La chronique du roman « L’Héritage de la dague noire, Tome 1: Baiser de sang »de J.R. Ward

81k51uatsol

Découvrez la nouvelle série événement de J.R. Ward, auteure best-seller de La Confrérie de la Dague noire ! Paradis, fille de sang du premier conseiller du roi, a choisi d’abandonner la vie d’une noble pour rejoindre le programme d’entraînement de la Confrérie de la dague. Mais rien ne se passe comme prévu : l’entraînement est un véritable enfer, la lutte entre recrues est rude, et Butch O’Neal, le Dhestructeur, a clairement d’autres soucis en tête que leur formation. Et pour couronner le tout, le beau Craeg qui fait chavirer son cœur est bien loin du prétendant idéal auquel s’attend son père. Alors que la violence se déchaîne autour d’elle, Paradis est cruellement mise à l’épreuve, et ne peut que se demander si elle sera assez forte pour faire face…

Il est sorti le 21 octobre 2016 aux Editions Milady.

Mon avis:

Je suis en retard dans ma lecture de la saga « La Confrérie de la dague noire » car je n’ai lu que sept tomes (pourtant, la suite est dans ma bibliothèque). Toutefois, je ne me suis pas sentie spécialement perdue pendant ma lecture de ce premier tome de la saga spin-off. En effet, une partie du roman concerne Butch et Marissa, le couple phare du tome 4 de  « La Confrérie de la dague noire ». Et l’autre partie du récit renferme des évènements inédits. Je pense que j’ai du me faire spoiler un ou deux trucs, mais je vous avoue que je ne trouve pas cela bien grave. Cela ne m’empêchera pas de lire la suite des aventures des guerriers de la première génération.

Je tiens tout de même à préciser que se lancer dans « L’héritage de la dague noire » sans avoir lu « La Confrérie de la dague noire » serait, à mon sens, une erreur. Effectivement, l’univers de nos Guerriers est abordé, mais pas en détails, comme si l’auteur partait du fait que le lecteur en connaît suffisamment.

L’intrigue de ce premier tome se divise en deux, se concentrant sur Craeg et Paradis d’une part, et sur Butch et Marissa d’autre part. 

–> Paradis, fille du premier conseiller du roi, s’est inscrite au programme d’entraînement de la Confrérie. Elle fait partie de la glymera (l’aristocratie) et est destinée à une existence oisive, mais elle souhaite faire plus que ça de sa vie, et souhaite faire ses preuves. C’est là qu’elle rencontre Craeg, fils de Brahl le jeune et simple « roturier ». Entre eux, ce n’est pas une évidence. Ils sont attirés mutuellement mais leur relation se construit dans l’adversité. En effet, ils ne cessent de se repousser l’un l’autre. Si j’ai aimé Craeg et Paradis individuellement je dois avouer que je n’ai pas été spécialement charmée par leur couple et c’est dommage.

Paradis est une jeune femme à la fois combative, courageuse, qui sait ce qu’elle veut. J’ai adoré ces aspects de sa personnalité. En revanche, je n’ai pas spécialement accroché avec sa naïveté et son côté nunuche.

Craeg est attachant, même si au départ il nous apparaît comme un simple guerrier bourru. Son passé douloureux et sa soif de vengeance font de lui un homme à la fois attendrissant et courageux, déterminé.

–> Quant à Butch et Marissa, ils suivent une piste sur le meurtre d’une jeune femme vampire morte dans de terribles souffrances au Refuge de Marissa. Cet aspect du roman m’a beaucoup plu, même si je ne suis pas du tout fan du couple Butch/Marissa (ils m’énervaient déjà dans le tome 4 qui leur est consacré). J’ai également beaucoup aimé tout ce qui concerne le centre d’entraînement. D’ailleurs, j’aurai aimé que cet aspect du récit soit davantage développé.

En conclusion, « L’héritage de la dague noire, tome 1 : baiser de sang » est un premier opus prometteur mais qui ne m’a pas totalement convaincue. Toutefois, je vais laisser une chance au deuxième tome pour voir où l’auteur va nous emmener.

Ecrit par Noémie

Publicités

La chronique du roman « Le Prince des Ténèbres, T3 : Combustion spontanée » de Frost Jeaniene

51QRVSUAKyL

Vlad n’a jamais craint personne. Pas même le terrible Mihály Szilágyi, un vampire aussi âgé et puissant que l’Empaleur lui-même. Pourtant, il a peur pour sa femme, Leila. Ses ennemis savent qu’il est prêt à tout pour elle et n’hésiteront pas à se servir de cette faiblesse. Alors que les fantômes du passé resurgissent et que la guerre sanglante l’opposant à Szilágyi fait rage, Vlad laissera-t-il son amour pour sa jeune épouse précipiter sa perte ?

Il est sorti le 18 mars 2016 aux Editions Milady.

Mon avis:

Après un tome 2 que j’ai jugé surtout comme « transitoire », j’ai tout de suite enchaîné avec la lecture du troisième tome « Combustion spontanée ».

