La chronique du roman « Pardonne-moi, Leonard Peacock » de Mathew Quick

9782221157657

 » En plus du P-38, le flingue de mon grand-père, il y a quatre paquets, un pour chacun de mes amis. Je veux leur dire au revoir correctement. Je veux qu’ils gardent un souvenir de moi. Qu’ils sachent que je suis désolé d’avoir dû leur fausser compagnie. Qu’ils ne sont pas responsables de ce qui va se passer…  » Aujourd’hui, Leonard Peacock a dix-huit ans. C’est le jour qu’il a choisi pour tuer son ancien meilleur ami. Ensuite, il se suicidera. Plus tard, peut-être, il se dira que c’est OK, voire important, d’être différent. Mais pas aujourd’hui. « 

Il est sorti le 9 avril 2015 aux Editions Robert Laffont, Collection R’, 16.90€.

Mon avis:

Quand j’ai lu le résumé de ce roman, publié dans la collection R., je me suis dit qu’il pouvait réellement me plaire car il abordait un sujet qui est à la fois d’actualité (les divers massacres qui ont lieu dans les écoles, collèges et universités) et que je n’arrive pas toujours à bien saisir. Ce n’est pas le premier livre que je lis autour de cette thématique pour mieux comprendre comme un étudiant, un lycéen peut être amené à passer à l’acte, à en tuer un autre.

*

Matthew Quick met en scène un jeune lycéen du nom de Leonard Peacock, dont le père, une ancienne rock star, s’est enfui en Amérique du Sud pour éviter la justice et dont la mère le laisse un peu à l’abandon pour vivre sa vie. Il se sent différent des autres élèves de son lycée et il compte tuer son ancien meilleur ami. L’auteur a fait le choix d’une narration à la première personne et son style est absolument irréprochable. Il arrive à montrer le décalage entre Leonard et les autres. Il est parfois bizarre, avec une sensibilité différente mais j’ai vraiment eu du mal à le voir comme un tueur. Je me suis rapidement attachée à lui et il a quelque chose de touchant qui m’a fait espérer dès le début qu’il ne mettra pas son plan à exécution.

C’est une des choses qui m’a tenu en haleine, savoir s’il va ou non tuer son ancien meilleur ami mais pas uniquement. J’ai aussi eu très envie de comprendre pourquoi il a décidé d’en arriver à un tel extrême. J’attendais cette révélation avec impatience pour que toutes les pièces du puzzle se mettent en place. Finalement, je ne me suis jamais ennuyée et l’auteur a tout de même su mettre en place une certaine tension qui fait que le roman se dévore d’un bout à l’autre. Pourtant, le roman est plus orienté vers les sentiments, le développement de la psychologie des personnages que vers l’action et les rebondissements.

*

Pardonne-moi, Leonard Peacock est une agréable surprise. C’est un roman sur un sujet pas facile à aborder mais, ici, il est vraiment très bien traité avec un style d’écriture irréprochable, de grande qualité. Je le recommande sans hésiter, la collection R. nous offre une véritable petite pépite.

Ecrit par Avalon

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s