La chronique du roman « Les hommes du duc, Tome 1 : Oublions le passé » de Sabrina Jeffries

61cuIbhCh8L

Fille bâtarde d’un comte, Lisette Bonnaud prête assistance à son demi-frère qui tient une agence d’investigations à Londres. Or, celui-ci refuse de la laisser participer aux enquêtes de terrain. Frustrée, la jeune femme trouve enfin une occasion en or quand, en l’absence de Dom, se présente le duc de Lyons, à la recherche de son frère disparu. Lisette promet de l’aider, à condition de l’accompagner en France où mène un semblant de piste. Se faisant passer pour mari et femme, ils plongent dans une aventure pleine de dangers, dont le pire est peut-être cette attirance brûlante qui les pousse à commettre toutes les folies.

Il est sorti le 28 juin 2017 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

J’aime beaucoup Sabrina Jeffries, dont j’ai découvert la plume avec les sagas « La fraternité royale » et « Les hussards de Halstead Hall ». J’étais donc enchantée de voir qu’une nouvelle série allait paraître chez les éditions J’ai lu et j’étais impatiente de pouvoir lire le premier tome. C’est désormais chose faite, et je ne suis pas déçue, j’ai adoré !

L’histoire de ce premier opus est bien rythmée, et le duo de héros est dynamique. Après une incursion dans leur passé (qui est très intéressante d’ailleurs), on plonge quasiment tout de suite dans l’action, avec le départ imminent de Max et Lisette. Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer, et ce jusqu’à la fin. Il y a certes quelques passages un peu moins « passionnants » que d’autres, mais pas de quoi émousser mon enthousiasme. Le mystère s’évapore peu à peu au sujet du frère de Max, on se pose pas mal de questions tout au long de notre lecture. J’ai beaucoup aimé cette enquête et sa conclusion.

Sabrina Jeffries a réussi à me séduire avec son histoire et ses personnages. La première entrevue entre Lisette et Max vaut vraiment le détour. On sent tout de suite que cela va être électrique entre eux deux.

Lisette voit l’amour et les relations amoureuses comme une sorte de prison où l’homme a le pouvoir sur la femme. Elle a également un sens aigu de la répartie, pour notre plus grand plaisir. Son passé n’est pas facile, ni sa situation actuelle d’ailleurs, mais elle a su se relever et se battre pour obtenir ce qu’elle désire. Lisette est une battante, une femme indépendante, et j’ai adoré ça !

Quant à Max, c’est un duc qui a plus d’un tour dans son sac. Max est persuadé de devenir fou un jour lui aussi. Il s’est donc résolu à ne pas se marier par amour, pour épargner les sentiments de sa future femme. Max préfère faire un « mariage pratique », juste pour trouver une duchesse qui saura s’occuper de son domaine le moment venu. Toutefois, au contact de Lisette, il va s’apercevoir que son plan ne va sans doute pas tenir la route…

Pour conclure, j’ai beaucoup aimé « Oublions le passé ». C’est un premier tome qui nous propose une intrigue bien ficelée et une romance attachante. Je trouve qu’il pose de bonnes bases pour une future saga prenante. La suite nous le dira ! Désormais j’ai hâte de lire « Quand la passion l’emporte » (tome 2) et « Les secrets de lady Zoé » (tome 3).

Ecrit par Noémie

jaibloguepourelle

Publicités

C’est lundi, que lisez-vous ? #142

life_by_plastickheart-d37du4x

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Qui a été repris par Le blog de Galleane 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

Ce que je lis:

hot-in-chicago,-tome-1---jouer-avec-le-feu-923907-264-432

Ma prochaine lecture :

j’en ai aucune idée…

Et vous, que lisez-vous ??

Dans ma boîte aux lettres…#89

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

RDV français repris depuis par Lire ou Mourir.

Passons aux acquisitions papier de ces dernières semaines :

 

En ebook :

 

Et vous quelles acquisitions cette semaine ?

La chronique du roman « Textrovert » de Lindsey Summers

51JIR1jyQ1L._SX313_BO1,204,203,200_

~~PEUT-ON AIMER UNE PERSONNE QUE L’ON N’A JAMAIS RENCONTREE ?

~~Non seulement Keeley a accidentellement échangé son téléphone avec celui d’un autre, mais en plus elle va devoir attendre une semaine avant de pouvoir le récupérer car Talon, le garçon qui a pris son portable, a quitté la ville. Les deux lycéens vont coopérer pour se transférer leurs messages et, à force d’appels et de SMS, apprendre à se connaître. Jusqu’à leur rencontre fatidique où Talon n’a d’autre choix que de révéler sa véritable identité. Et un secret qu’il cachait jusque-là. Maintenant qu’elle connaît la vérité, Keeley peut-elle encore lui faire confiance ? Et comment leur relation, née du mensonge, peut-elle survivre à la trahison ? 

