La chronique du roman « Dans un silence » de Abbi Glines

couv52011066

La vie de Maggie a volé en éclats il y a deux ans, lorsque son père a assassiné sa mère sous ses yeux.

Après avoir raconté tous les détails à la police, elle a décidé de ne plus jamais parler. À son arrivée au lycée de Lawton en Alabama, tout le monde la croit muette. Et personne n’aurait pu imaginer qu’elle se rapproche de West Ashby, le beau footballeur-star du lycée. Mais lors d’une soirée au campus, West confie ses peines à Maggie. Son père souffre d’un cancer qui le consume peu à peu. Maggie décide alors de retrouvrer sa voix seulement pour lui. Les secrets qui les lient vont-ils les amener à briser tous leurs silences ?

Il est sorti le 23 février 2017 aux Editions Hugo & Roman.

Mon avis:

Nous suivons deux jeunes gens qui sont brisés par la vie de manière différente. Maggie a subit un grave traumatisme, tandis que West assiste impuissant à la mort de son père. Au contact de l’un et de l’autre, ils se créeront une existence réconfortante, malgré la douleur, la rage, les regrets et la souffrance qui sont présents avec eux chaque jour. Chacun puisera la force l’un dans l’autre, ils affronteront leurs démons, ils se mettront à nu, ce qui petit à petit les conduira sur le chemin de la reconstruction d’une vie plus heureuse. Maggie lui donnera le soutien, l’énergie dont il a besoin et West, lui fera redécouvrir de nombreuses émotions et lui prouvera qu’elle n’est pas brisée.

J’ai adoré leur relation, elle se fait lentement. Leurs interactions sont loin d’être amicales au début, mais doucement, cela se transforme en amitié et en sentiments plus profonds. Le tout est écrit par une plume puissante dans sa simplicité. On ne peut qu’être touché et happé par ce récit saisissant aux émotions intenses qui est consacré à ces deux âmes perdues qui cherchent la paix.

D’autre part, j’ai aimé l’ambiance apaisante que l’auteur a su créer bien que le contexte soit douloureux.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont touchants, attendrissants et bien développés. D’ailleurs, j’ai apprécié d’avoir le point de vue des deux héros, cela nous permet de mieux les cerner et de comprendre les différents sentiments qui les assaillent.

Pour conclure :

Abbi Glines nous offre une romance douce et déchirante de deux jeunes gens dont l’existence s’entrelacera d’une manière inattendue et qui au contact de l’un et de l’autre se donneront une nouvelle raison d’aimer la vie.

À découvrir !

Advertisements

La chronique du roman  » Chroniques de la fin du monde, t3 : Les survivants » de Susan Beth Pfeffer

81VCtuNuKuL

Cela fait maintenant un an qu’un astéroïde a percuté la Lune et provoqué un bouleversement climatique sans précédent.

Dans un monde où tout s’écroule, Miranda tombe pourtant éperdument amoureuse d’Alex, qu’elle vient de rencontrer. Mais une terrible tornade approche : les deux jeunes gens parviendront-ils à s’aimer dans un tel chaos ? Leurs destins sont en suspens…

Il est sorti le 3 mai 2012 aux Editions Pocket jeunesse.

Mon avis:

Au cours de la dernière année, la vie entière de Miranda a changé depuis que la lune a été déviée de son orbite et a détraqué l’écosystème. Une certaine routine s’est installée où la faim et la mort font partie de son quotidien. Miranda est tombée dans une certaine mélancolie, jusqu’au jour où arrive Alex, peut-être trouvera-t-elle le bonheur au milieu de ce chaos…

Je vous avoue que j’ai été déçue par ce troisième tome que j’avais pourtant hâte de découvrir. La plume de Susan Beth Pfeffer est toujours aussi agréable et prenante, mais je déplore que la trame tourne en rond et soit relativement la même que les deux premiers opus. L’histoire est narrée par Miranda à la façon d’un journal de bord et je regrette que l’on n’ait pas le point de vue d’Alex. Cela aurait apporté un vrai plus. D’autre part, le roman manque d’évolution, d’action et d’approfondissement. Quant à la romance, elle est dépourvue de consistance, de crédibilité et de sentiment. C’est très plat et je l’ai trouvée quasi inexistante pour ma part.

En ce qui concerne les protagonistes, ils manquent de développement, notamment au niveau des nouveaux arrivants. Quant à Miranda, tous ses travers reviennent en force : elle est immature et égoïste. Pour ce qui est d’Alex, il est trop effacé.

