L’avis de Noémie sur « Les ombres de la nuit, Intégrale 1 » de Kresley Cole

61OMe8-FyYLUn Lycae hume le parfum de son âme sœur : une vampire. Cette frêle créature, qui se débat quand il l’approche, est celle qu’il cherche depuis plus de mille ans. Elle lui appartient, et il est prêt à tout pour faire d’elle sa reine. Une Valkyrie s’apprête à tuer un vampire. D’ordinaire, le doute ne l’assaille jamais, mais lui est différent. À peine se sont-ils frôlés qu’elle a éprouvé un intense désir : ils sont promis l’un à l’autre. Le brutal et cruel Bowen ne connaît que ténèbres et solitude infinie. Or, sa rencontre avec une puissante et séduisante sorcière éveille en lui les fantasmes les plus fous…

Il est sorti le 15 mai 2019 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Je vais diviser mon avis en trois parties, correspondant aux trois tomes contenus dans cette première intégrale.
« Les ombres de la nuit » est une saga qui se bonifie au fil des tomes et j’ai vraiment hâte que la deuxième intégrale sorte !

Tome 1 : Morsure secrète

Après un début très difficile, l’histoire de ce premier tome commence vraiment à la moitié du livre. Là s’enchaînent la découverte des secrets, l’amorce de la guerre des clans et les réponses à propos de ce curieux lien entre un Lycae et une Vampire (à moitié Valkyrie).

Lachlain est un Lycae de plus de mille ans, le roi qui plus est, qui a été torturé dans les Catacombes pendant plus de 150 ans. Il y a été emprisonné par Demestriu, roi des Vampires. Il trouve la force de s’échapper lorsqu’il sent son âme-sœur au dessus de lui, dans Paris. Malheureusement pour lui, cette femme est un Vampire. J’ai trouvé Lachlain détestable (sans doute à cause des premières pages) et j’ai dû mal à me dire que je pourrais l’apprécier dans les prochains tomes. Même s’il est vrai qu’il change et évolue au fil des pages…
Emmaline nous apparaît comme une Vampire-Valkyrie assez naïve. La faute à ses tantes et sa mère adoptive, des Valkyrie, qui lui ont fait « repousser » cette part vampire qu’elle porte en elle. Lachlain va être déstabilisé face à elle : comment une Vampire peut elle être autre chose que cruelle et avide de pouvoir ? Au fil des pages Emma en apprendra plus sur elle-même, sur ses origines, sur ses parents; et elle va enfin s’imposer face aux difficultés. Elle finira par se faire entendre, et ça fait du bien.
Certains personnages secondaires m’ont bien plu (Garreth, Bowen) tandis que d’autres m’ont agacée (les Valkyries). Mais dans l’ensemble je dirais que tous ont leur place. 

L’écriture de Kresley Cole est fluide et c’est sans doute pour ça que j’ai continué la lecture, même après les premières pages difficiles.
En effet, les 50 premières pages sont très dures à lire. Le sexe dans la bit-lit ça ne me gêne pas, mais quand on y ajoute la violence ça me répugne. En lisant ce livre, je pensais à Bones et Cat (Chasseuse de la nuit) et à leur rencontre fracassante : certes, leur rencontre est violente, mais on n’y voit pas de viol… C’est sans doute cela que je vais reprocher à Kresley Cole : on n’avait pas besoin de ça. Lachlain aurait pu être un personnage violent, mais pas nécessairement violeur.

Sinon j’ai trouvé le reste de l’histoire sympathique et la dernière partie de ce premier tome est palpitante. L’univers créé par l’auteure est intéressant et chaque « race » a son propre fonctionnement.

