La chronique du roman  » William Wenton , t1: Le casseur de codes » de Bobbie Peers

51niSBrwSRL

Nom : Wenton 
Prénom : William 
Signes particuliers : génie du décryptage et aventurier malgré lui

William a un secret : il vit en Norvège sous une fausse identité depuis que ses parents et lui ont dû fuir l’Angleterre huit ans plus tôt. Mais c’en est fi ni de l’anonymat le jour où il résout le Cryptogramme Insoluble, le code le plus complexe au monde. Une mystérieuse organisation va soudain s’intéresser de très près à lui. D’autant que William possède quelque chose de spécial, qui le rend à la fois très précieux et extrêmement dangereux…

Il est sorti le 17 août 2017 aux Editions Pocket Jeunesse.

Mon avis:

William vit caché en Norvège avec sa famille depuis la disparition mystérieuse de son grand-père. Depuis, ils ne doivent pas attirer l’attention sur eux. Mais quand son talent extraordinaire pour casser les codes est découvert, William doit fuir et se retrouve dans un institut secret. William comprendra que l’institut cache des choses et il utilisera toutes ses connaissances pour découvrir la vérité.

Le style de Bobbie Peers est très agréable, fluide et prenant. Le rythme est rapide et l’on ne s’ennuie pas une seconde entre action, rebondissements et révélations. En ce qui concerne l’univers, il est intéressant. On plonge dans la biotechnologie et l’intelligence artificielle. Toutefois, je regrette que cela ne soit pas plus exploité.

Pour ce qui est l’intrigue, elle est bien menée. On a plaisir à suivre notre jeune héros qui découvre ses aptitudes tout en résolvant des énigmes et en combattant des créatures cybernétiques. Néanmoins, je déplore que tout se déroule trop rapidement et simplement.

Du côté des personnages, ils sont sympathiques et les jeunes pourront facilement s’identifier au héros et à son amie Iscia.

Pour conclure :

« Le casseur de codes » est un bon premier tome qui nous offre une aventure palpitante, pleine de danger aux côtés d’un héros fort agréable. Ce fut une lecture divertissante et amusante.

À découvrir !

Publicités

La critique de l’album « Mythes du monde entier illustrés » Collectif

619OjEyREqL

Des contes et des légendes du monde entier, classiques ou moins classiques, sont rassemblés dans ce beau recueil illustré.

De l’Afrique au Japon en passant par l’Irlande, ces récits captivants feront faire le tour du monde aux enfants.
Un recueil d’histoires que les enfants auront plaisir à lire et à relire.
La richesse des illustrations et la qualité de la reliure avec couverture mousse font de cet ouvrage un objet précieux.

Il sort le 8 juin 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

J’ai adoré !

Une fois encore les Éditions Usborne nous offrent un ouvrage de qualité. Cette fois-ci, on parcourt les mythes et les légendes du monde entier (la Chine, la Grèce, la Polynésie, Irlande et l’Égypte entre autres…).

On prend plaisir à découvrir ces 18 histoires souvent méconnues (Déméter et Perséphone, le feu du jaguar, le vacher et la princesse, Ishtar et le monde des morts, etc.) qui raviront les enfants comme les plus grands. Cela va nous permettre de faire découvrir à nos enfants ces récits enchanteurs empreints de magie et de poésie. C’est envoûtant et totalement dépaysant. De plus, les illustrations sont magnifiques aux couleurs chatoyantes et sont en adéquations avec les univers présentés.

D’autre part, le livre objet est très beau, avec sa couverture cartonnée et matelassée avec son marque-page en ruban.

En bref, voici un recueil de contes et légendes traditionnels qui traversent les âges sans prendre une ride. Je recommande chaudement cet ouvrage aux récits magiques et ensorcelants. Il vous fera voyager et rêver tout en captivant vos enfants. Une belle découverte !

