La chronique du roman « Les Détectives du Yorkshire – Tome 1 : Rendez-vous avec le crime » de Julia Chapman

81dYVnnYYiL

La mort est aveugle.

Quand Samson O’Brien débarque sur sa moto rouge à Bruncliffe, dans le Yorkshire, pour y ouvrir son agence de détective privé, la plupart des habitants voient son arrivée d’un très mauvais oeil. De son côté, Delilah Metcalfe, génie de l’informatique au caractère bien trempé, tente de sauver de la faillite son site de rencontres amoureuses. Pour cela, elle décide de louer le rez-de-chaussée de ses locaux. Quelle n’est pas sa surprise quand son nouveau locataire se révèle être Samson – et qu’elle découvre que son entreprise porte les mêmes initiales que la sienne !
Les choses prennent un tour inattendu lorsque Samson met au jour une série de morts suspectes dont la piste le mène tout droit… à l’agence de rencontres de Delilah !

Il est sort le 12 avril 2018 aux Editions Robert Lafont dans la collection La Bête noire.

Mon avis:

On fait la connaissance de Samson O’Brien, ancien agent infiltré, qui s’est vu contraint de quitter Londres suite à un souci dans son travail et dont l’avenir semble incertain. De ce fait, il rentre chez lui à Bruncliffe pour ouvrir sa propre agence de détectives privés. Ce que l’on peut dire, c’est qu’il n’est pas accueilli à bras ouvert par les villageois et surtout par la tempétueuse Delilah. Car Samson a tout laissé derrière lui il y a plus d’une décennie et il n’est même pas revenu pour l’enterrement de son meilleur ami, et frère de cette dernière.

Et lorsque Delilah s’aperçoit qu’elle lui a loué le bureau du rez-de-chaussée par inadvertance, elle est furieuse. Toutefois, quand Samson lui offre de payer plusieurs mois de loyer d’avance, elle ne peut pas refuser. En effet, depuis quelque temps, elle a du mal à tenir à flots ses deux entreprises, son agence de rencontre et celle de conception de sites internet. Enfin de compte, Delilah aura bien fait, car elle aura besoin de lui pour trouver le lien entre le nombre croissant de morts dans la région et son agence de rencontre. Dès lors, tous deux feront équipe pour démêler ce mystère…

Le style de Julia Chapman est vraiment très agréable et prenant. Son univers est sympathique. On plonge dans la vie d’un village entouré de montagnes où les habitants sont un peu chauvins et rancuniers, mais qui font l’âme de Bruncliffe. D’ailleurs, l’enquête s’articulera autour d’eux avec leurs secrets, leurs potins, mais également les amis et la famille. Le mystère est bien construit et prenant. Les pièces du puzzle se mettent en place petit à petit jusqu’à la résolution de l’enquête. C’est bien rythmé même si l’auteure doit au départ prendre le temps de placer ses personnages et l’ambiance. J’avoue qu’au début j’ai eu un peu de mal à m’y retrouver avec tous ces caractères et ces différents points de vue. Mais au bout d’un moment tout va mieux et c’est un plaisir de découvrir ces personnages attachants, intrigants et intéressants. On sait que beaucoup d’entre eux cachent encore des choses et pas que des bonnes… En outre, Jula Chapman a su bien développer nos deux héros bien que Samson garde une part de mystère.

Pour conclure :

« Rendez-vous avec le crime » est une bonne entrée en matière dans l’univers de Julia Chapman. C’est un cosy mystery divertissant et bien mené qui vous fera passer un agréable moment de lecture. Je lirais avec plaisir la prochaine aventure de Samson et Delilah.

À noter que le second opus sort en juin 2018.

Publicités

La chronique du roman « Kinnections, Tome 4 : L’exaltation des sens » de Jennifer Probst.

71vGhaL-iDL

Arilyn Meadows est overbookée. En plus d’être conseillère chez Kinnections, une agence de rencontres, elle recueille des animaux en détresse, enseigne le yoga et anime avec talent des ateliers de gestion des émotions. Quand l’agent de police Stone Petty, débordant de testostérone pure, vient la voir pour suivre un stage de maîtrise de la colère, Arilyn se promet d’ignorer ses regards et son sourire sexy. Pas de temps pour un simple flirt ! Mais comment lutter lorsque l’alchimie entre deux individus est bel et bien présente ?

