La chronique du roman « Le Prince des Ténèbres, T4 : Au coeur des flammes » de Jeaniene Frost

81fe2uOrFmL

Entre de mauvaises mains, l’amour est une arme fatale…

Pendant les six derniers siècles, Vlad n’avait rien à perdre. Mais sa plus grande faiblesse, sa nouvelle épouse, est à présent exposée aux yeux de tous. Victime d’un sort qui la lie au nécromancien Mircea, Leila mourra si celui-ci est tué. Vlad et Leila doivent faire appel à un allié inattendu pour rompre le sortilège, mais un ancien ennemi est à l’affût, guettant l’occasion de retourner même leurs amis les plus proches contre eux… et de séparer les amants à jamais.

Il est sorti le 16 août 2017 aux Editions Bragelonne.

Mon avis:
« Le prince des ténèbres » est une saga que j’affectionne tout particulièrement. En France nous avons peu de séries d’urban fantasy ou de bit lit, et cela ne va pas en s’arrangeant. Ce n’est plus tendance apparemment. Je tiens donc à souligner que même si on a peu de sagas du genre en France, on en a certaines qui sont de qualité, et « Le prince des ténèbres » en fait partie.

Je vous conseille de ne pas lire mon avis à partir d’ici si vous n’avez pas lu les trois précédents tomes. Vous risqueriez de vous faire spoiler sur l’intrigue en cours. 

Un lien magique s’est formé entre Mircea et Leila, après qu’il ai échoué à la tuer. Tout ce que l’un subit physiquement, l’autre le ressent également. Ce qui est un soucis étant donné que Vlad cherche à éliminer Mircea. Lorsqu’un groupe de personnes puissantes kidnappent Mircea, c’est le début des ennuis pour Leila. En effet, ils se servent de leur lien pour atteindre Vlad. Pour sauver Leila, nos deux héros vont devoir plonger de plein fouet dans le monde de la magie. 

Vous pouvez lire mon avis à partir de ce moment, même si vous ne connaissez pas la saga.

Dans ce quatrième tome, l’auteur nous offre une très bonne intrigue qui conclue très bien sa saga.  L’histoire est prenante, l’univers continu de s’étoffer même si c’est la fin, et les personnages continuent d’évoluer. Ainsi, le récit alterne entre les rebondissements, les révélations, l’action,  et les moments où l’on approfondi l’univers et la psychologie des protagonistes. En somme, on n’a pas le temps de souffler ni de s’ennuyer. 

Leila est une jeune femme intéressante dont on nous a dévoilé le passé et les blessures petit à petit. Au départ, je trouvais que son personnage manquait de mordant (par rapport à Cat Crawfield par exemple). A la fin de ce quatrième opus on peut dire que Leila est loin de se laisser faire, et elle a un sacré courage.  
Quant à Vlad je l’avais adopté presque tout de suite. Sa délicieuse arrogance, son autorité, ses pouvoirs, sa cruauté… font de lui un personnage vraiment très intéressant. Il évolue grandement au côté de Leila, il s’adoucit un peu et ça ajoute à son charme. Toutefois, il ne faut pas croire qu’il va se laisser marcher sur les pieds et qu’il se ramolli face à ses ennemis. Au contraire, il est rusé comme un renard, et cet aspect de sa personnalité combiné à sa puissance physique font de lui un réel prédateur. 

Pour conclure, ce quatrième tome a été un très bon moment de lecture. Comme je le disais plus haut, il conclue très bien la saga. Toutefois, je n’aurai pas été contre quelques tomes de plus 😉

Ecrit par Noémie

Publicités

La chronique du roman « Charley Davidson, T11 : Onze tombes au clair de lune » de Darynda Jones

715BVf9iSEL

Pour Charley Davidson, une journée typique comprend des maris infidèles, des personnes disparues, des hommes d’affaires véreux… et des démons, des dieux maléfiques et des gens morts. Beaucoup, beaucoup de gens morts.

Détective privé à temps partiel et Faucheuse à plein temps, Charley doit également apprendre à vivre avec sa nouvelle condition de déesse toute-puissante et mère de la sauveuse de l’univers. Les forces de l’enfer sont prêtes à tout pour la détruire, et entre les morts qui l’entourent et ceux qui voudraient la voir morte, Charley a fort à faire. Mais avec le fils de Satan à ses côtés, la Faucheuse pourrait bien avoir le dernier mot.

