Mon avis sur « Jackaby, Tome 02: Sur les traces de la Bête » de William Ritter

819yLUxnwvL

Jackaby et Abigail, détectives du surnaturel, doivent élucider un nouveau mystère : le chat de Mrs Beaumont s’est transformé en poisson. Alors que l’excentrique enquêteur suspecte l’animal d’être une créature qui change de forme pour dévorer ses proies, la pauvre femme est retrouvée morte avec d’étranges marques dans le cou. Celles-ci font écho à un autre décès suspect, mais aussi à la disparition d’un précieux fossile, dans la petite ville de Gad’s Valley. Jackaby et Abigail y retrouvent l’inspecteur Charlie Cane pour tenter d’élucider cette énigme. Leur enquête prend bientôt des allures de traque lorsqu’une bête féroce multiplie ses attaques, semant la mort sur son passage…

Il est sorti le 20 mars 2019 aux Editions Bayard.

Mon avis:

Nous plongeons de nouveau avec Abigail Rook, l’assistante du détective surnaturel idiosyncrasique R. F. Jackaby. Ensemble, ils explorent New Fiddleham, en Nouvelle-Angleterre, à la recherche d’enquêtes sur des phénomènes inexpliqués. Dernièrement, ils sont appelés sur une histoire de chat transformé en poisson. Abigail et Jackaby reçoivent une lettre de Charlie Cane, le policier et loup-garou récemment exilé, au sujet de quelques os d’un fossile mystérieusement disparus. Bientôt, Jackaby et Abigail sont entrainés dans une folle enquête sur des créatures étranges, une créature légendaire ressuscitée, deux archéologues rivaux et des meurtres brutaux. En d’autres termes, un jour comme un autre avec notre duo…

J’ai beaucoup aimé ce second opus. J’ai aimé que l’on change de décor. Nous partons pour la campagne, dans une vaste vallée, avec des fermes isolées. C’est bien rythmé, bien écrit, on se laisse vite porter et emporter dans ce récit plein d’action, de mystères surnaturels, le tout à l’époque victorienne. C’est un vrai régal.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est très plaisante à suivre, intéressante et très bien construite. L’histoire est bien plus complexe et moins prévisible que le premier opus. Le danger n’était pas aussi omniprésent, cela ressemblait plus à attendre que cela apparaisse ce qui apportait une touche de suspense.

Du côté des protagonistes, Abigail est le personnage qui progresse le plus. Nous la voyons devenir plus extravertie et plus franche, et également prendre le contrôle de ses actions, devenir une femme encore plus forte et qui se moque des codes de son temps. Quant à Jackaby, il est égal à lui-même, mais j’adore son personnage parfaitement imparfait.

D’autre part, l’auteur intègre de nouveaux personnages, ils ont très intéressants avec des caractères marqués. Cela apporte un nouveau souffle et une bonne dynamique aux récits. Ils ont passionnants à découvrir.

Pour conclure :

« Sur les traces de la Bête » est une excellente suite, divertissante, attrayante avec un style plaisant et un humour un peu décalé. J’ai hâte de découvrir la suite pour voir l’évolution d’une certaine enquête non résolue dans ce tome, ainsi que d’en apprendre plus sur Jenny, qui apparemment va tenir un rôle important la prochaine fois. Vivement !

Publicités

Mon avis sur « Les ombres de Julia, Tome 02: La créature intérieure » de Catherine Egan

81qou2vw2cl

Julia et un groupe hétéroclite de révolutionnaires, de savants et de voleurs ont traversé les océans et les déserts pour arriver dans la ville de Tianshi, où ils espèrent trouver un certain Ko Dan, le seul sorcier capable de défaire le terrible sortilège qui lie le petit Théo à une magie ancienne et destructrice. Le Xianren Cazmir veut cette magie, au prix de la vie de Théo s’il le faut, et, pendant que Julia et ses compagnons cherchent Ko Dan, les assassins de Cazmir les traquent, eux.

Julia, qui s’est juré de protéger Théo, peut gérer le danger. Ce qui l’effraie vraiment se trouve en elle. Son étrange capacité à se rendre invisible a pris une nouvelle tournure, plus inquiétante, à mesure que Julia l’apprivoise et l’explore : elle peut maintenant disparaître si complètement que c’est comme si elle entrait dans un autre monde. Un monde infernal, rempli de créatures difformes qui semblent la reconnaître et la considérer comme l’une des leurs.

Alors, Julia est-elle une fille avec un monstre enfoui en elle ? Ou un monstre ayant pris l’apparence d’une fille ?
Et est-ce si important, tant que ce monstrueux pouvoir lui permet de sauver Théo ?

