La chronique du roman « Cold Fury, T1 : Alex » de Sawyer Bennett.

téléchargement (1)

Sutton Price, assistante sociale, a l’habitude de gérer les personnalités difficiles. Mais elle ne s’attendait pas à collaborer avec Alexander Crossman, star du hockey, insolent à souhait, qui veut redorer son image en participant à un programme de sensibilisation antidrogue. Même s’il inspire à Sutton les fantasmes les plus débridés, elle n’est pas du genre à confondre vie privée et vie professionnelle… et encore moins pour un bourreau des coeurs. Mais plus la jeune femme apprend à le connaître, et plus l’image du bad boy s’efface, laissant apparaître un homme qu’elle brûle d’approcher.

Il est sorti le 25 mai 2017 aux Editions Milady.

Mon avis:

De puis six ans Alex fait partie de l’équipe de hockey les Cold fury. Il déteste l’adulation, le feu des projecteurs et tout ce qui va avec. Il est isolent, froid, et il n’est pas très apprécié par les supporters.

Pour redorer son image, le club lui impose de collaborer avec le centre anti-drogue du comté de Wake. S’il refuse, il risque de tout perdre…

Sutton Price a toujours souhaité faire partie d’un projet comme celui de créer un programme de grande envergure, de sensibilisation contre les addictions pour les jeunes. Quand on lui propose un partenariat avec les Cold Fury, elle est ravie. Mais sa rencontre avec le porte-parole de l’équipe, Alexander Crossman, n’est pas des plus engageant. Pas de soucis ! Sutton sait gérer les caractères difficiles. D’ailleurs, au fil des rendez-vous, elle découvrira un autre homme qui pourrait bien ravir son cœur…

Le style de Sawyer Bennett est très agréable et addictif, on tourne les pages avec plaisir. En ce qui concerne le scénario, il est bien mené, même s’il est sans grande originalité. Mais cela ne veut pas dire que le récit manque d’émotions, d’intensité ou d’intérêt, bien au contraire. On a plaisir à découvrir nos héros, leurs failles, leurs doutes et leurs désirs ainsi que le reste de l’équipe des Cold Fury ou la famille de Sutton. La romance est très plaisante à voir s’installer et évoluer. Sawyer Bennett prend son temps et ce n’est pas pour nous déplaire.

Pour ce qui est des protagonistes, ils sont agréables, touchants et attachants. On sent tout de suite une alchimie explosive entre eux, un désir silencieux qui les dévorent, mais aussi des sentiments profonds. Tous deux ont eu une enfance malheureuse, tandis que Sutton a su surmonter ses blessures, Alex, lui, s’est drapé dans sa solitude et sa colère. Au côté de Sutton, il apprendra à combattre ses fantômes du passé, à pardonner pour aller de l’avant. Elle sera le baume de son esprit tourmenté, qui le poussera à modifier le regard qu’il porte sur le monde.

Pour conclure :

Sawyer Bennett m’a conquise. C’est une délicieuse romance avec des personnages charmants et un récit captivant, riche en émotions de toute sorte. C’est avec plaisir que je lirais la suite qui sera sur Garrett, un ami d’Alex.

Bonne lecture !

Publicités

La chronique du roman « Affaires privées, Tome 3 : Plus si affinités » de Molly O’Keefe.

téléchargement

Pour garder le cap entre la maladie de sa mère et les frasques de ses élèves, Shelby Monroe mène une vie bien réglée. Or, depuis trois jours, impossible de dormir : son nouveau voisin, Wyatt Svenson, fait un bruit d’enfer en réparant sa moto. N’y tenant plus, Shelby débarque chez lui en pleine nuit et ouvre les hostilités. Sauf que le lendemain, les voilà à nouveau réunis, au lycée. Casey Svenson a des problèmes scolaires, et Shelby n’est autre que sa professeur d’arts plastiques. Forcés de faire bonne figure, Wyatt et elle dissimulent mal leur hostilité. Cette dernière ne cacherait-elle pas plutôt une attirance irrépressible ?

Il est sorti le 29 avril 2017 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Ty vient de déménager à Bishop avec son fils adolescent, Casey, qui ne savait même pas qu’il existait jusqu’à il y a quelques mois. Ty veut leur donner l’opportunité d’un nouveau départ et créer un lien père/fils. Mais Casey est un adolescent perturbé qui a vu et vécu beaucoup d’horreurs et son premier jour dans sa nouvelle école ne se passe pas très bien.

