La chronique du roman « Nymphes, livre 1 » de Sari Luhtanen et Miikko Oikkonen

 517umZ5iztL

» Tu n’as jamais remarqué la façon dont les gens te regardent ?  » Didi, longue chevelure et visage d’ange, ne s’est jamais demandé d’où lui venait son extraordinaire beauté ; elle s’est toujours sentie comme toutes les jeunes filles de son âge. A seize ans, sa seule préoccupation est sa  » première fois « . Pourtant, lorsque cet événement tant attendu se produit enfin, Didi comprend qu’elle n’est pas tout à fait comme les autres adolescentes. Son petit ami meurt entre ses bras, en pleine action. Après le choc, les révélations viennent : Didi est une nymphe, condamnée à tuer tous les hommes avec qui elle fera l’amour. Et il se pourrait bien qu’elle soit en grand danger, des satyres étant à sa poursuite…

Il est sorti le 16 octobre 2014 aux Editions Presses de la cité, 19€.

Mon avis:

Didi, 16 ans, découvre peu à peu sa sexualité. Quand elle rencontre Johannes, elle tombe amoureuse et se sent prête à sauter le pas avec lui. Malheureusement, cela virera au cauchemar lorsque Johannes meurt subitement…

Dès cet instant, l’existence de Didi basculera dans un univers de danger et de volupté où l’amour peut tuer.

Le style de Sari Luhtanen et Miikko Oikkonen est agréable même si certaines transitions sont un peu abruptes. On voltige entre passé et présent des différents protagonistes. De ce fait, le rythme est relativement rapide, bien qu’il y ait peu d’actions. Le tome repose surtout sur Didi et la découverte de ce nouveau monde qui s’ouvre à elle.

Du côté de l’univers, il est original et sort des sentiers battus. C’est très agréable. On plonge dans la mythologie grecque en faisant la connaissance des créatures mystérieuses et enchanteresses que sont les nymphes. Il en existe plusieurs types attachés à la terre, la mer ou l’air, et chacune d’elles ont une particularité.

Nous faisons également la rencontre des satyres. Ces créatures sont associées au dieu Pan et au culte de Dionysos. Ils sont l’exemple même de la luxuriante vitalité de la nature qui peuple les bois et la montagne.

Les auteurs ont fait un très bon travail pour nous expliquer ceux-ci et l’on comprend que le sexe à une importance spécial dans la dynamique du roman. Toutefois, ce qui entoure ce folklore est peu développé, notamment les règles, et il manque des descriptions pour cerner tous les tenants et aboutissants de cette guerre qui oppose les nymphes et les satyres.

Pour ce qui est de l’intrigue, elle est simple, banale et un peu confuse par moment, mais attrayante. Les nymphes cherchent la liberté alors que les satyres veulent le pouvoir suite à une prophétie. En outre, je suis un peu déçue par rapport à la résolution du grand danger, c’est trop rapide et trop sommaire. Je m’attendais à quelque chose de plus spectaculaire.

En ce qui concerne les personnages, ils sont très nombreux, peu attachants, mal exploités, mais quand même plaisants.

Pour conclure :

« Nymphes » est un roman singulier, pas exempt de défauts, sur des créatures qui sont peu exploitées dans la littérature fantastique, du moins par les temps qui courent. C’est agréable. C’est une histoire avec du suspense, de la sensualité et des complots. Ce premier opus pose bien les bases, en espérant que tout cela soit plus approfondi, car il nous reste beaucoup de choses encore à découvrir.

Matteis_Pan-and-Syrinx

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.