Il est sorti le 9 janvier 2019 aux Editions Milan.

Mon avis: 

Dans ce tome, on retrouve Julia avec ses compagnons à Tianshi, la capitale de Yonggou. Ils sont à la recherche de Ko Dan, un sorcier célèbre qui vivrait dans le monastère de Shou-shu. Avec son aide, ils veulent retirer le fragment du livre du petit Théo. La recherche s’avère très difficile, de nombreuses pistes s’ouvrent à eux, mais faut-il encore trouver la bonne… De plus, Julia se demande si elle peut ou non faire confiance à Mme Och, car elle semble toujours lui cacher des choses. Julia espère trouver enfin des réponses à ses questions, mais elle est loin de s’imaginer ce qu’elle découvrira…

Le style de Catherine Egan est agréable, bien que le rythme soit assez lent au départ, on ne s’ennuie jamais. C’est plein d’aventures, de suspense, d’action et de sensations fortes. J’ai été immédiatement transportée dans son univers. L’autrice utilise des descriptions riches et des images vives pour donner vie à ce monde aux yeux du lecteur. Nous découvrons une toute nouvelle ville et chaque partie a été pensée et décrite dans les moindres détails. J’ai adoré apprendre à connaître son histoire, sa politique, ses us et coutumes et ses habitants. C’était intéressant.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est complexe, pleine de quêtes parallèles, mais qui font tout de même avancer le récit. De plus, la mythologie et les machinations s’étoffent et elles sont parfaitement orchestrées, cela nous offre de nombreux rebondissements et révélations. L’autrice nous donne des réponses à certaines questions, mais d’autres apparaissent. J’ai adoré !

Du côté des protagonistes, ils se sont vraiment démarqués dans ce tome. Catherine Egan a fait un travaille génial avec eux. Ils sont un peu plus développés et certains masques tombent, d’autres font leur entrée. Les relations entre eux se renforcent, du moins avec certains. Mais, ce que j’ai apprécié, c’est que les personnages ne tombent pas facilement dans les catégories du bien et du mal. Cette ambigüité morale est très présente. Cela rend les personnages humains et intéressants à suivre.

Le personnage qui évolue le plus est sans conteste celui de Julia. Elle grandit et mûrit au cours de l’histoire. Julia est une jeune femme forte et imparfaite. Elle a du mal à comprendre sa vraie nature, mais elle va essayer de mieux la saisir et de l’apprivoiser tout en cherchant l’expiation et le pardon. Tout cela va l’entrainer vers un cap très différent.

Pour conclure :

« La créature intérieure » est un second roman palpitant où il est question d’amitié, de famille, de magie et de découverte de soi. Catherine Egan a réussi la tâche d’écrire une suite aussi convaincante que son prédécesseur. C’est unique et rafraichissant, et j’ai hâte de voir comment tout cela va se terminer.

La chronique du roman « Covenant, Tome 3 : Eveil » de Jennifer L. Armentrout

 

61dx+V2bmWL

De retour au Covenant, Alexandria doute parfois d’atteindre son dix-huitième anniversaire : les Furies ont promis son exécution, et si le Conseil découvre ce qui est arrivé dans les Catskills, tout est perdu… pour elle comme pour Aiden. Par ailleurs, chaque moment passé en compagnie de l’Apollyon la rapproche de son Eveil, dont les conséquences inconnues pourraient être désastreuses. Un Eveil que, pour une raison obscure, certains aimeraient voir précipité. La jeune femme est-elle sous protection… ou sous surveillance ? Alex devra choisir entre ce que lui dicte son coeur et ce que lui réserve le destin. Mais est-il seulement possible de dévier la trajectoire du Styx ?

Il est sorti le 10 octobre 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Une semaine s’est écoulée depuis les derniers évènements de Catskills. Alors qu’Alex a peur des répercussions sur ce qui s’est passé là-bas, elle découvre qu’elle a encore plus à s’inquiéter. En effet, un ordre mystérieux essaye de la tuer. De plus, elle est en pleine confusion quant au lien qu’elle partage avec Seth et elle appréhende par-dessus tout son dix-huitième anniversaire, synonyme de son éveil. Son monde est sur le point de voler en éclats, tant de bouleversements se préparent, heureusement, Alex pourra compter sur le soutien indéfectible d’Aiden…

J’ai adoré ce nouvel opus. Jennifer L. Armentrout nous offre une histoire encore meilleure que les deux tomes précédents. Elle approfondit son univers, on découvre d’autres lieux et nous en apprenons plus sur l’histoire des Apollyon. C’est fascinant.

