La chronique du roman « Grisha, tome3 : L’Oiseau de feu » de Leigh Bardugo

81Ll-gqCj+L

MANIPULATION. PARJURE. TRAQUE.

Un royaume au bord du chaos.
Un tyran sur un trône d’ombre.
Une sainte sans pouvoirs.
Sans alliés. Sans armée.
Le combat final de la lumière contre les ténèbres.

AMOUR. LOYAUTÉ. DÉLIVRANCE.

Le salut de Ravka mérite-t-il tous les sacrifices ?
Seule l’Invocatrice de lumière en décidera.

Il est sorti le 24 octobre 2018 aux Editions Milan.

Mon avis:

On reprend deux mois après les évènements qui se sont passés dans le roman « Le dragon de glace ».

Le Darkling dirige maintenant Ravka, tandis qu’Alina vit recluse, diminuée dans un réseau souterrain d’anciens tunnels et de grottes. Elle est sous la protection douteuse de l’Apparat et de ses fanatiques qu’il la considère comme une sainte. Mais elle n’a plus le temps de se cacher si elle veut sauver Ravka et détruire le Darkling. Pour ce faire, elle doit trouver le troisième amplificateur : l’Oiseau de feu…

J’ai beaucoup aimé. Ce troisième et dernier opus continue l’intrigue que l’autrice a superbement tissée. Beaucoup de choses ont changé depuis les derniers bouleversements. Le Darkling est plus puissant que jamais, de son côté Alina est affaiblie, elle doute, il ne lui reste qu’une petite armée brisée et elle ne sait pas si Nikolaï a pu s’en sortir. Dans cette quête du troisième amplificateur de Morozova, nos personnages devront faire des choix difficiles, forger de nouvelle alliance et mettre de côté les vieilles rivalités. Mais cela ne sera pas facile de distinguer ses amis de ses ennemis.

Du côté des protagonistes, l’autrice continue à les développer et à les faire grandir, que ce soit nos héros ou les caractères secondaires. Il faut savoir que Leigh Bardugo ne ménage pas ses personnages, ils sont brisés et ils ont tous leurs propres combats à mener, cela donne de vraies montagnes russes émotionnelles. L’autrice arrive à nous surprendre en nous offrant de nombreux rebondissements et révélations.

Toutefois, le seul petit bémol est le combat final. Je l’ai trouvé un peu trop « facile » et rapide.

Pour conclure :

« L’Oiseau de feu » offre une fin parfaite à cette saga palpitante et addictive qui est Grisha. C’est un coup de cœur pour l’ensemble de la série.

À découvrir !

Publicités

La chronique du roman « Covenant, Tome 3 : Eveil » de Jennifer L. Armentrout

 

61dx+V2bmWL

De retour au Covenant, Alexandria doute parfois d’atteindre son dix-huitième anniversaire : les Furies ont promis son exécution, et si le Conseil découvre ce qui est arrivé dans les Catskills, tout est perdu… pour elle comme pour Aiden. Par ailleurs, chaque moment passé en compagnie de l’Apollyon la rapproche de son Eveil, dont les conséquences inconnues pourraient être désastreuses. Un Eveil que, pour une raison obscure, certains aimeraient voir précipité. La jeune femme est-elle sous protection… ou sous surveillance ? Alex devra choisir entre ce que lui dicte son coeur et ce que lui réserve le destin. Mais est-il seulement possible de dévier la trajectoire du Styx ?

Il est sorti le 10 octobre 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Une semaine s’est écoulée depuis les derniers évènements de Catskills. Alors qu’Alex a peur des répercussions sur ce qui s’est passé là-bas, elle découvre qu’elle a encore plus à s’inquiéter. En effet, un ordre mystérieux essaye de la tuer. De plus, elle est en pleine confusion quant au lien qu’elle partage avec Seth et elle appréhende par-dessus tout son dix-huitième anniversaire, synonyme de son éveil. Son monde est sur le point de voler en éclats, tant de bouleversements se préparent, heureusement, Alex pourra compter sur le soutien indéfectible d’Aiden…

J’ai adoré ce nouvel opus. Jennifer L. Armentrout nous offre une histoire encore meilleure que les deux tomes précédents. Elle approfondit son univers, on découvre d’autres lieux et nous en apprenons plus sur l’histoire des Apollyon. C’est fascinant.

