La chronique du roman  » Une aventure de Stéphanie Plum, t13 : Une affaire treize explosive » de Janet Evanovich

51poefJVIJL

À Trenton, les avocats aiment laver leur linge sale en famille. Il suffit à Dickie Orr d’un court face-à-face avec Stéphanie Plum, son ex-épouse avec laquelle il n’est resté marié que cinq minutes, pour déclencher une dispute homérique. Ce serait banal si notre chasseuse de primes préférée ne se retrouvait le lendemain accusée du meurtre de son ancien mari…
Pour ne rien arranger, Stéphanie doit se débarrasser de Joyce Barnhard, son ennemie jurée qui lui colle aux baskets dans l’espoir de retrouver Dickie vivant, et tenter d’échapper à un taxidermiste fou et ses castors explosifs…
Ranger et Morelli ne seront pas de trop pour la sortir du pétrin. Mais de là à travailler en tandem, sûrement pas…

Il est sorti le 26 mai 2016 aux Editions Pocket.

Mon avis:

Nous revoilà partis dans une nouvelle aventure palpitante et loufoque de notre agent de cautionnement préféré.

En effet, Stéphanie doit rencontrer Dickie, son ex-mari. Elle doit soi-disant lui parler d’un problème juridique. Mais cela n’est qu’un prétexte pour planquer des micros dans son bureau à la demande de Ranger. Bien sûr, cela devait se passer sans problèmes, mais Stéphanie a du mal à garder son calme en face de Dickie. Le désastre prend des proportions énormes lorsque ce dernier disparaît le lendemain, en laissant des traces de sang. Stéphanie devient alors la première suspecte, Ranger et Morelli ne seront pas assez de deux pour la tirer de ce mauvais pas. D’autant plus que Joyce est persuadée que c’est de la faute de Stéphanie et elle est bien décidée à se venger et à lui faire vivre un enfer. Et c’est sans compter sur ces Ddc qui ont décidé, également, de lui pourrir la vie avec des castors explosifs…

Autant vous dire que l’on ne s’ennuie pas avec ce tome, comme souvent d’ailleurs… Le scénario est bien mené et un brin rocambolesque comme on les aime. On retrouve tous les ingrédients et les personnages qui nous ont fait aimer cette saga. Le rythme est rapide, il y a de l’action, des rebondissements et de l’humour.

« Une affaire treize explosive » nous offre une lecture divertissante et un bon moment de détente. C’est encore avec grand plaisir que je vais lire la suite… Décidément, Janet Evanovich est très forte, car, elle ne me lasse jamais !

Bonne lecture !

Publicités

La chronique du roman « Rock chick, t1 : À la diable » de Kristen Ashley

couv34729962

Si vous voulez savourer le cocktail explosif qu’est Rock chick, prenez une libraire farouche, un ancien bad boy devenu détective, un barista un peu trop sage pour être honnête, un vétéran du Vietnam complètement taré, un drogué, un drag queen et un sac de diamants. Mélangez le tout avec un soupçon de coups de feu et un brin de courses-poursuites. C’est prêt. À déguster frappé !

Il est sorti le 29 avril 2016 aux Editions Milady.

Mon avis:

Dans cette nouvelle série nous faisons la connaissance d’Indiana (Indy) Savage, 30 ans, au tempérament rebelle qui fait par moment des trucs idiots, limite hors la loi. Elle est aussi propriétaire d’une boutique de livres. Elle aime le rock et depuis l’âge de 5 ans, elle est amoureuse de Liam Nightingale alias Lee, le frère de sa meilleure amie. Mais, il y a dix ans, ce dernier lui a bien fait comprendre qu’il ne la voyait que comme une sœur, depuis, elle a gardé ses distances. Mais le jour où les balles fusent autour d’elle et que son barista est mouillé dans une affaire louche avec des diamants… Lee se « propose » de la protéger… Aux yeux d’Indy, pas sûr que ce soit les balles qui soient les plus dangereuses pour elle, surtout quand l’amour de sa vie auquel elle avait renoncé décide de la draguer…

J’ai adoré ma lecture ! Le style de Kristen Ashley est vif, percutant et relevé. On ne s’ennuie pas une seconde entre action et rebondissements. Le rythme est soutenu, on ne voit pas les pages défiler sous nos doigts.