Tome 2 : La Valkyrie sans coeur

J’avoue qu’au début j’ai eu un peu peur. Tout me laissait penser que tout allait être gagné d’avance entre Kaderin et Sebastian, un vrai monde de bisounours. Et puis non, passé les premières pages on comprend que tout ne sera pas si facile, et c’est tant mieux. Ca met du piment et de la saveur à l’histoire.
Sebastian et Kaderin se rencontrent par hasard, et il se passe quelque chose. Kaderin la Sans-Coeur se retrouve incapable de lui trancher la gorge, et Sebastian, vampire de son état, semble attiré par elle. La valkyrie prend les jambes à son cou, perturbée par cette rencontre.
Sebastian partira donc à la recherche de l’élue de son cœur. Il la retrouvera alors qu’elle participe à la Quête du Talisman, sorte de « chasse » organisé par une divinité, permettant de remporter un prix très précieux…

L’histoire est vraiment plaisante. On voyage beaucoup, et les événements s’enchaînent. Pour moi ce second tome est une réussite niveau histoire. J’ai juste un petit bémol : cette Quête du Talisman n’est pas vraiment épique. Je m’attendais à quelque chose de plus spectaculaire, là j’ai eu l’impression de participer à une chasse aux trésors. Il est vrai que l’on rencontre pas mal de bêtes etc, mais j’ai eu une petite impression de « trop facile ».


Parlons un peu des personnages…
Kaderin la Sans-Coeur, Valkyrie impitoyable. Collectionne les crocs des vampires qu’elle tue. Elle est la tante d’Emmaline (personnage central du premier tome). C’est une femme fière, courageuse… et un peu (beaucoup) peste sur les bords. Depuis plus de 1000 ans elle ne connaît aucune émotion (je ne vous dévoilerais pas pourquoi) ce qui l’arrange bien jusqu’à présent. Mais ce vampire va lui poser problème… Je suis partagée entre deux sentiments au sujet de Kaderin. Elle m’a parue à la fois normale (on ne chasse pas 1000 ans de croyances en 15 minutes), et à la fois trop froide, trop dure. Disons qu’à certains moments elle m’a bien énervée.

Quant à Sebastian, il déteste sa condition de vampire. Il a été transformé contre son gré et ne l’a jamais digéré. Il s’est donc coupé du monde pendant des centaines d’années, refusant d’être un monstre. Loin du « héro-mâle-sur-de-lui », ce personnage m’a beaucoup plu et je l’ai trouvé touchant.
La relation entre Kaderin et Sebastian est houleuse dès le départ. Tout cela évolue au fil du récit. J’aime beaucoup le fait que tout n’arrive pas d’un coup.

Tome 3 : Charmes 

Je peux vous dire que cette saga se bonifie au fil des tomes 🙂 J’ai très apprécié ma lecture de ce troisième opus.
Cette fois, nous retrouvons Bowen MacRieve : cousin du roi des Lycae Lachlain que l’on voit dans le premier tome. L’action s’enchaîne bien par rapport au deuxième tome, car nous nous retrouvons directement au cœur de la Quête du Talisman (souvenez vous du second tome et de Kaderin la Valkyrie). Ce n’est pas l’intrigue principale du récit, mais cette Quête est très importante pour le début de l’histoire.

Bowen est un personnage torturé comme je les aime. Il souffre de la perte de son âme-soeur depuis pratiquement 200 ans, et s’en sent responsable. Bowen voue une haine féroce à l’encontre des Sorcières (mais je ne vous dirais pas pourquoi !).
Mariketa est une Sorcière aux pouvoirs instables et à la répartie cinglante. J’ai adoré son humour, sa fragilité et sa maladresse. Mariketa ne supporte pas le ton autoritaire de Bowen.
Avec tout ça, le clash sera inévitable entre les deux. Tous les coups sont permis !

Pour les personnages secondaires, ils ne sont pas hyper nombreux, mais je les ai beaucoup appréciés. Surtout Rydstrom et Cade, les deux démons. (Ils sont la clé du tome 5, youpi !). C’était sympa de voir aussi Emmaline et Sebastian Wroth 🙂

L’histoire ne déborde pas d’action (à part au début et vers la fin), mais au fond, ça ne m’a pas beaucoup dérangée. J’ai vraiment aimé cette lecture, j’ai passé un très bon moment.
J’ai également apprécié avoir le point de vue des deux personnages principaux. On sait ce que pense chacun, on les voit évoluer au fil du récit. L’univers du Mythos créé par l’auteur m’a une fois de plus conquise.