Il est sorti le 28 mars 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Ce tome se concentre sur Arilyn, qui est conseillère dans l’agence Kinnections, qu’elle a ouverte avec ses amies. Elle est également professeure de yoga, bénévole dans un refuge pour animaux et thérapeute en gestion de colère, tout en s’occupant de son grand-père. Mais en ce moment, Arilyn est un peu sur les nerfs depuis qu’elle a rompu avec son petit ami après l’avoir surpris avec une autre fille. Elle a gâché cinq ans de sa vie avec lui et maintenant elle essaye de retrouver une certaine stabilité.

L’agent Stone Petty est un policier droit, consciencieux et téméraire. Mais lorsqu’il perd son sang froid lors d’une intervention, il se voit obligé de suivre des cours de gestion de colère pendant six semaines, dirigés par Arilyn Meadows.

Stone et Arilyn sont en tout point des opposés. Mais ils sont fortement attirés l’un par l’autre, alors commence un jeu de séduction des plus jouissif. Tandis que Arilyn essaye de résister au charme de son élève, le second prend plaisir à la contrarier et à la faire sortir de ses gonds. Autant dire que c’est assez explosif entre eux, dans tous les sens. Mais arriveront-ils à laisser leurs angoisses de côté pour vivre pleinement leur histoire ?

Le style de Jennifer Probst est agréable et fluide. En ce qui concerne la romance, elle est classique, sans surprise, mais plaisante à lire. Toutefois, j’ai par moment eu l’impression de lire un livre sur le yoga, surtout dans le premier tiers du roman, et comme je suis très peu réceptive à tout ça, j’ai eu un peu de mal avec le personnage d’Arilyn. De plus, je l’ai trouvée assez obtus et peu ouverte d’esprit par rapport à la façon de vivre des autres. J’avais l’impression qu’elle imposait son style de vie. Elle est pleine de règles. Heureusement, Stone mettra sa vie un peu sens dessus dessous. Du coup il fait d’Arilyn un personnage moins lisse que l’on va commencer à apprécier. En tout cas, j’ai vraiment eu une préférence pour Stone, c’est un caractère intéressant avec des fêlures et qui est parfaitement imparfait.

Pour conclure :

« L’exaltation des sens » est une romance sympathique malgré quelques petits points qui m’ont moins plus. Ce fut une lecture relativement agréable, sans prise de tête, avec de la passion, de la douceur et des chamailleries.

jaibloguepourelle

La chronique du roman « Covenant, Tome 2 : Sang-pur » de Jennifer L.Armentrout

416TwVgsaRL

Étant donné son passif familial et ce qu’elle est vouée à devenir, on attend d’Alexandria une conduite exemplaire. Entre ses entraînements supplémentaires, les cauchemars qui l’assaillent et la présence continuelle de Seth, il s’agit quasiment d’une mission impossible ! De plus, la jeune femme doit se rendre à l’évidence : sa connexion avec l’Apollyon s’intensifie chaque jour, même si cela ne change en rien ce qu’elle ressent pour Aiden, ni ce qu’il sacrifie pour elle… 
Quand les démons trouvent le moyen d’infiltrer le Covenant pour attaquer des cadets, les dieux envoient des Furies en guise de protection. Bras armé de la justice divine, ces dernières sont chargées d’éliminer tout danger ou menace, sans distinction ni exception. Et il semble que quelqu’un soit déterminé à pousser Alex à la faute…

Il est sorti le 11 avril 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

L’histoire reprend là où on l’avait laissée, depuis les derniers évènements. Alex a repris ses entraînements avec Aiden et avec Seth pour apprivoiser sa nature d’Apollyon. Elle est épuisée et est une vraie pelote de nerfs, d’autant plus qu’elle dort très mal et qu’elle est dans le collimateur des élèves et de ses profs. Alex essaye tant bien que mal de faire bonne figure. Mais lorsque les démons se mettent à attaquer le covenant et qu’une personne est bien décidée à l’éliminer de toutes les manières possibles, Alex devra garder son calme. Elle devra découvrir qui est derrière tout ça avant que cela n’empire et que cette personne arrive à ses fins. Heureusement pour elle, Alex pourra compter sur Aiden et Seth pour la protéger d’elle-même et de ses ennemis plus que nombreux…

J’ai adoré ! Le style de Jennifer L. Armentrout est toujours aussi plaisant. On se plonge avec délectation dans cette nouvelle aventure au côté d’Alex. J’ai été, dès les premières pages, complètement absorbée par le roman. C’est bien rythmé, on ne s’ennuie pas une seconde entre action, rebondissements et révélations. Autant vous dire que l’auteure ne nous ménage pas. De plus, Jennifer L. Armentrout nous en dévoile un peu plus sur son univers sur fond de mythologique Grecque et c’est fascinant.