PEUT-ON AIMER UNE PERSONNE QUE L’ON N’A JAMAIS RENCONTREE ? 

Il est sorti le 11 mai 2017 aux Editions Michel Lafon.

Mon avis:

L’été est presque terminé et Keeley, avec sa meilleure amie Nicky, est sur le point de démarrer sa dernière année de lycée. Comme chaque année, Keeley et Nicky partent à la fête foraine pour faire un tour de grande roue comme le veut la tradition. Lors de cette soirée, Keeley a échangé accidentellement son portable avec quelqu’un. Elle s’en aperçoit une fois chez elle, lorsqu’elle reçoit un appel téléphonique du propriétaire pour la prévenir qu’il est en stage de foot hors de la ville pendant une semaine. Ils décident alors de se faire passer les messages… De fil en aiguille, ils vont se découvrir et de plus en plus s’apprécier. Mais lorsque Keeley découvrira qui se cache réellement derrière ce beau parleur arrogant qui fait battre son cœur, ses sentiments resteront-ils les mêmes ?

Le style de Lindsey Summers est agréable et simpliste. Le rythme est bon et l’intrigue est sympathique et correctement menée bien qu’elle reste prévisible. Lyndsey Summers explore les relations familiales, les attentes de ces dernières, l’amitié et le questionnement de soi par rapport à sa place et à son avenir.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont assez stéréotypés, mais plaisants. J’ai apprécié la relation qui s’installe entre Keeley et Tavin et surtout la façon dont Keeley va changer à son contact.

Pour conclure :

« Textrovert » est une petite romance jeune adulte mignonne qui est parfaite pour une lecture détente.

La chronique du roman « Désenchantement, t2 : Le mystérieux defunt Bestly » de Lynn Viehl

téléchargement (4)

Une créature terrifiante, qui survit à chaque embuscade qui lui est tendue, fait des ravages dans la ville de Rumsen. On commence à murmurer que plusieurs individus se cachent derrière le masque de la bête… Kit, détective privée hors pair, est contactée par la veuve lady Bestly. Cette dernière ne supporte pas que la presse associe son défunt époux à cette histoire scandaleuse. En parallèle de sa mission, Kit est courtisée par deux prétendants que tout oppose. Sa préférence ira-t-elle au mystérieux Dredmore ou au séduisant Doyle ?

Il est sorti le 28 juin 2017 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Dredemore vient voir Charmian (Kit) car une de ses clientes aimerait employer une femme discrète pour mener l’enquête suite au décès suspect de son mari. Charmian doit prouver l’innocence de son mari des faits qu’ils lui sont reprochés, c’est à dire de mourir pour racheter son nom et sauver sa réputation.

Bien que cette cliente n’est autre que Lady Eugenia Bestly, qui lui a mené la vie dure quand elle était plus jeune, Charmian accepte cette affaire. Celle-ci sera bien plus complexe que prévue, elle devra éviter les attaques contre sa personne…

J’ai adoré ! Le style de Lynn Viehl est prenant et addictif. J’ai aimé me plonger dans cet univers fascinant, riche et détaillé mélangeant steampunk, sorcellerie et chamanisme. L’auteur continue de le développer pour notre plus grand bonheur, ce qui apporte quelques réponses à certaines de nos questions.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est bien menée, attrayante, alliant créatures surnaturelles, mécaniques, romance et danger. J’ai été happée du début jusqu’à la fin. De plus, le rythme est rapide entre action, rebondissements et révélations. Du côté des protagonistes, ils sont plaisants. Charmian, notre briseuse de sort, est une femme indépendante qui n’a pas froid aux yeux ni sa langue dans sa poche dans une époque où cela est mal vu. Son duo avec Lucien Dredmore, mage puissant et Maître des arts obscur, est un vrai délice et leurs joutes verbales le sont tout autant. Néanmoins, j’aurais apprécié que l’auteur nous en dévoile un peu plus sur ce dernier. Lynn Viehl insère un triangle amoureux, mais pas gênant, même si je dois avouer qu’il est arrivé comme un cheveu sur la soupe.

D’autre part, la galerie de personnages secondaires est très diversifiée et fort intéressante, notamment le grand-père de Charmian.

Pour conclure :

« Le mystérieux défunt Bestly » est un très bon second tome, tout y est plus approfondi avec une enquête passionnante, entre chaos et magie. Une saga à découvrir !