Ty trouvera une alliée et une confidente inattendue en Shelby Monroe, la professeure d’art plastique de Casey. Elle est également leur voisine. Shelby est une femme qui a une vie réglée comme du papier à musique. C’est une jeune femme blessée par un passé douloureux, qui a laissé des cicatrices durables à la fois chez elle et chez sa mère, qui souffre de la maladie d’Alzheimer. Ty et Shelby sont tout de suite attirés l’un par l’autre, mais cette dernière ne veut de lui que du sexe, pour échapper à son monde… Ty, lui, il veut plus que ça, mais arrivera-t-il à percer ses défenses ?

Le style de Molly O’Keefe est agréable et elle nous parle avec justesse de problèmes réalistes. D’ailleurs, les sujets abordés, l’impact d’une maladie ou la création d’une relation, nous touchent particulièrement. Toutefois, la romance est éclipsée justement par le combat de nos protagonistes à faire face à leurs soucis personnels. Ce qui est dommage, car la romance est creuse et manque cruellement de développement et de sentiments. De plus, de nombreux passages sont redondants, on tourne en rond et cela alourdit le texte. D’autre part, je n’ai pas réussi à m’attacher au personnage de Shelby, elle est beaucoup trop froide, renfermée et girouette. Je nettement préféré Ty qui ne cache pas ses émotions et qui est prêt à tout pour le bonheur de son fils. Néanmoins, leur couple m’a laissée totalement de marbre.

Pour conclure :

« Plus si affinités » est une petite déception. Si Molly O’Keefe a su me toucher avec les thèmes abordés, elle m’a totalement perdue avec la romance.  

jaibloguepourelle

La chronique du roman « Lucky Harbor, Tome 2 : Tendrement » de Jill Shalvis

91xfGN9lpHL

La plus belle erreur qu’ils aient jamais faite…

Dix-sept ans après un été mémorable passé à Lucky Harbor, Tara est de retour dans cette petite station balnéaire, où sa mère lui a légué, ainsi qu’à ses soeurs, un hôtel qu’elles ont décidé de retaper. Alors qu’elle tente de résister à son attirance pour le beau Ford Walker, son amour de jeunesse, leur passé ressurgit. Pour mieux les réunir ?

Il est sorti le 24 mars 2017 aux Editions Milady.

Mon avis:

L’été de ses dix-sept ans, Tara a fait la rencontre de Ford Walker. Ils ont tous les deux partagé un mois torride, mais Tara a fini par prendre la fuite. Depuis son retour à Lucky Harbor, notre héroïne agit comme si Ford n’existait pas, à son grand désespoir. De son côté, il s’amuse à la faire sortir de ses gonds…

On pourrait croire que l’intrigue de « Tendrement » est toute tracée dès le départ, et pourtant non. Certes, on sait bien que nos deux héros vont finir ensemble, mais c’est sans compter sur les évènements (et les gens !) qui vont sérieusement pimenter les choses.

J’ai, une fois de plus, été très intéressée par les liens familiaux et les habitants de Lucky Harbor. Les trois sœurs avaient une relation très étrange dans le premier tome, très conflictuelle. Dans « Tendrement », plusieurs mois sont passés et les trois femmes ont pu résoudre une grande partie de leurs soucis familiaux. Elles ont construit les bases d’une vraie famille, et même si leur relation n’est pas parfaite, c’est désormais un lien indéfectible et tendre qui les uni.

Dans le premier tome je n’étais pas du tout fan de Tara car je la trouvais méchante. Toutefois, la révélation finale sur son passé m’a donné envie d’en savoir plus sur elle. C’est pourquoi j’ai lu ce deuxième opus et je ne suis pas déçue. Le passé de Tara se révèle très intéressant. C’est également une femme que l’on a plaisir à voir évoluer. Elle est intransigeante et obstinée, mais également intelligente et attentionnée. J’ai beaucoup aimé ces deux derniers aspects de sa personnalité.

Quant à Ford, sur le papier, c’est l’homme parfait. C’est un grand et bel homme bâti comme un catcheur, et qui a le sourire facile. Le passé qui le lie à Tara le rend très touchant et j’ai adoré le fait qu’il ne lâche pas le morceaux avec Tara. Lui aussi est quelqu’un d’obstiné.

