La chronique du roman « Un Noël à Covent Garden » de Jules Wake

61mDrwybGOL

Plein d’amis, un job de maquilleuse d’opéra et un fiancé… Noël aurait pu s’annoncer sous les meilleurs auspices pour Tilly, avec marrons chauds et flocons de neige en bonus ! Mais ça, c’était avant que le système informatique bugge. Entre en scène Marcus Walker. LE geek. Aussi fantaisiste qu’un algorithme. Aussi créatif qu’un disque dur. De quoi gâcher sa période préférée de l’année à Tilly la technophobe, qui croit vivre un cauchemar quotidien en travaillant avec Marcus. Pourtant, Marcus n’est peut-être pas le coeur polaire que Tilly imagine. Son fiancé n’est peut-être pas non plus l’homme parfait qu’elle croit connaître. Et s’il suffisait de laisser faire le miracle de Noël pour savourer le plus inattendu et le plus délicieux des réveillons ? …

Il est sorti le 7 novembre 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Tilly a une vie fabuleuse. Elle a des amis géniaux, le job de ses rêves (elle est maquilleuse pour le London Metropolitan Opera Company) et a un fiancé attentionné.

Mais quand elle fait une erreur monumentale à son travail, elle se retrouve avec une mise à l’épreuve sur le dos.

Tilly doit collaborer étroitement avec Marcus Walker, le nouveau directeur informatique. Elle doit l’aider à faire rentrer l’opéra dans le 21e siècle.

Tout cela pourrait être une partie de plaisir, s’il n’était pas si opposé et elle technophobe. D’ailleurs, cette coopération forcée avec Marcus chamboulera sa vie de bien des manières…

Le style de Jules Wake est très agréable et l’on plonge facilement dans cette comédie romantique bien rythmée. Bien qu’elle reste assez convenue, j’ai aimé que cela se passe dans le monde de l’opéra. C’est rafraîchissant et attrayant.

Cette histoire est plus qu’une romance, elle aborde la passion que l’on peut éprouver pour son métier, mais elle aborde également les relations parfois houleuses dans les familles.

On se laisse facilement embarquer dans cette histoire faite de hauts et de bas, avec une pointe de suspense. Tout est bien mené et entrelacé.

Du côté des personnages, principaux comme secondaires, ils sont intéressants, humains et très plaisants pour la plupart. La relation entre Tilly et Marcus prendra du temps pour évoluer, plus ils vont se connaître plus ils vont s’apprécier. Chacun avec leurs traits de caractère apportera quelque chose à l’autre.

Pour conclure :

« Un Noël à Covent Garden » est une romance légère qui égayera vos longues journées d’hiver. Ce fut une belle surprise.  

Publicités

La chronique du roman « Clair de lune à Manhattan » de Sarah Morgan.

81Wpa4ZfXOL
« Je ne veux plus être une “gentille fille”. Je veux être une fille qui n’a peur de rien ! »
Harriet Knight le reconnaît volontiers, elle a toujours laissé la peur guider ses choix. Résultat : elle a l’impression d’avoir une vie ennuyeuse à mourir. Alors cette année, c’est décidé, elle va s’offrir un cadeau de Noël d’un nouveau genre : du courage ! Elle a donc prévu de faire chaque jour, jusqu’au 25 décembre, une chose qui l’effraie et, elle s’en est fait la promesse, elle ne laissera rien ni personne l’intimider. Enfin, ça, c’était avant qu’elle ne rencontre Ethan qui, d’un seul regard, a fait vaciller toutes ses certitudes. Elle l’a alors aussitôt compris : le séduire sera son plus grand défi. 
Il est sorti le 31 octobre 2018 aux Editions Harlequin, collection &H.
Mon avis:

Harriet a toujours été protégée par sa sœur jumelle, Fliss, et son frère, Daniel. Maintenant qu’ils ont trouvé l’amour de leur vie, Harriet se met au défi de faire une chose par jour qui l’effraie, notamment fêter Noël sans sa famille.

