La chronique du roman « Ni mariée ni enterrée, livre 1 » de Katy Colins

51e3Qt1iE9L._SY346_
– Se faire plaquer à deux semaines de son mariage : fait.
– Se retrouver au chômage pour avoir préparé ledit mariage sur ses heures de travail : fait.
– Perdre toute dignité après avoir croisé le fiancé volage et la nouvelle femme de sa vie : fait.
 
Ce que Georgia n’a pas fait depuis longtemps, en revanche, c’est se demander ce dont elle a vraiment envie. Et, plus elle y pense, moins la sainte trinité « mariage-maison-maternité » la fait vibrer. Non, ce dont elle rêve depuis toujours, c’est de parcourir le monde. Apprendre une nouvelle langue au sommet du Kilimandjaro, s’ouvrir à la spiritualité auprès d’un moine bouddhiste, goûter des plats aux noms imprononçables… Alors, Georgia fait le grand saut : elle part. Six semaines en Thaïlande. Six semaines pour réaliser ses rêves et se recentrer sur l’essentiel : elle-même.
 
Sauf que, dans les voyages comme dans la vie, rien ne se passe jamais comme prévu – et notre Bridget Jones en sac à dos ne va pas tarder à s’en rendre compte… pour le meilleur et pour le pire.
Il est sorti le 10 mai 2017 aux Editions Harlequin, collection &H.
Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Georgia, une jeune femme de 28 ans. Depuis douze mois, elle organise et prépare son mariage sur le thème « champêtre à l’anglaise ». Il y a deux semaines, son monde s’écroule lorsque son fiancé annule leur mariage. Emmenée en Turquie par son amie Marie, cette dernière lui propose de faire une liste de ce qu’elle a envie de faire et de voir au cours de sa vie. Sans comprendre ce qui lui arrive, Georgia se retrouve avec un sac sur le dos direction la Thaïlande. Mais rien ne se passera comme elle l’avait prévu…

Le style de Katy Colins est très agréable et prenant. Elle nous transporte avec aisance, à l’aide de ses descriptions, dans l’aventure Celle-ci ne sera pas de tout repos pour notre héroïne. C’est bien mené, c’est rythmé et on ne s’ennuie pas une seconde. On suit avec plaisir Georgia, cette femme un peu paumée, crédule, naïve, mais attachante. Grâce à ce voyage elle s’épanouira, repoussera ses limites et fera des rencontres qui auront un impact positif sur sa vie, ses désirs et son attitude. Elle commettra des erreurs, mais Georgia en tirera des leçons et au bout du compte, en ressortira plus forte. Elle reprendra sa vie en main et commencera à être heureuse, tout simplement. Le tout nous est raconté avec beaucoup d’humour et de légèreté.

Pour conclure :

« Ni mariée ni enterrée, livre 1 » est un livre feel-good. C’est divertissant du début à la fin, c’est une lecture d’évasion qui vous donnera envie de partir également. C’est un roman idéal pour l’été. Je le recommande chaudement et j’ai hâte de faire le voyage en Inde avec notre miss catastrophe…

Publicités

La chronique du roman « Les trois sœurs, Tome 3 : Shannon apprivoisée » de Nora Roberts

61x3b-rgmil

Dessinatrice de talent pour une prestigieuse agence de publicité new-yorkaise, Shannon ne vit que pour sa carrière. Jusqu’au jour où sa mère mourante lui révèle la véritable identité de son père. Boule-versée, Shannon part en Irlande à la recherche de ses origines. Elle s’y découvre une nouvelle famille en rencontrant Maggie et Brianna, ses demi-soeurs. Peu à peu, la solitude et le chagrin qu’éprouvait la jeune femme s’apaisent. La citadine qu’elle a toujours été trouvera-t-elle le véritable bonheur dans le comté de Clare ? La présence du troublant Murphy pourrait bien l’en convaincre…

Il est sorti le 6 juillet 2016 aux Editions J’ai lu.

Mon avis:

J’avais adoré « Maggie la rebelle », un peu moins « Douce Brianna » (à cause du personnage masculin). Qu’en est-il de ce troisième et dernier tome « Shannon apprivoisée » ?

J’attendais avec grande impatience cet ultime opus. Tout d’abord parce qu’il introduit un personnage tout nouveau, et ensuite parce que j’espérais une histoire aussi magique que dans le premier tome. Malheureusement, mes désirs n’ont été que partiellement comblés. Si j’ai bien aimé l’intrigue et l’ambiance du roman, je dois avouer que le tout a été un peu « entaché » par l’attitude de Murphy, le héros masculin.

