La chronique du roman « Un été dans les Hamptons » de Sarah Morgan

41duRYDtqML

«  Ta vie, c’est un scénario de comédie romantique.  »
Si la situation n’était pas si catastrophique, Felicity éclaterait de rire, tant ces mots lui semblent éloignés de la vérité. Pour elle, tomber nez à nez avec l’homme qui lui a brisé le cœur et constater que, dix ans après, il est toujours aussi sexy et hors de portée relèverait plutôt de son mauvais karma. Ne s’était-elle pas réfugiée dans les Hamptons justement pour lui échapper  ? Mais, maintenant que Seth l’a retrouvée, Felicity sait qu’elle a une décision à prendre  : passer sa vie à fuir ou affronter une fois pour toutes les démons de son passé…

Il est sorti le 4 juillet 2018 aux Editions Harlequin, collection &H.

Mon avis:

Nous retrouvons Fliss qui tient une entreprise de service de promenade pour chiens, les woofs rangers. Elle adore son métier et la ville de New York, jusqu’à ce que son ex-mari commence à travailler à la clinique vétérinaire qu’elle fréquente. Elle n’a pas vu Steh Carlyle depuis dix ans, mais un seul regard et elle sait qu’elle ne l’a pas oublié. Mais elle ne peut pas le revoir, surtout vu la façon dont ils se sont séparés.

Alors quand sa grand-mère, vivant dans les Hamptons, a besoin de son aide pour l’été, cela semble être le moyen idéal pour échapper à son passé… Mais le destin en a décidé autrement.

Le style de Sarah Morgan est toujours aussi prenant et addictif. On est de nouveau transporté dans cette douce romance avec facilité et joie. L’intrigue reste classique, mais elle est très bien menée avec des dialogues pleins d’esprits et intelligents. L’autrice aborde également des thèmes plus sérieux qui donnent un récit émotionnellement fort et complexe. J’ai apprécié le double point de vue, cela nous permet de bien cerner leurs pensées et comprendre leur façon d’agir.

Du côté des protagonistes, j’ai aimé découvrir Fliss. On voit que sous ses airs solides, se cache une jeune femme douce et vulnérable qui a une mauvaise estime d’elle.

Quant à Seth, c’est un homme loyal, aimant et patient. Il connaît Fliss, il sait tout de ses blessures. Et il sait que si elle se sauve dans les Hamptons, c’est parce que malgré le poids des regrets, de la culpabilité et de l’amour sont toujours présents et que cela la terrifie. Mais il l’a laissée partir une fois auparavant, alors aujourd’hui, il en a décidé autrement. Fliss et Seth sont des personnages très touchants et leurs sentiments sont soigneusement explorés et expliqués. J’ai beaucoup aimé aussi la relation de Fliss et de sa grand-mère, elle est très belle.

Pour conclure :

« Un été dans les Hamptons » est une romance de la seconde chance qui vous fera chavirer et qui vous envoûtera. J’ai adoré me plonger dans l’histoire de Fliss et Seth sur fond d’été, de dune et d’océan. C’est un coup de cœur !

Publicités

La chronique du roman « Rendez-vous au Cupcake Café » de Jenny Colgan

9782266281164ORI

Izzy est une fée de la pâtisserie. Elle a passé son enfance dans la boulangerie de son grand-père, et a indéniablement hérité de son talent. Chaque semaine, ses collègues du bureau se régalent de ses cupcakes colorés et autres brownies ultrafondants… 
Lorsqu’elle se fait licencier par son futur ex-petit-ami, Izzy sent grandir en elle une idée folle : et si elle ouvrait son propre cupcake café ? Le projet est un peu risqué, le chemin semé d’embûches, mais lorsqu’elle découvre un magasin à louer dans une ruelle pavée, elle se lance dans l’aventure, et dans une nouvelle vie ! 

Il est sorti le 7 juin 2018 aux Editions Pocket.

Mon avis:

Je n’avais jamais lu de roman de Jenny Colgan malgré l’immense succès qu’elle rencontre en France et en Angleterre. J’ai décidé de me lancer avec cette nouvelle saga,et même si je ne suis pas déçue, je n’ai pas été totalement emballée je dois bien l’avouer.

 

Tout d’abord j’ai eu du mal à me plonger dans l’histoire. J’ai immédiatement bien accroché avec les personnages, et l’histoire m’a immédiatement plu. Toutefois, après la centaine de pages englouties, j’ai eu l’impression que l’intrigue faisait du sur place. Du coup, j’ai lu ce livre de manière épisodique, en intercalant d’autres lectures en même temps. D’ordinaire, je déteste faire cela, mais là, j’en ai vraiment eu besoin. En effet, je trouve que le récit souffre de trop de longueurs. À mon sens il aurait mérité d’être allégé d’une centaine de pages environ (disons que moi, je l’ai senti passé le gros pavé de 544 pages !).