En conclusion, si le premier tome ne m’avait pas vraiment convaincue, ce deuxième opus m’a énormément plu. « Lucky Harbor, tome 2 : Tendrement » est un roman plein d’humour, j’ai beaucoup souri à la lecture de cette histoire, et ce dès le premier chapitre. C’est également une romance plaisante à suivre et pleine d’émotions.
Je vous donne rendez-vous très vite pour le troisième tome « Éperdument ».

Ecrit par Noémie.

La chronique du roman « Trois rêves, Tome 1 : Orgueilleuse Margo » de Nora Roberts

61sKi10RO1L

Toute petite déjà, avec ses amies Kate et Laura, Margo passait des heures à imaginer sa vie future, pleine de paillettes et d’innombrables amants. Après une brillante carrière de mannequin, qui s’achève par un scandale, la voilà contrainte de rentrer au bercail. Honteuse, ruinée, et ses plus beaux rêves envolés. Pour pallier des difficultés financières, Margo décide d’ouvrir une boutique et d’y vendre ses accessoires et vêtements de luxe. Projet que soutiennent avec enthousiasme ses deux meilleures amies et le séduisant Josh, le frère de Laura. Depuis l’enfance, Josh lui témoigne une amitié sans faille. Or, de l’ami à l’amant, il n’y a qu’un pas…

Il est sorti le 1 février 2017 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

De manière générale, j’aime beaucoup l’esprit qui se dégage des romans de Nora Roberts. Pour moi, elle écrit toujours des livres feel good que je prends un plaisir à découvrir. Je n’ai donc pas hésité une seule seconde avant de me lancer dans le premier tome de cette trilogie « Trois rêves, tome 1 : Orgueilleuse Margo ». Une fois de plus, Nora Roberts m’a conquise.

L’intrigue de ce premier tome centré sur Margo est vraiment très intéressante. Je pensais avoir du mal à apprécier l’histoire car la quatrième de couverture nous présente l’héroïne un peu comme une égoïste superficielle prête à tout pour devenir une star. Toutefois, même si je n’adhère pas à la plupart des choix de Margo, j’ai adoré suivre son histoire et son évolution. On se rend vite compte que sous cette surface, il y a autre chose, un côté très touchant. Tout au long de l’histoire, l’auteur nous entraîne dans un petit tourbillon d’émotions. On assiste à des disputes, des réconciliations, des moments tendres, des dialogues savoureux et drôles, des scènes cocasses (celle du match de tennis !)… Tous ces ingrédients font de cette romance une histoire agréable à suivre. Ce premier tome nous offre donc une jolie romance, mais c’est également l’occasion d’apprendre à connaître l’ensemble des personnages qui gravitent autour de Margo et Josh.

Les trois jeunes femmes de la saga (Kate, Laura et Margo) forment une famille forte et soudée, même si elles ont plusieurs fêlures et des choses à se reprocher à cause des années passées. Les relations entre les filles sont bien dépeintes et rendent les protagonistes très attachants. Nora Roberts trouve les mots justes pour nous faire ressentir les émotions de ses personnages.

Margo, sous ses airs de belle plante futile, est une jeune femme intelligente, rusée et ambitieuse. Elle se déprécie souvent mais ses proches (sa mère, ses amies, Josh…) finissent par lui donner des ailes et peu à peu elle se sent capable de tout, ou presque. Même si elle garde toujours certains doutes, on la voit évoluer (en terme de carrière mais aussi au niveau personnel) et c’est vraiment très plaisant. 

Quant à Josh, il a un côté macho et sûr de lui, et il met souvent les pieds dans le plat envers Margo. Toutefois, ces moments où il ose l’affronter sont excellents et nécessaires pour la jeune femme. Josh est également un homme attendrissant, et j’ai aimé la manière dont il traite Margo. Il fait des erreurs certes, mais il est profondément amoureux d’elle et ne veut que son bonheur.

En conclusion, j’ai passé un très bon moment avec « Trois rêves, tome 1 : Orgueilleuse Margo ». C’est une saga que je vais très certainement dévorer. L’histoire de Josh et Margo est touchante, ils forment un bon duo. La galerie de personnages secondaires est elle aussi très chouette. J’ai hâte de lire le deuxième tome !

