Mon avis sur « Show Stopper (livre 1) » de Hayley Barker

91WsP9m3bJLLondres, 2045.
La société est divisée en deux clans.
Les Bâtards, réduits à l’état d’esclaves, n’ont aucune valeur.
Les Purs forment l’élite qui a accès à tous les privilèges.
Le Cirque de l’horreur est leur divertissement préféré. Ils attendent avec délectation l’accident mortel qui leur procurera le grand frisson.

Ben, fils de ministre, assiste à sa première représentation et tombe sous le charme d’Hoshiko, la funambule star du spectacle. Mais derrière l’éblouissement et le faste de l’arène, il découvre l’horreur. Trouvera-t-il le courage de résister pour mettre fin au carnage ?

Il est sorti le 20 novembre 2019 aux Editions Bayard.

Mon avis:

Dans plusieurs années, la société se divisera en deux groupes : les Pures et les Bâtards. Une société de domination, d’orgueil et de pouvoir. Les Bâtards sont des gens qui ont été exclus de la société suite à l’animosité à l’égard des minorités et des groupes ethniques. Ils vivent désormais dans des bidonvilles, ils sont le rebut de l’humanité et certains se voient contraints de travailler dans le cirque. On pourrait croire que cela est une bonne chose, mais ce cirque sous les paillettes et de rêve se cache à l’intérieur, un camp de prisonniers, un microcosme d’une société d’oppression avec des sévices et de la souffrance. Personne ne vit très longtemps dans ce monde.

Quand Ben , un Pur, va à la représentation du cirque, il tombe instantanément sous le charme de Hoshiko, une funambule. Mais Ben va vite découvrir que derrière le merveilleux se camoufle un monde brutal et injuste…

Moi qui n’aime pas le monde du cirque, j’avoue que j’ai été happée par celui-ci. Dès les premières pages, je me suis laissée porter par ce monde horrible et sombre parsemé de paillettes illusoires.

C’est très bien décrit, j’ai ressenti l’atmosphère pensante et lugubre.

En ce qui concerne l’intrigue, elle était simpliste, prévisible et parfois l’autrice est tombée dans la facilité. Mais, j’avoue que j’ai tout de même apprécié ma lecture. J’ai aimé savoir ce qui allait se passer pour chaque personnage, Hayley Barkera réussi à garder mon intérêt éveillé.

D’ailleurs, j’ai bien apprécié d’avoir le point de vue de Hoshiko et Ben, cela a apporté une belle dimension au récit. C’était vraiment intéressant de voir comment ils sont tous les deux pris au piège dans leur vie et de voir leurs certitudes bousculées.

Ces protagonistes sont agréables, bien que je regrette qu’ils rejettent trop rapidement leur conviction et la romance n’est vraiment pas crédible et dénuée de sentiment pour ma part. Ils manquent un peu de profondeur. Les caractères secondaires sont plaisants à suivre.

Pour conclure :

« Show Stopper » est une dystopie Y.A enchanteresse et horrible qui fait écho à la société d’aujourd’hui. Ce premier tome introductif n’était pas exempt de défauts, toutefois, c’était divertissant et assez original, je veux voir comment tout cela va évoluer.  

Mon avis sur « #murder  » de Gretchen McNeil

615X5ivbqNLEt si la peine de mort devenait un jeu de télé-réalité ?

Grâce à une application, les honnêtes citoyens peuvent désormais visionner, commenter et partager les exécutions des criminels envoyés sur l’île d’Alcatraz 2.0. Tout y est orchestré pour que leur mise à mort soit du grand spectacle.

Dee, lycéenne, se réveille dans cet enfer, accusée d’un crime qu’elle n’a pas commis.
Des millions de personnes vont-elles assister à son #massacre ?

Il est sorti le 16 octobre 2019 aux Editions Milan.

