Le blog au rythme de l’été !

 

d68d8879c88ccb4cc66869e0d2f4c9f2
source image içi

Et voilà, les grandes vacances sont (enfin) arrivées ! De ce fait, le blog va avoir un rythme réduit. Il y a aura des chroniques, mais moins, et publié de façon erratiques. Je ne suis pas sûr qu’il y aura les articles hebdomadaires et mensuels non plus.

On reprendra un rythme normal en septembre avec la rentrée. En attendant, nous allons profiter de nos familles et nous la couler douce !

Bonnes vacances à tout le monde !

PS : Je serais certainement plus active sur le compte instagram.

fe418f4dc7e88264efebe58b321202a6
source image içi

La chronique du roman « Méfie-toi des étoiles » de Elizabeth Craft et Shea Olsen

81cH0KKeqIL

Elle avait tout prévu, sauf de tomber amoureuse d’une célébrité.

Pas de sorties, pas de soirées ni de bal de promo, et surtout pas de petit ami  : c’était le plan. Le plan parfait qui me garantirait un avenir digne de ce nom, à l’opposé de la vie dissolue que les femmes de ma famille ont toujours menée. Ce n’était pas tous les jours facile à assumer, surtout en cours, mais c’était ce que je voulais et j’allais y arriver. Sauf qu’un soir j’ai rencontré Tate  : le garçon le plus sexy que j’aie jamais vu, et aussi l’une des stars les plus célèbres du moment. Je ne sais pas grand-chose de lui si ce n’est que, quand je suis dans ses bras, le passé et le futur me semblent loin, très loin… 

Il est sorti le 9 mai 2018 aux Editions Harlequin, collection &H.

Mon avis:

Charlotte, 18 ans, a un plan tout tracé. Elle est déterminée à être la première femme de sa famille à aller à l’université. Pour ce faire, elle s’est fait une promesse : pas de petit ami, de bal de promo ou de sorties le samedi soir, pour ne pas reproduire les erreurs des autres femmes de la famille. Mais quand Tate Collins entre dans le magasin où elle travaille, elle commence à tout remettre en question…

Le style d’Elizabeth Craft et Shea Olsen est agréable, prenant et nous fait ressentir de belles émotions. En ce qui concerne la romance, elle est assez clichée et très peu crédible par rapport à l’âge des héros ou de certains principes bancals de l’héroïne. D’autre part, le tout manque de profondeur et de consistance. On reste trop en surface. De plus, une scène se rejoue trois fois, ce qui donne un côté répétitif au roman, c’est dommage.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont plaisants et j’ai eu plaisir à les suivre même s’ils manquent cruellement de développement. J’aurais apprécié le point de vue de Tate, cela aurait apporté un réel plus à l’histoire.

Pour conclure :

« Méfie-toi des étoiles » est une romance young adult divertissante et légère qui vous fera passer quelques heures de lecture agréable, mais qui manque de profondeur et d’épaisseur.

Publicités

La chronique du roman « Les héros, Tome 1 : Le héros des Highlands » de Suzanne Enoch

61K3Undo-lL

Le major Gabriel Forrester a voué sa vie à l’armée. C’est pourquoi il apprend sans grand enthousiasme qu’il est le nouveau duc de Lattimer. Conscient de ses responsabilités, il prend la route des Highlands pour inspecter son domaine et découvre qu’il est géré par une femme ! Comme toute Ecossaise, Fiona Blackstock déteste les Anglais. Elle considère Gabriel comme un usurpateur et défie son autorité. Il faut se débarrasser au plus vite de cette petite frondeuse. Mais ses yeux noirs et son tempérament volcanique embrasent le désir du duc.

Il est sorti le 7 mars 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Alors qu’il est sur le champ de bataille en Espagne, le major Gabriel Forrester reçoit une lettre dans laquelle on l’informe qu’il est désormais duc. Son arrière grand oncle était le duc de Lattimer, propriétaires de deux domaines en Angleterre et un en Écosse. Gabriel est sous le choc, et n’a pas le choix d’assumer son nouveau titre et de commencer à gérer ses domaines. Lorsque le régisseur de Lattimer ne répond pas à ses lettres, Gabriel se décide à se rendre sur place. Notre héros a la surprise de découvrir une femme, sacrément têtue qui plus est, à la tête du domaine. 