Il est sorti le 25 août 2017 aux Editions Milady.

Mon avis:

« Charley Davidson » est une série qui a élu domicile dans ma bibliothèque depuis 2013 et j’en déguste chaque nouveau tome. Celui-ci n’a pas fait exception, je l’attendais avec impatience.

Je vous conseille de ne pas lire mon avis si vous n’avez pas lu les tomes précédents.

Il reste un dieu malveillant sur Terre qui est de mèche avec le père de Reyes, pour tuer Pépin. Notre héroïne est donc aux aguets et elle cherche un moyen d’anéantir ce dieu qui en veut à son bonheur. Parallèlement, Shawn Foster vient la voir à son cabinet et lui demande de retrouver ses parents biologiques. Il se doute que les Foster l’ont enlevé (comme ils ont enlevé Reyes lorsqu’il était bébé). C’est l’occasion pour Charley de creuser de ce côté là, depuis le temps qu’elle veut s’y mettre ! Reyes n’est pas vraiment d’accord, mais notre héroïne ne va pas vraiment lui laisser le choix…

Fin des spoilers éventuels sur les tomes précédents.

Habituellement, nous avons un fil rouge et quelques enquêtes qui gravitent autour. Cette fois aussi c’est le cas, mais les petites investigations de Charley la touchent directement, elle ou son entourage. C’est donc un tome beaucoup plus « intime » et plus centré sur notre héroïne. J’ai adoré ça ! Le roman se dévore, l’action et les rebondissements s’enchaînant pour notre plus grand plaisir (et pas forcément celui de Charley, qui va encore en baver !). Heureusement que son couple avec Reyes est au beau fixe et que les moments qu’ils passent à deux apportent un peu de douceur (et de chaleur !).

Dans le neuvième tome, nous avions eu des tonnes de révélations, si bien que dans le dixième c’était un peu « pauvre » de ce côté là (mais ça ne m’a pas dérangée). Dans ce onzième opus on a quelques révélations sur les Foster (on a enfin le droit à notre conclusion) ainsi que sur les pouvoirs de Charley et son identité (cela devient de plus en plus intriguant).

En conclusion, « Onze tombes au clair de lune » a été, une fois de plus, un vrai petit coup de coeur. Je suis ravie de voir qu’après autant de temps et autant de tomes, l’auteur parvient toujours à me faire rire, à me captiver et à m’embarquer dans son univers et en compagnie de ses personnages. La fin est absolument atroce et me donne désespérément envie de lire la suite ! Malheureusement, il va falloir attendre longtemps.

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « Désenchantement, t2 : Le mystérieux defunt Bestly » de Lynn Viehl

téléchargement (4)

Une créature terrifiante, qui survit à chaque embuscade qui lui est tendue, fait des ravages dans la ville de Rumsen. On commence à murmurer que plusieurs individus se cachent derrière le masque de la bête… Kit, détective privée hors pair, est contactée par la veuve lady Bestly. Cette dernière ne supporte pas que la presse associe son défunt époux à cette histoire scandaleuse. En parallèle de sa mission, Kit est courtisée par deux prétendants que tout oppose. Sa préférence ira-t-elle au mystérieux Dredmore ou au séduisant Doyle ?

Il est sorti le 28 juin 2017 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Dredemore vient voir Charmian (Kit) car une de ses clientes aimerait employer une femme discrète pour mener l’enquête suite au décès suspect de son mari. Charmian doit prouver l’innocence de son mari des faits qu’ils lui sont reprochés, c’est à dire de mourir pour racheter son nom et sauver sa réputation.