La chronique du roman « Nightfall » de Jake Halpern et Peter Kujawinski

téléchargement

Les habitants se préparent à abandonner leurs maisons, mais Marine, Kana et Liam ne croient pas aux légendes de leurs parents. Ils décident de rester dans le village.
Alors que la Nuit les enveloppe, ils découvrent avec horreur qu’ils n’auraient vraiment pas dû…

Il est sorti le 6 avril 2017 aux Editions Pocket Jeunesse.

Mon avis:

Sur l’île de Bliss, quatorze années de nuits vont bientôt succéder à quatorze années de jours. Pendant cette sombre période, les habitants de Bliss migrent avec la marée vers le désert. En préparant leurs bagages, ces derniers s’adonnent à d’étranges rituels donnés par des avertissements sinistres avec d’étranges marques. L’heure du départ est arrivée, mais Liam, l’ami de Marine, a disparu. Elle part le chercher avec son frère Kana, mais ils découvrent qu’ils sont coincés sur l’île alors que la nuit s’installe. Ils devront tout faire pour s’échapper, car les monstres des légendes qui ont bercé leur enfance ne seraient pas si imaginaires que ça…

Le style de Jake Halpern et Peter Kujawinski est agréable et prenant. Le rythme est rapide et l’atmosphère pesante va vous coller à la peau du début à la fin, avec un suspense omniprésent. Le concept est intéressant et les auteurs jouent avec une peur primale : celle de la nuit, du noir. Quant à l’intrigue, elle est simpliste dans son exécution, mais relativement bien menée et garde notre intérêt éveillé jusqu’à la fin. On attend avidement les révélations, malheureusement, ces dernières se font attendre, et nous laissent sur notre faim. En effet, je déplore le manque d’exploitation en ce qui concerne l’univers, la mythologie, les légendes et les créatures. Tout cela demeure assez flou et c’est bien dommage. Il y avait un réel potentiel pour faire un roman angoissant à souhait et un récit plus riche.

Du côté des protagonistes, l’histoire est centrée sur trois personnages de quatorze ans. Liam, Marine et son frère jumeau Kana. Ils sont plaisants, mais ils manquent de relief. Kana était le plus intéressant, dommage qu’il ne soit pas plus exploité. D’autre part, je regrette la fin un peu abrupte. J’aurais apprécié quelques chapitres de plus ou un second tome, car nous n’avons pas toutes les réponses à nos questions.

Pour conclure :

« Nightfall » est un livre jeunesse sympathique qui avait tous les ingrédients pour en faire un roman original et excellent, mais qui, malheureusement, a été bien trop survolé.

Bonne lecture !

La critique de l’album « Autocollants Usborne: Les jardins du manoir » de Struan Reid & Lucy Grossmith.

61RP9fU80LL

De magnifiques jardins que les enfants aimeront aménager à leur guise à l’aide de plus de 300 autocollants. Ils pourront jouer au jardinier et ajouter des plantes exotiques dans les massifs, placer des bancs et des statues à différents endroits du domaine ou choisir des plantes en pot pour la véranda.

Il est sorti le 9 mars 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

Voici un magnifique ouvrage avec plus de 300 autocollants sur le thème les jardins du manoir. Les tableaux sont très grands et le chois leur permettra de découvrir différente sorte de jardin : en terrasse, avec des fontaines, orangerie, d’hivers, etc. Pendant leur balade, les enfants pourront disposer comme bon leur semble les autocollants fournis à la fin du cahier. Toutefois, l’enfant peut s’aider, s’il veut, des indications. D’autre part, les illustrations sont très jolies et réalistes. Ma fille s’est amusée comme une folle. Je recommande !

La critique de l’album « Histoires traditionnelles illustrées » de Collectif & Sara Gianassi.

51TQpq8tmIL

Dix-sept histoires du monde entier, superbement illustrées, pour vivre d’incroyables aventures et se plonger dans l’univers merveilleux des contes.