En ce qui concerne le scénario, il est bien mené, même s’il est un brin rocambolesque. Mais c’est très addictif. Du côté des protagonistes, ils sont mémorables, passionnants et hauts en couleur. De plus, leurs dialogues sont savoureux, colorés, avec une bonne dose d’humour. J’avoue avoir beaucoup aimé tous les gens qui gravitent autour d’Indy, mais j’ai une petite préférence pour le Grizzly, un vétéran légèrement fêlé du bocal qui va sauver plus d’une fois les fesses de notre héroïne. Ils sont tous très attachants et convenablement développés.

Pour ce qui d’Indy, elle est volcanique. Elle n’a pas sa langue dans sa poche et elle a le don de s’attirer les ennuis comme personne. C’est une héroïne qu’on ne peut qu’aimer. Quant à Lee, il est charismatique et énigmatique, il émane de lui, une énergie brute et animale. Leur duo est très explosif et’on a plaisir à suivre leur relation.

Pour conclure :

« À la diable » est une lecture qui dépote, elle est divertissante et amusante alliant mystère, meurtre et romance. C’est un réel concentré de bonheur, une lecture pleine de pep’s et de folie avec des personnes truculents.

Je suis tombée sous le charme, c’est un vrai régal, à ne pas manquer !

❤ ❤ ❤

La chronique du roman « Bridget Jones,T3 : Folle de Lui » de Helen Fielding

9782290119808
61 kg ; calories 3 482 (mal) ; nombre de fois où j’ai vérifié les cheveux de Roxster pour voir si j’y trouvais des poux : 3 ; SMS à Roxter : 2 ; SMS de Roxter : 0 ; e-mails collectifs des parents d’élèves : 36 ; minutes passées à décider de me préparer pour réunion au sujet du film : 20 ; minutes passées à me préparer pour la réunion : 0
Que faire lorsque votre toy boy fête ses 30 ans le soir où votre meilleure amie célèbre ses 60 ans ?
Est-il moralement condamnable d’aller chez le coiffeur quand vos enfants ont attrapé des poux ?
Est-ce mal de tricher sur son âge sur les sites de rencontre ?
Confrontée à ces graves problèmes, et à quelques autres non moins angoissants, Bridget relève courageusement le défi d’élever seule deux jeunes enfants, d’apprendre à maîtriser tweets et textos et, surtout, redécouvre sa sexualité à l’heure de – aïe ! le mot qui fâche – l’âge mûr.

Il sort le 2 mars 2016 aux Editions J’ai lu.

Mon avis:

Voilà, j’ai succombé à l’appel du dernier Bridget Jones. J’avoue y être allée un peu à reculons, car les critiques sur la toile m’ont fait un peu peur.Pour ma part, ce fut une très bonne surprise. Quel plaisir de retrouver notre Bridget !

Dans cet opus, Bridget est désormais âgée de 50 ans, veuve de Mark Darcy depuis 5 ans et mère de deux jeunes enfants. Depuis le décès de son époux, Bridget ne vit que pour ses enfants et elle reste dans le brouillard.

Toutefois, ses amis de toujours ont décidé qu’il était temps pour elle de remonter en selle et qu’elle prenne son existence en main. Ce qui veut dire repartir à la conquête de la gent masculine, commencer une carrière en tant que scénariste, et tout cela en étant une super maman !

Le style de Helen Fiedlling est pétillant et entraînant. Nous retrouvons la même narration que dans les précédents tomes. Le rythme est rapide, on n’a pas le temps de s’ennuyer entre scènes cocasses, tendres et émouvantes. L’auteure a parfaitement su nous faire ressentir les émotions que traverse notre héroïne. J’ai beaucoup ri, mais j’ai également eu la larme à l’œil. En effet, « Folle de lui » a plus de profondeur émotionnelle.