Mais son plus gros défi à relever sera de faire du dog sitting pour son nouveau client. Un bref arrangement professionnel qui risque de la perturber à bien des niveaux…

J’ai adoré ! Comme toujours, Sarah Morgan a totalement su m’embarquer dans cette nouvelle comédie romantique. On suit deux personnages qui ont tout deux des angoisses. Harriet sera contrainte de se construire une nouvelle vie et pour y arriver, elle devra sortir de sa zone de confort. Ce qu’elle fera au contact d’Ethan, ce médecin urgentiste fatigué et désillusionné qui se noie dans son travail. À ses côtés, même si les débuts sont un peu difficiles, on va voir Harriet s’éclore, s’épanouir et prendre confiance en elle. Quant à Ethan, il réapprendra à vivre et à sentir de nouveau des émotions qu’il avait mises sur pause.

Leur relation est belle, elle prend son temps et nous apporte des scènes cocasses, tendres et parfois sexy.

Leur duo fonctionne à merveille, ils sont très complémentaires, généreux et respectueux l’un envers l’autre. Ce sont des personnages touchants et attachants.

Quant aux caractères secondaires, ils sont attrayants, enjoués et affables. De plus, j’ai beaucoup aimé le clin d’œil à la saga Snow Crystal.

Pour conclure :

Avec « Clair de lune à Manhattan », Sarah Morgan nous offre une comédie romantique enchanteresse avec pour décor les rues enneigées de New York. C’est un coup de cœur !

La chronique du roman « La surprise de Noël » de Debbie Macomber.

81gpP6I1SxL
Noël, la neige, les illuminations, les chocolats chauds au coin du feu… une invitation à l’amour ? Pas pour Merry. En ce moment, c’est même le cadet de ses soucis. Entre une famille très (trop ?) présente, les préparations de cette fête qu’elle adore et un patron exigeant (autoritaire ?), elle n’a pas le temps de chercher l’âme soeur. Alors, quand sa mère et son frère lui créent un profil sur un site de rencontre, c’en est trop : elle entre dans une colère folle ! Mais bientôt, malgré elle, Merry se laisse prendre au jeu. Surtout quand elle fait la connaissance d’un charmant inconnu, un homme qui partage ses goûts et centres d’intérêt… Et si c’était lui, enfin, l’homme idéal ? Hélas, celui qui se présente au café où ils se sont donné rendez-vous est bien le dernier qu’elle aurait imaginé pour le rôle…

Il est sorti le 13 novembre 2018 aux Editions Charlestone, Collection Diva.

Mon avis:

Merry travaille en intérim pour Matterson Consulting sur un énorme projet qui doit être bouclé avant le 25 décembre. Elle a accepté ce travail pendant 1 an, qui se termine au jour de l’an, pour financer la fin de ses études.

À 24 ans, Merry a beaucoup d’obligations familiales, entre la maladie invalidante de sa mère, les petits soucis de son frère et son job contraignant. De ce fait, Merry a laissé de côté sa vie sociale. Alors à son insu, sa famille bien intentionnée lui crée un profil sur un site de rencontres. Bientôt, Merry se laisse prendre au jeu, surtout avec cet homme qui semble être le prince charmant. Mais lorsque Merry se prépare à le rencontrer, elle ne peut s’y résoudre…

J’ai beaucoup aimé cette petite romance doudou sur fond de fêtes de fin d’année. Le style de Debbie Macomber est très agréable et prenant. On plonge facilement dans son histoire. Cette dernière est assez convenue et sans surprise, mais elle est bien menée et pleine de bons sentiments. En ce qui concerne les protagonistes, ils sont humains avec leurs joies et leurs peines.

Merry est lumineuse, elle adore les fêtes et elle est entourée d’une famille aimante et chaleureuse.

Quant à Jayson, c’est un bourreau de travail et le vice-président de l’entreprise où travaille Merry. Ce n’est pas un spoiler, on le sait au tout début. Il est austère et fermé, et fait tout dans les règles. Mais au contact de Merry nous allons voir ce Scrooge se transformer. Leur relation est belle et j’ai aimé la façon dont elle a évolué. De plus, comme nous avons le double point de vue, cela nous permet de bien tout comprendre de leurs sentiments et de leurs actions.

