C’est lundi, que lisez-vous ? #193

tumblr_ohbepzHuya1qhttpto2_500

Ce fut de très bonne lecture, à part, Crush où j’ai été déçu. Trop de sexe, trop de monologue et parfois redondant. Cela reste une romance sympa, mais elle n’a rien d’exceptionnelle comme j’ai pu le voir assez souvent. 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

Ce que je lis:

617IzX5B4gL

Ma prochaine lecture :

617YpQFDuKL

Et vous, que lisez-vous ??

Publicités

Dans ma boîte aux lettres…#141

surprise_by_ocularfracture-d3hwm5n

Voici les livres reçus chaque semaine dans ma boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Passons aux acquisitions papier et ebook de cette semaine :

Et vous quelles acquisitions cette semaine ?

La chronique du roman « S.T.A.G.S, tome 1 : partie de chasse » de M.A Bennett

71B1ON-QavL

Meurtrière. Mais sans avoir l’intention de tuer.
J’ai donc des circonstances atténuantes.
Et avant que vous ne perdiez toute compassion, je n’ai pas donné la mort de mes propres mains. Nous étions en groupe. Comme dans une chasse à courre.
D’abord, je dois vous parler de mon lycée. Tout part de là. STAGS est la plus vieille école d’Angleterre. La partie la plus ancienne date de 683…
Et puis, bien sûr, il y a Henry de Warlencourt.
Vous avez peut-être entendu parler de lui sur le Net ? Ou alors vous avez vu sa photo aux infos ? Personne n’aurait pu imaginer quel monstre il était.
Moi non plus.
Jusqu’à ce que je reçoive l’Invitation…

Il est sorti le 21 novembre 2018 aux Editions Bayard.

Mon avis:

Greer a obtenu une bourse pour aller dans une des plus vieilles et prestigieuses écoles d’Angleterre, pendant que son père part deux ans à l’étranger pour son travail.

Le problème, c’est que Greer se sent vite exclue au milieu de ces élèves qui viennent de familles riches.

Juste au moment où elle désespère de se faire des amis, Greer reçoit une mystérieuse invitation. Elle est invitée pour un week-end de chasse, tir et pêche dans le manoir de Henry de Warlencourt, le garçon le plus riche et le plus populaire de S.T.A.G.S..

Greer est tellement heureuse que l’on s’intéresse à elle qu’elle accepte avec joie. Mais ce week-end va bien vite tourner au cauchemar, car les proies ne sont pas ce que Greer pensait…

Voici un roman qui me tentait énormément au vu du résumé, cependant, je suis ressortie de ma lecture assez mitigée. Le concept est vraiment intéressant et l’intrigue, bien que parfois prévisible, était attrayante et relativement bien menée. Malheureusement, je m’attendais à quelque chose de plus angoissant, de plus intense et violent, avec plus d’action et de suspense. J’aurais aimé que l’autrice aille plus en profondeur dans son idée et que les personnages luttent réellement pour leur survie. De ce côté là, je suis restée sur ma faim.

En ce qui concerne les protagonistes, je les ai trouvés un peu fades, les bons comme les mauvais. Bien que nous sommes assez emportés dans leur aventure, je suis restée en retrait. Je n’ai pas ressenti grand-chose pour eux et c’est dommage.

Pour conclure :

« S.T.A.G.S, tome 1 » est une histoire intrigante, mais qui malheureusement manque de développement et de tension. Un second opus est prévu, mais j’ai un peu peur que cela soit une copie du premier. À voir ce que cela peut donner. Et bien que je m’attendais à mieux, cela reste divertissant à lire.  

