La chronique du roman « Un été dans les Hamptons » de Sarah Morgan

41duRYDtqML

«  Ta vie, c’est un scénario de comédie romantique.  »
Si la situation n’était pas si catastrophique, Felicity éclaterait de rire, tant ces mots lui semblent éloignés de la vérité. Pour elle, tomber nez à nez avec l’homme qui lui a brisé le cœur et constater que, dix ans après, il est toujours aussi sexy et hors de portée relèverait plutôt de son mauvais karma. Ne s’était-elle pas réfugiée dans les Hamptons justement pour lui échapper  ? Mais, maintenant que Seth l’a retrouvée, Felicity sait qu’elle a une décision à prendre  : passer sa vie à fuir ou affronter une fois pour toutes les démons de son passé…

Il est sorti le 4 juillet 2018 aux Editions Harlequin, collection &H.

Mon avis:

Nous retrouvons Fliss qui tient une entreprise de service de promenade pour chiens, les woofs rangers. Elle adore son métier et la ville de New York, jusqu’à ce que son ex-mari commence à travailler à la clinique vétérinaire qu’elle fréquente. Elle n’a pas vu Steh Carlyle depuis dix ans, mais un seul regard et elle sait qu’elle ne l’a pas oublié. Mais elle ne peut pas le revoir, surtout vu la façon dont ils se sont séparés.

Alors quand sa grand-mère, vivant dans les Hamptons, a besoin de son aide pour l’été, cela semble être le moyen idéal pour échapper à son passé… Mais le destin en a décidé autrement.

Le style de Sarah Morgan est toujours aussi prenant et addictif. On est de nouveau transporté dans cette douce romance avec facilité et joie. L’intrigue reste classique, mais elle est très bien menée avec des dialogues pleins d’esprits et intelligents. L’autrice aborde également des thèmes plus sérieux qui donnent un récit émotionnellement fort et complexe. J’ai apprécié le double point de vue, cela nous permet de bien cerner leurs pensées et comprendre leur façon d’agir.

Du côté des protagonistes, j’ai aimé découvrir Fliss. On voit que sous ses airs solides, se cache une jeune femme douce et vulnérable qui a une mauvaise estime d’elle.

Quant à Seth, c’est un homme loyal, aimant et patient. Il connaît Fliss, il sait tout de ses blessures. Et il sait que si elle se sauve dans les Hamptons, c’est parce que malgré le poids des regrets, de la culpabilité et de l’amour sont toujours présents et que cela la terrifie. Mais il l’a laissée partir une fois auparavant, alors aujourd’hui, il en a décidé autrement. Fliss et Seth sont des personnages très touchants et leurs sentiments sont soigneusement explorés et expliqués. J’ai beaucoup aimé aussi la relation de Fliss et de sa grand-mère, elle est très belle.

Pour conclure :

« Un été dans les Hamptons » est une romance de la seconde chance qui vous fera chavirer et qui vous envoûtera. J’ai adoré me plonger dans l’histoire de Fliss et Seth sur fond d’été, de dune et d’océan. C’est un coup de cœur !

Publicités

La chronique du roman « Sinners, livre 2 : Devious » de L.J Shen

814gIZKspoL
Jusqu’où ira-t-il pour obtenir une seconde chance ?
Devious. Un nom synonyme de danger, de désir, de décadence. Le nom de celui qui lui a brisé le cœur. Rosie n’avait que dix-huit ans lorsque Devious l’a trompée avec sa sœur. Cette expérience l’a détruite, et elle s’est juré de ne plus jamais avoir affaire à lui. Mais voilà que, dix ans plus tard, Devious revient dans sa vie, encore plus sexy et surtout plus déterminé que dans ses souvenirs. Car, s’il est revenu, c’est pour une raison bien précise : obtenir une deuxième chance. Et Rosie sait qu’avec Devious la fuite n’est pas une option ; alors il ne lui reste qu’une seule solution : faire face au démon de son passé. 
Il est sorti le 4 avril 2018 aux Editions Harlequin, collection &H.
Mon avis:

Dans cet opus nous allons suivre l’histoire de Rosie, la petite sœur de Millie et Dean, alias Devious. L’histoire de deux âmes sœurs que la vie a séparées il y a onze ans.

Dean a l’habitude d’obtenir tout ce qu’il veut, mais il sait que les chances d’avoir Rosie dans sa vie sont minces depuis qu’il a fréquenté sa sœur au lycée.