Gabriel n’est pas très bien accueilli par les Écossais, qui le voient comme un parasite d’anglais. Les souvenirs de Culloden sont encore trop frais dans les mémoires des highlanders. Au départ, Fiona Blackstock va elle aussi tout faire pour tenter de faire fuir ce diable d’anglais. Pourtant, à force de fréquenter Gabriel, elle se rend compte que c’est un homme bon et elle se décide à l’aider à garder son domaine. L’intrigue m’a énormément plu, et ce jusqu’à la dernière page. Certes l’histoire ne déborde pas d’action, mais elle possède de chouettes rebondissements, ainsi que quelques éléments de suspense. 

J’ai adoré suivre nos deux héros. Leur connexion est électrique. Leur attirance est certes mutuelle, mais ils ont du mal à se faire confiance. Ils se tournent autour et nous offrent de jolis dialogues piquants, pour notre plus grand plaisir.

Gabriel Forrester est un jeune homme courageux, loyal, et tout ce qu’il possède, il l’a eu au mérite. Il n’est pas à l’aise avec la vie d’un aristocrate et sa nouvelle richesse. Gabriel a tendance à dire ce qu’il pense, et ça ne passe pas toujours. Pourtant, ce trait de caractère sera grandement apprécié par les Écossais.
Fiona Blackstock n’a pas la langue dans sa poche, elle est fougueuse, et entêtée. J’avoue que certaines de ses réactions m’ont paru infantiles, surtout dans son opposition à Gabriel, mais cela s’explique par ce qu’elle a vécu en gérant seule le domaine et les gens du village. Et puis, je l’ai tellement trouvée attachante que je lui pardonne !

En conclusion, « Le héros des Highlands » est un excellent premier tome. Tout est réuni pour passer un bon moment : une intrigue prenante avec des rebondissements et deux héros attachants avec une belle alchimie. J’ai hâte de lire le deuxième tome.

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « Les fiancées Windham, Tome 1 : Le charme caché du Highlander » de Grace Burrowes

61+spOrXa2L

Ancien soldat, Hamish MacHugh s’attendait à tout sauf à hériter du duché de Murdoch. A Londres, où ses manières frustres détonnent, tous regardent avec dédain et crainte celui que l’on surnomme le duc Meurtrier. Tous… sauf la discrète Megan Windham, qui ne semble guère impressionnée par sa réputation. Charmé, Hamish trouve en elle une confidente dont l’amitié ne lui suffit bientôt plus. Et lorsqu’elle tombe dans les griffes d’un vil maître chanteur, il se sent redevenir ce redoutable guerrier qui semait la terreur sur les champs de bataille…

Il est sorti le 28 mars 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:
Hamish MacHugh, jeune colonel anglais, se retrouve héritier d’un duché. Il n’en veut pas, mais il est contraint d’accepter. De plus, il pense qu’il pourrait léguer tout cela à son frère Colin. En effet, Hamish ne compte pas se comporter en duc, ni se marier ou avoir des enfants. Son frère réussi à le convaincre de rester un peu à Londres pour le plaisir de leurs deux soeurs. C’est alors que la vie de notre héros va basculer, en rencontrant la jolie Megan Windham.

Pour Hamish, la saison londonienne est un champ de bataille dont il ne saisit pas toutes les règles. Megan va l’aider à affronter cette horde d’aristocrates, et au passage, ils vont devenir amis. Au début, j’ai eu un peu de mal à suivre l’histoire, à cause de la profusion de noms et de titres. Cependant, après une bonne dose de concentration, tout est devenu plus fluide, et ma lecture n’en a été que meilleure.
Je ne suis pas hyper fan des romances historiques qui ne se déroulent qu’à Londres. Je trouve que le carcan de la bonne société y est oppressant. Les personnages au tempérament comme Hamish ne peuvent pas laisser place à leur véritable nature, pour respecter l’étiquette. 
Bien entendu, ce n’est qu’une appréciation personnelle. Et j’avoue que cela ne m’a pas totalement empêchée d’apprécier l’intrigue. J’ai beaucoup aimé la relation entre Hamish et Megan ainsi que leur amour naissant.

Même si on ressent assez vite la passion entre nos deux héros, ils ne se laissent pourtant pas dominer par elle. Ainsi, Grace Burrowes prend le temps d’installer la romance de ses personnages, les faisant passer de l’amitié aux sentiments amoureux. Cela nous donne une relation équilibrée, parfois drôle, et souvent passionnée. Pile poil ce qu’il faut. 