Pour conclure :

« La surprise de Noël » est une jolie romance de Noël légère et divertissante. Et bien qu’elle soit cousue de fil blanc, c’est un vrai plaisir de suivre l’histoire de Merry et Jayson. C’est une lecture parfaite pour les amoureuses (x) du genre.  

La chronique du roman « Le plaisir de te détester » d’Emilie Million

71aU+QFrbmL

Pour certaines personnes, les réunions des anciens du lycée sont un bon prétexte pour étaler son bonheur et sa réussite. Pour Marie, c’est surtout l’occasion de se prendre la réalité en face  : célibataire, au chômage, au bord de la ruine, on ne peut pas dire qu’elle ait de quoi se vanter auprès de ses anciens camarades. Constat qui devient d’autant plus blessant lorsqu’elle se retrouve face à David, qu’elle a humilié dix ans plus tôt. Car le geek boutonneux de ses souvenirs s’est transformé en un chef d’entreprise charismatique. Alors, quand ce dernier lui propose de devenir son assistante, Marie hésite  : doit-elle céder à la tentation de revoir David ou bien faire preuve de prudence et éviter cet homme qui a toutes les raisons de lui en vouloir  ?

Il est sorti le 31 octobre 2018 aux Editions Harlequin, Collection &H.

Mon avis:

Marie a l’impression d’être une ratée, avec un karma pourri. En ce moment, on ne peut pas dire que la chance lui sourit. Alors qu’en sa meilleure amie, Mel, la force à aller à cette soirée de réunion d’anciens camardes de lycée, elle n’est pas des plus heureuse. Pour elle, c’est un aller simple en enfer, jusqu’à ce qu’un très bel homme s’assoit à côté d’elle. Mais cet homme s’avère être David, le garçon qu’elle a humilié il y a dix ans devant tout le lycée. Alors quand ce dernier lui propose d’être son assistante, Marie se demande si ce n’est pas pour se venger…

J’ai beaucoup aimé. Le style d’Emilie Million est agréable, prenant et relevé. C’est bien rythmé et une fois commencé vous aurez du mal à lâcher le roman avant la fin.

En ce qui concerne la romance, le scénario et son développement sont bien construits et attrayants. L’autrice nous offre un récit plein d’humour, de tendresse et de moments sexy avec une tension qui monte crescendo. De plus, leurs dialogues sont savoureux et colorés. Marie et David forment un duo explosif. On a plaisir à suivre l’évolution de la relation.

Marie est une jeune femme pétillante, spontanée et qui n’a pas sa langue dans sa poche, avec plein de petites manies. C’est un peu un croisement entre Monk et Bridget Jones. Quant à David, il est très charismatique, patient et l’on tombe vite sous son charme. L’alchimie entre eux fonctionne à merveille.

D’autre part, j’ai apprécié les personnages hauts en couleurs qui gravitent autour de nos héros et j’espère que l’on aura un jour leur histoire. Ce sont tous des personnages humains, plaisants et attachants.

Pour conclure :

« Le plaisir de te détester » est une comédie romantique sous fond de Noël qui fait du bien et qui tient toutes ses promesses.

Bonne lecture !

La chronique du roman « L’inconnu d’Halloween » de Marie Harte

61ORTo5OxdL

« Tu es la reine des pantouflardes. Viens à cette fête, et trouve-toi un mec !  » Défiée par son frère de quitter son canapé et son legging, Sadie décide de l’accompagner à la soirée d’Halloween et, quitte à se lâcher, de s’y lâcher vraiment. C’est en princesse viking, masquée, et sans aucune inhibition qu’elle se laisse séduire dans l’ombre par le plus hot des diables. Mais tout a une fin, et elle se sépare de l’inconnu sans même avoir vu son visage. Impossible de renoncer à lui si facilement. Seulement, comment et où retrouver celui dont on ne connaît que les mains brûlantes ? Faudra-t-il attendre le prochain Halloween et compter sur le hasard pour croiser de nouveau l’inoubliable démon ?

