La chronique du roman « Scandales tome 2 : Un ténébreux voisin » de Caroline Linden

Un-tenebreux-voisin-9782290100851-30

De retour de la guerre, Sebastian Vane a retrouvé un domaine familial en ruine et un père frappé de démence. Quelque temps plus tard, ce dernier a disparu en pleine nuit, et bien sûr on a soupçonné son fils de s’être débarrassé de lui, même si aucune preuve n’étayait ces rumeurs. Depuis Sebastian vit en reclus à Montrose Hill. Un jour, il fait la connaissance d’Abigail Weston, sa nouvelle voisine qui s’est aventurée sur ses terres. La jeune héritière est dévorée de curiosité à propos de cet ours solitaire qui, peu à peu, se laisse apprivoiser. Un amour naît, mais Sebastian résiste. Qu’a-t-il à offrir à une femme ? Tant que la vérité n’éclate pas au grand jour, il restera à jamais un paria.

Il est sorti le 6 mai 2015 aux Editions J’ai lu, 7.40€.

Mon avis:

Je ne suis pas une grande adepte des romans historiques, mais, de temps à autre, j’en lis une dont le résumé m’a interpellé.

C’est le cas d’un ténébreux voisin, second tome de la série Scandales (sachant qu’il peut être lu séparément du premier, que je n’ai pas lu personnellement, car nous suivons des personnages différents à chaque tome).

Le récit se passe en 1822 en Angleterre. Nous découvrons en 1816 Sebastian Vane, un homme qui est rentré, blessé, de la guerre pour retrouver son domaine familial ruiné et son père fou. Quelque temps après ledit père disparait, et Sebastian est accusé de l’avoir tué, entre autres accusations. Depuis, il vit en reclus, jusqu’au jour où il rencontre Abigail Weston, sa voisine qui s’est aventurée sur ses terres.

C’est une histoire d’amour compliquée qui nous est présentée ici, entre une jeune femme curieuse et pleine de vie et un homme blessé, autant physiquement que mentalement, et solitaire. Par contre, j’ai trouvé qu’il manquait un peu de… piment entre les deux héros, qui restent tous les deux très stricts, très conventionnels, alors qu’ils se disent habités par la passion. J’aurais aimé la ressentir moi aussi pendant ma lecture.

Alors qu’elle vient d’emménager avec sa famille (ses parents, sa sœur Pénélope et son frère James) dans leur maison de campagne, Hart House, Abigail croise le chemin du mystérieux Sebastian Vane. Elle est tout de suite intriguée et cherche à en savoir plus le concernant. Et puis, son cœur s’en mêle bien vite.

Lorsqu’il voit la jeune femme pour la première fois, Sebastian est fasciné, mais en même temps il sait qu’elle va lui causer des problèmes. Il ne peut pourtant pas s’empêcher de la voir et de s’attacher à elle. Mais sa mauvaise réputation et le fait qu’il n’ait rien à lui apporter le font hésiter.

Entre rumeurs et promenades dans la forêt, la tension et le désir grimpent entre Abigail et Sebastian, qui se cherchent tout le long du roman, pour un final plutôt prévisible.

En plus de la romance compliquée, nous avons droit à des mystères autour de la disparition du père de Sebastian, les rumeurs courant à son sujet, et un second prétendant pour Abigail.

Le côté historique est plutôt bien représenté, avec les différents rangs sociaux, les rendez-vous mondains, les convenances et le parler de l’époque. On s’y croit vraiment, ce qui facilite l’immersion dans l’histoire.

Dommage que la fin soit si rapide par contre. Un peu plus de détails, de développement n’auraient en rien gâché le récit, au contraire, cela l’aurait étoffé.

Pour conclure, c’est une romance historique agréable à lire, prévisible, mais très intéressante.

Ecrit par Karine

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s