La chronique du roman « La terrifiante histoire de Prosper Reeding, t1 : une alliance diabolique » d’Alexandra Bracken

71J0dx7e12L

Vivre avec un démon – un véritable démon ! – à l’intérieur de soi n’est pas chose facile… Surtout si votre famille, après l’avoir découvert, veut vous faire disparaître…

Prosper Redding, pourtant, va devoir s’habituer. Alastor, le démon qui, progressivement, prend possession de lui, ne semble pas décidé à le laisser tranquille. Il a des comptes à régler avec la famille Redding et Prosper fait partie de son plan.

Prosper pourra-t-il compter sur l’aide de son oncle Barnabas et de sa cousine Nell ? Ou sera-t-il obligé, comme l’ont fait ses ancêtres, de pactiser avec Alastor ?

Car les Redding pourraient s’avérer plus dangereux et démoniaques que le démon lui-même… Et Alastor serait alors seul capable de le protéger !

Il est sorti le 11 janvier 2018 aux Editions De la Martinière jeunesse.

Mon avis:

Nous faisons la connaissance de Prosper Reeding, un jeune garçon de 12 ans issu d’une famille prestigieuse dans la ville de Redhoud où ils ont toujours vécu. C’est le jour de la fête des fondateurs, Prosper est attendu chez sa grand-mère (le diable en personne) pour un repas de famille. Mais cela va déraper lors d’une étrange cérémonie où Prosper devra prendre la fuite. Il trouvera refuge chez son oncle où il découvrira l’histoire de sa famille et la malédiction dont ils sont victimes. Car en effet, Posper n’est plus seul, il partage désormais son corps avec un démon…

Le style d’Alexandra Bracken est très agréable, fluide et prenant. J’ai beaucoup aimé l’univers que l’auteure a su créer, plein de magie avec diverses créatures qui croiseront notre chemin : changelin, farfadet, elfe, fée, sorcière… Le tout dans une ambiance halloweenesque au cœur de Salem. J’ai été happée dans ce monde intéressant et bien construit même s’il nous reste encore des choses à découvrir. En ce qui concerne l’intrigue, elle est très bien menée entre vengeance, manipulation, trahison et mensonge. On ne s’ennuie pas une seconde.

Du côté des protagonistes, nous suivons principalement Prosper et Al, le démon ancestral coincé à l’intérieur de ce dernier. J’avoue avoir eu un gros faible pour Al. C’est un personnage complexe qui ne s’avère pas si mauvais que ça. La cohabitation entre Prosper et Al est parfois chaotique et cela nous donne des scènes cocasses, et chacun apprendra beaucoup au contact de l’autre. Prosper est un garçon attachant qui évoluera au fil du récit, il prendra plus confiance en lui.

Quant aux caractères secondaires, ils sont plaisants à suivre, ils ajoutent de la richesse au récit et apportent une bonne dynamique entre les personnages.

Pour conclure :

« La terrifiante histoire de Prosper Reeding, livre 1 » est un conte fantasmagorique avec de l’humour dans un univers magique et terrifiant où les apparences peuvent être trompeuses. L’auteure nous offre une très bonne introduction et j’ai qu’une envie, c’est de découvrir la suite des aventures de Prosper et Al.

À lire !

Publicités

La chronique de « Miss Pook et les enfants de la lune, épisode 1 » de Bertrand Santini

A1Y4aHfpwiL

Paris, 1907…
Miss Pook est une sorcière. Sous l’apparence trompeuse et charmante d’une jeune fille anglaise, elle se fait embaucher comme gouvernante par une riche famille parisienne. Manipulatrice hors pair, Miss Pook a le projet diabolique d’enlever les enfants dont elle a la charge. Sa nouvelle victime se prénomme Elise et Miss Pook parvient à convaincre cette fillette de dix ans de quitter la terre pour vivre avec elle dans son chateau, sur la lune. Elise découvrira bientôt que la lune est une « résidence d’âmes » et fera la rencontre de personnages de légendes tels que le Sphinx, le Faune, un dragon ou des Vampires…

Il est sorti le 8 novembre 2017 aux Editions Grasset jeunesse.

Mon avis:

Miss Pook est un conte merveilleux et sombre à la fois. L’histoire se déroule en 1907, quand une sorte de Marie Poppins, Miss Pook, veut se rendre chez Hector Dubenpré pour être la gouvernante de la jeune Élise. Très vite, on se rend compte que sous ses airs affables, Miss Pook n’est pas ce qu’elle prétend être. Mais Élise, ne voyant qu’une douce et aimante gouvernante, la convainc de partir à l’aventure avec elle sur le dos d’un dragon cerf-volant, afin de visiter la lune où une bien étrange histoire l’attend…

Le style de Bertrand Santini est prenant et envoûtant. On se laisse facilement embarquer et piéger dans ce récit palpitant qui nous réserve bien des surprises. J’ai adoré l’univers que l’auteur a créé. Il est riche et passionnant, mélangeant contes et légendes (Alice aux pays des merveilles, la sorcière de l’ouest, le fil d’Ariane, etc.) où l’on croise de nombreuses créatures (centaure, sphinx, sorcières, vampires…).

