La chronique du roman « Kinnections, Tome 4 : L’exaltation des sens » de Jennifer Probst.

71vGhaL-iDL

Arilyn Meadows est overbookée. En plus d’être conseillère chez Kinnections, une agence de rencontres, elle recueille des animaux en détresse, enseigne le yoga et anime avec talent des ateliers de gestion des émotions. Quand l’agent de police Stone Petty, débordant de testostérone pure, vient la voir pour suivre un stage de maîtrise de la colère, Arilyn se promet d’ignorer ses regards et son sourire sexy. Pas de temps pour un simple flirt ! Mais comment lutter lorsque l’alchimie entre deux individus est bel et bien présente ?

Il est sorti le 28 mars 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Ce tome se concentre sur Arilyn, qui est conseillère dans l’agence Kinnections, qu’elle a ouverte avec ses amies. Elle est également professeure de yoga, bénévole dans un refuge pour animaux et thérapeute en gestion de colère, tout en s’occupant de son grand-père. Mais en ce moment, Arilyn est un peu sur les nerfs depuis qu’elle a rompu avec son petit ami après l’avoir surpris avec une autre fille. Elle a gâché cinq ans de sa vie avec lui et maintenant elle essaye de retrouver une certaine stabilité.

L’agent Stone Petty est un policier droit, consciencieux et téméraire. Mais lorsqu’il perd son sang froid lors d’une intervention, il se voit obligé de suivre des cours de gestion de colère pendant six semaines, dirigés par Arilyn Meadows.

Stone et Arilyn sont en tout point des opposés. Mais ils sont fortement attirés l’un par l’autre, alors commence un jeu de séduction des plus jouissif. Tandis que Arilyn essaye de résister au charme de son élève, le second prend plaisir à la contrarier et à la faire sortir de ses gonds. Autant dire que c’est assez explosif entre eux, dans tous les sens. Mais arriveront-ils à laisser leurs angoisses de côté pour vivre pleinement leur histoire ?

Le style de Jennifer Probst est agréable et fluide. En ce qui concerne la romance, elle est classique, sans surprise, mais plaisante à lire. Toutefois, j’ai par moment eu l’impression de lire un livre sur le yoga, surtout dans le premier tiers du roman, et comme je suis très peu réceptive à tout ça, j’ai eu un peu de mal avec le personnage d’Arilyn. De plus, je l’ai trouvée assez obtus et peu ouverte d’esprit par rapport à la façon de vivre des autres. J’avais l’impression qu’elle imposait son style de vie. Elle est pleine de règles. Heureusement, Stone mettra sa vie un peu sens dessus dessous. Du coup il fait d’Arilyn un personnage moins lisse que l’on va commencer à apprécier. En tout cas, j’ai vraiment eu une préférence pour Stone, c’est un caractère intéressant avec des fêlures et qui est parfaitement imparfait.

Pour conclure :

« L’exaltation des sens » est une romance sympathique malgré quelques petits points qui m’ont moins plus. Ce fut une lecture relativement agréable, sans prise de tête, avec de la passion, de la douceur et des chamailleries.

jaibloguepourelle

Publicités

La chronique du roman « Sous ta peau, t3 : Pure » de Scarlett Cole

81D62XGvboL

Il y a des années que Pixie a tiré un trait sur son passé et tous les mauvais souvenirs qui s’y rattachent. Avec un nouveau nom, une nouvelle vie, et une nouvelle famille au studio Second Circle, elle a réussi à se reconstruire et rêve désormais de lancer sa propre affaire.
Mais sa rencontre avec Dred, chanteur et guitariste du groupe de rock Preload, vient jeter le trouble sur cette existence tranquille. Car Dred résiste difficilement au charme particulier de Pixie, avec ses cheveux violets et ses tatouages exotiques autour des bras… Et il sait très bien qu’elle ne lui est pas non plus indifférente, même si elle s’est promis de ne pas s’engager dans une relation.
Si seulement le passé ne menaçait pas de ressurgir… Victimes de chantage, Dred et Pixie vont devoir affronter leurs démons et se battre pour protéger ce qui compte vraiment. 

