La chronique du roman « Cocky Bastard » de Vi Keeland & Penelope Ward.

couv-cocky-bastard-507x800-190x300

Chance et Aubrey vont se rencontrer au fin fond du Nebraska. Ils se dirigent tous deux vers la Californie et sont à un tournant de leur vie. Le destin va faire en sorte qu’ils fassent route ensemble. Chance est frimeur, charmeur, amusant.

Aubrey est sérieuse et sort d’une déception amoureuse. Et même si ce n’est pas son type d’homme, il est plutôt irrésistible. Leur histoire paraît toute tracée mais Chance n’a pas tout dit et, la fin du voyage n’est pas forcément ce qu’Aubrey avait prévu. Peut-être qu’ils auront une autre chance…

Il est sorti le 2 mars 2017 aux Editions Hugo & Roman.

Mon avis:

Aubrey quitte Chicago suite à une peine de cœur, pour se rendre en Californie. À une station-service, elle rencontre Chance, un homme aussi sexy qu’arrogant. Suite à un évènement, ils se retrouvent à faire la route ensemble. Ce voyage plein d’imprévus et un brin loufoque va changer la vie de ces deux êtres qui sont à la croisée de leurs chemins…

Le récit se découpe en deux parties. Dans un premier temps nous suivons Aubrey et Chance dans un road trip, du point de vue d’Aubrey, sous le signe de l’humour et de la sensualité. Bien que tout les oppose et que Chance a un secret, ils ne peuvent nier l’attraction entre eux. Mais chacun va la combattre pour des raisons différentes. Au fil des kilomètres, quelque chose de bien plus profond va s’installer entre eux. Malheureusement, leurs chemins vont se séparer brusquement…

À partir de là, l’histoire prend un tournant que j’avoue ne pas avoir vu venir. Cette seconde partie est racontée par Chance. Elle est plus émouvante et intense. On va passer par de nombreuses émotions tout au long du roman.

J’ai apprécié que les auteurs nous aient offert les points de vue de nos deux héros. Cela nous permet de bien les cerner, de comprendre leurs agissements, leurs forces et leurs faiblesses. Pour moi, la plus grande métamorphose a été celle de Chance. J’avoue qu’au début, je l’ai trouvé insolent et imbu de sa personne, mais plus on avance, plus on découvre un homme loyal, sensible et prêt à tout pour les personnes qu’il aime. Chance nous touche en plein cœur lorsqu’il essaye de reconquérir Aubrey. Quant à Aubrey c’est une jeune femme douce qui a le cœur sur la main, mais pleine d’insécurité. Leur parcours sera semé d’embûches pour enfin trouver le bonheur.

Le style de Vi Keeland et Penelope Ward est très prenant et addictif. J’ai eu du mal à lâcher le roman avant la fin. Quant à l’intrigue, elle n’a rien de vraiment original, toutefois, elle est bien exécutée, il y a très très peu de sexe et je n’ai pas vu venir le retournement de situation majeur du livre.

Pour conclure :

J’ai été totalement séduite par « Cocky Bastard » (ne vous arrêtez pas au titre et à la couverture). C’est une comédie romantique de seconde chance, tendre et drôle avec des dialogues délicieux et des personnages attachants. C’est un coup de cœur, à découvrir !

Publicités

La chronique du roman « L’empire des tempêtes, t1 : Hope & Red » de Jon Skovron

51cM6+zENpL._SX320_BO1,204,203,200_

Hope est l’unique survivante du massacre de son village par les Biomanciens, les serviteurs mystiques de l’empereur. Recueillie par un soldat vinchen, elle a suivi un entraînement secret, faisant d’elle une guerrière qui ne vit que pour la vengeance.

Red est un orphelin adopté par une ancienne mercenaire issue de la pègre. Il est devenu un voleur et un escroc au talent inégalé.

Quand un chef de bande sanguinaire passe un marché avec les Biomanciens pour contrôler les bas-fonds de la cité de Laven, les destins de Hope et de Red se croisent. Et leur alliance improbable va les conduire bien plus loin qu’ils l’auraient imaginé…

Il est sorti le 15 mars 2017 aux Editions Bragelonne.

Mon avis:

L’histoire se porte sur deux enfants orphelins à l’âge de huit ans que l’on va suivre jusqu’à l’âge adulte. Hope a été témoin du massacre de son village perpétré par les Biomanciens, des magiciens scientifiques à la solde de l’Empreur. Elle a été recueillie par un monastère de moines guerriers où elle a été formée dans le seul but de se venger et de tuer le Biomancien qui a détruit son village.