En ce qui concerne l’intrigue, l’autrice m’a totalement embarquée dans ce récit plein d’action, de rebondissements et de révélations. On en apprend plus sur les desseins de chacun et tout se met en place. L’intrigue fait un vrai bon en avant. C’est captivant.

Du côté des personnages, on continue à suivre ceux que l’on connaît. Ils évoluent, changent, grandissent et feront des choix plus ou moins bons. Jennifer L. Armentrout nous les dévoile plus, notamment Aiden, Seth, Deacon ou encore Apollon. Certains vont nous surprendre tandis que d’autres seront plus détestables. Ce ne sera que manipulations et trahisons.

Quant à Alex, elle progressera beaucoup. Elle commencera à réfléchir avant d’agir et elle essayera de faire tout ce qui est en son pouvoir pour que ses proches restent en sécurité. Alex devra embrasser également ce destin qui lui est imposé et pour lequel elle n’aura pas de prise.

Pour conclure :

« Eveil » est un tome haletant, prenant et bouleversant. Ma lecture fut des vraies montagnes russes. Jennifer L. Armentrout ne nous déçoit pas, c’est tout simplement génial et j’ai hâte de découvrir la suite. Coup de cœur !

La chronique du roman « Une glace ou la mort ? » de Gareth P. Jones .

81EgZcvZlEL

La ville de Larkin Mills détient deux records : les meilleures glaces du pays, et le plus grand nombre de morts improbables.
Un recueil de treize nouvelles aussi glaçantes qu’amusantes.

Il est sorti le 17 octobre 2018 aux Editions Milan.

Mon avis:

Larkin Mills est une bourgade pleine de contradictions, d’énigmes, de secrets et de mystères. À travers treize nouvelles, Gareth. P. Jones va nous révéler les sombres secrets qui font tourner cette étrange ville et ses habitants. Nous suivons de nombreux protagonistes, dont certains sont récurrents, qui enquêteront sur des évènements bizarres tels qu’une maison pleine de requins, la disparition d’un homme, un œuf qui ressuscite les morts, des expériences sur des enfants, etc.

Toutes ces histoires ont un point commun : la réflexion sur la vie et la mort. Elles sont toutes bonnes, bien menées et intrigantes avec un humour un peu décalé. Le style de l’auteur est agréable et j’ai aimé le fait que tous les récits s’entrelacent pour nous brosser un tableau complet de Larkin Mills et de ses habitants. L’auteur maintient notre intérêt jusqu’à la fin.

Pour conclure :

« Une glace ou la mort » est une anthologie divertissante, farfelue et originale qui sous un humour noir aborde des sujets plus profonds. Bonne lecture !

La chronique du roman « Insaisissable, saison 2, tome 1 : Crois en moi » de Tahereh Mafi

42269577_2007920505897309_7044122574510358528_n

Je suis à toi 

Je suis insaisissable

Je meurs sans toi

J’ai le pouvoir suprême

Ils m’ont trahie

Je prendrai ma revanche

Le passé me consume

L’avenir m’appartient

Il est sorti le 11 octobre 2018 aux Editions Michel Lafon.

Mon avis:

On reprend seize jours après les évènements du roman « Ne m’abandonne pas ». Seize jours qu’ils ont pris le contrôle du secteur 45 où Juliette s’est auto proclamée commandante suprême du Retablissement avec Warner à ses côtés. Mais tout est bien trop calme, elle pensait avoir gagné, mais de nouveaux ennemis sont en approche. Et si le pire restait à venir ?