Ecrit par Noémie

jaibloguepourelle

La chronique du roman « S’accrocher aux étoiles » de Katie Khan.

61111ufvABL._SX348_BO1,204,203,200_

 » Ne lâche jamais ma main. « 

Dérivant dans l’espace, Carys et Max n’ont plus que 90 minutes d’oxygène disponibles. 90 minutes durant lesquelles, de toutes les façons imaginables, ils vont tenter de sauver leur vie. Parce qu’ils ne peuvent pas se perdre maintenant. Pas après ce qu’ils ont traversé.

Accrochés l’un à l’autre, ils regardent la planète bleue s’éloigner, se souviennent de leur rencontre, et évoquent le monde qu’ils laissent derrière eux : une société prétenduement idéale, une utopie révolutionnaire où, au nom du progrès et de l’avenir, l’amour véritable a été banni. Le meilleur des mondes, leur a-t-on répété. Mais peut-on, au nom d’un intérêt supérieur, oublier ce qu’on est, ce qu’on a été, ce qu’on aurait pu être ?

Il est sorti le 11 mai 2017 aux Editions Super 8.

Mon avis:

Nous suivons Carys et Max qui se retrouvent dérivant dans l’espace avec en tout et pour tout 90 minutes d’oxygène. Pendant qu’ils s’acharnent à trouver une solution pour leur éviter la mort, ils nous content leur relation, le début, leur joie, leurs regrets, mais aussi l’envie de se battre pour leur amour contre cette société qui abroge les relations durables avant 35 ans et qui se dit parfaite.

En effet, nous sommes dans un futur dystopique où les personnes vivent libres et tous les trois ans, chaque citoyen d’Europia doit changer de pays. Ils sont indépendants au sein d’une communauté mixte, multiculturelle, changeante, en travaillant pour le bien d’Europia. Mais Carys et Max découvriront que l’amour ne peut pas obéir à une loi, que cela est beaucoup plus que ça, plus profond, et ils feront tout pour faire changer le système…

L’auteur alterne, tout le long de notre lecture, les passages dans l’espace et leurs souvenirs. Cela nous permet de bien cerner les personnages, de les comprendre et de savoir pourquoi ils en sont arrivés là où ils sont. Le rythme est rapide et la tension monte crescendo au fur et à mesure que les minutes défilent. C’est une lecture assez prenante et l’on veut vraiment savoir comment tout cela va se terminer.

Toutefois, je dois dire que le premier tiers du roman m’a laissée un peu de marbre, j’avais du mal à rentrer dans l’histoire et à ressentir quoique ce soit. La seconde partie est plus engageante, on se connecte enfin aux personnages et ils nous touchent. Même si je dois bien l’avouer, j’ai trouvé qu’il y avait une surenchère dans les catastrophes et j’ai ressenti plus de tristesse dans leur couple que de joie. De plus, j’ai trouvé que les parties dans l’espace étaient trop scientifiques et de ce fait, un peu ennuyeuses. Pour ce qui est du final, j’ai été déçue. Katie Kahn nous offre plusieurs fins et c’est à nous de choisir celle qui nous convient le mieux… J’ai été frustrée et en colère. Je n’adhère pas du tout au concept des fins alternatives, comme si l’auteur lui-même n’était pas capable de choisir une fin à son roman. C’est dommage car cela m’a gâché la fin de ma lecture…

Pour conclure :

« S’accrocher aux étoiles » est une lecture en demi-teinte pour moi. Pourtant, c’est un livre intéressant avec une intrigue bien menée et un univers relativement bien traité qui nous parle d’idéologie dans un monde en apparence parfait.  

La chronique du roman « La promesse » de Mia Sheridan

51aq2UkAKkL._SY346_

Quand Kira croise Grayson à la banque, elle pense avoir trouvé la solution à son problème : il est visiblement à la recherche d’argent et elle est prête à partager celui dont elle héritera si elle se marie. Il ne lui reste plus qu’à faire sa proposition, un peu inhabituelle. Grayson a promis qu’il restaurerait le vignoble familial situé en Californie. Pour cela, il a besoin de fonds. Il va accepter avec réticence la proposition de Kira.