À noter que j’espère de tout cœur que l’on aura un jour la suite. Mais je suis très sceptique, car le troisième opus n’a jamais vu le jour en VO. Je vous avoue que je suis frustration…

La chronique du roman « Ni mariée ni enterrée, t3 : Grandir (sans doute) » de Katy Colins

51RlmXkRNnL._SX315_BO1,204,203,200_

«  Après avoir affronté les insectes thaïlandais et le chaos indien, Georgia ne pensait vraiment pas qu’elle ferait la plus terrifiante des découvertes dans le confortable appartement du centre de Manchester qu’elle partage avec Ben, le nouvel homme de sa vie. Une découverte qui prend l’apparence innocente d’une bague – ou plutôt d’un sublime solitaire que Georgia trouve par hasard, bien caché au milieu d’une pile de vêtements. Après un premier échec, est-elle prête à sauter le pas une nouvelle fois  ? Georgia n’a pas le temps de se poser la question  : Ben et elle s’apprêtent à décoller pour deux semaines de soleil, de tourisme et d’aventure au Chili… un cadre de rêve pour une demande en mariage.

Il est sorti le 5 juillet 2017 aux Editions Harlequin, collection &H.

Mon avis:

On retrouve Georgia et Ben qui filent le parfait amour depuis les derniers évènements. Leur agence de voyages est prospère. Ils ont trouvé un certain équilibre même si cela n’est pas toujours facile. Georgia est heureuse et enthousiaste pour l’avenir, d’autant plus qu’on lui propose, avec Ben, de participer à une émission. Cela consiste à suivre plusieurs couples qui vivent et travaillent ensemble dans une série d’épreuves tout en parcourant l’Amérique du Sud. Alors qu’ils étaient excités de partir ensemble, rien ne se passera comme prévu. Cette aventure se révélera difficile, que ce soit sur le plan physique ou émotionnel. Ce voyage leur permettra de découvrir quelques traits de caractère et des secrets qu’ils ne soupçonnaient pas ni chez l’un ni chez l’autre. Mais ne dit-on pas que l’amour est plus fort que tout ?

J’ai adoré cette nouvelle histoire en compagnie de Georgia et Ben. On est facilement embarqué dans ce récit un peu différent des précédents. En plus du côté gaffeur de Georgia, l’humour est bien présent. Ce tome est bien plus profond et il se concentre sur nos deux héros, leurs amis et les relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres. Ils vont mûrir et grandir, même s’ils gardent un grain de folie. De plus, j’ai apprécié que l’auteur nous en dévoile plus sur Ben. Ils sont touchants, on a plaisir à les suivre.

Pour conclure :

« Ni mariée ni enterrée, t3 » est un tome plus riche et plus profond que ces prédécesseurs. C’est plein de surprise, d’émotion et de folie avec des personnages pour qui l’on s’est pris d’affection. J’ai hâte de pouvoir retrouver Georgia en Australie.

La chronique du tome 5,6 et 7 de la saga « La chronique des Bridgerton » de Julia Quinn

61hwySRBJ5L

Après la disparition tragique de sa femme, sir Phillip est totalement désemparé. Comment va-t-il faire pour élever ses enfants traumatisés par la maladie de leur mère ? Comment leur apprendre la tendresse, lui qui ne sait pas exprimer ses émotions ? Pourquoi ne proposerait-il pas le mariage à miss Bridgerton, avec qui il entretient une relation épistolaire ? Surprise, mais en même temps troublée, Eloise, qui ne fait rien comme tout le monde, quitte Londres en secret pour rejoindre cet homme qu’elle n’a jamais vu.

Il est sorti le 1 juin 2016 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis: 

Depuis le début de la saga, je suis en grande fan de la famille Bridgerton. Récemment, j’ai enchaîné la lecture de trois tomes : Eloïse, Francesca et Hyacinthe. C’est pourquoi je vous propose une chronique regroupant mon avis sur ces trois ouvrages.

Sir Philip Crane vient de perdre sa femme Marina et se retrouve seul avec ses deux jeunes enfants. Eloïse Bridgerton, la cousine de sa femme, lui écrit pour lui présenter ses condoléances. Peu à peu, Eloïse et Philip entretiennent une relation épistolaire et au bout d’un an, Philip la demande en mariage. Eloïse décide d’aller le voir afin de décider s’ils sont compatibles ou non.

Tous les ingrédients sont certes là pour faire une bonne romance (un jeune veuf beau comme tout, une héroïne avec du tempérament, des enfants malicieux, un côté original dans leur rencontre…) mais pour moi la sauce n’a pas du tout pris. Ce couple ne m’a pas plu, ni leur histoire, et j’en suis la première déçue. 

