Mon avis sur « Show Stopper (livre 1) » de Hayley Barker

91WsP9m3bJLLondres, 2045.
La société est divisée en deux clans.
Les Bâtards, réduits à l’état d’esclaves, n’ont aucune valeur.
Les Purs forment l’élite qui a accès à tous les privilèges.
Le Cirque de l’horreur est leur divertissement préféré. Ils attendent avec délectation l’accident mortel qui leur procurera le grand frisson.

Ben, fils de ministre, assiste à sa première représentation et tombe sous le charme d’Hoshiko, la funambule star du spectacle. Mais derrière l’éblouissement et le faste de l’arène, il découvre l’horreur. Trouvera-t-il le courage de résister pour mettre fin au carnage ?

Il est sorti le 20 novembre 2019 aux Editions Bayard.

Mon avis:

Dans plusieurs années, la société se divisera en deux groupes : les Pures et les Bâtards. Une société de domination, d’orgueil et de pouvoir. Les Bâtards sont des gens qui ont été exclus de la société suite à l’animosité à l’égard des minorités et des groupes ethniques. Ils vivent désormais dans des bidonvilles, ils sont le rebut de l’humanité et certains se voient contraints de travailler dans le cirque. On pourrait croire que cela est une bonne chose, mais ce cirque sous les paillettes et de rêve se cache à l’intérieur, un camp de prisonniers, un microcosme d’une société d’oppression avec des sévices et de la souffrance. Personne ne vit très longtemps dans ce monde.

Quand Ben , un Pur, va à la représentation du cirque, il tombe instantanément sous le charme de Hoshiko, une funambule. Mais Ben va vite découvrir que derrière le merveilleux se camoufle un monde brutal et injuste…

Moi qui n’aime pas le monde du cirque, j’avoue que j’ai été happée par celui-ci. Dès les premières pages, je me suis laissée porter par ce monde horrible et sombre parsemé de paillettes illusoires.

C’est très bien décrit, j’ai ressenti l’atmosphère pensante et lugubre.

En ce qui concerne l’intrigue, elle était simpliste, prévisible et parfois l’autrice est tombée dans la facilité. Mais, j’avoue que j’ai tout de même apprécié ma lecture. J’ai aimé savoir ce qui allait se passer pour chaque personnage, Hayley Barkera réussi à garder mon intérêt éveillé.

D’ailleurs, j’ai bien apprécié d’avoir le point de vue de Hoshiko et Ben, cela a apporté une belle dimension au récit. C’était vraiment intéressant de voir comment ils sont tous les deux pris au piège dans leur vie et de voir leurs certitudes bousculées.

Ces protagonistes sont agréables, bien que je regrette qu’ils rejettent trop rapidement leur conviction et la romance n’est vraiment pas crédible et dénuée de sentiment pour ma part. Ils manquent un peu de profondeur. Les caractères secondaires sont plaisants à suivre.

Pour conclure :

« Show Stopper » est une dystopie Y.A enchanteresse et horrible qui fait écho à la société d’aujourd’hui. Ce premier tome introductif n’était pas exempt de défauts, toutefois, c’était divertissant et assez original, je veux voir comment tout cela va évoluer.  

Mon avis sur « #murder  » de Gretchen McNeil

615X5ivbqNLEt si la peine de mort devenait un jeu de télé-réalité ?

Grâce à une application, les honnêtes citoyens peuvent désormais visionner, commenter et partager les exécutions des criminels envoyés sur l’île d’Alcatraz 2.0. Tout y est orchestré pour que leur mise à mort soit du grand spectacle.

Dee, lycéenne, se réveille dans cet enfer, accusée d’un crime qu’elle n’a pas commis.
Des millions de personnes vont-elles assister à son #massacre ?

Il est sorti le 16 octobre 2019 aux Editions Milan.

Mon avis:

Le concept de ce roman était très intrigant et le résumé très tentant. On suit une jeune fille de 17 ans, Dee, qui a été accusée à tord du meurtre de sa demi-sœur et se retrouve sur Alcatraz 2.0. C’est une prison réservée aux pires meurtriers où les condamnés sont traqués par des tueurs approuvés par le gouvernement afin de divertir les États-Unis. C’est filmé 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

Elle doit tout faire pour rester en vie, mais très vite, elle va comprendre qu’elle n’est pas là pour rien et que cela a un lien avec son passé…

J’ai relativement bien aimé, le rythme est rapide, addictif et c’est bien écrit. L’histoire était plaisante à suivre bien que j’ai deviné le retournement de situation. Toutefois, j’avoue que tout se déroule trop facilement pour l’héroïne. Elle se sort facilement de toutes les situations, elle n’est pas plus paniquée que ça. Cela m’a un peu dérangée. D’autre part, j’ai bien aimé l’univers que l’autrice a créé, elle nous montre les dérives des réseaux sociaux et notre absence d’émotions et de compassion quand on regarde quelque chose à travers notre écran. Le manque d’humanité. Cependant, j’aurais aimé avoir plus d’informations sur la politique mondiale et sur la manière dont Postman est arrivé au pouvoir et sur le système pénal avec l’aspect des médias sociaux.

Quant aux personnages, j’ai eu du mal à m’attacher, car ils sont très stéréotypés. On se serait cru dans Scream, d’ailleurs Gretchen McNeil fait de nombreuses références à la culture pop des années 80/90.

Ils manquent de profondeur et d’exploitation. J’espérais que nous découvrions la vérité à leur sujet, pourquoi ils étaient là et s’ils l’ont vraiment fait ou non, mais cela ne s’est pas produit. C’est dommage. Et j’aurais vraiment apprécié que les relations entre les différents protagonistes soient plus poussées.

Pour conclure :

« #murder » était une lecture divertissante avec une pointe d’horreur et de sanglant. L’idée était très intéressante et attrayante, malheureusement je suis restée un peu sur ma faim.