La chronique du roman « Charley Davidson, tome 12 : Douze tombes sans un os » de Darynda Jones

51z5QsTkPsL

Depuis qu’il s’est échappé des enfers où Charley l’avait emprisonné par accident, Reyes, réduit à l’état de démon, n’a plus qu’une idée en tête : détruire l’univers. Et si ce n’était pas assez de devoir l’en empêcher, Charley a un meurtre à dissimuler, deux apprentis détectives à surveiller, et des prêtres un peu trop curieux au sujet de sa fille à éviter… Quand les humains capables de voir le surnaturel commencent à disparaître, le nouvel alter ego de son mari est le premier suspect. Pour sauver le monde qu’elle a revendiqué, Charley devra-t-elle sacrifier l’homme qu’elle aime depuis l’aube des temps ?

Il est sorti le 25 avril 2018 aux Editions Milady.

Mon avis:

« Charley Davidson » est une série qui a élu domicile dans ma bibliothèque depuis 2013 et j’en déguste chaque nouveau tome. Celui-ci n’a pas fait exception, je l’attendais avec impatience. Je suis trop heureuse d’avoir retrouvé la reine du sarcasme.

Charley est une jeune détective privé (en étroite collaboration avec la police) avec un don particulier : elle voit les morts. Elle peut les toucher et leur parler (pratique pour résoudre les crimes). Charley est également la faucheuse et agit tel un portail à travers lequel les morts passent une fois leur dernière volonté accomplie. 

L’histoire de ce douzième tome est prenante. Je me suis totalement laissée embarquer par Charley et l’avoir comme narratrice est un délice.
Habituellement, nous avons un fil rouge et quelques enquêtes qui gravitent autour. Cette fois aussi c’est le cas, mais les petites investigations de Charley la touchent directement, elle ou son entourage. C’est donc un tome beaucoup plus « intime » et plus centré sur notre héroïne. J’ai adoré ça ! Le roman se dévore, l’action et les rebondissements s’enchaînant pour notre plus grand plaisir (et pas forcément celui de Charley, qui va encore en baver !).

Je vous conseille de ne pas lire mon avis si vous n’avez pas lu les tomes précédents.

Sa relation avec Reyes en a pris un coup depuis que leur plan a foiré dans le tome précédent (je fais exprès de ne pas trop en dire pour ne pas spoiler les éventuels curieux). On découvre une Charley presque désespérée, quand bien même elle est prête à tout pour ramener Reyes, quand bien même on lui dit que c’est impossible… Notre héroïne m’a vraiment touchée sur ce coup !

Fin des spoilers éventuels sur les tomes précédents.

Charley est une héroïne comme je les aime : franche, forte, drôle, sarcastique, et avec une bonne dose de répartie. Elle est toujours pleine de peps même si les évènements que j’ai cités en spoilers lui mettent quand même un coup au moral.

En conclusion, j’ai adoré ce douzième tome et je l’ai dévoré très vite.  Pour moi le seul bémol tient au fait que l’on ne voit plus assez certains personnages secondaires (ils me manquent du coup !). Mais je vous rassure, c’est tout de même un coup de coeur ! Vivement le prochain.

Ecrit par Noémie

 

Publicités

La chronique du roman « Alex Verus, T2 : Malédiction » de Benedict Jacka

91NfndXvKSL

Deuxième tome de la série des aventures d’Alex Verus Tout va plutôt bien pour Alex Verus. Le Conseil le laisse tranquille, Luna prend ses marques dans le rôle de son apprentie, et personne n’a essayé de le tuer depuis au moins deux semaines. C’est là qu’une femme mystérieuse se présente une nuit dans sa boutique, poursuivie par un tueur à gages. Alex est plongé dans une cabale visant à recréer le rituel qui permet de voler l’énergie vitale des créatures vivantes. Ses ennemis Cinder et Deleo convoitent ce pouvoir, ainsi que Belthas, un mage du conseil, et un mercenaire nommé Garrick. L’un d’eux essaie de le tuer. Mais lequel ? Alors qu’Alex tente de rester en vie, il doit aussi s’assurer que Luna ne devienne pas une victime collatérale de cette sombre histoire. C’est d’autant plus difficile que la jeune fille s’est trouvé un petit ami et que son esprit est ailleurs.