En ce qui concerne les personnages, j’ai aimé tous les retrouver. Ils sont attachants et touchants. On voit leur évolution au fils du temps et ce qu’ils sont devenus. On n’a pas de mal à les reconnaître malgré leur développement personnel. J’ai adoré Daniel qui est égal à lui même, et qui essaie toujours de savoir quelle culotte Jones peut porter. 😉

Quant à Bridget, elle a encore son grain de folie, son manque de tact et son don de se mettre dans des situations impossibles. On découvre une Bridget dans l’air du temps, avec un toy boy et qui se débat avec les médias sociaux, c’est assez hilarant !

J’avoue que même si nous n’avons pas un âge identique, je me suis bien reconnue en tant que mère qui doit faire face à ce corps qui a changé avec les grossesses. Le personnage de Bridget permet de rire de nous même. C’est juste et terriblement réaliste.

Pour conclure :

Helen Fiedling ne m’a pas déçue. On fait la connaissance d’une Bridget plus mature, même si nous avons l’impression de retrouver une vieille amie. Je n’ai pas pu lâcher le roman avant de l’avoir terminé. J’ai passé un excellent moment, c’est une suite et fin très divertissante.

En tout cas, Bridget Jones n’a pas pris une ride !
À lire !
tumblr_mv1noc8HvK1sqs774o4_500

« Les aventures improbables de Julie Dumont » de Cassandra O’Donnell

61O6PnVPKzL._SL1240_

Julie Dumont est une jeune femme se son temps. Parisienne et célibataire depuis une déception amoureuse de taille, elle doit se rendre à l’anniversaire de mariage de ses parents, en Normandie. Elle n’a pas le choix, elle ne peut pas manquer cet événement incontournable, ni même arriver en retard, sous peine de subir les foudres de sa terrifiante maman. D’autant que, depuis des années, elle refuse de reprendre l’affaire familiale – les pompes funèbres Dumont – malgré un talent certain pour retaper les morts.
Alors qu’elle fait le plein d’essence, elle assiste à une scène singulière : un inconnu est éjecté d’une voiture qui s’enfuit à toute vitesse. À son corps défendant, elle se retrouve à devoir conduire le malheureux tabassé jusqu’à l’hôpital le plus proche. L’étranger meurtri n’est autre qu’un journaliste d’investigation en pleine enquête sur un meurtre… Julie ne sait-elle pas que la curiosité est un vilain défaut ?

Il sort le 9 mars 2016 aux Editions Pygmalion.

la chronique du roman « Une aventure de Stéphanie Plum, t11 : comme onze comprend » de Janet Evanovich

10403523_856428341046537_1425426774257598777_n

Trop c’est trop. Stéphanie Plum en a par-dessus la tête de se faire tirer dessus et de voir sa voiture exploser. Elle rend son badge de chasseuse de primes et décide de trouver un emploi normal, dont sa mère pourra parler à ses amies sans devoir faire le signe de croix. Mais son passé ne cesse de la hanter. Harcelée par un déséquilibré passionné d’explosifs, elle doit le démasquer avant qu’il ne la réduise en miettes. Et, pour ne rien arranger, la tension monte entre les deux hommes de sa vie, Joe Morelli, le flic le plus craquant de Trenton, et Ranger, le bad boyle plus sexy de la planète…

Il est sorti le 19 mars 2015 aux Editions Pocket.

Mon avis:

Dans cet opus, Stéphanie a décidé de mettre un terme à sa carrière de chasseuse de prime. Sa vie est trop dangereuse, trop bizarre… Il est temps pour elle de trouver un job calme et raisonnable, en gros ennuyeux, et de bâtir un avenir.