Publicités

L’avis de Noémie sur  » Kayla Marchal, Tome 1 : L’exil » de Estelle Vagner

71ilVvPjmkLIronique destin que d’être née morphe… sans forme animale ! Motif de honte pour sa famille, Kayla Marchai, petite-fille de l’alpha, est considérée comme lé maillon faible de la meute de la Vallée Noire. Aussi en est-elle chassée, elle qui n’a jamais mis un pied en dehors du territoire. Alors qu’elle goûte enfin à la liberté et s’adapte à une nouvelle vie, les ennuis pointent à nouveau le bout de leur nez. Déjà trahie une fois par son clan d’origine, pourra-t-elle se fier à quelqu’un ? A Ian, le loup aussi beau qu’insupportable ? A Max, le renard au passé mystérieux ? Ou à Jérémiah, l’irrésistible humain ? Seul le karma en décidera ― un karma déterminé à se moquer d’elle et à faire ressurgir certains fantômes du passé…

Il est sorti le 27 février 2019 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Kayla, une jeune fille de dix-huit ans, se retrouve mise à la porte de chez elle du jour au lendemain. Son grand-père et alpha de la meute de la Vallée Noire prétend qu’il ne peut plus la protéger face aux attaques dont elle est la cible de plus en plus souvent au sein de la meute. En effet, Kayla est une métamorphe sans louve, elle n’a jamais réussi à se transformer jusqu’ici, ce qui est anormal, et subit un véritable harcèlement de la part de sa meute. Notre héroïne atterrit dans la ville de Nancy et tombe sur un métamorphe, Ian Berger, fils de l’Alpha local. Elle n’a donc pas le choix et doit se présenter à lui. Lorsqu’elle apprend que l’homme connaissait sa mère, elle décide de rester au sein de la meute histoire d’en savoir plus.

L’intrigue ne déborde pas d’action et souffre même de quelques longueurs, toutefois je me suis laissée facilement emporter. De plus la plume de l’auteur est agréable à lire et assez fluide. Malheureusement, l’intrigue est plutôt cousue de fil blanc et j’ai deviné très vite l’issue de ce premier tome. C’est dommage, je regrette que l’auteure ai semé autant d’informations dès le départ.

L’univers et la mythologie mis en place par l’auteure m’ont énormément plu. Elle a su intégrer à son récit quelque chose d’original et intéressant. J’ai hâte d’en savoir plus dans le prochain tome.

Kayla est une héroïne qui, dès les premières pages, a l’air d’avoir du courage à revendre et un caractère bien trempé. Toutefois, son côté « adolescente naïve » fini par clairement prendre le dessus et vient nuancer son côté badass. Ses réactions et le fait qu’elle peine à contrôler ses hormones dès qu’elle voit un beau garçon, sont deux choses qui m’ont fait lever les yeux au ciel à plusieurs reprises. Du coup, j’ai eu peur que ce soit mal parti pour ma lecture. Cependant, j’ai fini par accepter Kayla, et même l’apprécier. C’est une héroïne qui peine à sortir de l’adolescence mais je ne doute pas que les événements de la fin de ce premier tome vont certainement pousser Kayla à mûrir. 

À lire mon avis, on pourrait croire que j’ai été un tantinet déçue. Pourtant il n’en n’est rien, même si j’ai pu trouver quelques défauts à ce premier tome, j’ai grandement apprécié ma lecture. D’ailleurs j’ai hâte de lire la suite, qui sort au format poche chez j’ai lu dans quelques jours.