Il est sorti le 1 juin 2018 aux Editions Anne Carrière.

Mon avis:

Alex, notre mage devin, fait profil bas depuis les derniers évènements qui ont eu lieu il ya cinq mois. Le conseil l’engage pour enquêter sur le meurtre de plusieurs créatures magiques, dont les commanditaires utiliseraient un rituel interdit appelé la Moisson. Mais Alex se rend vite compte que tout le monde ne veut pas qu’il approfondisse davantage. En même temps, Martin, un ami de Luna, s’empare d’un artéfact puissant qui exauce les vœux, mais qui a un prix à payer. Alex doit absolument l’empêcher de s’en servir. De plus, un soir, une jeune femme affolée fait irruption dans sa boutique et lui demande de l’aide, car elle est poursuivie par une créature.

Autant vous dire qu’Alex se retrouvera dans diverses situations périlleuses et dangereuses en luttant pour distinguer ses alliés de ses ennemis tout en sauvant sa peau et celle de ses amis.

J’ai adoré ! Le style de Benedict Jacka est toujours aussi plaisant et prenant. Dans ce tome, l’univers s’enrichit. Nous découvrons des pans de l’histoire des créatures magiques, ainsi que le système de magie et le passé entre les mages de lumière et de l’ombre. C’est intéressant.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est bien menée, solide et divertissante, entre action et rebondissements. Du côté des protagonistes, ils s’étoffent pour notre plus grand plaisir. Les relations se développent, se testent, et certains sentiments remontent à la surface. L’auteur nous en dévoile plus sur l’existence de Luna et sa malédiction et posera des cas de conscience à Alex.

Pour conclure :

Cette nouvelle aventure en compagnie d’Alex est une réussite. L’histoire m’a captivée du début à la fin. C’est avec plaisir que je lirais la suite.  

Chronique: Alex Verus, t1: Destinée de Benedict Jacka

91g0qywFrSL

Alex Verus vit à Londres et il est devin. Il peut voir le futur comme une faisceau de probabilités. Pour le commun des mortels, c’est un don impressionnant. Mais pour les autres mages, c’est le bas de l’échelle des arts occultes. De toute façon, Alex a tourné le dos à cette confrérie. Trop de rivalités, de secrets, de complots, trop de morts… Sa seule ambition est de mener une existence sans histoires, caché dans sa petite boutique d’accessoires pour magiciens amateurs. Dans l’arrière salle, il continue à faire un peu de marché noir, c’est risqué mais le commerce des vrais objets magiques lui permet de payer le loyer. Quand une relique puissante échoue entre ses mains, il se retrouve la proie des forces auxquelles il avait essayé d’échapper, forcé de choisir un camp dans une bataille qui le dépasse. Voir le futur n’est pas toujours drôle, surtout quand le sien semble à ce point compromis. 

Il est sorti le 1 juin 2018 aux Editions Anne CARRIERE.

Mon avis:

Alex Verus, 28 ans, est gérant d’un magasin de magie « Le grand bazard de l’occulte » situé dans le quartier de Canden Town, dans le centre de Londres.

Mais c’est également un mage, même si ses pouvoirs ne sont pas aussi puissants que certains. Il a l’avantage de pouvoir voir le futur. Il peut voir les différents chemins que les évènements peuvent prendre en fonction des décisions et des actions prises par lui-même ou les autres personnes avec qui il interagit. Bien que depuis de nombreuses années il se tient à l’écart de la communauté magique après un passé houleux avec le conseil et les mages, il ne peut pas s’empêcher de collectionner certains objets.