Mon avis:

Le concept de ce roman était très intrigant et le résumé très tentant. On suit une jeune fille de 17 ans, Dee, qui a été accusée à tord du meurtre de sa demi-sœur et se retrouve sur Alcatraz 2.0. C’est une prison réservée aux pires meurtriers où les condamnés sont traqués par des tueurs approuvés par le gouvernement afin de divertir les États-Unis. C’est filmé 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

Elle doit tout faire pour rester en vie, mais très vite, elle va comprendre qu’elle n’est pas là pour rien et que cela a un lien avec son passé…

J’ai relativement bien aimé, le rythme est rapide, addictif et c’est bien écrit. L’histoire était plaisante à suivre bien que j’ai deviné le retournement de situation. Toutefois, j’avoue que tout se déroule trop facilement pour l’héroïne. Elle se sort facilement de toutes les situations, elle n’est pas plus paniquée que ça. Cela m’a un peu dérangée. D’autre part, j’ai bien aimé l’univers que l’autrice a créé, elle nous montre les dérives des réseaux sociaux et notre absence d’émotions et de compassion quand on regarde quelque chose à travers notre écran. Le manque d’humanité. Cependant, j’aurais aimé avoir plus d’informations sur la politique mondiale et sur la manière dont Postman est arrivé au pouvoir et sur le système pénal avec l’aspect des médias sociaux.

Quant aux personnages, j’ai eu du mal à m’attacher, car ils sont très stéréotypés. On se serait cru dans Scream, d’ailleurs Gretchen McNeil fait de nombreuses références à la culture pop des années 80/90.

Ils manquent de profondeur et d’exploitation. J’espérais que nous découvrions la vérité à leur sujet, pourquoi ils étaient là et s’ils l’ont vraiment fait ou non, mais cela ne s’est pas produit. C’est dommage. Et j’aurais vraiment apprécié que les relations entre les différents protagonistes soient plus poussées.

Pour conclure :

« #murder » était une lecture divertissante avec une pointe d’horreur et de sanglant. L’idée était très intéressante et attrayante, malheureusement je suis restée un peu sur ma faim.  

Mon avis sur le roman « Chroniques d’un autre monde, Tome 02: La horde » de P. C. Cast

91o-U8u0N7LL’autre monde a basculé dans la terreur. Un incendie meurtrier ravage désormais la forêt et menace les deux tribus. Les Compagnons tentent tant bien que mal d’échapper aux flammes, tandis que les Marcheurs de la Terre, en proie à la Fièvre Nocturne, peinent à survivre. Les deux clans ennemis ignorent encore qu’un danger bien plus terrible les guette, et que son nom, OEil Mort, est un funeste présage.

Nik et Mari, eux, ont choisi leur camp. Destinés à s’affronter par leur naissance, ils se battent pourtant ensemble pour construire le monde d’après. Mais la haine gronde parmi les leurs, et une nouvelle épidémie, propagée par les Voleurs de Peaux, menace leur survie.

Il est sorti le 22 mai 2019 aux Editions Bayard.

Mon avis:

Nous reprenons là où « les marcheurs de la terre » s’est arrêté. La forêt est en feu et la tribu des Compagnons est au plus mal. L’incendie ravage leurs habitations. De plus, les voleurs de peau se préparent à prendre le pouvoir sur la tribu des arbres. Quant aux marcheurs de la Terre, Mari se voit confier de sauver son peuple, mais également une partie de la tribu des arbres. Nik, toujours dévasté par la perte de son père, poursuit l’espoir d’une nouvelle vie avec Mari et leurs compagnons. Mais le mal de Thaddeus se répand, et ce rêve devient de moins en moins probable…

Ils devront tous trouver la force et faire l’effort d’accepter la culture des uns et des autres pour vivre en harmonie et non dans la haine de son prochain.

J’ai beaucoup aimé ce second tome, le récit est fluide, dense, avec des histoires bien menées, le tout avec un univers foisonnant et attrayant qui prend de l’épaisseur. J’ai été complètement happée dès les premières pages. Nous suivons l’évolution de chaque tribu dans leur quête, leurs espoirs et leurs façons de voir le monde. Beaucoup vont se remettre en question tandis que d’autres vont se nourrir de leur noirceur. Beaucoup devront choisir leur camp.

Quant aux protagonistes, ils sont très agréables à suivre. Ils évoluent tous et l’autrice continue à nous les dévoiler, et ce autant les personnages principaux que secondaires. De ce fait, on s’attache encore plus à eux. J’ai aimé découvrir comment ils intéragissent les uns avec les autres dans leur nouvelle situation. Ils sont fascinants.