L’intrigue est prenante et je ne me suis pas ennuyée, tournant les pages avec plaisir. Les événements s’enchaînent plutôt bien et l’on tremble aux côtés de Leila. Je trouve que c’est un tome beaucoup plus sombre que les autres. Même si je ne suis pas 100% fan de Leila (je ne sais pas pourquoi, il y a un truc qui m’énerve en elle) j’ai été terriblement touchée par tout ce qui lui arrive physiquement et émotionnellement.

J’étais ravie de retrouver la plume de Jeaniene Frost, même si ma lecture n’a pas été spécialement un coup de cœur. L’univers de l’auteur s’étoffe dans ce troisième tome et j’étais ravie de découvrir une histoire un peu plus consistante que dans le précédent opus.

Le côté action prend le pas sur la romance mais notre duo de personnages a encore des émotions à nous offrir ! Le couple évolue, s’apprivoise et continue d’apprendre à se connaître et à se dévoiler. Il en va de même pour les autres relations de Leila, surtout celle avec son père, qui est loin d’être au beau fixe et qui apporte son lot de blessures émotionnelles.

Je ne suis pas à jour dans la série « Chasseuse de la nuit » (j’ai seulement lu les 4 premiers tomes) et du coup je me suis fait spoiler bien comme il faut ! Du coup, je vous conseille de lire le reste de la saga pour ne pas vous retrouver comme moi 🙂 Le point positif, c’est que ça m’a donné fortement envie de sortir le reste de la saga du placard (ou de la bibliothèque plutôt !).

En conclusion, j’ai beaucoup apprécié ce troisième tome de la saga, sans doute même plus que les deux premiers. Pour moi, « Combustion spontanée » a quelque chose en plus. L’intrigue est plus consistante et les relations entre les divers personnages sont mieux travaillées, plus intenses. Le final nous laisse sur une nouvelle intrigue vraiment très prometteuse. J’ai hâte de découvrir ce tome final !

Ecrit par Noémie

« Les Vampires de Chicago, T12 : la Morsure Est Notre Affaire » de Chloe Neill

81+0wLZcMuL

Merit fait partie des meilleurs guerriers vampires de Chicago et peu de choses lui font peur. Mais Ethan et elle ont un nouvel ennemi. Il est puissant, sans pitié, et a l’intention de mettre la ville à genoux. Depuis que son dernier plan a été ruiné par Cadogan, il ne désire rien de plus que voir la maison brûler. Il est prêt à tout, y compris monter les vampires les uns contre les autres. Un jeu du chat et de la souris où le gagnant pourrait être celui qui sacrifie tout…

Il sort le 17 juin 2016 aux Editions Milady.

 » Demonica, T6 : Brulante Redemption » de Lone Larissa

81oOhIkuexL._SL1500_

Reaver est un ange au lourd passé et à l’attitude tout sauf angélique. Suffisamment puissant pour se battre aux côtés des meilleurs guerriers et assez fou pour risquer ses ailes au cours d’une mission en enfer… Car pour sauver Harvester, ange devenue démone sur ordre du paradis, de l’éternité de torture qui lui est promise, il devra l’enlever à Satan lui-même. Mais même s’il parvient à la tirer des flammes, le chemin vers la rédemption sera en enfer.

Il sort le 20 mai 2016 aux Editions Milady.

La chronique du roman « Les anges renégats, Tome 1 : Une note de pourpre » de Sylvia Day

10687468_852677788098305_5712168783204951576_o

A l’aube d’une vie nouvelle en Californie, Lindsay Gibson rencontre à l’aéroport de Phoenix un ténébreux inconnu : Adrian Mitchell, riche amateur d’avions. Entre eux, l’attraction est indéniable, fatale. Si Lindsay croit à une attirance exclusivement charnelle, la vérité réside pourtant dans le passé lorsque, bien longtemps auparavant, elle s’appelait Shadoe… Après deux cents ans d’une séparation insoutenable, le Séraphin Adrian jubile. Il a retrouvé son âme soeur. Et à l’heure où gronde la révolte du peuple lycan, il se jure de la protéger de Syre, son père, le chef des vampires…

Il est sorti le 15 octobre 2014 aux Editions J’ai lu, 8€.

Mon avis:

J’avoue que c’était avec beaucoup d’appréhension que je me suis lancée dans le roman, car mes dernières expériences avec l’auteure ont viré au cauchemar. On se rappelle le douloureux « Envoûtement ».

Et bien, Sylvia Day m’a surprise dans le bon sens. L’univers est complexe et bien expliqué. J’ai aimé son mélange d’anges, de loups-garous et de vampires qui se rejoignent par leur création. Le folklore est assez original. L’intrigue est très bien menée, on ne s’ennuie pas une seconde et la romance est quasi parfaite. Et, ô plus important, il y a peu de scènes de sexe et elles ne sont même pas cru !