Lorsque Luna, la jeune femme qui travaille avec lui à temps partiel, lui amène une relique des Précurseurs, tous deux vont se retrouver au milieu d’une guerre séculaire entre le conseil et les mages noirs où tous ceux qui convoitent cet artéfact sont prêts à tuer pour l’obtenir. Alex devra être bien plus malin que tout le monde si il veut s’en sortir vivant et protéger Luna…

Le style de Benedict Jacka est très agréable, immersif et prenant. C’est bien rythmé, bien que l’auteur prend son temps pour planter le décor et nous présenter les personnages. Son univers est riche et intéressant (magie, créatures), mais l’on sent qu’il nous reste encore beaucoup à découvrir. En ce qui concerne l’intrigue, elle est très bien menée. Je fus happée dès les premières pages. J’ai adoré plonger dans l’aventure au côté d’Alex, entre bataille, action, et rebondissements. On a plaisir à voir comment il va se sortir de ce tas d’ennuis, dans cette affaire qui le dépasse.

Du côté des protagonistes, Alex est quelqu’un d’attachant. Il est rusé, ingénieux et la connaissance est son pouvoir. Il est bon, mais il a également un côté sombre.

D’autre part, j’ai beaucoup aimé Luna, cette jeune femme intrigante atteinte d’une malédiction mortelle. J’ai apprécié aussi l’élémentaire de l’air qui a souvent la tête en l’air ainsi qu’Arachné.

Bref, nous rencontrons une belle galerie de personnages secondaires tout aussi intéressante et passionnante.

Pour conclure :

« Destinée » est un début prometteur pour cette nouvelle saga d’urban fantasy. Tous les éléments sont présents pour attraper les amateurs du genre. J’ai hâte de lire la suite !

Je recommande, bonne lecture !

La chronique du roman « Mercy Thompson, T10 : L’Épreuve du silence » de Patricia Briggs

81pE5wI2u7L

Enlevée par l’un des plus puissants vampires au monde, retenue en otage afin de manipuler son mari, le loup-garou Adam, et la reine des vampires des Tri-Cities, Mercy parvient à échapper à son ravisseur de justesse. Seule et désarmée au beau milieu de l’Europe, à des milliers de kilomètres des siens, Mercy doit se frayer un chemin entre ennemis et alliés potentiels, et éviter de déclencher la guerre qui gronde entre loups-garous et vampires, et dresseraient les meutes les unes contre les autres. Et au cœur de la cité millénaire de Prague, les fantômes rôdent…

Il est sorti le 18 octobre 2017 aux Editions Bragelonne.

Mon avis:
La scène d’ouverture de ce dixième tome m’a beaucoup plu. Une grande partie de la meute est là, ils sont ensemble, l’ambiance est bon enfant, c’est chaleureux, on sent qu’ils s’aiment tous. J’ai eu l’impression de retrouver de la famille ou des amis proches. Ça donne tout de suite le sourire aux lèvres et je savais que j’allais adorer ma lecture!  Toutefois, on se doute bien que cela ne va pas durer et en effet, les ennuis débarquent vite. Mercy se fait percuter au volant de son 4×4 et elle se fait enlever.

L’univers créé par Patricia Briggs s’enrichit toujours, et ce même après dix tomes. J’ai également été ravie d’en apprendre plus sur Mercy et ses pouvoirs. Notre héroïne a encore des surprises pour nous, et on apprend tout cela en même temps qu’elle. 
Ce tome est différent des autres de part sa construction. Les chapitres ne se suivent pas tout à fait chronologiquement, on change de narrateurs et de moment où l’action se passe. J’ai bien aimé ce changement, même s’il demande une concentration plus importante. C’est original et bien maîtrisé par l’auteur. 
Certains passages m’ont paru un peu trop longs, mais rien de bien méchant, cela n’a pas été jusqu’à l’ennui. L’intrigue générale m’a plu, l’action n’est pas omniprésente mais il y a presque toujours des rebondissements intéressants.