Il est sorti le 17 octobre 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Lorsque son frère a persuadé Sadie d’assister à une fête costumée un peu avant halloween, elle ne se doutait pas qu’elle allait tomber sous le charme de satan. Mais son diable s’avère être Harrison Blackstone dit « Gear ». Star déchue de l’émission de téléréalité très populaire : Motorcycle Madnezz, prise dans la tourmente. Sadie a une vie très tranquille, elle est pantouflarde et elle adore travailler avec son frère et sa sœur dans leur entreprise de restauration. Va-t-elle laisser rentrer cet homme qui pourrait bien bouleverser sa petite vie sans complications ?

Le style de Marie Harte est agréable et prenant. La romance est bien menée et assez rafraichissante grâce à ses personnages. En effet, Sadie a un tempérament de feu, elle a le sens de la répartie, elle n’a pas sa langue dans sa poche et assume pleinement sa sexualité. Mais derrière cette femme forte se cache un soupçon de vulnérabilité.

Harrisson est irritable, borné et maussade, mais derrière ses airs de gros dur, se cache un homme responsable, tendre et drôle.

Leur duo fonctionne bien, car ils se ressemblent en bien des points, ils sont antisociaux et tous deux ont des blessures du passé qui les empêche se s’engager. Mais en même temps ils se complètent de façon merveilleuse. Leurs dialogues sont savoureux, francs et sans détour, cela nous fait souvent sourire. Toutefois, j’ai trouvé que cela manquait par moment de tendresse et de douceur. Il y a beaucoup de sexe au départ, heureusement cela se transforme en quelque chose de plus profond avec l’apparition de sentiments forts. Tous deux devront faire face à leur peur pour faire une place pour l’autre dans leur cœur.

Ils sont entourés d’une galerie de personnages hauts en couleurs et un peu farfelus. La famille et les amis ont une grande place dans ce récit et seront un soutien indéfectible pour nos héros.

Pour conclure :

« L’inconnue d’Halloween » est une comédie romantique sur le thème d’halloween divertissante et amusante, pleine de pep’s et d’émotions. 

La chronique du roman « Ce qui se passe à Vegas… » de Gina L. Maxwell

7172yKjmFBL

Une convention de romance à Las Vegas ? Le lieu idéal pour se changer les idées dans les bras d’hommes sexy en diable ! Cette once de réconfort serait méritée pour Alyssa et son coeur en miettes. La cause de tous ses malheurs ? Dillon Alexander, qu’elle aime depuis des années mais qui s’évertue à l’ignorer malgré les signaux qu’elle lui a envoyés. Tandis qu’Alyssa est décidée à succomber à une aventure d’un soir loin de chez elle, quelle n’est pas sa surprise de voir débarquer Dillon ! Se pourrait-il, contre toute attente, qu’il ait envie de la conquérir ? Une chose est sûre : ce qui se passe à Vegas ne restera pas à Vegas…

Il est sorti le 22 août 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Alyssa et Dillon sont depuis toujours les meilleurs amis du monde, vivant côte à côte, et partageant à peu près tous les aspects de leur vie. À part celui qu’Alyssa aimerait. En effet, Alyssa est secrètement amoureuse de Dillon depuis longtemps. Elle tente de le séduire, mais rien ne se passe comme prévu.

Alyssa en a assez, elle se rend à Las Vegas pour une convention annuelle des amoureuses de la romance pendant 3 jours. Alyssa est bien décidée à trouver un beau mâle pour passer une nuit de folie. Mais Dillon, malgré toutes ses réticences, ne voit pas cela d’un bon œil et lui propose un arrangement d’adulte entre amis. Néanmoins, si ils repoussent les limites de leur relation, cela pourrait bien changer leur existence pour le meilleur ou pour le pire…

Le style de Gina L. Maxwell est agréable. L’autrice nous offre une comédie romantique classique et sans prétention, mais qui fait son job. Cela va assez vite, trop parfois, il n’y a pas de drame, ni de grande surprise ou de révélations. Toutefois, l’humour est bien présent et cela nous fait sourire plus d’une fois. On passe un agréable moment en compagnie d’Alyssa et Dillon. Ce sont des personnages plaisants et attachants qui vont combattre leur peur et passer outre pour se donner, enfin, une chance.