Quant aux protagonistes, ils sont attrayants et plaisants. Adrian est un être alpha dans le clan des Séraphins, ils sont là pour faire respecter les règles. Mais lorsque Lindsay débarque dans sa vie, ces dernières vont être plus que difficiles à être honoré. Adrian, sera-t-il prêt à tout perdre pour vivre cet amour interdit ?

Pour ce qui est de Lindsay, c’est un personnage fort et déterminé. Elle nous réserve de bonnes surprises. J’ai beaucoup apprécié aussi Elijah, le garde lycan de Adrian. J’ai hâte de découvrir son histoire.

En Bref, c’est une réussite ! Un beau mélange de romance, de suspense et de complot ! Vivement la suite, car tout ne fait que commencer.

Le tome 2 sort le 18 février 2015.

Critique sur le livre « La Communaute du Sud: Que Sont-Ils Devenus ? » de Charlaine Harris

61YTmtVsmgL

L’auteure revient sur les personnages principaux de«La communauté du Sud»et explique ce qu’ils sont devenus depuis le dernier opus de la série.

Il sort le 22 octobre 2014 aux Editions J’ai lu, 8.90€.

Mon avis:

La communauté du sud : Que sont-ils devenus ? par Charlaine Harris sort aujourd’hui !

J’avoue que le livre est cher pour ce qu’il est. C’est une liste alphabétique des personnes que nous avons croisées tout au long de la saga. J’avoue que je ne me rappelais même pas certains. Il y a quelques lignes pour nous expliquer ce qu’ils sont devenus. Il n’y a rien de réellement transcendant. J’avoue que je m’attendais à mieux, un peu plus romancé. Ça se lit en 30 minutes. Un livre franchement pas indispensable, à part pour les fans de la saga qui veulent avoir tous les livres en leur possession pour la collection.

7391266

La chronique du roman « Emergency, t2: Baiser nocturne » de Cassie Alexander

couv73343384

« Après une petite parenthèse vampirique, j’ai pu reprendre du service au Y4. Le jour où un vieil homme s’est fait renverser devant l’hôpital, je me suis précipitée pour lui porter secours, ce qui, jusque-là, entre dans mes prérogatives d’infirmière. Ce n’est que lorsque mon patient a commencé à se couvrir de fourrure que j’ai compris que quelque chose clochait : la victime est un loup-garou, et pas n’importe lequel ! S’il ne s’en sort pas, il n’est pas impossible que je me retrouve une fois de plus dans le pétrin… »

Il est sorti le 27 août 2014 aux Editions J’ai lu, 8.90€.

Mon avis:

Nous voici de retour dans une aventure de l’infirmière Edie Spence qui suite à un chantage s’est retrouvée dans le service Y4 qui s’occupe des êtres paranormaux. Une fois de plus, elle se tombera dans un tas d’ennui ou se mélange querelle intestine entre vampires, une guerre de pouvoir entre garous, et ses problèmes de cœur et familiaux.

Autant vous dire que sa vie est loin d’être de tout repos…

Le style de Cassie Alexander est simple et agréable accompagné d’un rythme régulier, même si certains passages sont fatiguant et le peu de scène d’action trop rapide.

Pour ce qui est de l’univers, il est égal au premier tome. Le monde hospitalier demeure restreint. On n’aperçoit quasi rien de sa fonctionnalité et de ce qu’il s’y passe. Et, à mon grand regret les Ombres ne sont pas plus exploité voir quasi absente… Aucune grande révélation.

Toutefois, on en apprend plus sur la société des loups-garous, sur leurs lois et leurs origines. C’est assez sympathique.

Pour ce qui est de l’intrigue, elle est maladroitement menée. Elle est décousue, manque de détail et ça part dans tous les sens. De plus, je trouve dommage cette surenchère de catastrophe. Quant à la scène de sexe, elle est sortie de nulle part. On dirait qu’elle est là, car il en fallait une… ça n’a ni queue ni tête.

Du côté des protagonistes, ils sont plaisants, mais peu développés. On retrouve tous ceux du premier opus, plus des nouveaux, notamment les loups-garous. Quant au grand-père allemand que j’avais bien apprécié dans le premier tome, c’est devenu du grand n’importe quoi, c’est abracadabrant.

Quant à notre héroïne, je dirais qu’elle est presque égale à elle même. Elle demeure le paillasson de tout le monde, elle reste faible de caractère, bien que parfois elle se rebelle doucement.

D’autre part, je l’ai trouvé très énervante sur son apitoiement sur sa séparation avec son zombie. Ce n’est pas crédible cet acharnement à se lamenter. Edie prend toujours les mauvaises décisions et n’apprend pas de ses erreurs passées.

Pour conclure :

« Baiser nocturne » est un second opus où les défauts, déjà remarquer dans « Morsure nocturne », sont toujours présents. Les personnages sont fades, l’histoire brouillonne et mal exploitée.

En bref, ce fut encore une déception, c’est une lecture pas inoubliable, à voir si je continuerais la saga…