Pour conclure :

« La horde » est une suite dense et captivante, bien que cela soit un tome de transition. J’ai hâte de voir ce que P.C. Cast nous réserve pour l’ultime et dernier opus qui s’annonce passionnant.  

Mon avis sur « Les âmes perdues, Tome 02: Le Monde du Haut » de Jeff Giles

81+MbEHJcmLRenonceriez-vous au grand amour pour sauver votre monde ?

Pour Zoé, bien des choses ont changé après les mystérieux évènements qui l’ont rapprochée de X. Depuis leur baiser d’adieux, la jeune fille pense au chasseur de prime dont elle est tombée amoureuse au point d’être prête à risquer sa vie et à le rejoindre dans les Terres du Bas.
X, quant à lui, a fait le plus grand des sacrifices : pour sauver Zoé et sa famille, il a renoncé à sa liberté et perdu tous ses pouvoirs. Désormais emprisonné aux enfers, il est pourtant déterminé à briser ses chaînes afin de rejoindre Zoé. Pour s’affranchir du joug des Seigneurs du Bas, X va devoir affronter des ennemis dont la malfaisance dépasse tout ce qu’il aurait pu imaginer. Il découvre alors l’impensable sur son passé et sa mère…
Les secrets peu à peu révélés pourraient enfin réunir Zoé et X… ou les séparer à jamais.

Il est sorti le 12 juin 2019 aux Editions Bayard.

Mon avis:

 X est désormais emprisonné dans les Terres du Bas, sans ses pouvoirs. Penser à Zoé lui fait garder espoir, mais il a également une nouvelle mission, c’est de retrouver sa mère…

J’avais eu un avis un peu mitigé sur le premier opus, mais je dois dire que celui-ci a nettement été meilleur.

Je pense que c’est dû au fait que l’on se concentre beaucoup plus sur le personnage de X et que l’on découvre l’univers des Terres du Bas.

J’ai vraiment apprécié les Terres du Bas. C’est un cadre unique, une représentation fascinante de l’enfer, de ses habitants et de ses dirigeants. Je suis étonnée de voir à quel point le récit peut comporter des thèmes et des scènes aussi sombres, tout en étant plein d’espoir. J’ai été rapidement embarquée dans l’histoire, bien que le premier livre était plus garni d’action, celui-ci étant plus axé sur les personnages, ce qui m’a plu, car ces derniers sont intéressants.

De plus, Jeff Giles développe beaucoup plus ses protagonistes et creuse leur histoire. J’ai été ravie de revoir Ripper. D’autre part, les nouveaux caractères secondaires apportent de la richesse et une autre dimension au roman. X et Zoé deviennent plus convaincants dans ce tome, même si j’ai toujours du mal avec cette dernière, et l’auteur approfondit leur histoire d’amour.

En outre, même si l’essentiel de l’intrigue était prévisible, cela n’a pas du tout nui à ma lecture.

Pour conclure :

« Les âmes perdues » clôt parfaitement bien la série. L’histoire est une exploration émouvante des thèmes de l’amour, de la famille, de l’amitié et de la rédemption, et où un jeune chasseur de primes innocent se bat pour sa liberté et pour un amour qu’il croit impossible.

Mon avis sur « Les Nouvelles Aventures de Sabrina: l’heure des sorcières » de Sarah Rees Brennan

81AW0uPpdiLQuelle décision prendra Sabrina… et fera-t-elle le bon choix ?
L’été précédant son seizième anniversaire,Sabrina Spellman sait que sa vie est sur le point de basculer.
Elle a toujours étudié la magie avec ses tantes, Hilda et Zelda, mais en parallèle, elle vit aussi une vie banale  : lycéenne à Baxter High, elle passe son temps avec ses meilleures amies Susie et Roz ou au cinéma avec Harvey Kinkle.
Désormais, ses jours dans le monde normal sont comptés.
Quitter Roz, Susie et Harvey se révèle plus difficile que Sabrina ne le pensait, d’autant plus qu’elle n’est pas sûre des sentiments d’Harvey à son égard. Son cousin Ambrose lui suggère de jeter un sort à son petit ami pour découvrir ce qu’il ressent vraiment, mais un esprit des bois interfère, et le sort se retourne contre elle.
Sabrina a toujours été attirée par ses pouvoirs de sorcière, mais pour la première fois, elle se demande s’ils lui font emprunter le mauvais chemin. Renoncera-t-elle au chemin de la lumière  ? Choisira-t-elle le chemin des ténèbres  ?

