La chronique du roman « Iris empoisonné(e), tome 1″de Cindy Mezni

10868199_767893069926014_8909989135114821870_n

Athènes était autrefois le berceau de la civilisation. Aujourd’hui, la région se nomme Tartaros et est en train de devenir, lentement mais sûrement, le tombeau de l’humanité.
Le Fléau Pourpre, un virus mortel, a marqué la planète de son empreinte, les hommes dans leur chair. Le désespoir, la violence et la pauvreté sont les maîtres mots de ce nouveau monde.
Au coeur de cet univers, Irisya, 16 ans, vit recluse, protégée de l’extérieur par son frère, Memphis.
Jusqu’au jour où ce dernier disparaît.
Irisya n’a pas le choix. Pour le sauver, pour survivre, elle va devoir affronter tous les dangers.

Il est sorti le 2 septembre 2015 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Dans un futur proche, le virus pourpre, mangeur de chair, a décimé l’espèce humaine. Seuls certains humains ont survécu, et depuis, ils ont donné naissance à une autre génération avec un virus en mutation. Dans ce monde vivent deux catégories de personnes : les Atteints et Presque-atteints et les Non-atteints. Ces deux clans se vouent une haine farouche.

Dans ce tome nous suivons Irisya, une jeune fille de seize ans, c’est une non-atteinte et elle habite dans la cité de Tartaros, le berceau des Atteints. De ce fait, Irisya vit depuis de nombreuses années recluse dans un appartement avec son frère, Memphis, dont elle dépend entièrement.

Seulement voilà, un jour, son frère disparaît. Irisya n’aura pas d’autre choix que de sortir et de plonger dans ce monde impitoyable, empreint de violence et de pauvreté, pour le sauver…

J’ai adoré !

Dès les premières pages, j’ai été happée par l’histoire. Cindy Mezni m’a complètement embarquée dans son univers sombre et sans pitié, à l’atmosphère étouffante. C’est riche, bien exploité et passionnant. Quant au rythme, il est rapide, on ne s’ennuie pas une seconde entre l’action et les rebondissements. On ne voit pas les pages défiler, et pourtant, le roman est un pavé.

Quant à l’intrigue, elle bien menée et maîtrisée. Il n’y a aucune longueur. On a plaisir à suivre notre héroïne dans son dangereux périple. L’auteur nous fait passer par une multitude d’émotions intenses.

En ce qui concerne la galerie des caractères, elle est riche. Avec Irisya, on fera la rencontre de nombreux personnages qui croiseront son chemin. Ils sont très intéressants, les bons comme les mauvais. Il y a un bon équilibre et ils sont bien développés, avec une bonne caractérisation. On fera la connaissance de Gem, une jeune femme étrange et Cillian un jeune homme complexe et très hostile. Ils sont fascinants, redoutables, rusés et j’ai aimé la relation qu’ils ont tissée avec Irisya. Quant à cette dernière, c’est passionnant de la voir évoluer. L’adolescente innocente du début fera place, au fur et à mesure, à une survivante qui commettra des actes qui la changeront à jamais.

Pour conclure :

« Iris empoisonné (e) » fut une excellente surprise. Une dystopie post-apocalyptique captivante et addictive. Il vous tiendra en haleine du début à la fin. C’est sombre, violent, plein de rage et de désespoir avec une touche de romance. Je vous le recommande très chaudement. C’est un coup de cœur ! Vivement la suite !

❤ ❤ ❤

Publicités

2 réflexions sur “La chronique du roman « Iris empoisonné(e), tome 1″de Cindy Mezni

  1. Lavinia 10 janvier 2016 / 01:25

    Me disait bien qu’il avait l’air terrible.. Faut que je me lance!

    • Fangtasia 10 janvier 2016 / 16:38

      j’avais beaucoup beaucoup hésité avant de me lancer mais en fait, j’aurais pas dû 😉

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s