En ce qui concerne l’intrigue, elle s’étoffe avec l’apparition d’un complot où l’on en découvre que les prémices. Cela donne un climat de tension qui monte crescendo, d’autant plus que l’injustice et l’inégalité entre Sang pur et Sang mêlé se creuse encore plus.

Du côté des protagonistes, ils sont imparfaits et touchants. Ils continuent à être développés, et tous devront faire des choix et en assumer les conséquences. Un triangle amoureux s’installe, mais il est bien mené.

Le lien qui unit Alex et Seth s’intensifie, il sera présent dans les moments les plus sombres auprès d’elle. L’auteure nous en dévoile beaucoup plus sur ce personnage même s’il reste assez mystérieux. Mais Jennifer L. Armentrout arrive à nous le faire voir différemment et l’on comprend mieux ses actions envers Alex et le chapitre bonus de son point de vue est juste parfait !

Quant à Aiden, l’attirance entre Alex et lui est toujours aussi forte. Aiden fera tout pour la protéger quitte à museler ses sentiments pour elle. On perçoit bien qu’il est tiraillé, car d’une certaine manière, il l’a jette dans les bras de Seth et l’on voit que c’est terrible pour lui.

Autrement, j’ai bien aimé la dynamique de leur « groupe », leurs interactions sont géniales, Jennifer L. Armentrout a parfaitement su nous faire ressentir les émotions de ses personnages, leurs peurs, leurs doutes, leurs envies et leurs frustrations. J’ai hâte de voir comment tout cela évoluera.

D’autre part, elle intègre de nouveaux caractères assez intrigants qui apportent de la richesse au récit.

Pour conclure :

« Sang pur » est une excellente suite entre amour interdit, destinée, combats et corruption. Ce tome annonce une suite assez sombre et j’ai très envie de connaître la suite. C’est un coup de cœur !

jaibloguepourelle

C’est lundi, que lisez-vous ? #170

tumblr_ohbepzHuya1qhttpto2_500

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Qui a été repris par Le blog de Galleane 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

Ce que je lis:

Ma prochaine lecture :

je ne sais pas encore …

Et vous, que lisez-vous ??

La chronique « Blackwing T1 : La Marque du corbeau » de Ed McDonald

91GUpc20NNL

Sous son ciel brisé et hurlant, la Désolation est une vaste étendue de terre ravagée, née quand la Machine, l’arme la plus puissante du monde, fut utilisée contre les immortels Rois profonds. De l’autre côté de ce désert, grouillant de magie corrompue et de spectres malveillants, les Rois et leurs armées observent encore –  et attendent leur heure…

Pour Ryhalt Galharrow, la Désolation n’a pas de secrets. Chasseur de primes armé pour affronter les hommes comme les monstres, il la traverse en quête d’une jeune femme aux mystérieux pouvoirs. Quand il se retrouve pris dans une attaque qui n’aurait jamais dû être possible, émanant des Rois profonds eux-mêmes, seule l’intervention inattendue de celle qu’il recherche lui sauve la vie.

Jadis, cette femme et lui se connaissaient bien. Voilà qu’ils se redécouvrent au milieu d’une conspiration qui menace de détruire tout ce qui leur est cher, et qui pourrait mettre un terme à la trêve fragile de la Machine…

Il est sorti le 18 avril 2018 aux Editions Bragelonne.

 Mon avis: 

On suit le capitaine Ryhalt Galharrow et son équipe de mercenaires de l’Aile Noire au cours de leur dernière mission. Ils traversent la désolation, un no man’s land désertique plein de magie, à la recherche de deux personnes. Cette vaste étendue est imprévisible, effrayante et peuplée de créatures atroces. Seuls les plus courageux ou les plus fous osent s’aventurer dans cette région en se guidant des trois lunes.