J’ai été ravie de découvrir qu’il y avait une suite à la première trilogie, dont j’étais restée un peu sur ma faim. La plume de Tahereh Mafi est toujours aussi envoûtante. J’ai été rapidement embarquée dans cette nouvelle aventure. C’est un livre très axé sur les personnages avec leurs doutes, leurs choix, les conséquences de ces derniers, trouver leur place et très peu dans l’action et le combat.

Juliette et Warner seront plongés dans une partie d’échecs politique complexe. Juliette sera pleine d’incertitudes sur les décisions qu’elle aura prises. Quant à Warner, il se fait doucement à son changement de vie en essayant de se faire accepter par les autres et de comprendre les nouvelles émotions qui l’habitent. Mais rien ne sera simple. La relation de Juliette et Warner va en pâtir et se retrouver plus d’une fois dans la tourmente.

D’autre part, les amitiés seront mises à rude épreuve ainsi que la confiance qu’ils se portent les uns aux autres. L’autrice, une fois de plus, ne nous ménage pas. La souffrance sera souvent présente.

De plus, j’ai aimé que Tahereh Mafi approfondisse ses personnages. On en apprend plus sur le passé de Juliette et de Warner, ce qui nous offre son lot de révélations et de rebondissements assez inattendus. De même, l’univers est plus exploité sur les raisons pour lesquelles le rétablissement a été créé. C’est intéressant.

Pour conclure :

Tahereh Mafi introduit parfaitement sa nouvelle trilogie tout en respectant les fondamentaux de la première. De nombreuses nouvelles épreuves s’annoncent. J’ai hâte de découvrir la suite pour savoir ce que cela va donner.

À lire !

 

La chronique du roman « Les âmes perdues, Tome 01: Les Terres du bas » de Jeff Giles

81FRFxHq6kL

Zoé, 17 ans, vient de vivre la pire année de sa vie : son père est mort dans un accident de spéléologie et ses voisins, qu’elle aimait énormément, ont été enlevés. Un soir, alors qu’une terrible tempête de neige fait rage, Zoé et son petit frère sont attaqués par un homme dans les bois à côté de chez eux. Ils sont sauvés de justesse par un mystérieux chasseur de primes.

X n’est pas un chasseur de primes ordinaire. Il vient tout droit des enfers. Il est chargé de ramener dans les Terres du bas les âmes des criminels ayant échappé à la justice des hommes. Tandis qu’il s’apprête à ravir l’âme de l’agresseur de Zoé, son regard croise celui de la jeune fille…

Par amour pour Zoé, X enfreint toutes les règles de son monde : il révèle son existence à un mortel et il épargne sa proie. Il sait que la vengeance des Seigneurs du bas promet d’être terrible…

Il est sorti le 29 août 2018 aux Editions Bayard jeunesse.

Mon avis:

Zoé, dix-sept ans, est toujours bouleversée par la mort soudaine de son père dans un accident de spéléologie et de ses voisins. Lors d’un terrible blizzard, Zoé et son petit frère se font agresser par un homme dangereux. Ces derniers sont sauvés par un jeune homme mystérieux, apparu de nulle part comme au milieu des flammes. L’attraction entre Zoé et X est immédiate. Mais X vient d’un monde où il est interdit de se montrer aux mortels. X est un chasseur de tête qui vient chercher ceux qui n’ont pas été punis par la justice humaine. Mais pour Zoé, il balayera toutes les règles. Tous deux devront en subir les conséquences, mais jusqu’où seront-ils prêts à aller pour leur amour ?

Le style de Jeff Giles et assez clinique et manque parfois d’émotion. De ce fait, j’ai eu du mal, au départ, à rentrer dans le récit. Heureusement, cela s’améliore au fil des chapitres, avec un rythme correct.

En ce qui concerne l’univers que l’auteur a créé, il est sombre et cruel, mais intéressant. Surtout en ce qui concerne les terres du bas. D’ailleurs, j’espère que cela sera plus exploité dans le second opus.