Pourtant, il a toujours su qu’il était avec la mauvaise sœur, mais il n’a jamais rien fait. Mais aujourd’hui, il est déterminé à réparer son erreur et se battre pour Rosie.

Rosie essaye de vivre une existence normale bien qu’elle soit atteinte de mucoviscidose. Toute sa vie tourne autour des soins médicaux et de sa famille, qui la voit comme une petite chose fragile, elle étouffe. Rosie sait que ces jours sont comptés. D’ailleurs, elle évite de s’attacher aux autres pour cette raison. Elle ne veut imposer sa maladie à personne, car elle sait qu’elle ne peut pas avoir le droit à un avenir. Pourtant, Dean Cole a toujours été l’exception. Le garçon dont elle est amoureuse depuis des années et qu’elle n’a jamais pu avoir jusqu’à aujourd’hui…

Le style de L.J Shen est très agréable. Elle arrive à faire passer un grand nombre d’émotions à travers ses mots. L’autrice raconte avec beauté et simplicité l’histoire de Rosie et Dean. Ils devront faire face à de nombreuses complications tout en se battant contre leurs propres démons. Les thèmes sous-jacents ont été très bien traités et avec profondeur.

Quant aux protagonistes, Rosie est une jeune femme forte et intelligente sous ses airs fragiles. Tout ce qu’elle veut c’est vivre sa vie au maximum et faire ses propres choix.

Du côté de Dean, c’est un égocentrique privilégié, pris dans une spirale autodestructrice où dans son monde, tout est terne, mais où Rosie est son étoile. L.J Shen nous dévoile également une facette de lui qui ne pourra que vous charmer et vous toucher. Le développement de la relation entre Rosie et Dean est crédible, intense, doux et parfois explosif où rien ne sera simple. De plus, j’ai apprécié les flahbacks qui nous permettent de bien comprendre la relation qui unit Dean, Rosie et Millie.

Pour conclure :

L.J Shen m’a totalement happée avec « Devious ». Tout est bien exploré avec des personnages uniques, foncièrement bons et aimants. Cela nous offre une romance intense, brute, pleine d’étincelles avec des rebondissements et des révélations. Ce fût encore une excellente surprise, je recommande chaudement !

La chronique du roman « Rendez-vous au Cupcake Café » de Jenny Colgan

9782266281164ORI

Izzy est une fée de la pâtisserie. Elle a passé son enfance dans la boulangerie de son grand-père, et a indéniablement hérité de son talent. Chaque semaine, ses collègues du bureau se régalent de ses cupcakes colorés et autres brownies ultrafondants… 
Lorsqu’elle se fait licencier par son futur ex-petit-ami, Izzy sent grandir en elle une idée folle : et si elle ouvrait son propre cupcake café ? Le projet est un peu risqué, le chemin semé d’embûches, mais lorsqu’elle découvre un magasin à louer dans une ruelle pavée, elle se lance dans l’aventure, et dans une nouvelle vie ! 

Il est sorti le 7 juin 2018 aux Editions Pocket.

Mon avis:

Je n’avais jamais lu de roman de Jenny Colgan malgré l’immense succès qu’elle rencontre en France et en Angleterre. J’ai décidé de me lancer avec cette nouvelle saga,et même si je ne suis pas déçue, je n’ai pas été totalement emballée je dois bien l’avouer.

 

Tout d’abord j’ai eu du mal à me plonger dans l’histoire. J’ai immédiatement bien accroché avec les personnages, et l’histoire m’a immédiatement plu. Toutefois, après la centaine de pages englouties, j’ai eu l’impression que l’intrigue faisait du sur place. Du coup, j’ai lu ce livre de manière épisodique, en intercalant d’autres lectures en même temps. D’ordinaire, je déteste faire cela, mais là, j’en ai vraiment eu besoin. En effet, je trouve que le récit souffre de trop de longueurs. À mon sens il aurait mérité d’être allégé d’une centaine de pages environ (disons que moi, je l’ai senti passé le gros pavé de 544 pages !).

 

Malheureusement le personnage d’Izzy a fini par m’énerver. Au départ ça allait bien, je la trouvait touchante, surtout dans ces moments avec son grand père. Puis au fil des chapitres on se retrouve avec une héroïne tantôt attachante, tantôt énervante. C’est une sacrée nunuche par moments. Certes Izzy évolue au fil des pages mais tout est gâché par son retour vers certaines personnes. J’ai vraiment eu envie de la baffer pour ce coup là. 