Bien que cette cliente n’est autre que Lady Eugenia Bestly, qui lui a mené la vie dure quand elle était plus jeune, Charmian accepte cette affaire. Celle-ci sera bien plus complexe que prévue, elle devra éviter les attaques contre sa personne…

J’ai adoré ! Le style de Lynn Viehl est prenant et addictif. J’ai aimé me plonger dans cet univers fascinant, riche et détaillé mélangeant steampunk, sorcellerie et chamanisme. L’auteur continue de le développer pour notre plus grand bonheur, ce qui apporte quelques réponses à certaines de nos questions.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est bien menée, attrayante, alliant créatures surnaturelles, mécaniques, romance et danger. J’ai été happée du début jusqu’à la fin. De plus, le rythme est rapide entre action, rebondissements et révélations. Du côté des protagonistes, ils sont plaisants. Charmian, notre briseuse de sort, est une femme indépendante qui n’a pas froid aux yeux ni sa langue dans sa poche dans une époque où cela est mal vu. Son duo avec Lucien Dredmore, mage puissant et Maître des arts obscur, est un vrai délice et leurs joutes verbales le sont tout autant. Néanmoins, j’aurais apprécié que l’auteur nous en dévoile un peu plus sur ce dernier. Lynn Viehl insère un triangle amoureux, mais pas gênant, même si je dois avouer qu’il est arrivé comme un cheveu sur la soupe.

D’autre part, la galerie de personnages secondaires est très diversifiée et fort intéressante, notamment le grand-père de Charmian.

Pour conclure :

« Le mystérieux défunt Bestly » est un très bon second tome, tout y est plus approfondi avec une enquête passionnante, entre chaos et magie. Une saga à découvrir !

À noter que j’espère de tout cœur que l’on aura un jour la suite. Mais je suis très sceptique, car le troisième opus n’a jamais vu le jour en VO. Je vous avoue que je suis frustration…

La chronique du roman « Charley Davidson, T10 : Dix tombes pour l’enfer » de Darynda Jones

51XX2eldvPL._SX307_BO1,204,203,200_

Détective privé à temps partiel et Faucheuse à plein temps, Charley Davidson s’est toujours posée d’innombrables questions : pourquoi je vois des gens morts ? Qui est le beau gosse surnaturel qui me suit partout ? Comment je fais pour enlever le chewing-gum des cheveux de ma soeur avant qu’elle se réveille ? Mais « comment je fais pour piéger trois dieux différents ? », c’est nouveau. Et comme ces dieux ont pour but de tuer sa fille, pas d’hésitation !
Pourtant, l’un de ces dieux a volé son coeur il y a longtemps. Est-il trop tard pour le ramener dans le droit chemin ? Avec une fugitive, un homme accusé du meurtre d’une femme toujours en vie, et un pendentif en verre qui met le monde surnaturel dans tous ses états sur les bras, Charley a fort à faire pour sauver le monde…

Il est sorti le 19 mai 2017 aux Editions Milady.

Mon avis:

« Charley Davidson » est une série qui a élu domicile dans ma bibliothèque depuis un bon moment. J’ai dévoré et apprécié chaque tome, et j’avais hâte de découvrir ce que l’auteur nous réservait pour ce dixième opus. Mon avis va être un petit peu décousu, car je vais parler de certaines choses qui se déroulent dans les précédents tomes, tout en essayant de donner mon avis sans spoilers.

Je vous conseille donc de ne pas lire mon avis à partir d’ici si vous n’avez pas lu les neufs premiers tomes de la saga.

On retrouve Charley and Co. une semaine après la fin du tome 9. Notre héroïne a le vague à l’âme car elle a du se séparer de Pépin, et sa relation avec Reyes semble se détériorer. Parallèlement à ses soucis personnels, Charley doit enquêter sur le meurtre d’une jeune femme, tout en essayant d’éviter la catastrophe car une vidéo « compromettante » d’elle a été postée sur internet.

Fin des spoilers éventuels.

Après le changement du tome 8, et l’aspect totalement inédit du tome 9, ce dixième tome renoue avec le schéma narratif habituel de la saga. Nous retrouvons une héroïne tentant se dépêtrer de ses soucis personnels tout en menant ses enquêtes de détective privé. J’avoue que le précédent tome avant offert une vraie bouffée de fraîcheur et j’avais un peu peur de découvrir un tome trop « plat ». Si l’on retrouve les ficelles habituelles de l’auteur, j’avoue que cela ne m’a finalement pas dérangée. C’est une recette gagnante et j’ai été ravie de lire la suite des aventures de Charley et ses acolytes.