Mercy est mise à l’épreuve dans ce tome. Comme son nom l’indique (je vous rappelle que ce tome s’intitule « L’épreuve du silence »),  notre héroïne va se retrouver isolée une bonne partie du récit (je ne vous spoile pas, on s’en doute vu le titre du livre et vu les premiers événements dans les premiers chapitres). On voit bien que Mercy a évolué et a changé. Avant, dans les premiers tomes, elle aurait eu du mal à supporter cette situation. Désormais, elle ne fait certes pas la fière, mais elle essaie de maîtriser au maximum ses émotions et sa panique, et elle met toute son énergie à tenter de s’en sortir. C’est devenue une jeune femme très courageuse, beaucoup plus sûre d’elle et de ses capacités.

Tout comme dans le neuvième tome, Adam m’a beaucoup touchée. Son amour pour Mercy semble infini. Il a une grande place dans cet opus et j’ai adoré le suivre. 
Les personnages secondaires sont eux aussi intéressants, car ils donnent une dimension particulière au récit. En effet, on a surtout affaire aux « méchants », mais j’ai vraiment apprécié leurs personnalités différentes (sauf quand ils s’en prennent directement à Mercy bien sûr). D’ailleurs, j’espère en revoir certains. 

En conclusion, j’ai beaucoup aimé « L’épreuve du silence ». Il y a certes des moments où je n’ai pas été transportée, mais une fois ma lecture finie et en y repensant dans sa globalité, je dois dire que j’ai vraiment adoré ce dixième opus. L’auteur a su se renouveler, enrichir à la fois son univers et ses personnages, tout en nous offrant une histoire intrigante et également intéressante du point de vue de la psychologie de Mercy. 

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « Le Prince des Ténèbres, T4 : Au coeur des flammes » de Jeaniene Frost

81fe2uOrFmL

Entre de mauvaises mains, l’amour est une arme fatale…

Pendant les six derniers siècles, Vlad n’avait rien à perdre. Mais sa plus grande faiblesse, sa nouvelle épouse, est à présent exposée aux yeux de tous. Victime d’un sort qui la lie au nécromancien Mircea, Leila mourra si celui-ci est tué. Vlad et Leila doivent faire appel à un allié inattendu pour rompre le sortilège, mais un ancien ennemi est à l’affût, guettant l’occasion de retourner même leurs amis les plus proches contre eux… et de séparer les amants à jamais.

Il est sorti le 16 août 2017 aux Editions Bragelonne.

Mon avis:
« Le prince des ténèbres » est une saga que j’affectionne tout particulièrement. En France nous avons peu de séries d’urban fantasy ou de bit lit, et cela ne va pas en s’arrangeant. Ce n’est plus tendance apparemment. Je tiens donc à souligner que même si on a peu de sagas du genre en France, on en a certaines qui sont de qualité, et « Le prince des ténèbres » en fait partie.

Je vous conseille de ne pas lire mon avis à partir d’ici si vous n’avez pas lu les trois précédents tomes. Vous risqueriez de vous faire spoiler sur l’intrigue en cours. 

Un lien magique s’est formé entre Mircea et Leila, après qu’il ai échoué à la tuer. Tout ce que l’un subit physiquement, l’autre le ressent également. Ce qui est un soucis étant donné que Vlad cherche à éliminer Mircea. Lorsqu’un groupe de personnes puissantes kidnappent Mircea, c’est le début des ennuis pour Leila. En effet, ils se servent de leur lien pour atteindre Vlad. Pour sauver Leila, nos deux héros vont devoir plonger de plein fouet dans le monde de la magie. 

Vous pouvez lire mon avis à partir de ce moment, même si vous ne connaissez pas la saga.