L’échange épistolaire entre Eloïse et Philip dure un an, mais on en a seulement un bref aperçu. Du coup, on peine à se rendre compte de leurs sentiments (amoureux ou non) et leur évolution. On ne sait pas non plus comment ils vivent cette situation (qui est tout de même assez inédite pour l’époque !). Pour moi, cette partie du roman aurait mérité d’être étoffée. 

Le personnage de Philip est assez insupportable et je me suis demandée comment Eloïse faisait pour s’enticher de lui. Tout ce qu’il cherche, c’est une mère pour ses enfants (histoire de se décharger) et une femme pour lui faire des cochonneries (bon, il ne lui dit pas directement, mais c’est l’idée). J’ai trouvé ça tellement décevant ! Quant à Eloïse, si je l’ai adoré dans les autres tomes de la saga, j’ai été un peu déçue qu’elle se trouve un mec comme Philip… Elle peut avoir tellement mieux !

Bref, je me suis ennuyée avec ce cinquième tome, mais heureusement que la suite est mieux. On va dire que c’est simplement une fausse note dans la partition 😉 

========

61nYvsc6XWL

La vie est parfois cruelle. Après avoir passé tant d’années à papillonner de femme en femme, Michael Stirling est tombé amoureux fou de la seule femme qu’il lui était interdit d’aimer : Francesca, l’épouse de son cousin John, que Michael aime comme un frère. Quand ce dernier meurt brutalement, Michael devient comte de Kilmartin. Désormais, Franscesca est libre, mais le souvenir du défunt se dresse entre eux. Comment trouver le bonheur sans avoir l’impression de trahir celui qu’ils chérissaient tant ?

Il est sorti le 6 juillet 2016 aux Editions J’ai lu

Mon avis:

Michael Stirling est amoureux de Francesca Bridgerton mais elle est mariée à son cousin John, comte de Kilmartin. Michael reste donc en retrait, tout en leur offrant leur amitié. Lorsque John meurt brutalement au bout de deux ans de mariage, Francesca est dévastée et a besoin de son ami Michael. Toutefois, celui-ci a du mal à être présent pour elle : il souffre de la mort de son cousin, il n’a pas envie de devenir comte et il est toujours amoureux d’elle. Michael prend la fuite, part pour l’étranger en laissant la gestion du domaine à Francesca. Lorsqu’il est de retour, il comprend que la jeune femme est décidée à avancer, se marier et à avoir des enfants.

 

Michael a eu beau collectionner les conquêtes, il n’a jamais réussi à oublier Francesca. C’est un homme bon, loyal, et vraiment gentil. Francesca est de nature réservée, elle est la plus discrète de la fratrie Bridgerton. Son tempérament est doux et agréable. Leur relation évolue au fil des pages, on voit leur attirance et leurs sentiments grandir sous nos yeux. Leur relation est forte notamment parce qu’elle prend racine dans une belle amitié. Michael et Francesca m’ont beaucoup touchée.

========

614X5DE7J4LLa cadette des Bridgerton, l’une des meilleures familles du Londres des années 1820, est-elle destinée au célibat ? Trop fine mouche, trop directe, Hyacinthe n’a rien de l’héritière effacée qu’apprécient les hommes de la bonne société. Pourtant, ce n’est pas une raison pour finir vieille fille ! Certes, quand Gareth Saint-Clair, un aristocrate à la réputation douteuse, croise son chemin, on est loin du coup de foudre. Mais la traduction, à quatre mains, d’un journal intime écrit en italien va jouer un rôle qui n’était pas du tout prévu.

Il est sorti le 17 août 2016 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Gareth est le petit fils de lady Danbury, l’amie de Hyacinthe. Lorsqu’ils se rencontrent chez les Smythe-Smith, on sent que cela va tout de suite fonctionner. Il y a une belle alchimie entre eux, c’est indéniable. 

J’ai immédiatement adoré Hyacinthe et Gareth. Leurs dialogues sont riches et savoureux, et dès les premières pages je suis tombée amoureuse du duo qu’ils forment. Nos deux héros sont passionnés et passionnant, une belle complicité les unit et leur amour prend racine dans une jolie amitié.

Hyacinthe est de la même étoffe que lady Danbury (d’ailleurs leur amitié est drôle et touchante). Elle est intelligente, elle aime avoir le dernier mot, et arrive à se débrouiller pour l’avoir, tout en respectant les convenances. Quant à Gareth, c’est un jeune homme espiègle et qui, lui non plus, n’a pas la langue dans sa poche. A un moment dans le récit, il a un côté fourbe mais on lui pardonne car il est guidé par la peur de perdre Hyacinthe.

On retrouve également les divers membres de la fratrie Bridgerton, qui nous font passer de bons moments. Ils apportent tous leur petite touche de fraîcheur et d’humour. Violet, la mère, m’a beaucoup fait sourire.

Ecrit par Noémie