La chronique du roman « La conquête de Mr Darcy » de Abigail Reynolds

71xr5lo61LL

Dans le célèbre Orgueil et préjugés de Jane Austen, après que la belle mais impertinente Elizabeth a refusé sa demande en mariage, Mr Darcy, déçu, irrité, s’explique longuement dans une missive, puis se met en retrait. Et s’il existait une autre version selon laquelle Mr Darcy se montrait sous un jour nouveau ? Si, profondément bouleversé, il entendait les conseils de son cousin, qui l’exhorte à l’action, et se déterminait à conquérir le coeur de la jeune femme ? S’il redoublait d’efforts et de ruse pour faire changer Elizabeth d’avis ? Cette histoire existe, et elle raconte comment Mr Darcy va prouver son amour à l’intrépide Miss Bennet…

Il est sorti le 10 juin 2015 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Après avoir essuyé le refus d’Elizabeth Bennet, Darcy lui a écrit une lettre pour s’expliquer à propos de Wickham et de son rôle dans l’histoire de Bingley et Jane. Toutefois, Elizabeth ne lui répond pas, et ne montre pas la moindre envie de le revoir. Darcy se terre chez lui, il se laisse aller et trouve refuge dans l’alcool. Son cousin le colonel Fitzwilliam le secoue un peu et lui conseille de reconquérir sa belle. Darcy entreprend donc une « mission séduction ».

Je suis plutôt bon public en ce qui concerne les austeneries, et je dois avouer que j’en ai détesté très peu. Malheureusement, « La conquête de Mr Darcy » fait partie de ce groupe, si petit soit-il. J’irais même jusqu’à dire que ce roman est la pire austenerie que j’ai pu lire. 

Le postulat du roman m’a intriguée, et je n’ai rien contre les « Et si ? ». Toutefois, la conquête de Darcy fini par tirer en longueur, et le récit en devient soporifique. Le style est assez dense, et les héros se posent des questions intérieures toutes les cinq minutes. Cela alourdit clairement le récit, et on a l’impression de stagner, de ne pas voir le bout de cette histoire.

De plus, je n’ai pas du tout reconnu les personnages de Jane Austen. Leurs personnalités sont tout à fait différentes, et pas dans le bon sens. Certes, ils ne sont pas parfaits dans « Orgueil et préjugés », mais, pour moi, ils font l’essence même du roman, tels qu’ils sont.

On découvre une Elizabeth joueuse, limite allumeuse, qui ne sait pas ce qu’elle veut. Elle joue avec Darcy, l’encourage tout en lui reprochant le moindre geste audacieux. Quant à Darcy, il m’a lui aussi déçue. Au départ, j’ai été charmée par son côté conquérant et prêt à tout pour retrouver les faveurs d’Elizabeth. Toutefois, ce jeune homme semble incapable de réfréner ses pulsions, et là, c’est le drame.

Autre point qui m’a fâchée, dans la lignée des autres « défauts » cités un peu plus haut, c’est le fait que les personnages passent leur temps à se tripoter (et plus si affinités). Pour moi, le sexe n’a pas sa place dans l’univers de Jane Austen. Non, je ne suis pas prude, je lis même des romances un brin érotiques ou même de la romance paranormale. Mais là, non, ce n’est pas du tout passé.

En conclusion, je n’ai pas du tout accroché avec « La conquête de Mr Darcy ». L’histoire devient vite soporifique et j’avais hâte de terminer le roman pour m’en débarrasser. De plus, les personnages austeniens sont dénaturés : je m’imagine très mal Lizzy en séductrice, ou Darcy en « chaud lapin ».

Ecrit par Noémie

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s