Elle va s’essayer à différents boulots. Toutefois, avec Stéphaine, les ennuis ne sont jamais loin. Surtout quand un fantôme du passé a décidé de la hanter et de lui envoyer des petits messages flippants…

Nous voici encore embarqué dans une aventure déjantée et explosive de notre Stéphanie. On aurait pu croire que ce tome serait plus clame, mais pas du tout. Ça va à 100 à l’heure, les scènes avec ses nouveaux travaux sont à mourir de rire.

L’intrigue est addictive et bien menée. Une fois commencée, il vous sera impossible de la lâcher. Je l’ai dévorée. La lecture est dynamique, il y a beaucoup d’action et de rebondissements.

Concernant les personnages, on retrouve les mêmes. Ils sont toujours aussi loufoques et attachants.

C’est ce qui est formidable avec cette auteure, retrouver Stéphanie c’est comme se plonger dans son vieux pyjama tout chaud et tout doux, c’est du bonheur ! Et même si des détails sont récurrents dans chaque tome, on ne se lasse jamais.

Pour conclure :

Janet Evanovich nous offre avec « Comme onze comprend » une histoire hilarante, pleine de danger, de suspense et de romance. Une lecture divertissante et amusante ! Pour moi, c’est l’un des meilleurs tomes. C’est un coup de cœur !

Tout de suite après, j’ai enchainé avec le douzième opus, qui est tout aussi bon. L’auteur nous en révèle plus (enfin) sur Ranger et Stéphanie a fait le point sur ses sentiments, ce qui ne va pas être facile tous les jours. 😉

En bref, Lisez Stéphanie Plum !

566498

La chronique du roman « Une aventure de Stephanie Plum, t10 : Dix de retrouvés » de Janet Evanovich.

10885062_856428327713205_8110726639532640346_n

Fâcheuse coïncidence ! Alors que Stéphanie Plum et sa partenaire Lula s’arrêtent à l’épicerie pour acheter des nachos, la boutique se fait braquer par le Diable rouge, membre des Exterminateurs de Comstock Street. La situation dégénère et, bien vite, la tête de Stéphanie est mise à prix. Elle n’a qu’une solution : se cacher dans le mystérieux appartement de Ranger, le chasseur de primes le plus sexy de Trenton. Ce qui n’est évidemment pas pour plaire à son petit ami par intermittence, Joe Morelli. Le compte à rebours a commencé, mais Stéphanie n’est pas du genre à se laisser abattre…

Il est sorti le 19 mars 2015 aux Editions Pocket, 6.80€.

Mon avis:

Nous voilà repartis pour une nouvelle aventure déjantée avec notre chasseuse de prime !
Tout commence par un voyage innocent en quête de nachos.
Mais Stéphanie et Lula se trouvent clairement au mauvais endroit au mauvais moment.
Elles se retrouvent témoins d’un braquage d’une épicerie commis par le Diable rouge, un malfrat activement recherché.
Malheureusement pour Stéphanie, elle a vu le visage de ce dernier…

Dès lors, les évènements vont se bousculer. Sa tête est mise à prix par un gang local. Sa solution : faire profil bas, se cacher dans une des planques de Ranger tout en continuant son travail, car, il faut bien qu’elle puisse payer son loyer !
Pour cela, elle sera accompagnée de Lula et mamie Mazur plus en forme que jamais !

Quel plaisir de retrouver toute la bande ! Le rythme est rapide, les scènes cocasses s’enchainent à une telle vitesse qu’ on n’a pas le temps de s’ennuyer une minute. C’est un vrai régal de revoir Lula et Stéphanie, nos Laurel et Hardy du cautionnement judiciaire, dans leur travail.

On a le droit à un drag queen chauffeur de bus pour enfant, une droguée aux chips et une attaque de chien en chaleur.

L’intrigue est menée à tambour battant, remplie de poursuites en voiture, armes à feu, querelles de famille et une consommation de beignets intensifs.

