La chronique du roman « Liaison à durée déterminée » de Jennifer Probst

618FYWrBliL._SL1051_

Le millionnaire Nicholas Ryan doit se marier s’il veut hériter de la société de son père. Aussi, en apprenant que la meilleure amie de sa soeur, Alexa, a des difficultés financières, il lui propose de se marier pour un an et en contrepartie il remboursera ses dettes. Cependant, Alexa n’est plus l’enfant détestable qu’il connaissait, bien au contraire…

Il est sorti le 14 mai 2014 aux Editions J’ai lu, 13€.

Mon avis:

Nicholas Ryan est un architecte millionnaire. Pour lui, famille, amour éternel et mariage ne sont qu’illusions, des croyances sans fondement auxquelles il n’accorde aucune importance.

Nick a une fortune à portée de main, mais s’il veut en hériter, il doit impérativement se marier et le rester pendant un an. Mais où trouver cette jeune femme ?

Maggie, sa sœur, a la solution. Son amie d’enfance Alexa.

Seulement, treize ans plutôt lors d’un baiser échangé entre Alexa et Nick, ce dernier lui a brisé le cœur. Depuis, elle s’est juré de ne plus laisser un homme l’humilier. Toutefois, Alexa a besoin d’argent pour sauver le domaine familial. De ce fait, elle n’a d’autre choix que d’accepter cette mascarade. Un accord commercial d’une durée de douze mois entre deux vieux amis.

Mais, rien n’est aussi facile que ça, surtout quand les sentiments et la passion interfèrent avec ce qui est censé être un simple mariage de convenance.

Le style de Jennifer Probst est agréable et fluide avec un rythme assez soutenu accompagné d’une ambiance légère, sexy et électrique à la fois. Le scénario est bon et bien mené, même si cela reste prévisible. De plus, j’ai trouvé que parfois c’était un peu répétitif, les transitions un peu abruptes et certains passages trop survolés. J’aurais apprécié plus de détail.

Pour ce qui est des protagonistes, ils sont relativement stéréotypés. Nous avons un homme riche, ténébreux et torturé, qui a des problèmes quand il s’agit d’amour. Et, il y a la jeune femme franche, déterminée et intrépide qui a bon cœur et qui souffre d’un manque de confiance envers la gent masculine.

Ils sont plaisants, peu approfondis, mais ce n’est pas gênant. On a plaisir à suivre leur interaction et leur lutte contre leur attirance et le désir qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. Le duo est amusant et la tension sexuelle est palpable tout au long du récit.

Pour conclure :

« Liaison à durée déterminée » est une comédie romantique torride et drôle. C’est un roman sans prise de tête qui vous fait passer un agréable moment de détente. Je lirais avec plaisir le second opus qui se concentrera sur Maggie.

Une réflexion sur “La chronique du roman « Liaison à durée déterminée » de Jennifer Probst

  1. Cassie 30 juin 2014 / 16:59

    j’aime beaucoup ce genre de livre de temps en temps, celui ci est dans ma liste d’envies 😉

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.