Quant à Red, il a été pris sous l’aile de Sadie la teigne, une des plus dangereuse voleuse et mercenaire de la pègre. Il a l’intention de devenir le plus grand voleur de la Cité de Laven. Mais quand il découvre que son quartier est gangrené par la corruption, il décide de tout faire pour l’éradiquer. Ces deux jeunes gens que tout oppose et qui n’auraient jamais dû se rencontrer forment une alliance pour un but commun, Laven la nouvelle n’a qu’à bien se tenir…

Le style de Jon Skovron est prenant, addictif et très cinématographique. Dès les premières pages, on est totalement happé par le récit. Le rythme est rapide, l’auteur nous laisse peu de temps pour respirer entre action, révélations et retournements de situation.

En ce qui concerne l’univers, il est fascinant même s’il reste beaucoup à découvrir. Il est riche, bien exploité, complexe. Il est régi par différentes règles suivant l’endroit où vous vous trouvez. Le système magique est assez simple dans sa forme, mais intrigant et captivant.

Pour ce qui est de la trame, elle est très bien menée. Elle explore la limite entre le bien et le mal, la vengeance et le pardon, l’amitié et l’amour. Le tout dans un monde impitoyable et vicieux où les faibles ne survivent pas. De plus, les luttes intestines et les prémices d’une intrigue politique sont très intéressantes.

Du côté des protagonistes, ils sont intelligents, forts et complexes. On a plaisir à les découvrir et à les voir évoluer. Nos héros vont grandir au fil des pages et, par les épreuves qu’ils vont traverser, se trouver une destinée et de nouvelles responsabilités. J’ai adoré les suivre, l’auteur a su bien les développer, ce qui nous permet de bien les cerner et de tisser un lien avec eux. Ils sont très attachants. Hope et Red se complètent parfaitement, l’un est le feu, l’autre la glace et ça fonctionne à merveille, ils vont beaucoup découvrir au contact de l’un et de l’autre. Quant aux personnages secondaires, ils sont parfaits et intrigants, et ils sont tous enrichis d’une histoire intéressante. Il est difficile de ne pas les aimer, j’avoue avoir eu une petite préférence pour Sadie. Ils ont tous une place importante dans le récit et j’ai adoré la camaraderie entre les caractères et les liens d’amitié qui les unissent.

Pour conclure :

Jon Skovron nous offre une fantasy assez classique, mais excellente. Tout est maîtrisé, c’est un mélange de samouraï, de Gang of New York, de Pirates des Caraïbes avec une pointe de romance. L’auteur m’a totalement séduite et je n’ai qu’une hâte : lire la suite, car l’aventure est loin d’être terminée. Nous ne sommes qu’au début de notre voyage, de cette épopée épique.

C’est un coup de cœur, je le recommande chaudement !

La chronique du roman « Déracinée » de Naomi Novik

15325338_608582949333584_6777459085348063326_o

Patiente et intrépide, Agnieszka parvient toujours à glaner dans la forêt les baies les plus recherchées, mais chacun à Dvernik sait qu’il est impossible de rivaliser avec Kasia. Intelligente et pleine de grâce, son amie brille d’un éclat sans pareil. Malheureusement, la perfection peut servir de monnaie d’échange dans cette vallée menacée par la corruption. Car si les villageois demeurent dans la région, c’est uniquement grâce aux pouvoirs du « Dragon ». Jour après jour, ce sorcier protège la vallée des assauts du Bois, lieu sombre où rôdent créatures maléfiques et forces malfaisantes. En échange, tous les dix ans, le magicien choisit une jeune femme de dix-sept ans qui l’accompagne dans sa tour pour le servir. L’heure de la sélection approche et tout le monde s’est préparé au départ de la perle rare. Pourtant, quand le Dragon leur rend visite, rien ne se passe comme prévu…

Il est sorti le 11 janvier 2017 aux Editions Pygmalion.

Mon avis:

Agnieszka vit dans un petit village, Dvernik, où rien ne se passe jamais, excepté qu’il se trouve à l’orée d’un bois maléfique qui capture parfois les habitants.