Pendant cette mission, le capitaine reçoit un message de Corbac, un dieu sans nom, qui lui demande de sauver une puissante Fileuse. Ce dernier va alors retrouver son amour de jeunesse qu’il n’avait pas revu depuis vingt ans. Tous deux ont bien changé. Mais ensemble, ils devront enquêter sur l’héritage d’un sorcier mort depuis longtemps. Ils devront résoudre l’énigme avant que les Rois des profondeurs ne marchent à nouveau sur la terre et que tout soit perdu…

Le style de Ed McDonald est très agréable, fluide et contemporain. On plonge assez facilement dans son univers original et captivant. Toutefois, j’aurais apprécié un petit lexique pour nous expliquer certains termes propres à son monde.

Autrement, j’ai aimé cet univers qui a été créé suite à une guerre qui dure depuis deux siècles entre les Sans noms et les Rois des profondeurs (des êtres pourvus de magie). Cela est bien expliqué et l’on peut voir les conséquences qui en ont découlé pour la Terre et la population. Le tout est rythmé du début à la fin par des combats, des révélations et des retournements de situation.

Du côté de l’intrigue, tout est bien mené et construit. Nos deux héros vont se retrouver au milieu de jeux politiques et de pouvoirs. Ce ne sera que conspiration, complot, manipulation et trahison. Ils ne seront que des pions dans une machination bien plus grande.

En ce qui concerne les personnages, ils sont bien fouillés et attachants. Le capitaine Galharrow est un ancien de l’armée porté sur la bouteille. Il est pragmatique, dur et aguerri, mais il inspire également le respect et la loyauté à ses hommes. Il se bat pour ce qui est juste. Il est accompagné de Nem, une jeune femme sournoise et sanguinaire. C’est un personnage intéressant. Quant à Ezabeth Tanza, c’est un personnage irrévocablement endommagé, avec ses rêves perdus, mais qui est prête à tous les sacrifices pour ce qu’elle croit juste. Les dialogues avec ces trois personnages sont pointus et souvent spirituels, teintés d’humour noir.

Pour conclure :

« Blackwing » est une dark fantasy sombre et sanglante où nos anti-héros seront pris dans les tourmentes politiques. Le monde est complexe, intéressant et épique, avec des personnages fascinants et crédibles. Voici un début prometteur pour cette saga captivante !

À découvrir !

La chronique du roman « The rain, Tome 02: Après l’apocalypse » de Virginia Bergin

81DEFnBa4bL

Je m’appelle Ruby Morris. Je déteste la pluie.
Je vais vous dire un truc étrange au sujet des apocalypses, un truc que je ne savais pas avant d’en vivre une.
Ça a l’air assez horrible, hein ?
Faites-moi confiance…
Ça peut toujours être pire.
C’est ce qui arrive quand vous êtes seul, qu’il y a eu une apocalypse mondiale et que vous espérez l’arrivée de votre père comme il l’avait promis, mais qu’il ne se pointe pas. Alors qu’est-ce que vous allez devenir ? Et chaque jour, vous essayez de ne pas vous poser la question…
Tout va bien se passer. Ou pas…

Il est sorti le 14 mars 2018 aux Editions Bayard.

Mon avis:

On retrouve Ruby trois mois après le début de la pluie mortelle qui a dévasté le monde. Depuis trois longs mois, elle essaye de survivre tant bien que mal en attendant le retour de son père. Alors que la folie la guette, Saskia fait un jour sa réapparition, ce qui motive Ruby à partir, de nouveau, à la recherche de son père…

Le style de Virginia Bergin est agréable, toutefois, j’ai eu du mal à être touchée par Ruby et son épopée, du fait de la structure du texte, façon journal intime. En ce qui concerne l’intrigue, elle est plaisante, mais assez redondante et elle manque de profondeur. Tout se passe trop facilement et simplement. De plus, certains passages manquent de cohérence, c’est brouillon et ça part dans tous les sens, même si nous avons quelques révélations et rebondissements intéressants.

D’autre part, je n’ai pas aimé la façon dont l’auteur nous a amené le final, toute cette mise en scène n’était pas nécessaire et cela l’a même desservit. Elle reste satisfaisante, mais je demeure sur ma faim.

En ce qui concerne les protagonistes, nous retrouvons certains dont on avait fait la connaissance dans le premier opus et d’autres qui « enrichissent » le récit. Cependant, les uns manquent d’évolution et tous manquent de développement. On reste  trop en surface. De plus, je n’ai pas apprécié la réaction de certains personnages face à certains évènements, cela n’était pas crédible.

Pour conclure :

« Après l’apocalypse » a été une déception. Ce tome est largement en dessous du premier. C’est vraiment dommage, car il y avait du potentiel pour faire beaucoup mieux.