Nos héros forment donc un très bon duo. Je les ai également beaucoup appréciés individuellement. Megan est une jeune femme passionnée, intelligente et courageuse. Quant à Hamish, c’est un homme un peu bourru, mais diablement attachant. Hamish est également un homme sur qui on peut compter, loyal et je trouve que ses traits de caractère et son attitude protectrice envers Megan sont des qualités qui font de lui un vrai gentleman (contrairement aux lords anglais qui s’en donnent le titre, uniquement grâce à leur richesse, leur patrimoine et leur naissance).

En conclusion, j’ai passé un très bon moment en compagnie de Megan et Hamish dans « Le charme caché du Highlander ». C’est un premier tome sympathique qui laisse présager une saga prometteuse. L’avenir nous le dira avec le second opus qui a pour héros Colin, le frère d’Hamish.

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « La Mythologie Viking » de Neil Gaiman.

81AenQdhpaL

La légende raconte qu’il existerait neuf mondes, reliés par Yggdrasil, le frêne puissant et parfait. C’est là le théâtre des aventures d’Odin, le plus grand et ancien dieu, Père de tout ; de son fils aîné Thor, fort et tumultueux, armé de Mjollnir, son légendaire marteau ; et de Loki, séduisant, rusé et manipulateur inégalable. Dieux trop humains, parfois sages, souvent impétueux, quelquefois tricheurs, ils guerroient, se défient et se trahissent. Jusqu’à Ragnarok, la fin de toutes choses.

Voici leur histoire, rapportée par Neil Gaiman, le plus grand des conteurs.

« La Mythologie Viking » est sorti le 26 avril 2018 aux Editions Pocket.

Mon avis:
J’avais remarqué ce livre il y a quelques mois, et il a tout de suite atterrit dans ma wish list (et dans celle de mon mari). Nous adorons l’univers viking et ce livre de Neil Gaiman était très bien noté. Sa sortie au format poche a été l’occasion de nous lancer. Mon mari a adoré, moi aussi. C’est donc un carton plein chez nous !

Dans ce livre, nous découvrons la mythologie viking à travers plusieurs nouvelles, certaines plus longues que les autres. Elles sont présentées dans un ordre chronologique, chose que j’ai appréciée. Nous assistons au départ à la naissance des mondes et à la création de Midgard, pour finir avec le Ragnarok. Le livre nous fait découvrir, entre autres, comment Odin a perdu son oeil et Mimir sa tête, les noces de Freya, la naissance des enfants de Loki, comment Thor a eu son marteau… et bien d’autres événements. 
Étant fan de l’univers viking, j’en connaissais pas mal sur leur mythologie. Toutefois, j’ai adoré redécouvrir certaines histoires sous la plume de Neil Gaiman, et j’ai été ravie d’en découvrir d’autres. La plupart des histoires sont prenantes, il y en a même un paquet qui sont drôles, essentiellement grâce à Loki d’ailleurs (qui est mon personnage préféré).

Neil Gaiman est un super conteur, on a l’impression qu’il nous raconte lui même ces histoires. Il réussit à les faire vivre, et j’ai vraiment passé un moment génial avec ce livre. 
Le glossaire en fin d’ouvrage est également une très bonne idée de l’auteur. 

En conclusion, c’est un livre que je conseille aussi bien aux fans de la mythologie nordique qui en connaissent un rayon, qu’aux novices en la matière. Pour moi, c’est une véritable pépite, que je vais précieusement garder dans ma bibliothèque, pour le relire régulièrement.

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « Nous irons tous au paradis » de Fannie Flagg

91gVqqElL8L

Quelle idée, à son âge, de monter à l’échelle pour cueillir des figues ! Elner Shimfissle, octogénaire et bonne fée du quartier, vient de faire successivement la rencontre d’un nid de guêpes et une chute de deux mètres… Alors que la nouvelle de son décès se répand, entraînant chez ses voisins, ses proches, diverses questions sur le sens de la vie, Elner, elle, fait un petit tour de paradis. À la grande surprise des médecins, l’adorable mamie en revient pourtant. Avec des choses à dire. À tout le monde. Et pas qu’un peu…

Il est sorti le 24 mai 2018 aux Editions Pocket.