Il est sorti le 4 avril 2018 chez collection  &moi.

Mon avis:

Dans « Pure », nous découvrons l’histoire de Dred Zanders, chanteur du groupe Preload, et de Pixie, qui travaille au studio de tatouage le Second Circle Tattoo.

Pixie alias Sarah Jane Travers, a laissé ses problèmes derrière elle depuis des années. Elle s’est construit une nouvelle vie, une nouvelle famille depuis qu’elle a rencontré Trent et Cujo, et elle rêve désormais d’avoir sa propre petite entreprise.

En revanche, ce dont elle n’a pas besoin, c’est d’un rocker sexy et très attirant dans sa vie, avec la horde de paparazzi qui lui colle aux fesses et qui pourraient bien révéler son passé…

Mais Dred n’est pas de cet avis. Pixie hante ses rêves et il sait qu’elle le désire. Il doit juste la convaincre. Mais de nombreux obstacles se présenteront sur leur chemin et ils raviveront leurs craintes et les douleurs du passé. Sauront-ils être assez fort pour les surmonter ?

J’ai beaucoup aimé ! Le style de Scarlett Cole est très agréable et prenant. Le rythme est rapide bien que la romance prenne le temps d’évoluer, et ce de manière tout à fait crédible. De plus, il y a un bon équilibre entre la romance, le suspense et les différents éléments qui composent l’histoire. D’autre part, l’auteure aborde des sujets intéressants mais difficiles, tels que la maltraitance et la drogue. Cela apporte une autre dimension au récit, c’est plus touchant et profond.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont imparfaits et attachants. Tous deux sont des écorchés vifs avec un passif douloureux. L’un a peur de l’abandon, l’autre a des blocages suite à des blessures psychologiques. Toutefois, ensemble, ils vont apprendre à être plus forts, à s’ouvrir totalement à l’autre pour confier leurs démons. Ils vont être la lumière de l’autre lorsque l’obscurité les enveloppera.

Ils vont se montrer doux et patients, Dred sera génial avec Pixie. Du reste, j’ai aimé en apprendre plus sur leur passé, notamment le lien qui unit Pixie à Trent et Cujo, ainsi que les amis qui composent le groupe de Dred. D’ailleurs, j’espère que la saga qui leur est consacrée sera publiée en France.

Pour conclure :

Scarlett Cole m’a une fois de plus séduite avec cette romance tendre, sexy et déchirante, parsemée d’une touche d’humour. J’ai eu beaucoup de mal à lâcher le roman une fois commencé et j’ai hâte de lire le prochain tome, même si, malheureusement, ce sera le dernier.

Bonne lecture !

La chronique du roman « Les Etoiles de la Fortune, Tome 2 : Annika » de Nora Roberts

71BzlEnbvEL

Créature fabuleuse, Annika n’a pas hésité à quitter l’océan pour partir en quête des illustres Etoiles de la Fortune. Or, étrangère au monde des Humains, elle doit tout apprendre de leurs coutumes. Heureusement, elle peut compter sur ses amis et sur Sawyer, le séduisant voyageur du temps. Toutefois, ses jours parmi eux sont comptés, et il leur faut à tout prix retrouver l’Etoile d’Eau. Et s’il s’avérait qu’Annika était la clé qui les conduira tous à l’astre légendaire ?

Il est sorti le 4 octobre 2017 aux Editions J’ai Lu. 

Mon avis:

Par bien des aspects, cette saga me fait penser à la série « Les héritiers de Sorcha », qui est une trilogie que j’ai adorée. Toutefois, je dois bien avouer que ce deuxième tome m’a un peu déçue. L’intrigue de cet opus, avec Annika comme narratrice, est moyennement prenante. Il y a beaucoup de longueurs, et je me suis un peu ennuyée. Il y a beaucoup de discussions, de mise en place de plan, de repas… C’est vraiment trop répétitif.

Il y a tout de même de bonnes choses dans ce deuxième tome. 