Mon avis sur « Les Soeurs de la lune, T12 : Shadow Rising » de Yasmine Galenorn

81uQDDy2ieLNous sommes les sœurs D’Artigo  : moitié humaines, moitié fae, agents de la CIA outremondienne. Camille est une sorcière diaboliquement douée avec trois maris. Delilah est un chat-garou et une fiancée de la mort. Et moi  ? Je suis Menolly, jian-tu devenue vampire, amoureuse d’une puma-garou hyper sexy. Malheureusement, notre vie s’apprête à se transformer en cauchemar…

Nerissa et moi n’arrivons pas à prendre une décision concernant notre cérémonie d’engagement et nous nous querellons comme un vieux couple Lorsque mes sœurs et moi nous rendons au pays des elfes pour y rencontrer la reine Asteria, celle-ci nous apprend que l’Ombre Ailée a envoyé Telazhar, un nécromancien maléfique, en Outremonde afin de relancer les grandes guerres. Et dès que nous rentrons chez nous, nous découvrons que Gulakah, le seigneur des fantômes, cherche à prendre le contrôle de toutes les créatures magiques sur Terre. Prises entre deux ennemis et deux batailles, pourvu que nous parvenions à arrêter la catastrophe à temps  !

Il est sorti le 17 avril 2019 aux Editions Milady.

Mon avis:

Cette histoire se concentre sur Menolly D’Artigo et elle est racontée de son point de vue. Menolly est sur le point de s’unir à Nerrissa, mais les voilà appelées, elle et ses sœurs à la cité des elfes. Elle leur apprend que Telazhar attaque l’Outremonde et qu’il est bien décidé à déclencher de terribles guerres, tandis que Gulakah, le Seigneur des Fantômes, attaque le côté terre. Les choses se gâtent de jour en jour à Seattle et dans l’Outremonde, le meurtre et la destruction suivent leurs traces. Une porte démoniaque menace tout ce qui leur est cher. Elles vont devoir tout faire pour protéger et empêcher ce mal de s’emparer des deux mondes…

Le style de Yasmine Galenorn est toujours aussi vif et percutant. Dès les premières pages, nous plongeons dans l’action et cela ne s’arrête pas jusqu’à la fin. On est happé par ce tourbillon d’évènements, de révélations et de rebondissements.

En ce qui concerne l’intrigue, on n’a pas avancé plus que ça dans leur lutte contre l’ombre Ailée, mais cela ne m’a pas dérangée car l’autrice m’a conté une histoire qui m’a intéressée en grande partie. Les sœurs d’Artigo et leur famille doivent faire face à la mort et à davantage de démons. Les esprits maléfiques et les fantômes démons abondent. En plus de tout cela, Menolly et sa compagne, Nerissa, essaient de planifier leur mariage, mais il est difficile pour Menolly de lui consacrer autant de temps qu’elle le devrait, avec le chaos qui les entoure. De plus, elle doit trouver un équilibre avec son rôle de compagne de Roman, le prince vampire qui est le fils d’une ancienne reine vampire. Elle doit également composer avec la tension liée à son lien qui l’unit à son beau-frère, Morio, à qui elle a donné du sang pour sauver sa vie. Autant dire que Mellony va avoir beaucoup de choses à régler, et cela ne va pas être simple et cela va lui demander beaucoup d’énergie.

En ce qui concerne les protagonistes, ils continuent à se développer, avec une variété de personnages forts dont chacun a ses propres forces et faiblesses. J’ai beaucoup aimé la place de Shade et de Chase dans ce tome, on les découvre plus et c’est fascinant. Nous en apprenons aussi un peu plus sur Roman, la souveraine vampire, ce qui n’est pas pour déplaire. D’autre part, l’autrice intègre de nouveaux personnages que je suis curieuse de mieux connaître. J’ai hâte de savoir comment tout cela va évoluer. Quant à Menolly, elle grandit beaucoup tout au long du récit et c’est formidable de la voir amoureuse, heureuse et enfin accepter sa nature de vampire.

Pour conclure :

J’ai vraiment apprécié Shadow Rising que j’ai trouvé bien mieux que Shaded Vision. Ce fut une lecture agréable, divertissante et intense. J’ai hâte de lire le prochain tome qui sera sur Camille.

Bonne lecture !