En ce qui concerne l’intrigue, elle est superbement menée. Bertrand Santini arrive à nous surprendre avec ses révélations et ses retournements de situations. Le récit est dynamique et l’on a plaisir à suivre les différents personnages que nous rencontrons. Ils sont tous plaisants et leur diversité apporte de la consistance au texte.

Pour conclure :

Bertrand Santini m’a totalement séduite avec « Miss Pook et les enfants de la lune » et son univers féerique et lugubre. Son récit est intelligent. C’est un début très prometteur pour cette série d’autant plus que la fin de ce premier opus annonce une suite encore plus passionnante. J’ai hâte de lire le prochain tome.  

 

La critique de l’album « Poupées en papier à habiller » de Fiona Watt & Elizabeth Savanella

513LBxFbomL

Les rabats de la couverture de ce livre cachent quatre jolies poupées en carton à détacher. Ses pages sont remplies de tenues et d’accessoires à découper pour les habiller, dont des vêtements à colorier et à personnaliser. 

Une activité idéale pour jouer au créateur de mode. 
Un passe-temps indémodable qui absorbera les enfants pendant des heures. 

Il sort le 25 janvier 2018 aux Editions Usborne.

Mon avis:

Voici une activité que je voulais faire découvrir à ma fille que bien des générations ont connue (mère et grand-mère) : les poupées en papier à habiller !

Cet album contient 4 figurines ne papier avec un socle qui permet de les faire tenir debout et plus de 60 tenus diverses et variés, ainsi que certaines à faire décoré par les enfants.

J’ai aimé que l’ont puisse détacher facilement les feuillés, cela permet de facilité le découpage. Toutefois, cette dernière partie est délicate et l’enfant aura besoin d’un adulte pour découper correctement les vêtements, c’est minutieux. Une fois, le tout découpé les enfants peuvent jouer pendant des heures avec les figurines, les habiller et se raconter des histoires. Jouer avec tout simplement et faire travailler son imagination. Les illustrations sont bien faites et colorées. Le papier est relativement épais, mais cela est fait, quand même, pour les enfants soigneux et patients.

En bref, j’ai été heureuse de partager ce moment avec ma fille et de lui faire découvrir les poupées papier à habiller qui lui ont bien plus.

La critique de l’album « Noël – Livre de décalcomanies » de Bethan Janine

51sHxUaYsRL

De jolies scènes illustrées que les enfants auront plaisir à compléter de flocons de neige, animaux, personnages et autres à l’aide de décalcomanies. 

Il est sorti le 19 octobre 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis: 

Voici un très bel ouvrage qui contient onze superbes tableaux sur le thème de Noël et l’hivers ( les arbres de Noël, les maisons en pain d’épices, les flocons de neige, etc.). Il fourmille de détails et c’est avec plaisir que l’on s’amuse à les compléter à l’aide de plus de 1000 décalcomanies présents dans l’ouvrage. Ils sont rangés dans une enveloppe collée à l’intérieur du livre. C’est très facile d’utilisation, le papier est épais et de grande qualité, pas de risque de l’abîmer. De plus, les illustrations sont superbes avec un petit côté rétro que j’aime beaucoup. 

De plus, sur chaque page de gauche vous avez un coloriage. C’est très plaisant et ça apporte un petit quelque chose en plus.

En bref, « Noël » est un très beau cahier d’activité, il est bien pensé et encourage la créativité. Il vous fera passer de nombreuses heures de détente que ce soit pour les petits ou pour les grands. Coup de cœur à la maison !

La critique de l’album « J’habille mes amies: Noël » de Fiona Watt & Lizzie Mackay.

51tVZGa7b5L

Avec plus de 200 autocollants de vêtements, d’accessoires et de décorations de Noël, les enfants vont adorer habiller les jeunes amies pour différents événements dont un spectacle et un marché de Noël. L’activité idéale pour occuper les enfants à l’approche des fêtes. Tous les autocollants sont repositionnables, les enfants peuvent donc les déplacer à leur guise sur les pages plastifiées. Un espace est prévu à la fin du livre pour placer les autocollants en attente.