 

Malheureusement le personnage d’Izzy a fini par m’énerver. Au départ ça allait bien, je la trouvait touchante, surtout dans ces moments avec son grand père. Puis au fil des chapitres on se retrouve avec une héroïne tantôt attachante, tantôt énervante. C’est une sacrée nunuche par moments. Certes Izzy évolue au fil des pages mais tout est gâché par son retour vers certaines personnes. J’ai vraiment eu envie de la baffer pour ce coup là. 

 

Les personnages secondaires sont, pour la plupart, adorables, comme Héléna, Pearl, Austin, ou le grand-père d’Izzy… J’ai juste eu du mal avec Caroline, qui n’est pas forcément méchante mais que j’ai trouvée trop hautaine, même si elle tente de faire amende honorable vers la fin du livre.

Il y a des personnages secondaires qu’on prend plaisir à détester, comme les « copines » de Caroline ainsi que le beau et trop pédant Graeme. 

 

J’ai également grandement apprécié les relations que nous dépeint l’auteure. Le trio formé par Izzy, Pearl et Helena, est particulièrement touchant. J’ai beaucoup aimé cette forte amitié qui se met en place doucement. On voit les liens se former entre elles, la confiance se développer. Je pourrais même ajouter Caroline à ce trio, surtout vers la fin. Elles forment des pilliers essentiels à leurs vies. 

 

Pour conclure, « Rendez-vous au Cupcake café » n’a pas été le coup de coeur que j’espérais, mais j’ai tout de même passé un bon moment de lecture dans l’ensemble. Je pense lire la suite, maintenant que les relations sont bien mises en place et que la fin annonce de nouvelles aventures.

Je possède également dans ma pile à lire son autre série, « La petite boulangerie », dont j’ai entendu beaucoup de bien.

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « Comment tomber amoureuse d’un homme qui vit dans un buisson » de Emmy Abrahamson

51OmlvTgepL

Vienne : ville admirée pour Mozart, la valse et les pâtisseries ; moins admirée par Julia, une jeune Suédoise abandonnée par un fiancé quelque peu versatile. 
Julia passe ses journées à enseigner l’anglais aux Autrichiens au chômage et ses soirées à regarder Netflix en compagnie de son chat. Sa vie ne ressemble guère à un conte de fées mais, optimiste en toutes circonstances, Julia continue à penser que le meilleur reste à venir. Le 
meilleur, ce sera écrire un jour un chef-d’oeuvre littéraire et devenir copine avec le prix Nobel Elfriede Jelinek. 
En attendant, elle cultive les amitiés précieuses et tente de trouver LE sujet original de son futur roman. Mais un jour, quelqu’un d’original s’assoit à côté de Julia sur un banc. Ben est grand, beau, ténébreux… et aussi incroyablement poilu, vivant pieds nus et sans domicile fixe. 
Même s’il est loin de ressembler au profil type du prince charmant, Julia lui ouvre son coeur. 
Mais son amour ira-t-il jusqu’à oublier que Ben aurait vraiment besoin de prendre une douche ? 

« Comment tomber amoureuse d’un homme qui vit dans un buisson » est sorti 8 mars 2018 chez Fleuve éditions.

Mon avis:
Julia, une trentenaire suédoise , est professeur d’anglais à Vienne depuis 3 ans. Elle nourrit le rêve de devenir un jour écrivain. Julia s’ennuie tellement dans sa vie qu’elle enchaîne les heures de boulot (qu’elle n’aime pas), et les sorties avec une nana qu’elle déteste (mais qui est célibataire comme elle). Un jour elle rencontre Ben sur un banc. C’est un SDF de 24 ans qui vient du Canada, il va de pays en pays, de ville en ville. Elle le trouve beau, même s’il « pue le rat crevé » comme elle dit. Le lendemain, elle accepte de le revoir, et ainsi commence leur histoire.