L’avis de Noémie sur « Le Noël de toutes les promesses » de Mary Balogh

61gDTQPb2ML

Endetté, le comte de Falloden est contraint d’épouser la fille de son créancier, un vulgaire charbonnier. A peine marié à Ellie, il s’empresse de la cacher dans sa résidence à la campagne où la nouvelle comtesse le défie en invitant ses amis du bas peuple. Humilié, Randolph s’apprête à passer le pire Noël de sa vie au côté de cette roturière qui ose le traiter avec arrogance. Un véritable iceberg ! Mais ne dit-on pas que le feu couve sous la glace et que la magie de Noël fait fondre les coeurs les plus endurcis ?

Il est sorti le 5 décembre 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:
Habituellement, j’aime beaucoup les romans de Mary Balogh. J’ai lu plusieurs de ses one shot ainsi que deux de ses sagas, et j’ai à chaque fois passé un bon moment. Avec « Le Noël de toutes les promesses », j’avoue que j’ai été un peu déçue. 

Cette romance de Noël est certes agréable et les personnages principaux et secondaires plutôt sympathiques, mais il m’a clairement manqué quelque chose pour vraiment apprécier ce roman. J’ai été moyennement convaincue par l’histoire, et je pense que le fait que ce soit un roman très court empêche un développement de qualité. 

Eleanor Transome est la fille d’un richissime marchand de charbon. Quant à Randolph, il est le comte de Falloden, mais il est criblé de dettes à cause de son défunt cousin, le précédent comte. Le père d’Eleanor veut que sa fille fasse un bon mariage avant de décéder (il est gravement malade) et propose un marché à Randolph. Il épongera se dettes et lui transmettra sa fortune s’il se marie avec sa fille. Notre comte n’a pas vraiment le choix…

C’est donc contraint et sous de mauvais augure que commence ce mariage. De plus, Eleanor n’a rien d’une lady anglaise conventionnelle, et Randolph pense qu’elle n’en a qu’après son titre. Quant à Eleanor, elle pense que Randolph ne cherche qu’à dilapider sa fortune. Chacun a des à priori sur l’autre, ce qui donne une relation à couteaux tirés. Bien sûr, on se doute qu’ils vont finir par se comprendre (sinon nous n’aurions pas de romance à lire) mais cela ne sera pas une  évidence. Quelque part, j’ai apprécié ces moments où ils se tirent dans les pattes mais cela manque de joutes verbales sympathiques. Cependant, la romance n’ayant pas vraiment le temps de se développer correctement, je trouve que tout va trop vite une fois que les personnages comprennent qu’ils s’aiment. En revanche, j’ai détesté le rapport au sexe qu’à Randolph, et la soumission totale d’Eleanor. Ça m’a vraiment fâchée. Certes, ça colle certainement plus aux moeurs et usages de l’époque, mais j’estime que dans une romance historique on a tout à fait le droit d’avoir des personnages « évolués » en la matière, un homme et une femme davantage romantiques.

Sinon, l’ambiance de Noël est au rendez vous, et ca fait du bien (oui, même quand on le lit au printemps!). Le côté humoristique du récit (qui est toujours un peu présent dans les romans de l’auteure) est ici apporté par la frivolité et la légèreté de la famille d’Eleanor, que j’ai vraiment adorée. J’ai regretté que les moments en leur compagnie ne soient pas plus développés. Ils m’ont fait sourire et ils m’ont attendrie.

En conclusion, je ressors de ma lecture un peu déçue à cause du manque d’approfondissement de l’histoire et de la relation entre les deux héros (sans doute du à un format trop court). Toutefois je n’ai pas été totalement mécontente de ma lecture, ayant beaucoup aimé me plonger dans cette ambiance guimauve de Noël. 

C’est lundi, que lisez-vous ? #206

tumblr_ohbepzHuya1qhttpto2_500

Alors, ce fut une petite semaine, « Shadow Rising » que j’ai trouvé meilleur que le t11. Ensuite, j’ai attaqué le dernier tome de la saga « The mortal instrument », un beau pavé de presque 800 pages, j’ai beaucoup aimé ma lecture , même si certains passages traînaient en longueur. 