Le tout est écrit avec beaucoup d’humour, de tension sexuelle et de danger. J’avoue que le final est assez loufoque, mais tordant. Mais, je crois que ma scène préférée est celle où Connie, Lula et Stéphanie s’essayent à la torture, j’en pleurais de rire.

Quant aux amours de Stéphanie, elle fait toujours la girouette entre Ranger et Morelli même si ce dernier a de l’avance.

Pour conclure :

Janet Evanovich nous offre encore une aventure explosive. C’est un vrai concentré de bonheur !
Vivement la suite !

bébé-excité

La chronique du roman « Un palace en enfer » de Alice Quinn

couv10884870 (1)

Sexy et grande gueule, Rosie Maldonne est une jeune mère de trois enfants qui a pour seules ressources les versements du RSA. Elle vit dans une vieille caravane, posée sur un terrain vague à quelques encablures de Cannes. Alors qu’elle se démène sans cesse pour trouver de l’argent, mettant en pratique son système D habituel, le destin finit par frapper à sa porte : un gros paquet de fric lui tombe dessus sans prévenir ! Dès lors, les ennuis commencent et les questions affluent : Qui est ce flic trop mignon qu’elle croise partout ? Pourquoi sa meilleure amie a-t-elle disparu avec son bébé ? Est-ce vraiment la mafia russe qui la pourchasse ? Cet argent tombé du ciel lui ouvrira-t-il les portes d’un palace, ou celles d’un enfer ? Première enquête de Rosie Maldonne, Un palace en enfer est un roman policier qui allie suspense et humour.

Il est sorti le 15 janvier 2015 aux Editions Michel Lafon, 16.95€.

Mon avis:

On fait la connaissance avec Rosie Maldonne, dite Cricri. Elle a 24 ans, habite dans une caravane avec ses trois enfants et ils survivent grâce à son système D et le RSA.

Rosie joue souvent de malchance, mais elle est déterminée à rester optimiste. Et elle  a raison. Un jour qu’elle emmène ses enfants jouer au McDo, elle trouve une enveloppe pleine de billets. Ça y est, à elle la belle vie !

Bien sûr cela était trop beau pour être vrai, car depuis elle se retrouve dans une histoire de corruption avec des « tontons flingueurs » aux fesses et pour en rajouter, sa meilleure amie Véro a disparu avec son fils…

Rosie est bien décidée à ne pas se laisser faire et à mener sa propre enquête, les ennuis ne font que commencer…

Le style d’Alice Quinn est simple, vif au langage familier, voire même un peu trop pour ma part. Cela m’a vite lassée, surtout les nombreux jurons. Le rythme est rapide, on peut dire que le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer. Action et rebondissements s’enchaînent à une vitesse folle.

Pour ce qui est du scénario, il est relativement bien mené, mais il manque parfois de détails pour que cela paraisse crédible. J’ai trouvé quelques incohérences et certaines scènes tirées par les cheveux. Il est intéressant, mais pas très original et un peu too much.

En outre, je n’ai pas accroché à l’humour, trop lourd, cela ne m’a fait ni chaud ni froid. Je n’ai pas ri une seule fois, c’est dommage pour un roman humoristique.

Pour ce qui est des protagonistes, là non plus je n’ai pas adhéré. Ils sont trop caricaturaux.

Rosie Maldonne a un tempérament de feu, mais je l’ai trouvée très aigrie, hargneuse et toujours sur la défensive. C’est une héroïne que j’ai trouvée plutôt énervante que touchante.

Quant aux autres personnages, ils sont nombreux, et peu approfondis. J’aurais aimé des caractères plus nuancés.

Pour conclure :

« Un palace en enfer » est un roman humoristique policier qui ne m’a pas convaincue. Pour moi, cela n’a pas fonctionné pour toutes les raisons expliquées ci-dessus, tout est dans l’excès.

Pour moi, l’aventure de Rosie Maldonne s’arrête là.

À vous de voir si vous voulez vous laisser tenter, car de nombreux blogueurs ont apprécié le livre.