Une fois de plus, Nora Roberts mêle habilement la réalité avec le côté fantastique et folklorique de la Grèce et des déesses, si bien que l’on a envie d’y croire. Les descriptions du pays sont superbes et nous font rêver.  

Autre point positif : j’étais vraiment ravie de retrouver les six personnages principaux du roman qui forment une « famille » forte et soudée. Sasha, Riley, Sawyer, Annika, Bran et Doyle vont davantage se rapprocher et les évènements qu’ils vont vivre vont indéniablement resserrer leurs liens.

La plume de Nora Roberts est pleine de douceur, à l’image de la belle Annika. C’est une jeune femme presque pure, innocente. Par certains côtés, elle est comme une enfant : sans filtres, et cela nous donne quelques situations cocasses qui m’ont fait sourire.

En conclusion, si le premier tome « Sasha » avait été un vrai coup de cœur, ce n’est malheureusement pas le cas avec « Annika ». Je trouve que l’on ressent qu’il s’agit d’un tome de transition, à mi-chemin dans l’histoire, et quelque part, c’est dommage. En effet, j’ai ressenti pas mal de longueurs dans ce deuxième opus. Toutefois, j’ai été ravie de retrouver tous les personnages, Annika est une jeune femme adorable et la magie de Nora Roberts opère toujours. Je vous dis à bientôt pour le troisième tome.

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « Une lueur d’espoir » de K. A. Tucker

51KGbbvOdYL

Catherine Wright habite en Pennsylvanie, dans une petite ville où la population atteint tout juste deux mille habitants en dehors de la saison touristique. Elle est serveuse et s’occupe de sa fille de cinq ans. Une nuit, alors qu’elle rentre dans le brouillard d’un énième  » blind date  » organisé par sa patronne et amie Lou, elle tombe sur une voiture encastrée dans un arbre. Elle intervient et parvient à sauver la vie d’un des occupants avant que le véhicule s’embrase. 

Elle ne saura que bien plus tard qui elle a sauvé : Brett Madden. La star de hockey, héros national. Mais Catherine a déjà eu son heure de gloire quelques années auparavant, et la dernière des choses qu’elle souhaite, c’est d’être à nouveau sous la lumière des projecteurs et de voir son passé ressurgir. Elle ne révèle pas son identité. Et ça marche. Un moment… 

Jusqu’au jour où elle trouve l’homme qu’elle a sauvé devant sa porte. Il veut juste la remercier, mais il va bouleverser sa vie. 

L’amitié qu’ils ressentent l’un pour l’autre, dès les premiers mots échangés, se transforme peu à peu en quelque chose de plus profond que ni l’un ni l’autre ne s’attendait à ressentir. Un sentiment que Catherine n’est pas certaine de pouvoir gérer, un sentiment auquel elle a du mal à croire… Comment une superstar comme Brett Madden pourrait-il s’intéresser à une femme aussi normale que Catherine ? Combien de temps avant que cette étincelle qu’elle voit briller dans ses yeux ne s’éteigne ?

Il est sorti le 1 février 2018 aux Editions Hugo & roman.

Mon avis:

Lorsqu’elle avait 16/17 ans, Catherine a eu une relation avec son professeur d’anglais, et cela a détruit sa vie ainsi que ses relations avec ses parents. À 18 ans, elle a quitté le domicile familial où il régnait un climat nauséabond. Elle se met en colocation avec Mitsy, et décroche un emploi de serveuse chez Lou. Catherine se rend alors compte qu’elle est enceinte…

Nous retrouvons Catherine quelques années plus tard. Aujourd’hui elle a 24 ans, elle est toujours serveuse dans le relais routier, et elle a une fille de 6 ans nommée Brenna. Elle reparle à ses parents, mais leurs relations sont toujours tendues. Un soir après un rencard foireux elle est témoin d’un accident de la route. La voiture de la personne accidentée prend feu, alors Catherine fait sortir le passager de la voiture. Son meilleur ami Keith, qui bosse dans la police, lui dit qu’elle a sauvé une star du hockey : Brett Madden. Cela n’arrange pas Catherine, qui veut rester dans l’ombre et ne veut pas que sa vie privée soit étalée dans les journaux, comme lors du scandale de sa relation avec son professeur lorsqu’elle était adolescente.