Pour conclure :

« Les survivants » est une déception. Ce tome n’apporte pas grand-chose et il manque d’exploitation. Pourtant, le potentiel était présent. Je reste sur ma faim avec beaucoup de questions sans réponses. J’aurais apprécié un épilogue et je pense que cela aurait été bien de publier en français le quatrième opus, il m’aurait peut-être apporté cette fin satisfaisante que j’attendais.

La critique des cahier d’activité  » La peinture magique: La jungle & Sous la mer » de Sam Taplin et Fiona Watt .

Un coup de pinceau magique sur les belles illustrations en noir et blanc… et les couleurs de la jungle jaillissent comme par enchantement.

Un coup de pinceau magique et les profondeurs de l’océan s’animent au fil des pages : il suffit de tremper le feutre dans un peu d’eau et de le passer sur les illustrations en noir et blanc pour voir apparaître les couleurs comme par enchantement.

Ils sortent le 13 avril 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

Avec mes enfants (7 et 10 ans), nous avons à chaque fois un coup de cœur pour ces cahiers d’activités.

Il ne faut pas grand-chose : un peu d’eau et un pinceau (fourni avec) et c’est parti pour de nombreuses heures d’amusement et d’émerveillement. En effet, dans ces ouvrages, nous explorons les thèmes de la jungle et de la mer. L’apparition des couleurs se fait en passant le pinceau sur la feuille, c’est juste magique. Les enfants adorent peindre pour découvrir quelle couleur apparaîtra. Elles sont très jolies et assez vives pour de l’aquarelle. On apprécie également la diversité des illustrations qui ne sont jamais répétitives. De ce fait, les enfants ne se lassent jamais.

D’autre part, en plus d’avoir un effet relaxant sur l’enfant, cela contribue à lui faire travailler sa motricité fine ainsi que la concentration.

Le petit bémol serait le fait que le papier est un peu fin et qu’il gondole quand il y a un peu trop d’eau. Néanmoins, nous saluons les éditions Usborne d’avoir intégré un grand rabat cartonné pour le placer en dessous de chaque dessin, cela permet d’éviter tout transfert sur le dessin suivant.

Le petit plus, les feuilles sont détachables. Ainsi, l’enfant peut donner ses dessins ou les afficher dans sa chambre. 

En bref, « La peinture magique : la jungle et sous la mer » sont une vraie réussite avec quatorze tableaux aux jolies illustrations, qui raviront petits et grands, garçons et filles. Je recommande.  

20170322_120903

 

La critique de l’album « Coucou ! Mes contes de fées: La belle et la bête » de Anna Milbourne & Lorena Alvarez

515V0THw0IL

Pour sauver son père, prisonnier de la Bête après l’avoir offensée, Belle se sacrifie et accepte de prendre sa place en se laissant enfermer dans le château de la Bête. La jeune fille ne tarde pas à percevoir la bonté qui se cache sous les traits monstrueux de l’animal.

Il est sorti le 23 février 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

Voici un magnifique ouvrage qui nous raconte l’histoire séculaire de la Belle et de la Bête. C’est une adaptation réussie, mais le gros plus de cette histoire est l’objet livre. Les illustrations, tout en découpe, rabats et trous, rendent vivant le récit et captiveront vos enfants. Le livre foisonne de détails et il est très coloré. De plus, le livre est solide avec des pages cartonnées, donc l’enfant peut le manipuler sans avoir peur de l’abîmer.

En bref, cet ouvrage reprend un conte indémodable dans une version très interactive.  

La critique du livre « L’enfant, la baleine et l’hiver » de Benji Davies

815ZE5ctOPL

Noé vit au bord de la mer avec son papa. C’est l’hiver. Un soir, une tempête empêche son papa de rentrer. Noé part à sa recherche, tout seul, dans la nuit, le froid et la neige…

Il est sorti le 8 février 2017 aux Editions Milan.

Mon avis:

Noé vit au bord de la mer avec son papa et leurs six chats. L’été dernier, il avait recueilli une petite baleine qui, une fois guérie, était repartie dans la mer. Noé pense souvent à son amie, elle lui manque terriblement. Et puis, un soir d’hiver son papa part une dernière fois pêcher, mais il ne revient plus. Noé, très inquiet, part à sa recherche en pleine nuit, mais il se perd, c’est alors qu’il va recevoir de l’aide…

Benji Davies nous conte une jolie petite histoire toute douce, pleine d’amitié et de courage. Le récit est prenant et Noé est un personnage touchant. Le texte est accompagné par de magnifiques illustrations qui parlent d’elles-même. Les enfants aiment feuilleter le livre et créer leur propre histoire.