Du côté de l’intrigue, si celle-ci commence avec la rencontre des deux protagonistes, ils vont vite se séparer. Ensuite, nous allons suivre deux histoires bien distinctes. Zoé voudra savoir ce qui est réellement arrivé à son père et X subira les conséquences de ses actes tout en découvrant certaines vérités à son sujet. Ils sont reliés par une romance qui n’est malheureusement pas crédible, trop rapide et qui manque cruellement de développement. Il y a trop peu d’interaction entre nos deux héros. Cela manque de chaleur.

Quant aux protagonistes, Zoé est le personnage le moins intéressant, bien qu’elle soit forte et courageuse, je l’ai trouvée très plate. Pour moi, c’est clairement X qui a porté et sauvé le roman. C’est un personnage intriguant à la moralité ambigüe et qui découvrira d’autres sentiments. On a envie d’en découvrir plus sur lui, sur ses origines et son monde. De plus, j’ai beaucoup aimé Ripper et Banger, ses deux acolytes. Ce sont des caractères bien dessinés et attachants.

Pour conclure :

« Les âmes perdues » est un roman fantastique sombre clairement porté par le personnage de X et son univers. C’est un récit avec des défauts, mais la fin m’a donné envie de poursuivre l’aventure au côté de X.  

La chronique du roman « Ash Princess, livre 1 » de Laura Sebastian

817beeulouL

Theodosia avait six ans quand son pays a été attaqué, et quand sa mère, la reine du Feu, a été assassinée sous ses yeux.
Dix ans ont passé. Dix ans à vivre sous le joug du Kaiser, ses tortures incessantes, son régime de terreur. Dix ans qu’elle n’a pas prononcé son véritable nom. Theodosia s’appelle maintenant Thora, princesse de Cendres.
Le jour où le Kaiser la force à exécuter son dernier allié, celui qu’elle voit comme son unique chance de survie, Theodosia ne peut plus ignorer sa rage vengeresse. Elle se lance dans une intrigue où la séduction cache des crimes de sang, où les amitiés ne servent plus qu’à une chose : regagner son pouvoir.

Incapable de déterminer à qui elle peut vraiment se fier, Theodosia va apprendre jusqu’où elle est prête à aller pour venger sa mère, regagner son peuple et reprendre son titre de reine.

Il est sorti le 5 septembre 2018 aux Editions Albin Michel Wiz.

Mon avis:

Théodosia avait six ans lorsque son pays a été envahi par les kalovaxiens et que sa mère, la reine, a été assassinée sous ses yeux. Ce jour là, le Kaiser, un être cruel, a pris sa famille, sa terre, son nom, détruit les temples sacrés et réduit son peuple, les astréens, en esclavage. Depuis ce jour, Théodosia a été renommée la princesse des cendres. Elle est devenue captive dans son propre palais, exhibée comme un trophée, subissant les humiliations et les abus du Kaiser. Elle tente de survivre tant bien que mal. Mais un jour, il lui demande l’impensable, ce qui déclenche quelque chose en elle. Cela la remplit d’une haine féroce et elle est bien déterminée à reprendre son royaume, venger sa mère et libérer son peuple même si pour cela elle doit donner sa vie…

J’ai adoré ! Le style de Laura Sebastian est fluide et addictif. J’ai été complètement happée par son univers et son histoire relativement sombre. Le monde que l’autrice à créé est bien développé, on en découvre qu’un petit morceau, mais c’est très alléchant. Cela reste assez classique dans l’ensemble, mais le côté des pierres sacrées qui enferme une magie puissante et ancienne est intéressant. J’ai hâte que cet aspect soit un peu plus exploité.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est bien construite avec un rythme prenant, entre révélations et rebondissements. Elle progresse facilement. On suit une jeune femme forte dont sa seule faiblesse est d’être résignée à vivre son destin de princesse des cendres, mais qui va, justement, renaître de celle-ci. Elle naviguera en eaux troubles où de nombreux pièges se dresseront devant elle. Mais l’heure de la vengeance a sonné et elle est prêtre à tout pour que son enfer prenne fin. Théodosia fera des choix difficiles et elle devra en assumer les conséquences.