L’enquête sur laquelle bosse Charley m’a énormément intriguée. Je l’ai trouvée passionnante. Il en va de même pour l’histoire à propos d’Heather (chut, je ne vous en dit pas plus). A la fin du roman, tout s’accélère et on va de révélation en révélation. La mythologie mise en place par l’auteur ne s’épaissit pas beaucoup (on en a appris quand même des tonnes dans les trois tomes précédents) mais cela ne m’a pas vraiment dérangée. On évolue dans cet univers que l’on connaît mieux avec plaisir. De plus, cela n’empêche pas l’auteur de nous offrir des révélations complètement géniales (sur les pouvoirs de Charley, sur les noms de Rocket, sur Reyes…).

J’aime toujours autant Charley et son caractère bien trempé. C’est une héroïne imparfaite, souvent tête brûlée et avec un humour parfois au-delà de la limite du relou, mais ce n’est pas grave, je l’aime quand même 😉 Quant à Reyes, il est assez discret tout au long du roman et j’avoue que son alchimie avec Charley m’a un peu manqué. En revanche la relation amicale entre Charley et Cookie est de plus en plus forte, de plus en plus géniale. J’adore !

Pour conclure, « Dix tombes pour l’enfer » est un dixième tome qui renoue avec les « traditions » de la saga. J’ai passé un excellent moment, avec des intrigues qui s’entremêlent et qui se révèlent passionnantes.

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « Vampire for hire : t1,2,3 » de J.R. Rain

51MAaIduCVL._SX340_BO1,204,203,200_

Il y a six ans. l’agent fédéral Samantha Moon était l’archétype de l’épouse et de la mère parfaites. Néanmoins, l’impensable s’est produit : un accident qui a changé sa vie professionnelle et personnelle pour toujours. Aujourd’hui, l’entourage de Samantha pense qu’elle a développé une maladie de peau très rare qui l’oblige à se prémunir des rayons du soleil. et donc à bosser en solo. Notre détective privée emploie désormais ses journées à apprivoiser sa nature et à s’occuper de ses enfants. A la nuit tombée en revanche, plus question de jouer… Personne n’échappe à la justice de Samantha Moon : cette trilogie aura tôt fait de le prouver !

Il est sorti le 22 mars 2017 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Cet intégral contient les trois premiers tomes de la saga, sachant qu’elle en compte douze en totalité.

Nous faisons la connaissance de Samantha Moon. Sa vie est tout sauf simple. Elle jongle avec son travail de détective privé, un mariage qui part à la dérive et ses deux enfants. Pour couronner le tout, elle est devenue un vampire il y a six ans, après une agression. Nous allons la suivre sur différentes enquêtes. La première, Sam se retrouve embauchée par un avocat pour trouver la personne qui a tenté de le tuer. Dans la seconde, elle doit mener une investigation délicate sur un accident d’avion qui a coûté la vie de tous les témoins qui devaient participer à un procès. Et, en même temps, protéger une jeune femme divorcée abusée par son ex-mari qui a essayé de la tuer deux fois. Pour finir, Sam reçoit un appel au secours d’une petite fille de cinq ans qui a disparu. Sam fera tout pour mener à bien ses enquêtes, quitte à mettre son humanité en danger…

Le style de J.R. Rain est agréable et le rythme est rapide entre rebondissements et action. En ce qui concerne l’univers, il est intéressant, mais il manque cruellement d’exploitation, même s’il s’étoffe au fil des tomes. Du côté des intrigues, dans le premier opus, c’est très simpliste. On se concentre plus sur les états d’âme de l’héroïne et la trame policière passe au second plan. D’autre part, je regrette que dans chaque histoire, il y ait certains passages très redondants et des incohérences. Ça gâche un peu la lecture. Toutefois, il faut admettre que plus on avance dans les tomes, plus les récits deviennent structurés et pertinents. Néanmoins, on demeure avec de trop nombreuses questions sans réponses et l’auteur a vraiment du mal a gérer les romances, qui sont sans saveurs.