Apparemment, ils partagent bien peu de choses. Ils ont également des préjugés l’un sur l’autre.
Mais, au cours d’un été, au milieu des vignes, ils vont apprendre à se découvrir, à s’apprivoiser, à découvrir que leur rencontre va peut-être leur permettre de trouver bien plus qu’un avantage financier.

Il est sorti le 13 avril 2017 aux Editions Hugo & Roman.

Mon avis:

Kira a décidé de prendre sa vie en main, c’est-à-dire se tenir loin de son père et de ses relations. De ce fait, elle se retrouve seule, sans argent. Enfin presque, car sa grand-mère lui a laissé un héritage, mais cette dernière a stipulé dans son testament que pour recevoir l’argent, Kira devra soit attendre l’âge de 30 ans soit être mariée. Mais où trouver un homme qui serait prêt à accepter son idée farfelue ?

Grayson Hawthorn est un homme au passé de criminel. Il est dans une situation désespérée, il a besoin d’argent pour sauver le domaine familial, faire des réparations et tenir la promesse qu’il a faite à son père. Mais voilà, personne ne veut lui prêter d’argent. Alors quand cette jeune femme lui propose un mariage de convenance, il accepte. C’est juste un accord commercial à durée déterminée et au bout d’un an chacun reprendra son chemin. Sauf que rien ne sera aussi facile surtout quand la passion et les sentiments vont interférer dans ce qui devrait être juste du buisness et rien de plus…

Le style de Mia Sheridan est très agréable et fluide avec un rythme assez soutenu, à l’atmosphère électrique. Le scénario est bon et bien mené, même si l’on s’attend au dénouement. Toutefois, cela ne nuit aucunement à l’histoire et au plaisir que l’on a de suivre leur aventure.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont touchants, plaisants et bien développés. On a aimé suivre leurs interactions et leur lutte contre l’attirance, leur désir et leurs sentiments naissants. On découvrira au fil des pages leurs failles, leurs traumatismes et leur force. De plus, j’ai apprécié que l’auteur nous offre le point de vue des deux héros, cela nous permet de mieux les cerner et de les comprendre.

Avec le temps, Kira et Gray s’apercevront qu’ils ont beaucoup plus en commun qu’ils ne le pensaient alors qu’ils sont pourtant si différents. Elle est fougueuse et volcanique, lui est drapé dans la froideur pour faire face à son désespoir. Mais cette petite sorcière sous ses airs de princesse lancera ses sortilèges et l’envoûtera pour toucher la partie la plus profonde de son âme.

Pour conclure :

« La promesse » est une romance merveilleuse aux mille émotions. Un joli conte de fées. L’histoire d’un dragon cracheur de flamme et d’une petite sorcière mystérieuse et fascinante !

La chronique du roman « Hades Hangmen, T1 : Hors la Loi » de Tillie Cole

8135epzThAL

Élevé dans un monde dominé par les Harley, les drogues et le sexe, River Styx Nash est à la tête des Hades Hangmen. Alors qu’il souffre d’un terrible défaut d’élocution, il apprend vite à répondre à ceux qui s’opposent à lui : ses poings puissants, sa mâchoire d’acier et son adresse lui ont attiré une solide réputation d’homme dangereux. Un seul principe dicte ses actes : ne jamais s’attacher à qui que ce soit. Jusqu’au jour où il retrouve Salomé, rencontrée des années auparavant dans des conditions mystérieuses, blessée derrière les poubelles du QG. La jeune femme a fui la communauté sectaire dans laquelle elle a grandi et se retrouve démunie face à une vie qui lui est inconnue. Styx lui offre alors ses bras protecteurs mais il a bien conscience qu’elle n’a pas sa place dans son univers…

Il est sorti le 28 avril 2017 aux Editions Milady.