En ce qui concerne l’intrigue, l’autrice m’a totalement embarquée dans ce récit plein d’action, de rebondissements et de révélations. On en apprend plus sur les desseins de chacun et tout se met en place. L’intrigue fait un vrai bon en avant. C’est captivant.

Du côté des personnages, on continue à suivre ceux que l’on connaît. Ils évoluent, changent, grandissent et feront des choix plus ou moins bons. Jennifer L. Armentrout nous les dévoile plus, notamment Aiden, Seth, Deacon ou encore Apollon. Certains vont nous surprendre tandis que d’autres seront plus détestables. Ce ne sera que manipulations et trahisons.

Quant à Alex, elle progressera beaucoup. Elle commencera à réfléchir avant d’agir et elle essayera de faire tout ce qui est en son pouvoir pour que ses proches restent en sécurité. Alex devra embrasser également ce destin qui lui est imposé et pour lequel elle n’aura pas de prise.

Pour conclure :

« Eveil » est un tome haletant, prenant et bouleversant. Ma lecture fut des vraies montagnes russes. Jennifer L. Armentrout ne nous déçoit pas, c’est tout simplement génial et j’ai hâte de découvrir la suite. Coup de cœur !

La chronique du roman « Le dernier magicien, t1 : L’ars Arcana » de Lisa Maxwell

815G5i+P7LL

Stoppe le magicien
Vole le Livre
Sauve le futur
De nos jours à New-York : les magiciens vivent terrés dans Manhattan, qu’ils ne peuvent quitter sous peine de mort. Esta, une magicienne à l’affinité hors-norme, a le don de voyager à travers les époques et de figer le temps. Elle seule peut se rendre en 1902. Là où tout a commencé. Là où le Magicien s est jeté du haut du pont de Brooklyn avec l’Ars Arcana, le Livre ancien contenant tous les secrets, condamnant la magie a des lendemains sans espoir…

Il est sorti le 19 septembre 2018 aux Editions Casterman.

Mon avis:

New York de nos jours, la magie a presque disparue. Les derniers qui ont une affinité avec la magie vivent cachés. Esta est une voleuse de talent en plus d’être un mage. Elle a la capacité de manipuler le temps. Elle s’entraîne depuis toujours pour revenir en 1902 pour voler un livre ancien. Un livre qui recèlerait les secrets de la magie, avant qu’un magicien ne puisse le détruire et condamner les magiciens à un avenir sans espoir.

La voilà plongée dans le vieux New York. Un monde dangereux régit par des gangs impitoyables et des sociétés secrètes. Un monde où la magie crépite dans l’air. Esta devra gagner la confiance de personnes pour mieux les trahir ensuite, afin de sauver l’avenir. Mais sa mission se révèlera bien plus compliquée qu’elle ne le pensait.

Le style de Lisa Maxwell est fluide, prenant et très immersif. Je me suis plongée avec délectation dans son univers riche, passionnant, à la mythologie intéressante qui remonte à Babylone. Tout cela dans une atmosphère qui vous attire et ne vous lâche pas.

En ce qui concerne la trame, elle est solide. Elle se divise en diverses intrigues qui sont habilement menées et qui s’entremêlent entre alchimie, soif de pouvoir, manipulation et mensonge. L’autrice arrive même à nous surprendre. Le tout est bien rythmé, bien dosé et exploré avec une pointe d’humour.

Du côté des personnages, ils sont fascinants, les mauvais comme les gentils. D’ailleurs, Lisa Maxwell brouille les pistes, et de ce fait, on ne sait pas vraiment qui est qui. La galerie des personnages est très diversifiée, bien développée avec leurs caractères propres, leurs motivations et leurs objectifs. Tout cela nous apportera de nombreuses émotions au cours de notre lecture : de l’amitié, de la romance, mais aussi des déceptions. Quant à Esta, c’est une jeune fille forte, intelligente et qui ne recule devant rien. Toutefois, son côté impulsif lui fera commettre des actes dont elle devra faire face aux conséquences. D’autre part, j’ai beaucoup aimé sa relation avec Harte qui est basée sur le « je t’aime moi non plus ».

Pour conclure :

« L’ars Arcana » est un roman addictif, intense et imprévisible. Un vrai page-turner. Il y a de l’action, des rebondissements et des révélations. Lisa Maxwell nous tient en haleine du début à la fin. J’ai tout aimé : l’ambiance, les protagonistes, l’univers et l’histoire. J’ai hâte de découvrir la suite des aventures de Esta. C’est un coup de cœur !  