Pour ce qui est des personnages, Sam est sarcastique et forte avec un côté vulnérable. Elle va beaucoup évoluer. Au fil des tomes, elle embrassera sa nouvelle nature, découvrira ses capacités et acceptera ce nouveau monde qui s’offre à elle peuplé de loup-garous et d’alchimistes. Mais elle se posera également des questions sur la limite entre le bien et le mal quand on est une créature de la nuit. Elle sera amenée à faire des choix difficiles. Les caractères secondaires qui gravitent autour d’elle sont intrigants, j’ai bien aimé l’inspecteur Sherbert, mais tous demeurent peu développés et certains nous laissent totalement indifférents.

Pour conclure :

« Vampire for hire » est un roman fantastique sympa, mais pas exempt de défauts. Il a du potentiel et la série à l’air de s’améliorer avec le temps. Ça reste une lecture divertissante, à voir ce que donne la suite…

jaibloguepourelle

La chronique du roman « Meg Corbyn, t4 : Empreintes fauves » de Anne Bishop

51pobtwwgyl
La paix fragile qui règne depuis des siècles entre les Autres et les humains est sur le point d’être brisée. Lorsque les humains tentent de s’en prendre à eux, les Autres doivent décider quelle est la part d’humanité qu’ils sont prêts à accepter.

L’alliance entre les Autres et les cassandra sangue, prophétesses de sang exploitées pour leurs dons, a modifié l’équilibre des pouvoirs entre les espèces. Simon Wolfgard, chef de l’enclos de Lakeside, et Meg Corbyn, son amie prophétesse, considèrent ce changement comme une amélioration, mais tous ne sont pas convaincus. Un noyau d’humains radicaux cherche à usurper les terres des Autres en attaquant les terra indigene. Ils sont loin d’imaginer qu’il existe des êtres beaucoup plus anciens et plus puissants que ceux qui peuplent les Enclos – et qu’ils sont prêts à tout pour protéger les leurs…

Il est sorti le 15 février 2017 aux Editions Bragelonne.

Mon avis:

Dans « Gris présages » nous avions laissé Meg Corbyn et les résidents de Lakeside avec une tension sous-jacente entre eux et le mouvement HAT. La tension est à son paroxysme et les humains radicaux sont sur le point de lancer l’offensive pour récupérer les terres sauvages des Terra Indigene et de les éradiquer. Mais en suivant aveuglément leur haine et leur cupidité, ils ne se doutent pas qu’ils viennent de réveiller des êtres plus dangereux que ceux qu’ils connaissent. Le temps des humains est compté et c’est le moment de choisir son camp avec toutes les conséquences que cela engendrera. Seront-ils prêts à en payer le prix et combien d’humains seront sauvés ?

« Empreintes fauves » annonce dès les premières pages un tome sombre et violent. Au milieu de l’agitation, de l’horreur et de la dévastation, les habitants de Lakeside se préparent à survivre à la terrible bataille qui est maintenant inévitable. En même temps, Meg s’efforce de trouver une solution pour éviter aux Cassandra Sangue de prédire l’avenir en se coupant. Parallèlement, Simon essayera de protéger les humains qui sont chers au cœur de Meg. Jamais la tension n’a été aussi présente, le rythme est lent, on a un sentiment de chute imminente tout du long, mais ce n’est absolument pas ennuyeux. Anne Bishop joue avec nos nerfs et l’on retient notre souffle jusqu’à la fin, qui bouleversera le paysage plus que jamais. On va ressentir de nombreuses émotions car certaines scènes sont terribles. Anne Bishop entrelace les diverses intrigues et les différents points de vue parfaitement. Elle peaufine encore l’univers, notamment avec la venue des anciens. J’avoue que j’espère en découvrir plus sur eux dans le prochain opus. Tout cela est passionnant et exaltant. D’autre part, elle arrive à apporter un peu d’humour lorsque « les autres » cherchent à comprendre le fonctionnement des humains, cela nous a valu quelques passages assez drôles.

Mais surtout, on voit les interactions entre les diverses espèces évoluer. Ils vont tenter de cohabiter, d’apprendre des uns des autres. Certains personnages, d’ailleurs, vont prendre plus d’importance tel que Espoir et Shelly qui font partie de Prairie Gold. Quant à Meg, elle continue de s’épanouir même si elle fait face aux doutes quant à son don. Elle essaye de comprendre un peu plus les sentiments qu’elle ressent envers Simon. Tous deux continuent de s’apprivoiser, de s’ouvrir et de se faire confiance à un autre niveau. J’ai hâte de voir leur relation éclore totalement.