L’ambiance est toujours aussi chaleureuse. Encore une fois, Nora Roberts m’a fait voyager au coeur de l’Irlande, et même si je n’y suis jamais allée, elle n’a fait que renforcer mon envie de m’y rendre. Cette femme a un don pour les descriptions, on s’imagine aisément aux côtés des personnages. 

La touche de fantastique est assez discrète et s’ancre bien dans le récit. Cela m’a un peu surprise au début car dans les deux premiers tomes il n’y en a pas du tout. Mais finalement, j’ai trouvé que ça collait bien à l’ambiance créée par l’auteur.  Le seul regret que j’ai, c’est que cet aspect fantastique sert d’excuse au fait que la relation entre Murphy et Shannon aille trop vite. J’aime les personnages qui apprennent à se connaître, deviennent amis et développent des sentiments profonds à force de se côtoyer. Cela donne une crédibilité en plus, cela nous rapproche des personnages (enfin, je trouve). Là, ce n’est pas le cas. Si Shannon se montre plus sceptique et résiste, Murphy déclare sa flamme presque le jour même de leur rencontre et je trouve ça ridicule…

En revanche, j’ai adoré voir la relation entre les trois soeurs se construire au fil des pages. Elles sont très touchantes toutes les trois et malgré une histoire pas facile, elles parviennent à se relever ensemble. 

J’ai également adoré revoir les couples des tomes précédents. Ils forment tous une équipe soudée, et une famille chaleureuse. Il en va de même pour leurs amis et pour les gens du village.

Mon avis sur les deux personnages principaux est un peu en demi-teinte. Si j’ai beaucoup aimé Shannon, j’ai largement moins apprécié Murphy.

Murphy est un personnage discret dans les deux premiers tomes, mais c’est un homme qui m’intriguait beaucoup. Il avait l’air d’un paysan un peu bourru, mais sous lequel on devine un coeur tendre. Malheureusement, c’est un peu trop tendre, limite guimauve. De plus, j’ai trouvé Murphy vraiment trop offensif, un brin égoïste et pas du tout à l’écoute de Shannon. C’est vraiment une déception pour moi, car j’adore les hommes/personnages comme lui : loyal, un très bon ami, attaché aux traditions…

Quant à Shannon, elle a un caractère qui ressemble un peu à Maggie. C’est une jeune femme indépendante qui ne veut pas se laisser marcher sur les pieds. Shannon est une artiste touchante, un peu perdue et surtout encore anéantie par la perte qu’elle a subie. C’est une jeune femme presque brisée qui arrive dans le comté de Clare, qui va se reconstruire peu à peu et trouver sa voie.

Pour conclure, « Shannon apprivoisée » est un troisième tome sympathique et qui clôture bien la saga, mais, à mon sens, il n’est pas aussi bien que le premier. L’intrigue est plaisante certes, et c’était un réel plaisir de retrouver tous les personnages. Toutefois, le personnage de murphy ne m’a un peu déçue, c’est dommage. J’ai tout de même hâte de lire d’autres romans de Nora Roberts ! Elle est désormais une de mes auteurs chouchou. 

Ecrit par Noémie

jaibloguepourelle

La chronique du roman « Mariages à la campagne » de Katie Fforde

couv23130061

Vous rêvez d’un mariage à l’anglaise : dentelles, cottages romantiques et fleurs à profusion ? Bienvenue dans le délicieux petit village de Chippingford.
Beth et Rachel, deux citadines, viennent de s’y installer. À peine ont-elle rencontré Lindy, que les trois jeunes femmes décident de s’associer pour lancer une entreprise de mariages branchées et pas chers. Leur première mission n’est pas des moindres : organiser le mariage de la sœur de Beth… Tous les habitants du village s’en mêlent, et Cupidon est aussi de la partie !

Il est sorti en mai 2016 aux Editions France Loisirs.

Mon avis:

Voici un roman feel-good que j’ai bien apprécié. On suit l’histoire de trois jeunes femmes (Beth, Rachel et Lindy) qui lors d’une rencontre fortuite se lient rapidement d’amitié. Alors que Beth doit organiser le mariage de sa sœur avec presque rien, les 3 femmes décident de créer leur entreprise, alliant leurs différentes compétences, Mariage Vintage. Le but étant d’organiser des mariages à petits budgets. Dès lors, elles se lancent corps et âme dans cette aventure qui va leur réserver de belles surprises. Chaque jour qui passe renforcera leur amitié naissante, elles apprendront à s’accepter chacune avec leurs défauts et leurs qualités. Il y aura des hauts, des bas, des larmes et des sourires. J’ai apprécié leurs dialogues et la façon dont leur relation se développe. On les voit évoluer, trouver un nouveau but dans leur vie, s’épanouir et trouver le bonheur… ce sont des personnages profondément touchants et humains, on s’attache rapidement à eux. Bien que le scénario reste prévisible et trop idyllique pour être vrai, ça fonctionne. On est facilement embarqué au côté de Beth, Rachel et Lindy dans ce morceau de leur existence que Katie Fforde nous fait partager avec son style très agréable et prenant.

