La chronique du roman « Clair de lune à Manhattan » de Sarah Morgan.

81Wpa4ZfXOL
« Je ne veux plus être une “gentille fille”. Je veux être une fille qui n’a peur de rien ! »
Harriet Knight le reconnaît volontiers, elle a toujours laissé la peur guider ses choix. Résultat : elle a l’impression d’avoir une vie ennuyeuse à mourir. Alors cette année, c’est décidé, elle va s’offrir un cadeau de Noël d’un nouveau genre : du courage ! Elle a donc prévu de faire chaque jour, jusqu’au 25 décembre, une chose qui l’effraie et, elle s’en est fait la promesse, elle ne laissera rien ni personne l’intimider. Enfin, ça, c’était avant qu’elle ne rencontre Ethan qui, d’un seul regard, a fait vaciller toutes ses certitudes. Elle l’a alors aussitôt compris : le séduire sera son plus grand défi. 
Il est sorti le 31 octobre 2018 aux Editions Harlequin, collection &H.
Mon avis:

Harriet a toujours été protégée par sa sœur jumelle, Fliss, et son frère, Daniel. Maintenant qu’ils ont trouvé l’amour de leur vie, Harriet se met au défi de faire une chose par jour qui l’effraie, notamment fêter Noël sans sa famille.

Mais son plus gros défi à relever sera de faire du dog sitting pour son nouveau client. Un bref arrangement professionnel qui risque de la perturber à bien des niveaux…

J’ai adoré ! Comme toujours, Sarah Morgan a totalement su m’embarquer dans cette nouvelle comédie romantique. On suit deux personnages qui ont tout deux des angoisses. Harriet sera contrainte de se construire une nouvelle vie et pour y arriver, elle devra sortir de sa zone de confort. Ce qu’elle fera au contact d’Ethan, ce médecin urgentiste fatigué et désillusionné qui se noie dans son travail. À ses côtés, même si les débuts sont un peu difficiles, on va voir Harriet s’éclore, s’épanouir et prendre confiance en elle. Quant à Ethan, il réapprendra à vivre et à sentir de nouveau des émotions qu’il avait mises sur pause.

Leur relation est belle, elle prend son temps et nous apporte des scènes cocasses, tendres et parfois sexy.

Leur duo fonctionne à merveille, ils sont très complémentaires, généreux et respectueux l’un envers l’autre. Ce sont des personnages touchants et attachants.

Quant aux caractères secondaires, ils sont attrayants, enjoués et affables. De plus, j’ai beaucoup aimé le clin d’œil à la saga Snow Crystal.

Pour conclure :

Avec « Clair de lune à Manhattan », Sarah Morgan nous offre une comédie romantique enchanteresse avec pour décor les rues enneigées de New York. C’est un coup de cœur !

Publicités

C’est lundi, que lisez-vous ? #191

tumblr_ohbepzHuya1qhttpto2_500

Voici mes dernières lectures ! C’est une toute petite semaine, car avec les préparations de fêtes de fin d’année, je lis beaucoup moins. 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

Cette semaine, je n’ai même pas réussi à terminer un roman… C’est le rush des fêtes de fin d’année. cela ira mieux noël passé ^^

Ce que je lis:

61a0AyES+rL

Ma prochaine lecture :

71B1ON-QavL

Et vous, que lisez-vous ??

Dans ma boîte aux lettres…#139

surprise_by_ocularfracture-d3hwm5n

Voici les livres reçus chaque semaine dans ma boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Passons aux acquisitions papier et ebook de cette semaine :

Le carnet de recettes qui déchire est une vrai déception. C’est un livre de cuisine ultra basique (gâteau au yaourt, crêpe, marbré, cookies…). Il est bien pour les novices en cuisine. Pour ceux comme moi, qui pâtisse déjà,  passez votre chemin, on a déjà les recettes. 

Et vous quelles acquisitions cette semaine ?

La chronique du roman « Grisha, tome3 : L’Oiseau de feu » de Leigh Bardugo

81Ll-gqCj+L

MANIPULATION. PARJURE. TRAQUE.

Un royaume au bord du chaos.
Un tyran sur un trône d’ombre.
Une sainte sans pouvoirs.
Sans alliés. Sans armée.
Le combat final de la lumière contre les ténèbres.

AMOUR. LOYAUTÉ. DÉLIVRANCE.

Le salut de Ravka mérite-t-il tous les sacrifices ?
Seule l’Invocatrice de lumière en décidera.

Il est sorti le 24 octobre 2018 aux Editions Milan.

Mon avis:

On reprend deux mois après les évènements qui se sont passés dans le roman « Le dragon de glace ».