En bref, « L’enfant, la baleine et l’hiver » est un récit mignon et réconfortant qui fait la part belle à l’amitié et à la relation père/fils.

Bonne lecture !

La chronique du roman « Hadès, livre 1 » de Candice Fox

51whmyrqzsl

Sydney, années 1990.
Hadès règne sur une décharge, un univers de sculptures étranges, où des hommes viennent solliciter son aide pour faire disparaître des corps. Un soir, on lui amène deux jeunes enfants rescapés d’un cambriolage qui a mal tourné. Il s’apprête à les tuer mais leur regard froid le pousse à les adopter. Il les baptise Eden et Eric. Au fil des années, il va tout leur apprendre, dont son savoir-faire si particulier.

Sydney, de nos jours.
Frank Benett rejoint la brigade criminelle et fait la connaissance d’Eden, sa nouvelle coéquipière, sous l’œil malveillant de son frère et collègue Eric. Leur première enquête débute immédiatement : des corps démembrés auxquels il manque des organes ont été découverts dans une marina. Frank et Eden mettent au jour un trafic, grâce à une liste officieuse de demandeurs.
Quand une jeune femme réussit à échapper au tueur et que d’autres corps sont retrouvés dans la maison où elle était séquestrée, la traque commence.
Mais Frank a de sérieux doutes sur Eden et Eric. À quoi correspond la liste de noms d’hommes disparus qu’il a trouvée chez Eden ? Pourquoi a-t-elle une photo d’Hadès, la légende du crime ?
Frank a mis le doigt dans un engrenage malsain et dangereux dont il va bientôt comprendre toute l’ampleur…

Il est sorti le 9 février 2017 aux Editions Michel Laffont.

Mon avis:

Hadès est l’homme que l’on appelle le seigneur des bas-fonds. Quand vous avez besoin de vous débarrasser de quelque chose ou quelqu’un, vous faites appel à lui. Mais lorsque des hommes lui déposent deux petits corps, qui sont encore en vie, il prend une décision majeure. Elle affectera les années à venir et il devra faire face aux conséquences de son acte.

Vingt ans plus tard, Frank Bennett rencontre sa nouvelle partenaire, Eden Archer, ainsi que son frère Éric qui travaille également à la brigade des homicides. Au fil du temps Frank les trouve de plus en plus étranges. Et à quoi correspond cette liste de noms dont certain sont rayés ? Frank essayera de percer le mystère des Archer, mais c’est sans se douter qu’il vient de mettre le pied dans une sombre histoire…

Le style de Candice Fox est très agréable et prenant. Le rythme est rapide grâce aux différents points de vue présents ainsi que grâce au suspense et aux retournements de situation. L’auteur arrive à garder notre intérêt éveillé tout du long, même si l’intrigue reste du déjà vu. La grande force de ce roman sont les personnages, surtout le trio Hadès, Eden et Éric. Pendant que nous suivons l’enquête sur la traque d’un tueur en série qui démembre des corps et vole des organes, nous voyons Frank essayer de percer le mystère d’Éden. Candice Fox dévoile, par des flashbacks disséminés dans le livre, la jeunesse, la vie d’Éden et Éric et l’éducation qu’ils ont reçue par cet homme pas comme les autres. Comment cette tragédie familiale et leur instruction les ont façonnés. Ce sont des personnages complexes, fascinants et bien étoffés qui ont été changés irrévocablement par un acte de violence. On explore les nuances du bien, du mal, de la justice et de la vengeance.

Pour conclure :

« Hadès » est un thriller psychologique sombre, froid et brutal avec un petit côté Dexter. Les caractères sont ambigus et passionnants et prennent le pas sur la trame policière classique, même si elle est bien menée. C’est avec plaisir que je lirais la suite pour voir où le personnage d’Éden va nous emmener.

À noter que le second opus « Éden » sort en octobre 2017.  

Dans ma boîte aux lettres…#67

surprise_by_ocularfracture-d3hwm5n

Bonjour à tous !

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

RDV français repris depuis par Lire ou Mourir.

Passons aux acquisitions papier de cette semaine :

Et vous quelles acquisitions cette semaine ?