Toutefois, elle pourra compter sur quelques alliés inattendus pour l’aider dans ses démarches. D’autre part, un triangle amoureux s’installe, mais il est crédible et bien construit.

Pour conclure :

« Ash princess » est le début d’une série très prometteuse. J’ai tout aimé. Le récit a son lot de complots, de trahisons, cela vous prend aux tripes et le large éventail de caractères est fascinant. J’ai été totalement investie dans l’histoire du début à la fin, j’ai hâte de découvrir la suite. C’est un coup de cœur !

La critique du roman « Chroniques d’un autre monde, Tome 01: Les marcheurs de la terre » de P. C. Cast.

91TIFJNxofL

En représailles à l’action néfaste des hommes sur la Terre, le soleil a détruit les villes où règne désormais un peuple agonisant. Pour tenter de survivre, deux tribus ennemies se sont réfugiées dans la forêt.
Les Compagnons, guidés par leur chef, le Prêtre du Soleil, ont élu domicile dans les arbres pour échapper aux créatures qui grouillent au sol.
Les Marcheurs de la Terre se sont installés dans des tanières qui les protègent des prédateurs et parfois d’eux-mêmes… Atteints de la Fièvre de la Nuit, les hommes comptent sur leur Femme Lune pour les purifier de ce mal.

Nik, le fils du Prêtre du Soleil, veut prouver à son clan qu’il est digne de confiance.
Mari, la fille de la Femme Lune, n’a qu’une seule idée en tête : fuir.
Tout les oppose mais leur destin est lié.
L’avenir de cet autre monde est désormais entre leurs mains.

Il est sorti le 20 juin 2018 aux Editions Bayard.

Mon avis:

Nous voici plongés dans un univers post-apocalyptique après que la terre et la nature se soient rebellées contre la technologie et l’homme. Depuis, les hommes dépendent complètement de cette dernière pour survivre et de rituels ancestraux, tout en évitant ses dangers (insectes mortels, humanoïdes mutants, scarabées meurtriers…).

Depuis, différents clans ennemis peuplent la terre. Nous allons suivre Mari, une marcheuse de la terre, héritière des pouvoirs de la lune, mais qui cache un lourd secret. Quant à Nik, il fait partie de la tribu des arbres. Il est très semblable à Mari, bien que pour des raisons différentes, il ne répond pas aux attentes de son peuple. Et l’on fait la connaissance de Oeil Mort, qui fait partie des changeurs de peau. C’est un jeune homme qui a soif de pouvoir. Nous allons suivre ces trois destinées, certains formeront des alliances tumultueuses pour combattre des forces terribles qui menacent de tout détruire…

Le style de P.C. Cast est agréable, prenant et descriptif. Cela nous permet de totalement nous immerger dans son monde. Quant à ce dernier, il est vaste et riche. Il fourmille de détails, cela va de la faune à la flore en passant par les caractéristiques propres à chaque tribu. De ce fait, le début du roman peut paraître un peu long, mais cela vaut vraiment le coup. C’est passionnant et j’ai été totalement happée par l’histoire.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est habilement menée. J’ai adoré suivre les aventures des différents personnages principaux. Chacun a sa propre quête. Tout est bien développé avec son lot d’action, de rebondissements et de révélations. Leurs chemins se croiseront, ils s’affronteront parfois pour le meilleur ou pour le pire, afin de changer le futur de leurs clans respectifs.

Quant aux protagonistes, ils sont plus ou moins sympathiques et se battent avec force pour leurs convictions et changer le monde et ses lois archaïques. Ils sont fouillés et loin d’être lisses.

De plus, de nombreux personnages secondaires enrichissent l’histoire. Tous sont bien représentés, chacun suivant son objectif afin de soutenir le récit.

Pour conclure :

P.C. Cast m’a agréablement surprise avec « Les marcheurs de la terre », les sept-cents pages se lisent toutes seules. C’est addictif, tout ne fait que commencer et j’ai hâte de découvrir la suite ! C’est un coup de cœur !