La chronique du roman « Promenez-vous dans les bois… pendant que vous êtes encore en vie » de Ruth Ware

Cap1ture

Une jeune femme reçoit un message l’invitant à l’enterrement de vie de jeune fille d’une de ses anciennes meilleures amies. Elle arrive dans une grande propriété en verre, perdue au fond des bois. 48 heures plus tard, elle se réveille dans un hôpital couvertes de blessures. Un meurtre a eu lieu pendant la fête. Que s’est-il passé et qu’a-t-elle fait ?

Il sort le 11 février 2016 aux Editions Fleuve Noir.

Mon avis:

Nora reçoit un message l’invitant à l’enterrement de vie de jeune fille d’une de ses anciennes camarades de classe, qu’elle n’a pas revu depuis dix ans. Elle ne comprend pas pourquoi elle est invitée. Elle trouve cela étrange, mais la curiosité est plus forte, elle accepte. Là voilà partie pour un week-end dans une maison en verre isolée dans la forêt… Mais ne dit-on pas que la curiosité et un vilain défaut… Nora va le découvrir d’elle-même en se réveillant à l’hôpital, pleine d’écorchures et partiellement amnésique. En apprenant qu’il y a eu un meurtre, Nora fera tout pour se rappeler ce qui s’est passé ce fameux week-end. Comment a-t-il pu tourner au cauchemar ? Qui est mort ? Mais surtout, qui est le tueur ?

Le style de Ruth Ware est très agréable, cinématographique et addictif. On est happé dans le récit dès le premier chapitre. Plus on avance dans le roman, plus on se pose des questions et plus on veut découvrir le dénouement.

En ce qui concerne l’intrigue, la construction du scénario est vraiment bien faite. L’auteur fait en sorte de maintenir le suspense en alternant le présent et le passé, au fur et à mesure que les souvenirs de Nora reviennent. On sent une tension sous-jacente qui explose à la fin. Tout va crescendo. Toutefois, ne vous attendez à rien de glauque ni d’effrayant. En outre, je dois admettre que j’avais deviné une bonne partie du mystère au milieu du roman, mais cela n’a gâché en rien ma lecture.

Du côté des protagonistes, on suit six personnes qui ne se connaissent pas forcément, mais qui ont tous un lien avec Clare, la future mariée. Plus Ruth Ware nous les dévoile au fil des pages et plus on s’interroge sur eux et leurs secrets. L’atmosphère devient de plus en plus pesante…

Pour conclure :

« Promenez-vous dans les bois… » est un thriller psychologique divertissant mélangeant tromperie, mensonge et manipulation. On plonge dans un huit-clos entre amis haletant, dans une maison isolée avec un tueur parmi eux.

C’est très prenant, j’ai été séduite par ce premier roman de Ruth Ware.

À découvrir. 

Publicités

Une réflexion sur “La chronique du roman « Promenez-vous dans les bois… pendant que vous êtes encore en vie » de Ruth Ware

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s