 

Les personnages secondaires sont, pour la plupart, adorables, comme Héléna, Pearl, Austin, ou le grand-père d’Izzy… J’ai juste eu du mal avec Caroline, qui n’est pas forcément méchante mais que j’ai trouvée trop hautaine, même si elle tente de faire amende honorable vers la fin du livre.

Il y a des personnages secondaires qu’on prend plaisir à détester, comme les « copines » de Caroline ainsi que le beau et trop pédant Graeme. 

 

J’ai également grandement apprécié les relations que nous dépeint l’auteure. Le trio formé par Izzy, Pearl et Helena, est particulièrement touchant. J’ai beaucoup aimé cette forte amitié qui se met en place doucement. On voit les liens se former entre elles, la confiance se développer. Je pourrais même ajouter Caroline à ce trio, surtout vers la fin. Elles forment des pilliers essentiels à leurs vies. 

 

Pour conclure, « Rendez-vous au Cupcake café » n’a pas été le coup de coeur que j’espérais, mais j’ai tout de même passé un bon moment de lecture dans l’ensemble. Je pense lire la suite, maintenant que les relations sont bien mises en place et que la fin annonce de nouvelles aventures.

Je possède également dans ma pile à lire son autre série, « La petite boulangerie », dont j’ai entendu beaucoup de bien.

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « Les Etoiles de la Fortune, Tome 3 : Riley » de Nora Roberts

51hG+GIb2WL

En Irlande, Riley, Doyle, Sasha, Annika, Sawyer et Bran sont à la recherche d’indices qui les conduiront jusqu’à l’Etoile de Glace, puis à la déesse Nerezza qu’ils ont pour mission d’affronter. Ils ne sont cependant pas au bout de leur peine car ils devront aussi se rendre sur la mystérieuse Ile de Verre… A ces différentes quêtes s’entremêle celle de leurs sentiments. Riley, la femme lycanthrope, pourrait bien avoir touché Doyle au coeur. Le bel immortel, qui se pensait brisé depuis près de trois cents ans, pourrait-il aimer de nouveau ?

Il est sorti le 23 mars 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Nous retrouvons les personnages au moment exact où nous les avons laissés à la fin du deuxième tome. Ils se sont rendus à la demeure de Bran le magicien, en Irlande, où ils pansent leurs blessures suite à leur affrontement avec Nerezza. Mais bientôt, ils devront reprendre leurs recherches afin de mettre la main sur la troisième étoile et trouver l’île de Verre. 

 

L’intrigue est plutôt cousue de fil blanc et le final n’est pas étonnant, mais cela ne m’a pas dérangée. Je n’attends pas des romans de Nora Roberts (au moins dans ce registre là) qu’ils débordent d’action ou de revirements de situation.

Les descriptions du pays sont superbes et m’ont fait rêver. J’étais absolument ravie que la fin du voyage se fasse en Irlande, dans une ambiance à la fois magique et sombre.

 

Les six personnages principaux de la trilogie forment une équipe forte et soudée. Bran, Doyle, Riley, Sasha, Sawyer et Annika passent de bons moments tous ensemble (excepté la menace de Nerezza qui pèse sur eux) et j’ai trouvé que l’auteur mettait suffisament d’émotions dans ses relations. Celles-ci sont plutôt bien dépeintes et rendent les protagonistes attachants (même si j’ai préféré certains plutôt que d’autres). 

Un petit reproche que je peux faire à ce roman, c’est son côté un peu trop « routinier » (la méchante attaque, le cercle se réuni et échange des idées, ils partagent un repas, ils sont plus alertes et hop le méchant attaque de nouveau, etc.). C’est dommage car cela casse un peu l’intrigue générale. Nora Roberts utilise souvent les mêmes ficelles et les mêmes ambiances pour ses trilogies fantastiques, et au bout de plusieurs romans de l’auteure, cela devient un peu lassant.

Nos deux héros ne correspondent pas à leur genre de partenaire habituel, et Doyle n’a vraiment pas envie de s’attacher (on le comprend, à cause de sa condition). 

Riley est une jeune femme moderne, indépendante, courageuse et ordonnée. C’est une lycanthrope et archélogogue de renom qui adore la compétition. Elle est à la fois un animal de meute et elle a un caractère dominant. Quant à Doyle, notre immortel, c’est un motard à l’esprit bourru, qui lui aussi a un caractère dominant, d’où les étincelles entre lui et Riley. 