La chronique du roman « Un Noël à Covent Garden » de Jules Wake

61mDrwybGOL

Plein d’amis, un job de maquilleuse d’opéra et un fiancé… Noël aurait pu s’annoncer sous les meilleurs auspices pour Tilly, avec marrons chauds et flocons de neige en bonus ! Mais ça, c’était avant que le système informatique bugge. Entre en scène Marcus Walker. LE geek. Aussi fantaisiste qu’un algorithme. Aussi créatif qu’un disque dur. De quoi gâcher sa période préférée de l’année à Tilly la technophobe, qui croit vivre un cauchemar quotidien en travaillant avec Marcus. Pourtant, Marcus n’est peut-être pas le coeur polaire que Tilly imagine. Son fiancé n’est peut-être pas non plus l’homme parfait qu’elle croit connaître. Et s’il suffisait de laisser faire le miracle de Noël pour savourer le plus inattendu et le plus délicieux des réveillons ? …

Il est sorti le 7 novembre 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Tilly a une vie fabuleuse. Elle a des amis géniaux, le job de ses rêves (elle est maquilleuse pour le London Metropolitan Opera Company) et a un fiancé attentionné.

Mais quand elle fait une erreur monumentale à son travail, elle se retrouve avec une mise à l’épreuve sur le dos.

Tilly doit collaborer étroitement avec Marcus Walker, le nouveau directeur informatique. Elle doit l’aider à faire rentrer l’opéra dans le 21e siècle.

Tout cela pourrait être une partie de plaisir, s’il n’était pas si opposé et elle technophobe. D’ailleurs, cette coopération forcée avec Marcus chamboulera sa vie de bien des manières…

Le style de Jules Wake est très agréable et l’on plonge facilement dans cette comédie romantique bien rythmée. Bien qu’elle reste assez convenue, j’ai aimé que cela se passe dans le monde de l’opéra. C’est rafraîchissant et attrayant.

Cette histoire est plus qu’une romance, elle aborde la passion que l’on peut éprouver pour son métier, mais elle aborde également les relations parfois houleuses dans les familles.

On se laisse facilement embarquer dans cette histoire faite de hauts et de bas, avec une pointe de suspense. Tout est bien mené et entrelacé.

Du côté des personnages, principaux comme secondaires, ils sont intéressants, humains et très plaisants pour la plupart. La relation entre Tilly et Marcus prendra du temps pour évoluer, plus ils vont se connaître plus ils vont s’apprécier. Chacun avec leurs traits de caractère apportera quelque chose à l’autre.

Pour conclure :

« Un Noël à Covent Garden » est une romance légère qui égayera vos longues journées d’hiver. Ce fut une belle surprise.  

La chronique du roman « On regrettera plus tard » d’ Agnès Ledig

81fRK4ee9mL

Cela fait bientôt sept ans qu’Eric et sa petite Anna Nina sillonnent les routes de France. Solitude choisie. Jusqu’à ce soir de juin, où le vent et la pluie les obligent à frapper à la porte de Valentine. Un orage peut-il à lui seul détourner d’un destin que l’on croyait tout tracé ? Avec la vitalité, l’émotion et la générosité qui ont fait l’immense succès de Juste avant le bonheur et Pars avec lui, Agnès Ledig explore les chemins imprévisibles de l’existence et du coeur. Pour nous dire que le désir et la vie sont plus forts que la peur et les blessures du passé.

Il est sorti le 8 novembre 2018 aux Editions Pocket.

Mon avis:

Tout commence une nuit d’orage où Valentine, institutrice d’un petit village, trouve devant sa porte un homme et sa fille malade dans ses bras. Ne pouvant les laisser sous cette tempête, elle les accueille chez elle.

Dans ce récit, nous suivons deux âmes blessées par la vie. Tous deux vivent une existence solitaire et bien tranquille, mais leur rencontre va tout changer. Ils devront faire face à leurs doutes et leurs peurs pour avancer, et essayer de vivre tout en s’ouvrant aux autres et en laissant entrer l’amour dans leur cœur, même si parfois cela peut faire souffrir. Quant aux personnages, principaux ou secondaires, ils sont touchants, attachants et humains. J’ai aimé partager cette tranche de vie à leurs côtés. Agnès Ledig nous embarque avec facilité dans son monde et son histoire parfois difficile, mais profonde et addictive, aux multiples émotions. Le tout avec un style simple et prenant.

Pour conclure :

« On regrettera plus tard » est un roman plein de bon sentiments et d’humanité avec une belle morale. À découvrir !