Le résumé du roman était prometteur mais l’histoire ne m’a vraiment pas plu. Un peu comme un joli chocolat qui se révèle être fourré à la liqueur : pas du tout à mon goût. De plus, je suis passée à côté de plusieurs références car je ne connais pas les cultures autrichienne et suédoise.
L’héroïne a une vie glauque, vide et triste. Pourtant elle n’a pas attiré ma sympathie, loin de là. Julia a vraiment un caractère pourri, je ne comprends pas pourquoi Ben s’entiche d’elle. Sa rencontre avec Ben ne va pas arranger les choses, ils ont une relation plutôt conflictuelle et qui ne fait pas du tout rêver. Lui se contente de végéter chez elle, il se transforme en gros porc égoïste. Quant à Julia c’est une jeune femme hautaine et peu sympathique. Bref, leur rencontre n’est pas belle, ni romantique, ce n’est pas non plus un coup de foudre. L’histoire n’est pas sentimentale,  c’est juste vraiment bizarre et, par bien des aspects, très déprimant.

En conclusion, je suis restée totalement hermétique à cette histoire. Je m’attendais à une romance originale, portée par des personnages attachants se mettant dans de drôles de situations, mais cela n’a pas du tout été le cas. Je me suis ennuyée tout au long du roman. Dommage. 
Ecrit par Noémie

La chronique du roman « Les Fabuleuses tribulations d’Arthur Pepper » de Phaedra Patrick

81S91GriVML

« Un roman aussi réconfortant qu’une tasse de thé par un après-midi d’hiver. » Kirkus 
« Un conte émouvant sur la redécouverte de quelqu’un qu’on aime. Comment ne pas tomber sous le charme d’Arthur Pepper ? » Lauren Willig, auteur de The Other Daughter. 

Comme tout Anglais qui se respecte, Arthur boit son thé à heure fixe. Mais depuis qu’il a perdu sa femme, rien ne va plus. Il se calfeutre chez lui et essaie d’échapper aux visites de son envahissante voisine, qui, faute de pouvoir le réconforter s’est mis en tête de le nourrir. Lorsqu’il consent enfin à se séparer des affaires de sa défunte épouse, Arthur trouve un bracelet qu’il n’avait jamais vu auparavant. Les charmes suspendus à ce bijou constituent autant d’énigmes qui lui donnent envie de mener l’enquête. Que sait-il vraiment de celle qui a partagé sa vie pendant plus de quarante ans ? En entreprenant ce fabuleux voyage sur les traces de sa femme, Arthur va au-devant de surprenantes révélations.

Il est sorti le 9 juin 2017 aux Editions Milady.

Mon avis:

Arthur Pepper est un vieil homme de 70 ans, un homme à la vie réglée comme du papier à musique. Le jour de l’anniversaire de la mort de sa femme Miriam, il se décide à se séparer de ses affaires, espérant ainsi aller de l’avant et alléger, si possible, son fardeau. Arthur tombe sur un bracelet qu’il n’a jamais vu au poignet de sa femme, orné de 9 breloques mystérieuses. Sur l’une d’elle, il trouve un numéro de téléphone. Arthur rumine pendant quelques jours, puis se décide à mener l’enquête sur le passé de Miriam. Que va-t-il découvrir sur sa femme avec qui il partageait sa vie depuis 40 ans ?

Le thème du deuil est, selon moi, très bien abordé. C’est triste car grâce à la plume de l’auteur on ressent tout le désarroi de son personnage, mais pas au point de se sentir désespéré. Dans son attitude et ses réflexions, Arthur apporte une vraie fraîcheur, et Phaedra Patrick nous offre un roman porteur d’espoir.

De plus, le thème du deuil n’est pas le thème central du récit. Nous suivons avant tout Arthur dans sa enquête et sa soif de vérité. C’est toute une aventure que vit notre personnage, pour notre plus grand plaisir. Certains passages sont abracadabrandestes, mais au fond, ce n’est pas grave. Cela nous fait sourire et nous permet d’avoir des scènes vraiment drôles.

Quelque part, Arthur et son histoire m’ont fait pensé au film d’animation Disney « Là-haut » avec Monsieur Friedricksen.

Les protagonistes de ce roman sont tous très attachants. Cela vient de leur passé et leurs histoires personnelles, mais pas seulement.

S’il était de mon âge, je pourrais dire que je suis tombée amoureuse du personnage d’Arthur. C’est un vieil homme diablement touchant. On le voit évoluer sous nos yeux, passant par des moments de doute, de désespoir, de bonheur, d’interrogation. Arthur apprend qu’il peut être heureux sans Miriam, même si cela ne sera jamais parfait étant donné qu’elle est l’amour de sa vie.

On apprend à connaître Miriam à travers les yeux d’Arthur et tous les personnages du passé de sa femme qu’il rencontre. Cela a été un peu compliqué pour moi de m’attacher à elle, j’ignore si c’est parce qu’elle est un personnage à la fois absent physiquement et omniprésent dans l’esprit des protagonistes de l’histoire.