Il est sorti le 12 octobre 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

Voici une sympathique collection qui ravira vos enfants. Dans ce cahier d’activité, à travers 13 tableaux, pourront s’imprégner de la magie de Noël. Les enfants aimeront vêtir les illustrations et faire prendre vie aux divers endroits qui jalonnent le cahier ( la forêt enneigée, un beau sapin, aux fourneaux, bonne nuit etc.) à l’aide de plus de 200 autocollants présents dans l’album.

J’ai apprécié le côté réutilisable de ces derniers, cela permet aux enfants de créer et de faire travailler leur imagination. Quant aux dessins, ils sont vifs, colorés et variés, les enfants adorent !

Le petit plus du cahier, ce sont les pages plastifiées. Cela apporte une certaine solidité et les enfants peuvent les manipuler sans avoir peur de les abîmer.

D’autre part, ma fille a bien aimé le petit texte qui accompagne chaque tableau, elle était ravie de découvrir l’histoire qui se rapportait à chaque thème.

En bref, « J’habille mes amies : Noël » est un livre d’activité qui ravira vos bambins et qui les mettrons dans l’ambiance de Noël. Cela permettra également de faire travailler leur motricité fine tout en les faisant patienter avant l’arrivé du monsieur à l’habit rouge.

La critique de l’album « 100 % Dinos en 3D » de Susan Hayes

616Gd2WS7lL

100% dinos en 3D Les dinos comme vous ne les avez jamais vus ! Vélociraptor contre tricératops : qui l’emporte ? Quel dino avait des ailes mais ne pouvait pas voler ? Quel fut le dino carnivore le plus gros de tous les temps ? Tu trouveras la réponse dans ce livre qui propose une plongée dans l’univers des dinosaures par le biais des illusions optiques… Jeux de proportions, de perspectives, de couleurs, labyrinthes, images cachées ou qui se dédoublent… dans chaque page, tu peux tester ta vision et ton cerveau pour mieux te rendre compte qu’ils te trompent ! En bonus 2 puzzles 20 pages en 3D 1 poster en relief Plus de 50 activités Construire un dinorama, monter un papertoy, faire des ombres chinoises… Avec 30 fiches sur les dinosaures les plus redoutables.

Il est sorti le 25 octobre 2017 aux Editions Bayard jeunesse.

Mon avis:

Les éditions Bayard jeunesse nous offre un magnifique livre pour nous plonger, à travers différents moyens, dans l’univers des dinosaures !

L’album contient plus de vingt pages en 3D, des posters, des cartes, des puzzles, etc. Le tout à faire avec des lunettes en 3D fournies à l’intérieur (il y a deux paires). Il y a également de très nombreuses activités on peut construire des thaumatrope, des flip-book, des questionnaires… On aborde aussi les illusions d’optique et les perspectives. Cet ouvrage fourmille de détail et d’information. Les enfants vont pouvoir (re)découvrir le monde des dinosaures d’une manière ludique et intelligente.

De plus, les activités sont simples à réaliser, les explications sont claires, le papier est de très bonne qualité et les illustrations sont très belles et bien faites avec le souci du détail.

En bref, 100 % Dinos est un coup de cœur. C’est un ouvrage complet, instructif et amusant qui fera passer de bon moment à votre enfant et en famille !

La critique de l’album « Laissez-moi tranquille » de Vera Brosgol

91uDaznPdnL

Découvrez le périple extravagant d’une mamie qui voulait juste…tricoter en paix.

Il est sorti le 4 octobre 2017 aux Editions Bayard Jeunesse.

Mon avis:

Une grand-mère vit dans un tout petit village et une toute petite maison. Alors que l’hiver approche, elle se met à tricoter des pulls, néanmoins lorsque sa très grande famille arrive, elle ne peut plus rien faire. Alors, un jour elle crie : « laissez-moi tranquille ! ». Dès lors, elle décida d’aller se chercher un coin tranquille pour pouvoir tricoter, mais en chemin elle va rencontrer des ours qui aimeraient bien la goûter, des chèvres qui la fond rendre chèvre et même des petits hommes verts. Mais rien ne va empêcher cette grand-mère de trouver un endroit de calme pour enfin finir son tricot et mieux revenir vers sa famille qu’elle aime plus que tout.

Vera Brosgol nous offre, une jolie histoire pleine d’humour que les enfants auront plaisir à découvrir et que les parents pourront se reconnaître. Qui n’a pas été cette grand-mère ? Cela explique aux enfants que par moment nous avons besoin de recharger les batteries, mais que ce n’est pas pour autant que nous ne les aimons pas très fort. Le tout est raconté de manière drôle, c’est divertissant et accompagné d’illustrations plaisantes et colorées. J’ai beaucoup aimé cette manie et mes enfants ont adoré l’histoire !