Pour les protéger, un magicien appelé le Dragon, vit isolé dans une tour où il surveille le Bois et préserve le royaume de ses méfaits. En échange de sa protection, tous les dix ans, le Dragon vient chercher une jeune fille pour le suivre dans sa tour et quelque chose dans leur servitude les change à jamais.

Agnieszka est inquiète pour sa meilleure amie Kasia. Car tout le monde sait que le Dragon choisira cette jolie et brillante jeune femme. Mais contre toute attente, son choix se porte sur Agnieszka qui est souillon, maladroite et qui a un don inégalé pour provoquer des catastrophes. Dès lors, Agnieszka découvrira un monde qu’elle ne soupçonnait pas, elle se découvrira une destinée qui affectera de nombreuses personnes…

Le style de Naomi Novik est très agréable, descriptif, mais pas lourd. De ce fait, on s’immerge facilement dans cette histoire sombre et effrayante, pleine de monstres, de créatures mythiques, de magie, de prince et de corruption. L’univers que l’auteur a créé est absolument fascinant et original. On ressent bien l’influence des contes polonais, notamment la fameuse sorcière Baba Yaga. Il est très riche, très travaillé et détaillé. C’est un vrai plaisir à découvrir et un plaisir de voyager dans cet univers.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est passionnante, même si au départ elle commence lentement, le temps de nous présenter les personnages, l’univers et introduire l’intrigue. Mais la progression est constante entre action et révélation. Ainsi, on ne s’ennuie pas. Naomi Novik nous tient captifs de cette lutte politique et de cette bataille séculaire entre le bien et le mal, où les bons ne sont pas forcément les gagnants. Rien n’est simple, c’est bien plus complexe.

Pour ce qui est des protagonistes, ils sont fascinants. Nous en suivons un grand nombre et ils sont tous mémorables. Même si Agnieszka est le personnage central, le récit n’aurait aucune saveur sans les autres. J’ai aimé notre héroïne atypique. C’est un électron libre qui fait fit des convenances, elle se laisse porter par son instinct et embrasse avec passion sa destinée. Elle va mûrir pendant les différentes batailles qu’elle va mener et apprendre que sa capacité à aimer, même ses ennemis, lui portera parfois préjudice. Elle va également arriver à percer la carapace de ce sorcier irritable et solitaire, leurs échanges sont très plaisants.

Pour conclure :

« Déracinée » est un conte ténébreux et enchanteur qui nous rappelle un peu ceux des frères Grimm. Les personnages sont forts, la trame est solide et les combats épiques. J’ai eu un coup de cœur pour ce récit enraciné dans le folklore de l’Europe de l’Est.

À découvrir !

La critique de l’album « Jolis jardins – Livre de décalcomanies » de Felicity Brooks

615SG4HcFmL

Onze jolis jardins que les enfants auront plaisir à compléter et à remplir de fleurs, d’oiseaux et de papillons à l’aide de décalcomanies.

Sept planches de décalcomanies pour embellir les scènes détaillées.
Les enfants seront absorbés par cette activité qui demande de la concentration et encourage leur créativité.
Une belle idée de cadeau.

Il est sorti le 9 mars 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

Voici un très bel ouvrage qui contient onze superbes tableaux sur le thème du jardin à diverses saisons (printemps, hiver) et endroits (Japon, jungle, désert, méditerranée, etc.). Il fourmille de détails et c’est avec plaisir que l’on s’amuse à les compléter à l’aide des sept feuilles de décalcomanie présentes dans l’ouvrage. Ils sont rangés dans une enveloppe collée à l’intérieur du livre. C’est très facile d’utilisation, le papier est épais et de grande qualité, pas de risque de l’abîmer.

De plus, sur chaque page de gauche vous avez un coloriage avec le nom de différentes espèces végétales ou d’insectes. C’est très plaisant et ça apporte un petit quelque chose en plus.

En bref, « Jolis jardins » est un très beau cahier d’activité, il est bien pensé et encourage la créativité. Il vous fera passer de nombreuses heures de détente que ce soit pour les petits ou pour les grands. Coup de cœur à la maison !

 

La critique de l’album « Je cultive mon potager » de Abigail Wheatley

61M-n3yxMKL

Les jardiniers en herbe sont invités à créer leur propre potager. Un balcon ou un rebord de fenêtre suffisent pour se découvrir la main verte et faire pousser tomates, fraises, fines herbes…
Ce beau livre de jardinage, très informatif et abondamment illustré, séduira les jeunes et les moins jeunes.