Il est sorti le 10  juillet 2019 aux Editions Hachette.

Mon avis:

J’ai adoré cette histoire ! c’est avec plaisir, après avoir regarder la série sur Netflix, d’être de nouveau tombé dans le monde de Sabrina Spellman.

L’histoire est bien construite et amenée. Sabrina pour être sûr des sentiments de Harvey, elle décide de lancé un sort pour savoir ce qu’il ressent réellement, bien évidement cela ne va pas se passer comme prévu. De nombreuses catastrophes vont lui tomber dessus.

Toutefois, ce que j’ai réellement apprécié dans ce tome, c’est que l’on rencontre tout les personnages que l’on voit dans la série et que ceux-ci sont beaucoup plus approfondis. Ils vont apporter certains éclairements, dont la façon, du pourquoi et du comment ils font ou réagissent d’une cette manière dans la série. J’ai trouvé ça très intéressant et j’ai adoré avoir le point de vue de Zelda, le frère d’Harvey où encore Ambrose. C’est un vrai plus. Rien que pour ça, il faut lire ce livre.

En bref, ce fut une très bonne lecture et je le conseille à tous les amoureux de la série et du genre !

Mon avis sur « Everless » de Sarah Holland

71owT-hoVVLJulie vit dans la misère avec son père. Pour pouvoir payer ses dettes, celui-ci va consulter l’extracteur de temps. Car au royaume de Sempera, tout se paie en temps. On peut en effet transformer en métal précieux le temps de vie contenu dans le sang…
Pour éviter que son père, déjà très affaibli, se condamne en procédant à une nouvelle saignée, Julie se fait engager comme domestique à Everless, la résidence des Gerling, la famille la plus puissante du royaume. On va y célébrer les noces de Roan, le fils cadet de la famille, avec la fille adoptive de la reine. Cette dernière est agée de plusieurs centaines d’années grâce à ses richesses (la monnaie créée à partir du sang peut aussi se consommer pour allonger la vie…)
Or, Julie est depuis toujours secrètement amoureuse de Roan. Car elle a vécu à Everless dans son enfance. Mais suite à un tragique accident, son père et elle ont dû s’enfuir. Et son père lui a toujours interdit de retourner à Everless…

Il est sorti le 9 mai 2019 aux Editions Bayard.

Mon avis:

Imaginez un monde où le temps est utilisé comme monnaie, où cette monnaie provient de votre sang transformé en pièces de fer de sang. Cinq familles se partagent le Royaume de Sempèra ayant des siècles à vivre, dont Everless, le château des Gerling. En dehors, le peuple s’épuise à subsister…

Julie vit dans cette précarité avec son père affaibli par les saignées. Alors qu’ils n’ont plus d’argent pour payer le loyer, et son père plus assez de temps de vie, Julie va prendre une décision difficile. Elle va partir travailler à Everless, un domaine qu’elle a dû fuir il y a 10 ans… Mais elle ne pensait pas que son existence allait changer à ce point…

Le style de Sara Holland est très agréable et prenant. J’ai été vite transportée dans son monde original et m’a donné envie d’en savoir plus. Elle décrit son monde d’une manière cohérente et compréhensible et on l’explore en même temps que Julie. J’ai beaucoup aimé la mythologie du récit avec les légendes de l’alchimiste et de la sorcière.

Quant à l’intrigue, elle est rythmée, dans un décor luxuriant, avec une héroïne déterminée et une dynamique familiale intrigante. Il y a de l’action, des rebondissements et des révélations, c’est assez palpitant et inattendu, avec une pointe de romance.

En ce qui concerne les protagonistes, j’ai beaucoup aimé les personnages que nous rencontrons tout du long. Ils sont intrigants, profonds et complexes où personne ne semble être ce qu’il est.