L’essentiel de l’intrigue se déroule au présent, mais de temps en temps, on a des flash-backs de ce qu’a vécu Catherine il y a 7 ans. Dans l’ensemble, c’est une jolie histoire. Les deux héros sont attachants, et leurs histoires personnelles ainsi que leur histoire commune m’ont plu. 

Je me suis beaucoup attachée à Catherine, pourtant au départ ce n’était pas gagné. Lorsqu’elle nous parle de sa relation avec son professeur, je me suis dit que l’histoire n’allait pas me plaire. Et puis on avance de quelques années, et le personnage de Catherine gagne en profondeur, et en émotion. 

J’ai tout de même trouvé quelques longueurs au sein du récit, disons que le pavé de presque 600 pages se ressent. Il m’a également manqué le point de vue de Brett concernant tous ces évènements. Il est vrai que l’on retrouve très souvent une narration alternée en romance new-adult, et je m’y suis habituée!

Les personnages secondaires sont, pour la plupart, adorables, comme Keith, Lou, Leroy, le père de Bret… J’ai juste eu beaucoup de mal avec Misty, qui n’est pas méchante, mais que j’ai trouvée trop vulgaire et vraiment bête (heureusement qu’on ne l’a voit pas énormément) et la mère de Catherine, qui est une vraie conasse, même si elle tente de faire amende honorable vers la fin.

Un petit mot sur la qualité du livre en tant qu’objet : Franchement, c’est une honte, la maison d’édition a fait de nombreuses erreurs sur ce roman. Il y a de nombreuses fautes d’orthographe, des mots manquants, des erreurs sur les prénoms, des erreurs sur la profession des personnages, des erreurs sur l’âge des personnages, ou même des erreurs de prénoms lors des dialogues.

Pour un roman que l’on vend 17 €, c’est vraiment une honte de ne pas relire avant la mise en vente. Je ne comprends pas comment de telles erreurs sont possibles, sachant que normalement lors d’un parcours d’édition, il y a de nombreuses relectures et de nombreuses corrections. De plus, c’est vraiment préjudiciable pour l’auteure, qui pourtant n’y est pour rien puisqu’elle écrit en anglais.

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « Rencontre dans l’Upper East Side » de Sarah Morgan

71Xc6ZXFpRL

Voici Molly.
Rédactrice au courrier du cœur à New York, elle se considère comme une experte en relations amoureuses. Enfin, seulement celles des autres. Car pour elle, le grand amour de sa vie, c’est son dalmatien.
Et voici Daniel.
Avocat spécialiste des divorces, il est bien placé pour savoir que les relations amoureuses sont à éviter à tout prix. Pourtant, un beau matin, il se retrouve à faire des pieds et des mains pour emprunter un chien… tout ça dans le but de provoquer une rencontre avec la mystérieuse joggeuse qu’il croise quotidiennement à Central Park avec son dalmatien…
 
Molly et Daniel ont un avis bien arrêté sur les relations amoureuses. Leur rencontre risque de tout bouleverser…

Il est sorti le 7 mars 2018 aux Editions &H.

Mon avis:

Molly est une jeune femme qui vit à New York depuis trois ans, après avoir fui Londres suite à un scandale. Depuis, elle a coupé les ponts avec son ancienne vie et s’en est réinventé une. Molly est psychologue, une spécialiste des relations amoureuses, et elle tient un blog pour donner des conseils. Molly est très compétente, mais son expertise ne s’étend pas à son cas personnel. En effet, elle a renoncé aux hommes depuis trois ans et a opté pour l’affection de son chien, Valentin. C’est un être fidèle et leur activité favorite est de courir le matin à Central Park. Mais ses certitudes vacillent lorsqu’elle fait la connaissance de Daniel, un homme très sexy et charismatique.