Il est sorti le 9 mars 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

C’est le printemps ! C’est parfait, c’est le moment de commencer à jardiner, et avec le livre « Je cultive mon potager » rien de plus simple. C’est un ouvrage très complet et intelligent qui plaira aux petits comme aux grands. C’est un livre très riche (63 pages) abondamment illustré qui ravira vos jardiniers en herbe. On découvre pas à pas, avec des explications simples et claires, comment faire pousser divers légumes et fruits (tomates, courgettes, carottes, haricots…). De plus, on aborde d’autres sujets comme : faire des graines germer, faire pousser des fleurs comestibles et faire des cultures via des pépins ou des noyaux que l’on peut récupérer dans la vie de tous les jours. C’est très intéressant. D’autre part, une partie est consacrée aux conseils techniques, tels que semer les graines, quand récolter, l’arrosage et quoi faire contre les différents ravageurs et parasites que l’on trouve dans nos cultures. C’est vraiment très bien fait.

Le petit plus, c’est le glossaire qui se trouve à la fin, c’est pratique pour expliquer certains termes aux enfants.

En bref, « je cultive mon potager » est un excellent livre très complet qui ravira les apprentis jardiniers. Coup de cœur !  

20170329_233328

La chronique du roman « Meg Corbyn, t4 : Empreintes fauves » de Anne Bishop

51pobtwwgyl
La paix fragile qui règne depuis des siècles entre les Autres et les humains est sur le point d’être brisée. Lorsque les humains tentent de s’en prendre à eux, les Autres doivent décider quelle est la part d’humanité qu’ils sont prêts à accepter.

L’alliance entre les Autres et les cassandra sangue, prophétesses de sang exploitées pour leurs dons, a modifié l’équilibre des pouvoirs entre les espèces. Simon Wolfgard, chef de l’enclos de Lakeside, et Meg Corbyn, son amie prophétesse, considèrent ce changement comme une amélioration, mais tous ne sont pas convaincus. Un noyau d’humains radicaux cherche à usurper les terres des Autres en attaquant les terra indigene. Ils sont loin d’imaginer qu’il existe des êtres beaucoup plus anciens et plus puissants que ceux qui peuplent les Enclos – et qu’ils sont prêts à tout pour protéger les leurs…

Il est sorti le 15 février 2017 aux Editions Bragelonne.

Mon avis:

Dans « Gris présages » nous avions laissé Meg Corbyn et les résidents de Lakeside avec une tension sous-jacente entre eux et le mouvement HAT. La tension est à son paroxysme et les humains radicaux sont sur le point de lancer l’offensive pour récupérer les terres sauvages des Terra Indigene et de les éradiquer. Mais en suivant aveuglément leur haine et leur cupidité, ils ne se doutent pas qu’ils viennent de réveiller des êtres plus dangereux que ceux qu’ils connaissent. Le temps des humains est compté et c’est le moment de choisir son camp avec toutes les conséquences que cela engendrera. Seront-ils prêts à en payer le prix et combien d’humains seront sauvés ?

« Empreintes fauves » annonce dès les premières pages un tome sombre et violent. Au milieu de l’agitation, de l’horreur et de la dévastation, les habitants de Lakeside se préparent à survivre à la terrible bataille qui est maintenant inévitable. En même temps, Meg s’efforce de trouver une solution pour éviter aux Cassandra Sangue de prédire l’avenir en se coupant. Parallèlement, Simon essayera de protéger les humains qui sont chers au cœur de Meg. Jamais la tension n’a été aussi présente, le rythme est lent, on a un sentiment de chute imminente tout du long, mais ce n’est absolument pas ennuyeux. Anne Bishop joue avec nos nerfs et l’on retient notre souffle jusqu’à la fin, qui bouleversera le paysage plus que jamais. On va ressentir de nombreuses émotions car certaines scènes sont terribles. Anne Bishop entrelace les diverses intrigues et les différents points de vue parfaitement. Elle peaufine encore l’univers, notamment avec la venue des anciens. J’avoue que j’espère en découvrir plus sur eux dans le prochain opus. Tout cela est passionnant et exaltant. D’autre part, elle arrive à apporter un peu d’humour lorsque « les autres » cherchent à comprendre le fonctionnement des humains, cela nous a valu quelques passages assez drôles.