Dans ce quatrième tome, l’auteur nous offre une très bonne intrigue qui conclue très bien sa saga.  L’histoire est prenante, l’univers continu de s’étoffer même si c’est la fin, et les personnages continuent d’évoluer. Ainsi, le récit alterne entre les rebondissements, les révélations, l’action,  et les moments où l’on approfondi l’univers et la psychologie des protagonistes. En somme, on n’a pas le temps de souffler ni de s’ennuyer. 

Leila est une jeune femme intéressante dont on nous a dévoilé le passé et les blessures petit à petit. Au départ, je trouvais que son personnage manquait de mordant (par rapport à Cat Crawfield par exemple). A la fin de ce quatrième opus on peut dire que Leila est loin de se laisser faire, et elle a un sacré courage.  
Quant à Vlad je l’avais adopté presque tout de suite. Sa délicieuse arrogance, son autorité, ses pouvoirs, sa cruauté… font de lui un personnage vraiment très intéressant. Il évolue grandement au côté de Leila, il s’adoucit un peu et ça ajoute à son charme. Toutefois, il ne faut pas croire qu’il va se laisser marcher sur les pieds et qu’il se ramolli face à ses ennemis. Au contraire, il est rusé comme un renard, et cet aspect de sa personnalité combiné à sa puissance physique font de lui un réel prédateur. 

Pour conclure, ce quatrième tome a été un très bon moment de lecture. Comme je le disais plus haut, il conclue très bien la saga. Toutefois, je n’aurai pas été contre quelques tomes de plus 😉

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « Charley Davidson, T11 : Onze tombes au clair de lune » de Darynda Jones

715BVf9iSEL

Pour Charley Davidson, une journée typique comprend des maris infidèles, des personnes disparues, des hommes d’affaires véreux… et des démons, des dieux maléfiques et des gens morts. Beaucoup, beaucoup de gens morts.

Détective privé à temps partiel et Faucheuse à plein temps, Charley doit également apprendre à vivre avec sa nouvelle condition de déesse toute-puissante et mère de la sauveuse de l’univers. Les forces de l’enfer sont prêtes à tout pour la détruire, et entre les morts qui l’entourent et ceux qui voudraient la voir morte, Charley a fort à faire. Mais avec le fils de Satan à ses côtés, la Faucheuse pourrait bien avoir le dernier mot.

Il est sorti le 25 août 2017 aux Editions Milady.

Mon avis:

« Charley Davidson » est une série qui a élu domicile dans ma bibliothèque depuis 2013 et j’en déguste chaque nouveau tome. Celui-ci n’a pas fait exception, je l’attendais avec impatience.

Je vous conseille de ne pas lire mon avis si vous n’avez pas lu les tomes précédents.

Il reste un dieu malveillant sur Terre qui est de mèche avec le père de Reyes, pour tuer Pépin. Notre héroïne est donc aux aguets et elle cherche un moyen d’anéantir ce dieu qui en veut à son bonheur. Parallèlement, Shawn Foster vient la voir à son cabinet et lui demande de retrouver ses parents biologiques. Il se doute que les Foster l’ont enlevé (comme ils ont enlevé Reyes lorsqu’il était bébé). C’est l’occasion pour Charley de creuser de ce côté là, depuis le temps qu’elle veut s’y mettre ! Reyes n’est pas vraiment d’accord, mais notre héroïne ne va pas vraiment lui laisser le choix…

Fin des spoilers éventuels sur les tomes précédents.

Habituellement, nous avons un fil rouge et quelques enquêtes qui gravitent autour. Cette fois aussi c’est le cas, mais les petites investigations de Charley la touchent directement, elle ou son entourage. C’est donc un tome beaucoup plus « intime » et plus centré sur notre héroïne. J’ai adoré ça ! Le roman se dévore, l’action et les rebondissements s’enchaînant pour notre plus grand plaisir (et pas forcément celui de Charley, qui va encore en baver !). Heureusement que son couple avec Reyes est au beau fixe et que les moments qu’ils passent à deux apportent un peu de douceur (et de chaleur !).