Après cette lecture, j’ai besoin de quelque chose de léger, du coup, je commence « Coup de chaud à Copenhague »

Ensuite, si je me tient à mon programme, ce sera un cosy mystery et une fantasy YA…

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

Ce que je lis:

6106zu14SXL

Ma prochaine lecture :

Et vous, que lisez-vous ??

Mon avis sur « Tu ne m’oublieras pas deux fois ! » de Mhairi McFarlane

81GD+cMmKsL

«  J’aime ton rire.  » Voilà ce qu’a écrit Lucas McCarthy à Georgina il y a douze ans. Un petit mot griffonné au temps du lycée mais qu’elle n’a jamais oublié. Ce qu’elle aimerait oublier, là, tout de suite, c’est qu’elle vient de se faire virer du restaurant – minable – dans lequel elle était passée pro en cassage d’assiettes et qu’elle a découvert son petit ami – minable, lui aussi – au lit avec une autre fille. Heureusement, le destin ayant à cœur une répartition annuelle des sales coups, Georgina retrouve rapidement un emploi. Et, quand elle découvre que son nouveau chef n’est autre que Lucas McCarthy, son amour de toujours, elle commence presque à croire qu’elle n’est pas maudite sur six générations. Le seul problème  ? Lucas ne se souvient pas du tout de qui elle est. Pas. Du. Tout.

Il est sorti le 3 avril 2019 aux Editions Harlequin, collection &H.

Mon avis:

Georgina, 30 ans, travaille comme serveuse dans un restaurant italien médiocre à Sheffield jusqu’à un incident où elle est licenciée sans cérémonie et en public. Pour couronner le tout, elle trouve ensuite son petit ami au lit avec une autre femme.

Son beau-frère lui trouve un emploi dans un pub récemment rénové appartenant à l’un de ses clients. Mais contre toute attente, elle découvre que le propriétaire est Lucas, son premier amour. Douze ans qu’ils ne se sont pas vus. Le problème ? Il ne la reconnait absolument pas…

Mhairi McFarlane a un style fluide et agréable. J’ai tout de suite était happée dans cette histoire qui n’est pas simplement une romance. Je dirais même qu’elle est au second plan. Le livre aborde tellement plus de choses profondes. Les sujets les plus sombres sont traités avec finesse et sensibilité, y compris les relations abusives et toxiques à différents niveaux, ainsi que le deuil et les dangers de vouloir trop plaire aux gens.

On suit Georgina qui est fondamentalement bonne, mais qui souffre d’une mauvaise estime de soi, de la pression sociale et des attentes des autres. Pour éclore, elle devra affronter divers obstacles ainsi que les fantômes de son passé. On ressent immédiatement de la sympathie pour elle, on aime la voir évoluer, apprendre à se défendre, à reconnaître sa propre valeur, à croire en elle-même et à faire la paix avec les choses douloureuses qu’elle a traversées. J’ai ressenti beaucoup d’émotions, on alterne avec humour et émotions intenses, c’est bien équilibré.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont réalistes, imparfaits et attachants. Georgina est une femme douce et généreuse qui n’a pas sa langue dans sa poche. Elle est dans le contrôle, ce qui constitue une barrière de protection entre elle et ses sentiments dans le monde réel.

Lucas est un garçon irlandais sombre, sérieux et laconique, mais qu’on apprécie de suite. Leur relation est lente, mais elle en vaut la peine. Nos deux héros sont entourés d’une galerie de personnages attendrissants et ils apportent une vraie richesse aux récits.

Pour conclure :

« Tu ne m’oublieras pas deux fois » est un roman très plaisant et divertissant. J’ai adoré. Mhairi McFarlane a su parfaitement tisser une histoire d’amitié, de drame et d’amour au sens large du thème avec brio. C’était le premier livre que j’ai lu de cette autrice et ce ne sera certainement pas le dernier !