Mon avis:
Fannie Flagg est une auteure dont j’ai envie de découvrir la plume depuis un moment. « Nous irons tous au paradis » est donc le premier roman de l’auteur que je lis, et je dois avouer que je suis un peu déçue. 
 
Elner est une vieille femme adorable qui vit à la campagne. Alots qu’elle souhaite récupérer des fruits dans son figuier, Elner se fait piquer par plusieurs abeilles et tombe de l’échelle. La vieille dame est déclarée morte à l’hôpital, à cause d’un choc anaphylactique. Alors que la nouvelle de sa mort se répand, on suit Elner dans une drôle d’aventure…
 
La narration alterne entre le point de vue d’Elner, qui est au Paradis, et celui des gens qui l’aimaient et sont restés sur Terre. Nous apprenons donc à connaître Elner de plusieurs façons. Elner est une robuste femme de la campagne, elle est curieuse et s’intéresse à tout, elle a beaucoup de connaissances avec une solide culture générale. Elner a également le coeur sur la main et est toujours disponible pour aider son prochain. C’est un personnage que j’ai grandement apprécié. 
 
Le début du roman est très sympathique et les pages défilent vite. Cependant, une fois qu’on a passé la moitié du roman, j’ai trouvé que l’intrigue s’enlise un peu, on tourne en rond. Les personnages sont plaisants et c’est d’ailleurs pour cela que je suis allée au bout de ma lecture. Sinon, je vous avoue que je ne serai pas allée jusqu’à la dernière page. Pour moi, l’intrigue manque clairement de consistance. La deuxième partie du roman devient soporifique, c’est dommage. 
 
En conclusion, je n’ai pas totalement accroché à « Nous irons tous au paradis » mais cela ne va pas m’empêcher de lire un autre livre de l’auteure. Je ne veux pas me faire un avis sur une seule histoire. De plus, même si Fannie Flagg ne m’a pas convaincue avec son histoire, j’ai apprécié sa plume et ses personnages.
Ecrit par Noémie

La chronique du livre « L’Antarctique, le rêve d’une vie » de Mike Horn & Henri Haget .

51enFVIl5yL

« Traverser l’Antarctique, c’était mon rêve d’enfant. J’ai décidé d’affronter cette immensité blanche en empruntant un itinéraire jamais exploré, le plus long que l’on puisse envisager : 5 100 km d’une trace presque rectiligne, avec, devant moi, la solitude, les champs de crevasses, les tempêtes de neige, les températures glaciales. 
Cette traversée m’obligera, je le sais, à battre des records de vitesse pour ne pas être englouti par l’hiver. On me prédit l’enfer, une course contre la mort. Après trois semaines de bateau pour rejoindre le continent au milieu des icebergs, je plante fermement mes bâtons dans la glace, mes skis bien parallèles, un traîneau de 256 kg fixé aux épaules. 
L’espace d’un instant, mon cœur se serre. Comme un début de vague à l’âme. Je repense alors à Cathy, ma femme, qui, avant de rejoindre les étoiles, m’avait soufflé :  » Vis pour moi, Mike, vis pour nous deux.  » Je ne me retournerai plus. Je regarderai devant. Armé de mon seul ski-kite et de mes mollets, je suis loin d’imaginer l’épreuve qui m’attend. » 
Mike Horn

Il est sorti le 24 mai 2018 aux Editions XO.

Mon avis:

Après le décès dévastateur de on épouse, ses filles, dont il a toute l’admiration, le pousse à aller vivre son rêve d’enfant : traversé l’Antarctique sans assistance. Une aventure loin de la civilisation en bravant les éléments extrêmes. On vivra à ses côtés ses déboires, ses problèmes administratifs, son combat contre la nature, contre ce continent inhospitalier pour l’homme, mais également la beauté de ses paysages. On fera face à ses doutes, ses espoirs et sa force. C’est un homme impressionnant avec un mental hors norme. Mais dans ce livre, nous le découvrons plus intimiste, il nous raconte des morceaux de sa vie avec sa femme, son amour pour elle et la douleur de sa perte ainsi le lien qui l’unit à ses filles. C’est très touchant.

Pour conclure :

J’ai adoré suivre cet aventurier moderne aux neuf vies dans sa traversée épique aux paysages infinis où nul être humain n’avait laissé sa trace. Mike Horn est un homme impressionnant et inspirant !

À lire !