Au final, je ne suis pas déçue du voyage car j’ai beaucoup aimé ce roman et je dirais même toute la trilogie. Il y a certes certains aspects du roman qui m’ont un peu déçue (la routine installée qui rythme la vie des personnages par exemple) mais c’est bien écrit, l’histoire est assez prenante, et les personnages sont attachants. En somme, la magie de la plume de Nora Roberts opère toujours chez moi.

Ecrit par Noémie

jaibloguepourelle

La chronique du roman « Méfie-toi des étoiles » de Elizabeth Craft et Shea Olsen

81cH0KKeqIL

Elle avait tout prévu, sauf de tomber amoureuse d’une célébrité.

Pas de sorties, pas de soirées ni de bal de promo, et surtout pas de petit ami  : c’était le plan. Le plan parfait qui me garantirait un avenir digne de ce nom, à l’opposé de la vie dissolue que les femmes de ma famille ont toujours menée. Ce n’était pas tous les jours facile à assumer, surtout en cours, mais c’était ce que je voulais et j’allais y arriver. Sauf qu’un soir j’ai rencontré Tate  : le garçon le plus sexy que j’aie jamais vu, et aussi l’une des stars les plus célèbres du moment. Je ne sais pas grand-chose de lui si ce n’est que, quand je suis dans ses bras, le passé et le futur me semblent loin, très loin… 

Il est sorti le 9 mai 2018 aux Editions Harlequin, collection &H.

Mon avis:

Charlotte, 18 ans, a un plan tout tracé. Elle est déterminée à être la première femme de sa famille à aller à l’université. Pour ce faire, elle s’est fait une promesse : pas de petit ami, de bal de promo ou de sorties le samedi soir, pour ne pas reproduire les erreurs des autres femmes de la famille. Mais quand Tate Collins entre dans le magasin où elle travaille, elle commence à tout remettre en question…

Le style d’Elizabeth Craft et Shea Olsen est agréable, prenant et nous fait ressentir de belles émotions. En ce qui concerne la romance, elle est assez clichée et très peu crédible par rapport à l’âge des héros ou de certains principes bancals de l’héroïne. D’autre part, le tout manque de profondeur et de consistance. On reste trop en surface. De plus, une scène se rejoue trois fois, ce qui donne un côté répétitif au roman, c’est dommage.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont plaisants et j’ai eu plaisir à les suivre même s’ils manquent cruellement de développement. J’aurais apprécié le point de vue de Tate, cela aurait apporté un réel plus à l’histoire.

Pour conclure :

« Méfie-toi des étoiles » est une romance young adult divertissante et légère qui vous fera passer quelques heures de lecture agréable, mais qui manque de profondeur et d’épaisseur.

Chronique du roman « Dive Bar, volume 3 : Chase » de Kylie Scott

91jefddEyCL

La réputation de tombeur d’Eric Collins, l’un des propriétaires du Dive Bar, n’est plus à faire. Rien de surprenant donc qu’il remarque d’emblée la belle Jean, nouvelle venue en ville. Sauf que non seulement elle ne veut rien entendre de lui, mais elle est également enceinte. Une bonne raison pour tenir Eric à l’écart… D’autant plus que, décidée à mettre un terme à son style de vie déluré, Jean aspire à être le genre de mère qu’elle a toujours rêvé d’avoir.
Pourtant, lorsqu’elle commence à avoir des contractions alors qu’elle est coincée dans sa voiture en pleine tempête de neige, c’est Eric qui lui vient en aide. Un lien s’est désormais tissé entre eux, mais est-ce suffisant  ? Eric est-il prêt à changer pour être l’homme dont a besoin Jean  ?

Il est sorti le 6 juin 2018 aux Editions &moi.

Mon avis:

Dans ce dernier volet de la série, nous allons nous concentrer sur Éric Collins, qui est propriétaire du Dive Bar avec Nell et Lydia. Il est sexy, intelligent, mais il a la réputation d’être un obsédé superficiel et immature. Fatigué que l’on pense cela de lui, il va commencer à faire les choses différemment. Il est d’autant plus motivé quand il fait la rencontre de Jean Antal, quelque chose en elle le trouble.