La critique du livre « La pâtisserie des sorciers et autres desserts fantastiques » de Aurélia Beaupommier

71CN6Ft0QLL

De Harry Potter à Charmed, en passant par les Animaux Fantastiques, Narnia, Stranger Things, Casse-Noisette ou Ghostbuster, régalez-vous des recettes de dessert préférées de tous les sorciers et créatures enchantées de vos univers fantastiques favoris.

Sablés de Noël de Dobby, muffins des soeurs Halliwell, tourte de Sabrina l’apprentie sorcière, navettes de Nostradamus, omelette des ours de la Boussole d’Or, potion Drink me et boisson Eat me d’Alice au pays des merveilles, gâteau tout vert de Shrek, potion de la Ligue des Gentlemen extraordinaires… Vos personnages préférés, qu’ils viennent des temps anciens, des contes, des jeux vidéo, du cinéma ou des séries, fondent pour ces recettes sucrées ! 
Ces desserts et boissons, tourtes, glaces, sablés, calissons, gros gâteaux, et potions sans alcool, mitonnés par de gentils ou méchants personnages, vous font rêver le temps d’un goûter grâce à ces recettes super simples à réaliser et qui créent d’eux-même une ambiance… fantastique ! 

Accompagné d’un Who’s who des sorciers, ce livre fera voyager vos papilles dans l’imaginaire, grâce à une maquette superbe et des photos magiques.

Il est sorti le 18 octobre 2018 aux Editions Solar. 

Mon avis:

Voici un grimoire absolument génial pour les fans de littérature, de cinéma et de série TV fantastiques et qui en plus adorent la pâtisserie. Aurélie Beaupommier nous offre 90 recettes pour les boissons, les gâteaux individuels et ceux à partager. Les recettes sont plus ou moins classiques. Par contre, elles sont toutes faciles à réaliser et les ingrédients sont faciles à trouver. Les explications des recettes sont claires et simples et on aime que l’autrice incorpore du vocabulaire tiré du monde dont vient la recette. J’ai aimé aussi, le « lexique » des films et des séries TV que nous croisons. L’autrice nous offre un petit résumé. Le tout est magnifiquement illustré avec des dessins et de belles photographies. C’est un régal pour les yeux et les papilles.

Pour conclure :

Voici un très bel ouvrage à s’offrir ou à offrir aux amoureux de la pâtisserie et du fantastique. Les recettes sont simples et gourmandes et raviront les grands comme les petits. C’est un coup de cœur !

La chronique du roman « La trilogie de Shiva, t1 : les immortels de Meluha » de Amish Tripathi

51sQPW0rmfL

Shiva ! Le Mahadev. Le Dieu des Dieux. Destructeur du Mal. 
Au fil des siècles, aucun étranger ayant foulé notre sol n’a cru 
possible qu’un être aussi exceptionnel ait pu réellement exister. 
Et si nous nous trompions ? Et si le Seigneur Shiva n’était pas le 
produit d’une imagination débordante, mais un homme qui s’est 
élevé jusqu’à devenir l’égal d’un dieu, grâce à son karma ? 
Le riche et idyllique empire de Meluha est menacé. Pour renforcer 
ses rangs, l’empereur a envoyé des émissaires inviter les tribus 
voisines à rejoindre son royaume et jouir de son opulence en 
échange de leur allégeance. 
C’est ainsi que les Gunas, menés par leur jeune chef impétueux, 
Shiva, arrivent à la ville frontière de Srinagar, capitale du Kashmir. 
Après avoir absorbé une mystérieuse boisson médicinale, Shiva 
voit sa gorge luire d’un bleu iridescent. Il est le Neelkanth, le 
sauveur tant attendu…

Il est sorti le 14 juin 2018 chez Fleuve Editions.

Mon avis:

La terre de Meluha est un empire presque parfait qui a été crée il y a plusieurs siècles. Cet empire autrefois le plus riche et le plus puissant de l’Inde est menacé de toute part. Mais une ancienne légende raconte que lorsque le mal atteindra des proportions épique, que tout semblera perdu, un héros émergera.

Shiva, 21 ans, fait partie de la tribu des Gunas qui lutte pour survivre dans une terre aride et rude. C’est alors qu’un émissaire de Meluha lui propose de rejoindre son royaume. Shiva décide d’accepter et il pense que cette initiative sauvera sa tribu. Mais ce n’est que bien plus tard qu’il comprendra en quoi cette décision affectera son destin et celui de ceux qui le considèrent comme leur sauveur.