Mais surtout, on voit les interactions entre les diverses espèces évoluer. Ils vont tenter de cohabiter, d’apprendre des uns des autres. Certains personnages, d’ailleurs, vont prendre plus d’importance tel que Espoir et Shelly qui font partie de Prairie Gold. Quant à Meg, elle continue de s’épanouir même si elle fait face aux doutes quant à son don. Elle essaye de comprendre un peu plus les sentiments qu’elle ressent envers Simon. Tous deux continuent de s’apprivoiser, de s’ouvrir et de se faire confiance à un autre niveau. J’ai hâte de voir leur relation éclore totalement.

Pour conclure :

« Empreintes fauves » est un excellent quatrième tome. C’est prenant et addictif. On est embarqué du début à la fin et une fois que c’est terminé on en redemande. Je suis pressée de savoir comment l’histoire se remettra des derniers évènements et ce qu’il se passera.

Vivement la suite, c’est un coup de cœur !

La chronique du roman « Sexy lawyers, t2 : Sous influence » de Emma Chase

51y0ucfe8il

Dans la première saison de Sexy Lawyers, nous avions découvert la passion, puis l’amour qui unissait Stanton et Sofia dans une comédie romantique épicée. Dans cette deuxième saison de la série Sexy Lawyers nous allons suivre un autre avocat de cette bande d’amis : Jake qui va faire la
connaissance de la séduisante Chelsea.

Jake, avocat et ami de Stanton et Sofia, est un homme charmant mais qui ne prétend pas être le Prince Charmant et qui enchaîne les conquêtes… Jusqu’au jour où il sera séduit par la belle Chelsea qui s’occupe de ses six neveux et nièces… sa vie va basculer !

Jake va découvrir les joies des réunions parents/élèves, la folie des concerts des One Direction et le stress des urgences ! Bref, l’avocat froid et ténébreux de Washington va connaître aux côtés de Chelsea, un monde tout à fait différent de celui dans lequel il évoluait jusqu’à présent, et qu’il n’avait pas prévu de laisser tomber…

En grand défenseur de la veuve et de l’orphelin, Jake comprendra qu’il est la personne qu’il faut à la ravissante Chelsea, quelqu’un qui sache l’aimer, la protéger, la défendre…

Il est sorti le 5 janvier 2017 aux Editions Hugo & Roman

Mon avis:

Dans cet opus nous suivons Jack, qui est avocat de la défense en droit pénal pour le cabinet Adams & Williamson. 1M98, intimidant et froid, il aime son job et relever les défis. Toutefois, dans sa vie personnelle, il aime la routine, la discipline et n’a aucune attache au niveau sentimental. Mais le destin en a décidé autrement, lorsqu’un jeune garçon lui pique son portefeuille et qu’il doit le à ses parents. Quelle surprise lorsqu’il tombe sur une superbe jeune femme, qui se trouve être la tutrice du jeune brigand, et qui va le mettre dans tous ses états. Jack déteste les complications et six enfants, ce sont des complications ! Mais quand Chelsea lui demande son aide, il ne peut pas se résoudre à l’abandonner. Jack ne le sait pas encore, mais sa vie est sur le point de basculer et cette rencontre va tout changer…

Le style d’Emma Chase est toujours aussi agréable. Le rythme est rapide et j’ai adoré me plonger dans l’histoire de Jack et Chelsea. La romance est profonde et émouvante. Ils m’ont fait rire et m’ont donné les larmes aux yeux. J’ai aimé découvrir Jack qui est si mystérieux et taciturne, il se révèle être un homme au grand cœur, patient et attentionné, même si son côté bad boy n’est jamais bien loin. J’avoue être totalement tombé sous son charme.

Quant à Chelsea, elle est courageuse, douce et féminine. Ce sont des personnages attachants, authentiques et imparfaits. J’ai adoré les voir évoluer, s’ouvrir l’un à l’autre et leurs joutes verbales sont absolument délicieuses. J’ai apprécié aussi leurs interactions avec les enfants, qui ont une grande place dans le récit. C’est tendre et marrant.

Tous ces caractères différents et complémentaires apportent de la consistance et une bonne dynamique à l’histoire. Au fil des pages, on découvre avec eux leurs peurs, leurs doutes, leurs espoirs, pour enfin trouver la paix et la stabilité.

Pour conclure :

Emma Chase m’a totalement conquise avec « Sous influence ». J’ai eu un réel coup de cœur pour cette comédie romantique douce et chaleureuse qui est géniale d’un bout à l’autre !

À découvrir !