Mon avis:

Salomé a vingt-trois ans et a toujours vécu captive, sous la coupe de l’Ordre. C’est une secte immonde qui avilie ses femmes, surtout les plus belles, qui sont considérées comme Maudites car tentatrices. Ils vivent cachés aux yeux du monde et abreuvent leurs ouailles de mensonges sur le monde extérieur. Lorsque Salomé parvient enfin à s’échapper, elle est grièvement blessée et se réveille dans les poubelles près du QG des Hades Hangmen. Lorsqu’elle ouvre les yeux, Styx, le Président du club, reconnaît la jeune femme. Il l’a vue quinze ans plus tôt, derrière une clôture, ne l’a jamais oubliée et n’a même jamais cessé de la chercher…

J’ai dévoré cette histoire que j’ai aimée pour tant de raisons ! Tout d’abord les intrigues du club, qui m’ont rappelées celles du club Sons of Anarchy, la série télévisée. Guerres de clubs, trafics de drogue ou d’armes, lutte contre les Néonazis… L’intrigue autour du couple Styx/Mae m’a également passionnée, même si elle n’est pas facile au milieu de toute cette violence. Outre les différentes histoires, j’ai également adoré les différents personnages rencontrés, principaux ou secondaires, ainsi que les relations qu’ils entretiennent.

Les différentes épreuves subies par Salomé/Mae sont inspirées de faits réels. C’est ce que nous explique l’auteure en début d’ouvrage, et cela a rendue l’héroïne encore plus attachante à mes yeux, encore plus forte. Le seul petit « reproche » que je peux faire, tient au fait que l’on se retrouve avec une ellipse narrative d’un mois lorsque Mae se retrouve chez les Hangmen. Je trouve cela dommage car, à mon sens, cela aurait été intéressant de voir l’évolution de Mae, ou plutôt le début de sa renaissance.

J’ai apprécié le fait que nos héros masculins, nos bikers des Hangmen, assument ce qu’ils sont, surtout Styx (surnommé le Muet des Hangmen). Il est né et a été élevé pour être biker, pour prendre la relève de son père, et n’a pas envie de sortir de cet univers. Par conséquent, son côté bad-boy est totalement assumé. C’est un héros (on pourrait dire un anti héros) qui ne se transforme pas en guimauve dégoulinante sous prétexte qu’il a trouvé l’amour. Il va finir par aimer sincèrement Mae, il l’a respecte et n’a pas besoin de changer. Ce n’est pas un jeune homme perdu à réparer, il assume et accepte ce qu’il est, tout simplement. J’ajoute même que Mae, pourtant peu encline à ce genre de vie, accepte elle aussi cette part d’ombre chez Styx. Cela fait, selon moi, presque tout le charme de leur relation (car il n’y a pas que ça qui fait que ça fonctionne, je vous rassure).

Kyler est à la fois le VP (vice président) et le meilleur ami de Styx. Il est le seul à avoir la confiance du Muet concernant son handicap : il n’hésite pas à parler devant lui, même s’il bégaie. Kyler sert également d’interprète à son Président lorsque cela s’avère nécessaire. En effet, même si la plupart des membres du club se sont mis au langage des signes, il reste des personnes à l’extérieur avec qui Styx ne peut pas aisément communiquer. Kyler (qui m’a fait penser à Jax Teller dans sa description) est donc plus qu’un VP, plus qu’un meilleur ami, il est carrément la voix de Styx, il fait partie de lui, quelque part (un peu comme des âmes soeurs quoi :p).

La “ femme objet” est une composante du monde des bikers, donc impossible de passer à côté. Toutefois, les nanas du roman semblent tout à fait s’en accommoder, par conséquent cela ne m’a pas choquée outre mesure. Après tout, chacun vit comme il l’entend 😉 De plus, nos bikers ne forcent pas les femmes qu’ils fréquentent à subir quoi que ce soit. Les femmes de bikers, qu’elles soient de passage ou des Régulières, savent très bien à quoi s’attendre en pénétrant dans ce monde sombre, violent et où les sentiments amoureux ne sont pas forcément légion.

Le ton est parfois vulgaire (surtout dans les dialogues entre hommes) mais je n’ai pas trouvé cela choquant (pourtant je déteste ça, surtout en littérature où il y a de la romance) car cela fait partie de l’univers des bikers et des MC (motorcycle club). Ce n’est pas vraiment de la vulgarité gratuite, c’est une façon d’être, tout simplement.

En conclusion, « Hades Hangmen, tome 1 : Hors la loi » a été un vrai petit coup de coeur. Les histoires qui s’imbriquent les unes aux autres sont à la fois sombres, prenantes et porteuses d’espoir. Styx et Mae m’ont fait penser au couple formé par Hadès et Perséphone (ce mythe est d’ailleurs abordé dans le roman). Je trouve que cette analogie leur convient tout à fait ! Vivement la suite !

Ecrit par Noémie