Le style d’Amish Tripathi est simple et malheureusement assez plat. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans le roman et à rester attirée par l’histoire. De plus, le rythme est très lent. Il y a beaucoup de dialogues internes, de descriptions, de philosophie et très peu d’action. Du côté de l’univers, il était intéressant. J’ai adoré me plonger dans l’Inde envoûtante avec ses mythologies anciennes. Toutefois, l’intrigue est trop creuse avec des passages ennuyeux et répétitifs. On suit Shiva qui essaye de trouver son chemin dans les évènements qui lui arrive. D’autre part, l’auteur a su bien intégrer les détails de la civilisation, des castes et de la position de la femme ainsi que la perception du mal qui est propre à chacun. Cependant, cela ne m’a pas suffi à me rendre le récit passionnant. Il m’a manqué du pep’s.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont peu mémorables et attachants. Shiva est un personnage plutôt naïf qui manque de charisme et de clairvoyance. On est bien loin du féroce guerrier, de l’amant passionné ou d’un destructeur du mal. D’ailleurs, la romance manque d’émotion. Elle n’est pas crédible et elle est beaucoup trop rapide.

Pour conclure :

« Les immortels de Meluha » avait tout pour plaire, mais je suis totalement passée à côté. Dommage, car l’histoire avait du potentiel.  

La chronique du roman « Les âmes perdues, Tome 01: Les Terres du bas » de Jeff Giles

81FRFxHq6kL

Zoé, 17 ans, vient de vivre la pire année de sa vie : son père est mort dans un accident de spéléologie et ses voisins, qu’elle aimait énormément, ont été enlevés. Un soir, alors qu’une terrible tempête de neige fait rage, Zoé et son petit frère sont attaqués par un homme dans les bois à côté de chez eux. Ils sont sauvés de justesse par un mystérieux chasseur de primes.

X n’est pas un chasseur de primes ordinaire. Il vient tout droit des enfers. Il est chargé de ramener dans les Terres du bas les âmes des criminels ayant échappé à la justice des hommes. Tandis qu’il s’apprête à ravir l’âme de l’agresseur de Zoé, son regard croise celui de la jeune fille…

Par amour pour Zoé, X enfreint toutes les règles de son monde : il révèle son existence à un mortel et il épargne sa proie. Il sait que la vengeance des Seigneurs du bas promet d’être terrible…

Il est sorti le 29 août 2018 aux Editions Bayard jeunesse.

Mon avis:

Zoé, dix-sept ans, est toujours bouleversée par la mort soudaine de son père dans un accident de spéléologie et de ses voisins. Lors d’un terrible blizzard, Zoé et son petit frère se font agresser par un homme dangereux. Ces derniers sont sauvés par un jeune homme mystérieux, apparu de nulle part comme au milieu des flammes. L’attraction entre Zoé et X est immédiate. Mais X vient d’un monde où il est interdit de se montrer aux mortels. X est un chasseur de tête qui vient chercher ceux qui n’ont pas été punis par la justice humaine. Mais pour Zoé, il balayera toutes les règles. Tous deux devront en subir les conséquences, mais jusqu’où seront-ils prêts à aller pour leur amour ?

Le style de Jeff Giles et assez clinique et manque parfois d’émotion. De ce fait, j’ai eu du mal, au départ, à rentrer dans le récit. Heureusement, cela s’améliore au fil des chapitres, avec un rythme correct.

En ce qui concerne l’univers que l’auteur a créé, il est sombre et cruel, mais intéressant. Surtout en ce qui concerne les terres du bas. D’ailleurs, j’espère que cela sera plus exploité dans le second opus.

Du côté de l’intrigue, si celle-ci commence avec la rencontre des deux protagonistes, ils vont vite se séparer. Ensuite, nous allons suivre deux histoires bien distinctes. Zoé voudra savoir ce qui est réellement arrivé à son père et X subira les conséquences de ses actes tout en découvrant certaines vérités à son sujet. Ils sont reliés par une romance qui n’est malheureusement pas crédible, trop rapide et qui manque cruellement de développement. Il y a trop peu d’interaction entre nos deux héros. Cela manque de chaleur.

Quant aux protagonistes, Zoé est le personnage le moins intéressant, bien qu’elle soit forte et courageuse, je l’ai trouvée très plate. Pour moi, c’est clairement X qui a porté et sauvé le roman. C’est un personnage intriguant à la moralité ambigüe et qui découvrira d’autres sentiments. On a envie d’en découvrir plus sur lui, sur ses origines et son monde. De plus, j’ai beaucoup aimé Ripper et Banger, ses deux acolytes. Ce sont des caractères bien dessinés et attachants.

Pour conclure :

« Les âmes perdues » est un roman fantastique sombre clairement porté par le personnage de X et son univers. C’est un récit avec des défauts, mais la fin m’a donné envie de poursuivre l’aventure au côté de X.