Daniel est un avocat spécialiste du divorce. Dès le premier jour où il l’a aperçue, il était accro. Dès lors, Daniel essaye d’attirer son attention, quitte à emprunter un chien. Son stratagème porte ses fruits et débute une relation tout doucement, à leur rythme. Mais ces deux êtres avec des cicatrices émotionnelles, ayant peur de l’engagement, avec une vision très différente de l’amour, arriveront-ils à passer outre leurs blessures pour s’autoriser à vivre une belle histoire avant que cela ne soit trop tard ?

J’ai adoré ! Le style de Sarah Morgan est prenant, plein d’émotions et de pep’ s. J’ai tout de suite été emportée dans ce récit délicieux et divertissant. La romance est bien construite. L’auteure fait évoluer leur relation lentement avec une série de rencontres pleines d’humour. Molly et Daniel vont prendre le temps de se connaître, de s’apprivoiser, avec une tension sous-jacente délicatement palpable.

Bien évidemment, chacun devra travailler sur son lourd passé affectif pour s’ouvrir à l’autre et le laisser entrer dans sa vie. Leur duo fonctionne à merveille, ils sont différents de bien des manières et pourtant semblables, ils se complètent parfaitement. D’autre part, j’ai beaucoup aimé la galerie de personnages secondaires qui gravite autour d’eux. Ils se démarquent tous individuellement par leur propre personnalité, ils sont touchants, attachants et très unis. J’ai également apprécié la relation qui lie Daniel à ses sœurs dont j’ai hâte de découvrir leur histoire.

Pour conclure :

Avec « Rencontre dans l’Upper East Side » Sarah Morgan m’a une fois de plus séduite. J’ai adoré cette comédie romantique pleine de bons sentiments, sous le signe de l’amour, de la famille et de l’amitié. Je recommande chaudement !

La chronique du roman « Jeu d’inconscience » de Jennifer L. Armentrout.

71NRYk8xCCL

La vie de Jillian Lima a été littéralement bouleversée lorsque Brock, son amour d’enfance, l’a quittée, le soir même où un inconnu armé l’a menacée. Après six années passées à vivre au milieu de souvenirs plein de douleur et de regrets, Jillian se décide à reprendre sa vie en main. Elle vient de décrocher un job dans l’école d’arts martiaux de son père et accepte un premier rencart. Mais, contre toute attente, Brock resurgit dans sa vie, plus beau que jamais. Parviendra-t-elle à lui faire de nouveau confiance ?

Il est sorti le 7 mars 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Le monde de Jillian a basculé en l’espace de quelques heures. La même nuit, lorsque Brock lui brise le cœur, elle se fait agresser, ce qui lui laisse des séquelles physiques et psychologiques. Depuis, six ans ont passé. Elle a toujours vécu au jour le jour, dans une routine assez ennuyeuse. Mais en acceptant l’offre de travail de son père, elle tente de recommencer à vivre normalement. Mais c’était sans compter sur la réapparition soudaine de Brock. Jillian n’est plus la même fille qu’avant et elle refuse de revenir à la façon dont les choses étaient entre eux. Mais Brock est bien décidé à faire partie de sa vie et il ne laissera pas passer six autres années sans elle à ses côtés. Jillian sera-t-elle capable de lui donner une seconde chance ?

Le style de Jennifer L. Armentrout est toujours aussi agréable et plein d’émotions. L’auteure nous offre une belle romance de seconde chance, d’acceptation de soi et de pardon. La romance se développe lentement et de manière tout à fait crédible vu le passif de nos deux héros. Il y aura des hauts, des bas, des moments doux, de rire, mais aussi d’altercation.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont touchants, attachants et humains. Un lien très fort les unit même s’il y a eu cette rupture de six ans, ils ne peuvent pas oublier leur passé commun. Tout doucement, au contact de l’un et de l’autre, ils vont trouver la force de faire face à leurs démons personnels et d’aller de l’avant pour trouver l’amour et la paix.