Le Darkling dirige maintenant Ravka, tandis qu’Alina vit recluse, diminuée dans un réseau souterrain d’anciens tunnels et de grottes. Elle est sous la protection douteuse de l’Apparat et de ses fanatiques qu’il la considère comme une sainte. Mais elle n’a plus le temps de se cacher si elle veut sauver Ravka et détruire le Darkling. Pour ce faire, elle doit trouver le troisième amplificateur : l’Oiseau de feu…

J’ai beaucoup aimé. Ce troisième et dernier opus continue l’intrigue que l’autrice a superbement tissée. Beaucoup de choses ont changé depuis les derniers bouleversements. Le Darkling est plus puissant que jamais, de son côté Alina est affaiblie, elle doute, il ne lui reste qu’une petite armée brisée et elle ne sait pas si Nikolaï a pu s’en sortir. Dans cette quête du troisième amplificateur de Morozova, nos personnages devront faire des choix difficiles, forger de nouvelle alliance et mettre de côté les vieilles rivalités. Mais cela ne sera pas facile de distinguer ses amis de ses ennemis.

Du côté des protagonistes, l’autrice continue à les développer et à les faire grandir, que ce soit nos héros ou les caractères secondaires. Il faut savoir que Leigh Bardugo ne ménage pas ses personnages, ils sont brisés et ils ont tous leurs propres combats à mener, cela donne de vraies montagnes russes émotionnelles. L’autrice arrive à nous surprendre en nous offrant de nombreux rebondissements et révélations.

Toutefois, le seul petit bémol est le combat final. Je l’ai trouvé un peu trop « facile » et rapide.

Pour conclure :

« L’Oiseau de feu » offre une fin parfaite à cette saga palpitante et addictive qui est Grisha. C’est un coup de cœur pour l’ensemble de la série.

À découvrir !

La chronique du roman « Mariages de convenance, Tome 1 : Noces hâtives » de Anne Gracie

41QEPZ59VtL

Devenu lord Ashendon, le major Calbourne Rutherford quitte l’armée pour s’occuper des affaires familiales. Non content de découvrir que ses deux jeunes soeurs font les quatre cents coups, voilà qu’il récupère une nièce sortie de nulle part, qui se révèle une vraie sauvageonne. C’en est trop pour un seul homme ! Il n’a pas le choix, il lui faut d’urgence trouver une épouse capable de mater cette jeunesse turbulente… Ainsi le major demande la main d’Emmaline Westwood, la vieille fille qui enseigne au pensionnat voisin. Bien sûr, c’est un mariage de raison mais, sous ses airs guindés d’institutrice, Emmaline cache une nature sensuelle qui va bouleverser tous les a priori de Calbourne…

Il est sorti le 27 juin 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:
Londres, 1818. Calbourne est de retour en Angleterre après dix ans d’absence. Son père est décédé il y a un an, et son grand frère Henry a pris la succession. Aujourd’hui il est mort et a laissé les affaires de la famille en mauvais état. Lord Ashendon, qui était jusque là le major Calbourne Rutherford, ne veut pas que ce titre et ces nouvelles responsabilités changent sa vie. Toutefois, ses plans vont être bouleversés par ses demi soeurs difficiles et une délicieuse professeure dans une école pour jeunes filles…

J’ai adoré les deux personnages principaux. Emmaline est une superbe héroïne, tandis que Calbourne est un personnage qu’on aime voir changer.
Emmaline Westwood a vingt-six ans, elle travaille comme professeure dans l’école de mademoiselle Mallard, un établissement très bien réputé. C’est une jeune femme élégante, posée, solide, intelligente et avec une forte personnalité. Emmaline cache tout de même un secret et des blessures qui ne la rendent que plus touchante.
Quant à Calbourne, c’est un homme de vingt-huit ans séduisant, fort, doté d’une grande sensibilité, mais qui peut se révéler froid, sévère et méthodique, manquant ainsi de romantisme ou de délicatesse par moments. 

Leurs sentiments prennent place doucement, étant donné qu’ils sont des étrangers l’un pour l’autre au début. La plume d’Anne Gracie tisse subtilement les liens entre nos deux héros, mais également entre les demi soeurs de Calbourne et lui même, ainsi qu’avec Emmaline. 
L’auteure nous offre également une enquête type « policière » intriguante, même s’il est vrai qu’elle n’est pas tout à fait au centre de l’histoire. En effet, Calbourne a été soldat pendant la guerre avec Napoléon, mais une fois que la paix est revenue, il est devenu un enquêteur pour son pays. 

Pour conclure, « Noces hâtives » est un premier tome très agréable et prometteur pour la suite. L’auteure nous offre une romance plaisante, une intrigue prenante, le tout porté par des héros formant un très bon duo. J’ai hâte de découvrir le deuxième tome.

Ecrit par Noémie