Julie est une héroïne qui n’est pas exempte de défauts. Elle est imprudente, naïve et elle va commettre d’innombrables erreurs. Mais elle apprendra de ces dernières. De plus, certains secrets vont lui être révélés et Julie découvrira que sa vie n’est pas du tout ce qu’elle pensait. Cela va profondément la secouer et elle devra prendre son destin en main…

En outre, j’ai beaucoup aimé Liam. C’est un caractère mystérieux dont l’âme n’est pas facile à comprendre. J’ai hâte d’en savoir plus sur lui.

Pour conclure :

« Everless » est une bonne surprise. J’ai accroché du début à la fin. L’histoire est captivante et assez originale pour titiller ma curiosité, bien que l’on n’en soit qu’au commencent. C’est avec plaisir que je lirais la suite.

L’avis de Noémie sur  » Kayla Marchal, Tome 1 : L’exil » de Estelle Vagner

71ilVvPjmkLIronique destin que d’être née morphe… sans forme animale ! Motif de honte pour sa famille, Kayla Marchai, petite-fille de l’alpha, est considérée comme lé maillon faible de la meute de la Vallée Noire. Aussi en est-elle chassée, elle qui n’a jamais mis un pied en dehors du territoire. Alors qu’elle goûte enfin à la liberté et s’adapte à une nouvelle vie, les ennuis pointent à nouveau le bout de leur nez. Déjà trahie une fois par son clan d’origine, pourra-t-elle se fier à quelqu’un ? A Ian, le loup aussi beau qu’insupportable ? A Max, le renard au passé mystérieux ? Ou à Jérémiah, l’irrésistible humain ? Seul le karma en décidera ― un karma déterminé à se moquer d’elle et à faire ressurgir certains fantômes du passé…

Il est sorti le 27 février 2019 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Kayla, une jeune fille de dix-huit ans, se retrouve mise à la porte de chez elle du jour au lendemain. Son grand-père et alpha de la meute de la Vallée Noire prétend qu’il ne peut plus la protéger face aux attaques dont elle est la cible de plus en plus souvent au sein de la meute. En effet, Kayla est une métamorphe sans louve, elle n’a jamais réussi à se transformer jusqu’ici, ce qui est anormal, et subit un véritable harcèlement de la part de sa meute. Notre héroïne atterrit dans la ville de Nancy et tombe sur un métamorphe, Ian Berger, fils de l’Alpha local. Elle n’a donc pas le choix et doit se présenter à lui. Lorsqu’elle apprend que l’homme connaissait sa mère, elle décide de rester au sein de la meute histoire d’en savoir plus.

L’intrigue ne déborde pas d’action et souffre même de quelques longueurs, toutefois je me suis laissée facilement emporter. De plus la plume de l’auteur est agréable à lire et assez fluide. Malheureusement, l’intrigue est plutôt cousue de fil blanc et j’ai deviné très vite l’issue de ce premier tome. C’est dommage, je regrette que l’auteure ai semé autant d’informations dès le départ.

L’univers et la mythologie mis en place par l’auteure m’ont énormément plu. Elle a su intégrer à son récit quelque chose d’original et intéressant. J’ai hâte d’en savoir plus dans le prochain tome.

Kayla est une héroïne qui, dès les premières pages, a l’air d’avoir du courage à revendre et un caractère bien trempé. Toutefois, son côté « adolescente naïve » fini par clairement prendre le dessus et vient nuancer son côté badass. Ses réactions et le fait qu’elle peine à contrôler ses hormones dès qu’elle voit un beau garçon, sont deux choses qui m’ont fait lever les yeux au ciel à plusieurs reprises. Du coup, j’ai eu peur que ce soit mal parti pour ma lecture. Cependant, j’ai fini par accepter Kayla, et même l’apprécier. C’est une héroïne qui peine à sortir de l’adolescence mais je ne doute pas que les événements de la fin de ce premier tome vont certainement pousser Kayla à mûrir. 

À lire mon avis, on pourrait croire que j’ai été un tantinet déçue. Pourtant il n’en n’est rien, même si j’ai pu trouver quelques défauts à ce premier tome, j’ai grandement apprécié ma lecture. D’ailleurs j’ai hâte de lire la suite, qui sort au format poche chez j’ai lu dans quelques jours.