Leur alchimie et leur histoire ont fait d’eux un duo merveilleux. Néanmoins, j’aurais apprécié avoir le point de vue de Brock, cela nous aurait permis de mieux le cerner. Autrement, je suis contente d’avoir revu tous les autres personnages que nous avions rencontrés dans les tomes précédents et de voir leur évolution.

Pour conclure :

Jennifer L. Armentrout m’a une fois de plus séduite avec « Jeu d’inconscience ». C’est une histoire envoûtante, intense et addictive qui clôt parfaitement cette saga géniale.

jaibloguepourelle

Publicités

La chronique du roman « Comment tomber amoureuse d’un homme qui vit dans un buisson » de Emmy Abrahamson

51OmlvTgepL

Vienne : ville admirée pour Mozart, la valse et les pâtisseries ; moins admirée par Julia, une jeune Suédoise abandonnée par un fiancé quelque peu versatile. 
Julia passe ses journées à enseigner l’anglais aux Autrichiens au chômage et ses soirées à regarder Netflix en compagnie de son chat. Sa vie ne ressemble guère à un conte de fées mais, optimiste en toutes circonstances, Julia continue à penser que le meilleur reste à venir. Le 
meilleur, ce sera écrire un jour un chef-d’oeuvre littéraire et devenir copine avec le prix Nobel Elfriede Jelinek. 
En attendant, elle cultive les amitiés précieuses et tente de trouver LE sujet original de son futur roman. Mais un jour, quelqu’un d’original s’assoit à côté de Julia sur un banc. Ben est grand, beau, ténébreux… et aussi incroyablement poilu, vivant pieds nus et sans domicile fixe. 
Même s’il est loin de ressembler au profil type du prince charmant, Julia lui ouvre son coeur. 
Mais son amour ira-t-il jusqu’à oublier que Ben aurait vraiment besoin de prendre une douche ? 

« Comment tomber amoureuse d’un homme qui vit dans un buisson » est sorti 8 mars 2018 chez Fleuve éditions.

Mon avis:
Julia, une trentenaire suédoise , est professeur d’anglais à Vienne depuis 3 ans. Elle nourrit le rêve de devenir un jour écrivain. Julia s’ennuie tellement dans sa vie qu’elle enchaîne les heures de boulot (qu’elle n’aime pas), et les sorties avec une nana qu’elle déteste (mais qui est célibataire comme elle). Un jour elle rencontre Ben sur un banc. C’est un SDF de 24 ans qui vient du Canada, il va de pays en pays, de ville en ville. Elle le trouve beau, même s’il « pue le rat crevé » comme elle dit. Le lendemain, elle accepte de le revoir, et ainsi commence leur histoire.

Le résumé du roman était prometteur mais l’histoire ne m’a vraiment pas plu. Un peu comme un joli chocolat qui se révèle être fourré à la liqueur : pas du tout à mon goût. De plus, je suis passée à côté de plusieurs références car je ne connais pas les cultures autrichienne et suédoise.
L’héroïne a une vie glauque, vide et triste. Pourtant elle n’a pas attiré ma sympathie, loin de là. Julia a vraiment un caractère pourri, je ne comprends pas pourquoi Ben s’entiche d’elle. Sa rencontre avec Ben ne va pas arranger les choses, ils ont une relation plutôt conflictuelle et qui ne fait pas du tout rêver. Lui se contente de végéter chez elle, il se transforme en gros porc égoïste. Quant à Julia c’est une jeune femme hautaine et peu sympathique. Bref, leur rencontre n’est pas belle, ni romantique, ce n’est pas non plus un coup de foudre. L’histoire n’est pas sentimentale,  c’est juste vraiment bizarre et, par bien des aspects, très déprimant.

En conclusion, je suis restée totalement hermétique à cette histoire. Je m’attendais à une romance originale, portée par des personnages attachants se mettant dans de drôles de situations, mais cela n’a pas du tout été le cas. Je me suis ennuyée tout au long du roman. Dommage. 
Ecrit par Noémie