Dans le neuvième tome, nous avions eu des tonnes de révélations, si bien que dans le dixième c’était un peu « pauvre » de ce côté là (mais ça ne m’a pas dérangée). Dans ce onzième opus on a quelques révélations sur les Foster (on a enfin le droit à notre conclusion) ainsi que sur les pouvoirs de Charley et son identité (cela devient de plus en plus intriguant).

En conclusion, « Onze tombes au clair de lune » a été, une fois de plus, un vrai petit coup de coeur. Je suis ravie de voir qu’après autant de temps et autant de tomes, l’auteur parvient toujours à me faire rire, à me captiver et à m’embarquer dans son univers et en compagnie de ses personnages. La fin est absolument atroce et me donne désespérément envie de lire la suite ! Malheureusement, il va falloir attendre longtemps.

Ecrit par Noémie

La chronique du roman « Désenchantement, t2 : Le mystérieux defunt Bestly » de Lynn Viehl

téléchargement (4)

Une créature terrifiante, qui survit à chaque embuscade qui lui est tendue, fait des ravages dans la ville de Rumsen. On commence à murmurer que plusieurs individus se cachent derrière le masque de la bête… Kit, détective privée hors pair, est contactée par la veuve lady Bestly. Cette dernière ne supporte pas que la presse associe son défunt époux à cette histoire scandaleuse. En parallèle de sa mission, Kit est courtisée par deux prétendants que tout oppose. Sa préférence ira-t-elle au mystérieux Dredmore ou au séduisant Doyle ?

Il est sorti le 28 juin 2017 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Dredemore vient voir Charmian (Kit) car une de ses clientes aimerait employer une femme discrète pour mener l’enquête suite au décès suspect de son mari. Charmian doit prouver l’innocence de son mari des faits qu’ils lui sont reprochés, c’est à dire de mourir pour racheter son nom et sauver sa réputation.

Bien que cette cliente n’est autre que Lady Eugenia Bestly, qui lui a mené la vie dure quand elle était plus jeune, Charmian accepte cette affaire. Celle-ci sera bien plus complexe que prévue, elle devra éviter les attaques contre sa personne…

J’ai adoré ! Le style de Lynn Viehl est prenant et addictif. J’ai aimé me plonger dans cet univers fascinant, riche et détaillé mélangeant steampunk, sorcellerie et chamanisme. L’auteur continue de le développer pour notre plus grand bonheur, ce qui apporte quelques réponses à certaines de nos questions.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est bien menée, attrayante, alliant créatures surnaturelles, mécaniques, romance et danger. J’ai été happée du début jusqu’à la fin. De plus, le rythme est rapide entre action, rebondissements et révélations. Du côté des protagonistes, ils sont plaisants. Charmian, notre briseuse de sort, est une femme indépendante qui n’a pas froid aux yeux ni sa langue dans sa poche dans une époque où cela est mal vu. Son duo avec Lucien Dredmore, mage puissant et Maître des arts obscur, est un vrai délice et leurs joutes verbales le sont tout autant. Néanmoins, j’aurais apprécié que l’auteur nous en dévoile un peu plus sur ce dernier. Lynn Viehl insère un triangle amoureux, mais pas gênant, même si je dois avouer qu’il est arrivé comme un cheveu sur la soupe.

D’autre part, la galerie de personnages secondaires est très diversifiée et fort intéressante, notamment le grand-père de Charmian.

Pour conclure :

« Le mystérieux défunt Bestly » est un très bon second tome, tout y est plus approfondi avec une enquête passionnante, entre chaos et magie. Une saga à découvrir !

À noter que j’espère de tout cœur que l’on aura un jour la suite. Mais je suis très sceptique, car le troisième opus n’a jamais vu le jour en VO. Je vous avoue que je suis frustration…