Pour conclure :

« Ce qui se passe à Vegas… » est une petite romance pleine d’humour et de bons sentiments. Ce n’est pas le meilleur de l’autrice, mais cela reste divertissant et sans prise de tête.  

la chronique du roman « L’éternité, c’est compliqué » de Jennifer L. Armentrout

71N9daxNg-L

Depuis sa plus tendre enfance, Mallory Dodge se drape dans le silence. Se taire, c’était survivre. Voilà quatre ans que son cauchemar a pris fin, quatre ans qu’elle n’a pas revu Rider Stark, son protecteur. Entourée de parents adoptifs aimants et à l’aide de cours particuliers, Mallory a repris le chemin des mots. Elle s’apprête également à faire le grand saut en reprenant celui du lycée pour son année de terminale. Le jour de la rentrée, la jeune fille était loin de se douter qu’elle tomberait sur son ami. Leur complicité est intacte, mais si Rider n’a plus rien d’un enfant, il reste habité pare de nombreux démons. Quand les ombres du passé menaceront de les séparer, Mallory aura-t-elle le courage de prendre la parole pour exprimer ce qui doit l’être ?

Il est sorti le 13 juin 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

En grandissant, Mallory Dodge a appris que la meilleure façon de survivre était de ne pas faire de bruit, car celui-ci était synonyme de violence et de peur.

Son cauchemar a pris fin, il y a quatre ans, dans des circonstances terribles. Depuis, elle a passé quatre ans en thérapie intensive et se prépare à faire un nouveau pas pour se débarrasser des chaînes de son passé. Elle se prépare à aller au lycée pour son année de terminale.

Dans ce lycée, Mallory se retrouve complètement hors de son élément et les habitudes ont la vie dure. Mais surtout, elle n’avait jamais imaginé le revoir, lui, Rider Stark. Ce garçon qui a grandi avec elle, celui qui a été son roc dans son monde chaotique. Celui qu’elle n’a plus revu depuis cette nuit fatidique…

Tous deux sont sous le choc, mais ils se rendent vite compte que leur connexion est toujours présente, voir plus profonde et compliquée. Vont-ils trouver la forcer de se battre contre leur démon pour s’offrir l’avenir qu’ils méritent ?

J’ai tout simplement adoré ! Une fois de plus Jennifer L. Armentrout m’a happée dans son histoire intense, écrite avec une plume envoûtante. J’ai été totalement embarquée dans ce récit touchant et fort, qui parle d’amour, de la maltraitance et de ses effets à long terme et des manques de moyens des services sociaux. Nos deux héros ont vécu dans la même famille d’accueil et tous deux gardent les stigmates psychologiques de ce passé en commun. Ils essayent de grandir, d’avancer dans la vie, avec leurs angoisses et leurs blessures, mais cela n’est pas si simple.

Mais ensemble, une fois de plus, ils trouveront la force de lutter contre les cicatrices persistantes que leur enfance a laissées sur eux. Le chemin sera houleux et pour une fois, Mallory pourrait bien être le roc de Rider. La vie leur offre la chance d’un nouveau départ et ils vont tout faire pour enfin exister. Mallory et Rider vous toucheront en plein cœur. L’autrice a fait un travail remarquable sur leur caractérisation et leur évolution. Quant à la romance, elle est belle, déchirante et pleine d’espoir.

D’autre part, j’ai beaucoup aimé les personnages secondaires qui gravitent autour de Mallory et Rider. Ils sont attachants et ils apportent un réel plus au récit.

Pour conclure :

Jennifer L. Armentrout avec « L’éternité c’est compliqué », nous offre une histoire authentique, belle, bien écrite et convaincante qui vous marquera. J’ai eu beaucoup de mal à me détacher de ce livre après l’avoir terminé, ce fut un coup de cœur ! Je recommande chaudement.