peu de temps mort entre les combats, les retrouvailles et les révélations. Par ailleurs, on retrouve l’humour du premier et c’est bien agréable.

En ce qui concerne les héros, j’ai eu beaucoup de mal avec Clary. Elle se comporte, particulièrement dans ce tome, comme une sale gamine égoïste, entêtée et qui fonce tête baissée sans jamais n’écouter personne. Jace, pour sa part, reprend du poil de la bête. Même s’il n’est plus le garçon sûr de lui et frondeur du tome1, il retrouve une certaine maitrise de lui-même. Là où je trouve que ça pêche vraiment dans cette trilogie, ce sont dans les personnages secondaires. Ils ne sont pas assez fouillés, développés. C’est dommage, car cela aurait apporté plus de profondeur au récit. Surtout qu’il y avait matière à faire avec Luke, Magnus et Isabelle. Ils sont sous-exploités. Le personnage de Maia qui avait été (très rapidement) mis en avant dans le tome2 passe ici pratiquement inaperçu.

Je vous parlais de révélations. Elles concernent principalement l’intrigue secondaire, à savoir la filiation de Jace. Malheureusement, si on s’en doutait déjà dans le tome2, c’est ici bourré d’indices tellement gros, que ce n’en sont même plus ! Le moment où Jocelyne confie enfin à Clary son passé est pour cela, plutôt tombé à plat, car j’avais déjà tout deviné. Mais au moins, maintenant on peut passer à autre chose !

La fin pourrait clore la série. Tous les problèmes ont, semble-t-il, été résolus. Je suis d’ailleurs déçue par la grande bataille finale : assez vite expédiée, elle n’a duré que 10 minutes. Et l’épilogue est assez cul-cul. Cependant, l’éditeur a eu la bonne idée d’inclure à la fin du roman le premier chapitre du tome suivant, ce qui relance l’intrigue.

écrit par Zina