Il est sorti le 27 avril 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

Voici un ouvrage qui regroupe 17 histoires plus ou moins connues tel que Le bonhomme de pain d’épicele troll et les trois boucs, La petite poule rousseBaba yagaPoussin froussard, l’énorme navetles musiciens de Brême, etc. Ce fut un plaisir de faire connaître ces textes à mes enfants. D’autant plus que les différents récits sont adaptés aux jeunes lecteurs pour leur faciliter la compréhension. Cependant, je vous rassure, les récits ne sont pas pour autant dénaturés. Ces aventures les feront rêver, voyager et frissonner. Ils rencontreront des géants, des génies, des bonnes fées et des animaux. Le tout est embelli par de très jolies illustrations avec un style un peu rétro que j’aime beaucoup, qui colle parfaitement aux récits et qui fait le bonheur des petits comme des grands.

D’autre part, le livre objet est très beau, avec sa couverture cartonnée et matelassée.

En bref, voici un recueil de contes traditionnels qui traversent les âges sans prendre une ride. Je suis ravie de pouvoir partager ces histoires avec mes enfants et leur faire découvrir d’autres auteurs et récits. Pour moi, cela fait partie des incontournables à avoir dans une bibliothèque.

La critique de l’album « Le grand frisson »de Nicholas Oldland

61F8KoPz3fL

II était une fois un élan excessivement craintif et prudent. Ses amis profitent de toutes les occasions pour s’amuser. Pas lui ! Un jour pourtant, sa vie va basculer. Alors, prêt pour le grand frisson ?

Il est sorti le 5 avril 2017 aux Editions Bayard jeunesse.

Mon avis:

C’est l’histoire d’un élan sauvage, enfin pas si sauvage que ça. Il a peur de beaucoup de choses et il n’aime pas l’humidité, le froid les courants d’air, etc. Pourtant, en voyant ses amis, il a l’impression de passer à côté de quelque chose, mais quoi ?

Voici une histoire très plaisante sur le dépassement de soi avec un texte simple au vocabulaire basique. L’auteur nous montre à travers les aventures de l’élan que cela vaut la peine de surpasser ses craintes et que c’est agréable de croquer la vie à pleines dents, même si l’on rencontre parfois des difficultés. Tous ces défis nous font grandir et on en ressort que plus fort.

D’autre part, on a apprécié les illustrations simples, colorées au trait grossier, mais qui nous sont tout de suite sympathiques.

En bref, « Le grand frisson » est un récit charmant et divertissant qui plaira aux enfants.  

La critique du l’album  » La fee sorcière » de Brigitte Minne & Carll Cneut.

51QEBE924BL

Les fées devaient toujours être gentilles. Et propres. Manger leur tarte sans faire de miettes. Boire le thé sans renverser. Porter une robe sans tache. Raconter de leur voix mielleuse des histoires douces et tendres. Et, de temps en temps, agiter leur baguette magique. Marine trouvait les fées terriblement ennuyeuses. Malheureusement, elle en était une…

Il est sorti le 12 octobre 2000 aux Editions L’école des loisirs.

Mon avis:

La fée Marine vit, avec sa maman très stricte, sur un nuage dans un château doré. Pour son anniversaire, elle reçoit une baguette magique. Mais Marine aurait préféré autre chose. Être une fée c’est ennuyeux. On doit toujours être gentille et propre. Marine en a assez, elle veut devenir une sorcière pour faire du patin à roulettes, naviguer sur la mer, même si sa maman n’est pas d’accord. Là voilà donc partie pour le bois des sorcières où elle s’épanouira.

La fée sorcière est une très jolie histoire qui parle de la recherche de l’identité de soi, de la confrontation avec son entourage quand ils attendent autre chose de vous et de compromis. Le message est clair, parents nous essayons de savoir ce qui est le mieux pour notre enfant. Mais parfois nous nous trompons. Il faut alors les laisser devenir indépendant et accepter leurs choix à partir du moment que cela les rendent heureux. Le tout est accompagné d’illustrations agréables à regarder aux couleurs douces.