Pour conclure :

« Mariages à la campagne » est un roman tout doux, léger et attendrissant. Il vous fera passer un bon moment de lecture sans prise de tête. C’est un livre idéal pour se détendre pendant les vacances d’été. Katie Fforde a su me divertir et me charmer. À découvrir !

Offre d’adhésion avec en cadeau ce roman. Et, n’hésitez pas à me contacter si vous voulez être parrainer, cela vous fera un cadeau en plus 🙂

La chronique du roman « La bibliothèque des cœurs cabossés »de Katarina Bivald

511L5Gx5TtL

Tout commence par un échange de lettres sur la littérature et la vie entre deux femmes que tout oppose : Sara Lindqvist, jeune Suédoise de vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, et Amy Harris, vieille dame cultivée de Broken Wheel, dans l’Iowa. Lorsque Sara perd son travail de libraire, son amie l’invite à venir passer des vacances chez elle. A son arrivée, une malheureuse surprise l’attend : Amy est décédée. Seule et déboussolée, Sara choisit pourtant de poursuivre son séjour à Broken Wheel et de redonner un souffle à cette communauté attachante et un brin loufoque… grâce aux livres, bien sûr.

Il est sorti le 4 mai 2016 aux Editions J’ai lu.

Mon avis:

Je mentirais si je disais que je n’ai pas apprécié ma lecture, mais il y a tout de même pas mal de points qui m’ont moyennement convaincue. La bibliothèque des cœurs cabossés est une gentille histoire qui manque malheureusement de crédibilité et d’envergure psychologique.

Contrairement à ce que j’ai pu lire dans les avis à droite et à gauche, j’ai trouvé l’écriture maîtrisée, pleine de bon sens et saupoudrée d’un humour agréable. Pour un livre qui parle de livres justement, tout lecteur ne peut que se retrouver dans l’esprit de l’héroïne quand elle évoque la littérature. Les passages à ce sujet sont ceux qui m’ont le plus emportée et ils m’ont fait me questionner sur mon propre rapport à la lecture. Le lecteur est un rêveur né qui se cherche pas mal et il a tendance à vivre au travers des romans qu’il lit sans oser sauter le pas dans sa propre vie de peur d’éprouver un décalage, voire un sentiment d’insipide dans le quotidien. Cette recherche de soi m’a parlé. Une réussite à ce niveau.

J’ai également aimé me promener dans Broken Wheel (la petite ville est une valeur sûre en littérature), les échanges avec Amy que l’on découvrait au compte-gouttes, ce sentiment que le destin a amené le personnage dans cette ville.

Le souci principal que j’ai finalement relevé en refermant le roman se résume à ça : un bel enrobage (d’écriture) pour pas grand-chose concernant l’histoire.

Selon moi, les protagonistes sont mignons, gentillets, mais ils manquent d’intensité et frôlent le stéréotype. C’est dommageable, car la narration leur rend plutôt justice, mais pas les péripéties qu’ils vivent et qui, additionnées, m’ont fait l’effet d’être un panier social clé en main. Entre le père alcoolique, la Bree Van de Kamp, le presque Darcy dont on dit du bien mais que Sara ne cerne jamais vraiment jusqu’à la fin… Ensuite, il faut m’expliquer comment on peut survivre sans réellement travailler dans une ville où les commerces sont voués à la faillite. Il n’y a personne, que des habitués, alors comment un snack et un bar peuvent-ils tenir le coup dans un bled pareil ?

Je maintiens, j’ai aimé les moments où Sara évoque les livres, la vie, certaines scènes avec les habitants de Broken Wheel, mais j’ai peiné avec les soucis personnels de chacun et, ô malheur pour moi qui suis friande de romance, je n’ai pas été convaincue par l’histoire d’amour. Du compliqué de façade qui m’a laissée sceptique quant au revirement…

En conclusion, un roman plaisant qui détend, mais dont il ne faut pas attendre plus. Étonnamment, malgré la fin peu satisfaisante, mais grâce à l’enthousiasme livresque de l’héroïne et aux références connues, un livre qui peut réconcilier avec la lecture en cas de panne.

Ecrit par Julie