Quant à Bernadette, la voisine d’Arthur, c’est une femme douce et gentille. Elle est envahissante mais elle a vraiment le coeur sur la main. Bernadette fait preuve d’une grande patience et de compréhension envers Arthur. J’ai également bien aimé son fils, qu’on ne voit certes pas beaucoup mais qui nous offre quelques scènes cocasses en compagnie d’Arthur.

Je n’ai pas envie de vous en dire trop sur les personnages, sur leurs histoires personnelles ou sur l’aventure d’Arthur. Je pense que c’est vraiment quelque chose qu’il faut découvrir soi même.

En conclusion, avec « Les fabuleuses tribulations d’Arthur Pepper » Phaedra Patrick nous offre une histoire émouvante. Arthur est un vieil homme triste qui va découvrir le passé de sa femme Miriam, mais aussi le fait qu’il doit apprendre à vivre et à être heureux sans elle à ses côtés. Quelque part, « Les fabuleuses tribulations d’Arthur Pepper » est un roman feel-good.

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane »de Abby Clements

téléchargement (2)

À Brighton, la vie d’Anna s’organise enfin. Elle est épanouie dans sa vie professionnelle et vient d’acheter un appartement avec son petit-ami. Quant à Imogène, sa globe-trotteuse de sœur, elle vient de poser ses affaires dans un petit coin de paradis thaïlandais pour poursuivre son projet photographique. La mort soudaine de Viviane, leur grand-mère adorée, va bouleverser leur destin. Anna et Imogène héritent de sa boutique de crèmes glacées, située à Brighton. Les deux sœurs relèvent le défi et reprennent ensemble la boutique – véritable lieu de vie, de rencontres et de surprises, qu’elles chérissent. Une chose est sûre… leur été ne sera plus jamais pareil !

Il est sorti le 1 juin 2017 aux Editions Pocket.

Mon avis:

Nous suivons deux sœurs. Imogéne, qui a un besoin insatiable de voyager et qui aimerait faire une exposition de ses photos sous-marines et Anna qui a un emploi agréable et qui vient d’emménager avec son petit ami. Toutes deux ont une vie parfaite jusqu’au jour où leur grand-mère Viviane décède subitement, leur léguant sa boutique de crèmes glacées. À partir de ce moment, beaucoup de choses changeront dans l’existence de nos héroïnes. Elles feront tout pour sauver la boutique de leur grand-mère bien que cela ne s’avérera pas une tâche toujours simple, avec des hauts et des bas personnels comme professionnels. Mais elles relèveront le défi avec détermination et cette expérience leur permettra de se découvrir, d’apprendre que le bonheur est fait de petits riens et que les changements peuvent se révéler être une très bonne chose.

On s’attache facilement à Imogène et Anna. Elles ont des caractères et une vision de la vie différents, mais elles vont se compléter à merveille. Dans son roman, Abby Clements aborde le deuil, l’importance des liens familiaux et le fait de saisir sa chance pour vivre son rêve. Les protagonistes évoluent et leurs personnalités s’affinent au fil des obstacles qu’elles vont devoir surmonter. J’ai aimé ce lien qui les unit envers et contre tout. C’est écrit avec une plume très agréable, on se laisse happer du début à la fin par cette histoire gourmande aux personnages touchants.

Pour conclure :

« La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane » est un roman feel good très plaisant, tout doux, avec un bon rythme. J’ai eu un réel plaisir à suivre les aventures d’Imogène et d’Anna dans le monde des glaces.

À noter qu’à la fin de l’ouvrage vous trouverez cinq recettes de glace à faire vous-même, c’est un petit plus très agréable.  

La chronique du roman « Ni mariée ni enterrée, t3 : Grandir (sans doute) » de Katy Colins

51RlmXkRNnL._SX315_BO1,204,203,200_

«  Après avoir affronté les insectes thaïlandais et le chaos indien, Georgia ne pensait vraiment pas qu’elle ferait la plus terrifiante des découvertes dans le confortable appartement du centre de Manchester qu’elle partage avec Ben, le nouvel homme de sa vie. Une découverte qui prend l’apparence innocente d’une bague – ou plutôt d’un sublime solitaire que Georgia trouve par hasard, bien caché au milieu d’une pile de vêtements. Après un premier échec, est-elle prête à sauter le pas une nouvelle fois  ? Georgia n’a pas le temps de se poser la question  : Ben et elle s’apprêtent à décoller pour deux semaines de soleil, de tourisme et d’aventure au Chili… un cadre de rêve pour une demande en mariage.

Il est sorti le 5 juillet 2017 aux Editions Harlequin, collection &H.