Pour conclure :

« Empreintes fauves » est un excellent quatrième tome. C’est prenant et addictif. On est embarqué du début à la fin et une fois que c’est terminé on en redemande. Je suis pressée de savoir comment l’histoire se remettra des derniers évènements et ce qu’il se passera.

Vivement la suite, c’est un coup de cœur !

La chronique du roman « Mercy Thompson, T9: L’étreinte des flammes » de Patricia Briggs

81ozbt0vzdl

La tension entre les faes et les humains est à son comble. Lorsque la meute est amenée à affronter un troll déchaîné, la présence d’Aiden, enfant humain enlevé il y a des siècles par les faes, pourrait bien être la seule chose susceptible d’empêcher la guerre qui s’annonce.

Prêts à le protéger coûte que coûte, Mercy, Adam et la meute devront défier le Marrok, les humains et les faes. Mais qui les protégera de celui qui a reçu l’étreinte des flammes ?

Il est sorti le 19 octobre 2016 aux Editions Bragelonne.

Mon avis:

Je vous conseille de ne pas lire mon avis si vous n’avez pas lu les huit tomes précédents.

 Nous retrouvons Mercy &Co six mois après la fin du tome précédent. Notre changeuse a mis du temps à se remettre de ses blessures et son garage a été réduit en cendres. C’est donc une héroïne en pleine reconstruction que l’on retrouve. Toutefois, pas le temps de s’apitoyer sur le sort de notre pauvre Mercy car l’histoire de ce neuvième tome commence avec l’apparition d’un troll terrorisant une partie des Tri Cities. La police locale est dépassée, la meute d’Adam est appelée en renforts. La meute, Mercy et Tad réussissent à tuer le troll. Et si cette attaque cachait quelque chose de plus grand ? Et si la menace était bien plus grave qu’ils ne le pensent ?

Le roman commence très fort, avec cette superbe bataille et les nouvelles interrogations que cela suscite. Puis l’intrigue s’enlise un peu pendant plusieurs chapitres.Par conséquent, je dirais que je me suis ennuyée un tiers du roman. Le milieu est vraiment mou niveau action/rebondissements. L’auteur se concentre sur tout ce qui est politique et luttes de pouvoir. Nous avons droit à beaucoup de dialogues, de descriptions, de moments exclusivement dans la tête de Mercy. Ce n’est pas que je n’aime pas cela, mais pour moi, c’était trop d’un coup. Pourtant, le côté politique est au fond très intéressant car il nous permet d’en savoir plus sur l’univers des faes.

Les derniers chapitres sont palpitants et remontent la barre niveau action, rebondissements et retournements de situation.

Fin des spoilers éventuels sur les autres tomes de la saga.

Malgré une histoire un peu « molle », j’ai trouvé mon bonheur dans les personnages. Nos héros évoluent, surtout le duo Mercy/Adam. Notre coyote préférée prend son rôle à coeur au sein de la meute et assume de plus en plus sa place auprès d’Adam. Quant à Adam, il met les pieds dans le plat pour que les choses changent au sein de sa meute (chut, je ne vous en dit pas plus). Il m’a beaucoup touchée ! Il est vraiment parfait pour notre Mercy 😉

Ce tome est aussi l’occasion de faire connaissance avec d’autres personnages qui, je l’espère, vont rester dans le paysage. C’est le cas d’Aiden, un humain aux pouvoirs puissants et particuliers. Il est très touchant, perdu dans ce monde dans lequel il se retrouve comme catapulté.

J’ai également beaucoup apprécié Margaret et Thomas, que j’avais déjà vus dans la nouvelle « Bénédictions de fae » (disponible dans le recueil « Ombres mouvantes »).

 

En conclusion, « L’étreinte des flammes » n’est pas le plus palpitant des tomes, mais il reste tout de même intéressant. Le côté politique est un peu trop présent pour moi, en revanche j’ai adoré l’évolution de certains personnages, surtout Mercy. Désormais, il me tarde de découvrir le prochain tome.

Ecrit par Noémie