Jean Antal vient juste d’arriver en ville. Elle est très vite attirée par ce barman sexy qui s’avère être son voisin, seulement voilà, ce n’est pas la priorité du moment, car elle est enceinte de sept mois. Mais très vite un lien va les unir et cet homme à la réputation peu avantageuse va se révéler être un ami sur qui elle pourra compter. Petit à petit elle apprendra à le connaître et leur relation évoluera en quelque chose de fort et solide…

J’ai beaucoup aimé Éric, l’auteure nous fait voir un autre côté de sa personnalité. Il est gentil, attentionné et fiable avec un petit côté vulnérable. On s’aperçoit qu’il manque de confiance en lui. Son histoire avec Nell a laissé des blessures plus profondes qu’il ne le laissait voir. Alors que Nell est imbuvable avec lui, Jean va voir au-delà de la carapace et elle va lui donner un but et le rendre heureux. Éric grandira beaucoup dans ce tome et il est très attachant et touchant; et avec le bébé il est merveilleux. Il fera fondre votre petit cœur.

Leur romance est correctement développée avec une plume très agréable. L’histoire est certes prévisible, mais j’ai été totalement happée par cette histoire très bien menée. De plus, j’ai aimé retrouver l’équipe de la saga « Stage Dive ».

Pour conclure :

Kylie Scott clôt parfaitement bien cette série avec « Chase ». J’ai tout aimé, à la fois les personnages et le récit. C’est une belle romance pleine de tendresse, de douceur et de passion avec une pointe d’humour.

Bonne lecture !

La chronique du roman « Renegade, livre 2 : Nova » de Rebecca Yarros.

81x15tFT3DL

Le seul cœur qu’il veut conquérir, c’est celui qu’il a déjà brisé.
 
Landon Rhodes. Star incontestée des sports extrêmes, mondialement connu pour son talent fou et son audace. On dit qu’un jour une fille lui a brisé le cœur et que c’est ce qui l’a rendu imprudent, obstiné, parfois même irresponsable. Cette fille, c’est moi. On m’accuse d’avoir été une malédiction pour sa carrière, sauf que Landon et moi connaissons tous les deux la vérité  : c’est lui qui m’a brisée. Pourtant, si j’embarque aujourd’hui pour la même croisière que lui, ce n’est pas pour me faire justice. Ce tour du monde, c’est le rêve d’une vie et je ne laisserai pas Landon Rhodes me voler plus que ce qu’il m’a déjà pris…

Il est sorti le 9 mai 2018 aux Editions Harlequin, collection &H.

Mon avis:

On reprend là où l’on s’était arrêté, tout en se concentrant sur de nouveaux personnages, c’est-à-dire Landon alias Nova et Rachel, la meilleure amie de Leah.

Cela fait maintenant deux semaines que Rachel est sur le bateau et évite du mieux qu’elle peut le garçon qui lui a brisé le cœur il y a deux ans. De toute manière, elle a entreprit cette croisière pour Leah et pour en découvrir plus sur ses origines et l’endroit où elle est née.

Mais Landon a des idées bien différentes lorsqu’elle réapparait brutalement dans son existence. Il est bien décidé à récupérer l’amour de sa vie, la fille qu’il a abandonnée deux ans plus tôt. Il est prêt à tout pour avoir enfin le droit à une seconde chance…

Le style de Rebecca Yarros est très agréable, fluide et nous transmet bien les émotions des personnages. Le rythme est rapide entre voyages, drame et cascades.

En ce qui concerne la romance, elle est classique, mais très bien menée et développée. J’ai apprécié le côté sport extrême et la recherche de Rachel sur ses racines, qui apporte de la consistance au récit.

D’autre part, j’ai aimé que l’auteure prenne son temps pour l’évolution de l’histoire de nos deux héros. Rebecca Yarros nous donne tous les tenants et aboutissants pour comprendre les choix et les sentiments de chacun. De ce fait, on ressent une connexion avec ces personnages humains et imparfaits, ce qui les rend touchants.

Rachel et Landon fonctionnent à merveille ensemble, ils se complètent et en même temps, ils ont en commun le goût pour les sports extrêmes. Ce fut également un plaisir de revoir Wilder et Leah, ainsi que Penna.

Pour conclure :

« Nova » est une romance de seconde chance. Cela a été une lecture très plaisante, même si ma préférence reste au premier opus. Maintenant, j’ai hâte de découvrir l’histoire de Penna.

Bonne lecture !