Mon avis:

On retrouve Georgia et Ben qui filent le parfait amour depuis les derniers évènements. Leur agence de voyages est prospère. Ils ont trouvé un certain équilibre même si cela n’est pas toujours facile. Georgia est heureuse et enthousiaste pour l’avenir, d’autant plus qu’on lui propose, avec Ben, de participer à une émission. Cela consiste à suivre plusieurs couples qui vivent et travaillent ensemble dans une série d’épreuves tout en parcourant l’Amérique du Sud. Alors qu’ils étaient excités de partir ensemble, rien ne se passera comme prévu. Cette aventure se révélera difficile, que ce soit sur le plan physique ou émotionnel. Ce voyage leur permettra de découvrir quelques traits de caractère et des secrets qu’ils ne soupçonnaient pas ni chez l’un ni chez l’autre. Mais ne dit-on pas que l’amour est plus fort que tout ?

J’ai adoré cette nouvelle histoire en compagnie de Georgia et Ben. On est facilement embarqué dans ce récit un peu différent des précédents. En plus du côté gaffeur de Georgia, l’humour est bien présent. Ce tome est bien plus profond et il se concentre sur nos deux héros, leurs amis et les relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres. Ils vont mûrir et grandir, même s’ils gardent un grain de folie. De plus, j’ai apprécié que l’auteur nous en dévoile plus sur Ben. Ils sont touchants, on a plaisir à les suivre.

Pour conclure :

« Ni mariée ni enterrée, t3 » est un tome plus riche et plus profond que ces prédécesseurs. C’est plein de surprise, d’émotion et de folie avec des personnages pour qui l’on s’est pris d’affection. J’ai hâte de pouvoir retrouver Georgia en Australie.

La chronique du roman « Ni mariée, ni enterrée, livre 2: revenir (peut-être) » de Katy Colins

51yLhPOT2ML._SX315_BO1,204,203,200_

Depuis qu’elle a tout quitté pour parcourir le monde et soigner son cœur brisé, Georgia Green a trouvé une vocation, rencontré un homme (enfin, peut-être, c’est compliqué) et bâti la vie dont elle avait toujours rêvé. Mais le quotidien d’une brillante femme d’affaires n’est pas forcément celui que l’on croit. Et, pour sauver son agence de voyages, Georgia va une nouvelle fois devoir se lancer à l’aventure. Dans la moiteur indienne, entre le bruit des klaxons et les cours de yoga, elle va découvrir que certaines choses échappent à notre contrôle… et qu’il faut apprendre à l’accepter !
La suite des aventures de notre Bridget Jones en sac à dos, toujours aussi gaffeuse et attachante…

Il est sorti le 14 juin 2017 aux Editions Harlequin, collection &H.

Mon avis:

On retrouve Georgia un an après les derniers évènements du premier opus. Avec Ben elle a ouvert une agence de voyages, « Le club de voyage des cœurs solitaires », qui aide les célibataires à se retrouver en voyageant avec des personnes sur la même longueur d’ondes. Pour faire tourner son agence, elle se jette à corps perdu dans le travail. Georgia aime tout contrôler et elle a du mal à déléguer. Seulement voilà, c’est au détriment de son bien être, de sa vie sociale et amoureuse. De ce fait, Ben s’éloigne d’elle avant qu’ils aient commencé à construire quelque chose ensemble. Cela la contrarie sans compter que leur voyage organisé en Inde ne reçoit que des critiques négatives. Après quelques bouteilles de vin et de rhum, elle décide avec son amie Shelley de se la jouer façon « patron incognito » et d’aller en Inde voir ce qu’il s’y passe. Mais rien ne se déroulera comme prévu, entre évènements inattendus, malentendus et rires…

J’ai adoré ! Le style de Katy Colins est toujours aussi agréable et plein de pep’s. Le rythme est rapide. L’auteur nous plonge avec facilité dans son voyage. L’Inde est décrite avec réalisme, avec ses inégalités sociales, sa culture et ses lieux cultes en passant par Bollywood. On est transporté dans un monde de couleurs, de sons et de parfums aux côtés d’une héroïne qui vivra moult péripéties.

Georgia sera accompagnée de divers personnages. Leurs interactions apporteront de la richesse au récit, des moments légers comme forts, avec une pointe d’humour.

Georgia continuera à évoluer, à apprendre de ses erreurs et enfin remettre de l’ordre dans sa vie.

Pour conclure :

« Ni mariée ni enterrée, livre 2 » est une lecture dépaysante, divertissante et rafraîchissante. C’est une aventure pleine d’émotions dans un territoire magnifique et énigmatique.

Bonne lecture !