La chronique du roman « Pennyroyal Green, Tome 2 : Pour un simple baiser » de Julie Anne Long

pour-un-simple-baiser-9782290123942-30

Que s’est-il passé pour que Cynthia Brightly, belle comme un papillon exotique et reine (le Londres, se réfugie au village de Pennyroval Green ? Ses fiançailles rompues, elle est devenue une paria dans la haute société et elle cherche désespérément un riche mari. Miles Redmond, quant à lui, serait malvenu de lui reprocher son pragmatisme, lui qui s’apprête à demander la main de Georgina Mossgate dont la fortune lui permettra de financer ses prochaines expéditions scientifiques dans les mers du Sud. Il propose même à Cynthia de l’aider dans sa chasse au beau parti en échange d’un baiser. Un simple baiser, qui va tout changer.

Il est sorti le 23 mars 2016 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Miles Redmond est le cadet du richissime et très influent Isaiah Redmond. Il souhaite devenir un célèbre explorateur, mais pour sa prochaine expédition, il a besoin de fonds. C’est pourquoi Miles cherche une épouse de préférence fortunée. Son père lui a arrangé un mariage avec lady Georgina Mossgate, et cela lui convient très bien. Toutefois, la partie de campagne organisée à Pennyroyal Green et sa rencontre avec Cynthia Brightly vont changer la donne.

L’intrigue commence pas trop mal, mais elle devient vite inintéressante et soporifique au possible. Pourtant, le cadre avait tout pour me plaire. En effet, l’ambiance de Pennyroyal Green est prometteuse : chaleureuse et agréable. Pourtant, l’histoire fini par s’enliser et la romance est quasi inexistante (un comble pour un Aventures et Passions). Il n’y a pas de véritable alchimie entre les personnages, on ne ressent vraiment pas de connexion entre eux, aucunes émotions, c’est dommage. De plus, je n’ai pas accroché avec les personnalités des deux héros.

Cynthia est une vraie girouette-chasseuse-de-mecs. Avec elle, tout le monde est une option du moment qu’il a de l’argent. C’est une femme pédante et trop sûre d’elle même. De plus, elle fait partie des gens qui n’apprennent pas de leurs erreurs et les répètent. Je ne peux pas en dire plus de ce côté là car cela fait partie de l’intrigue, mais une fois qu’on apprend ce qui s’est passé à Londres, Cynthia m’est apparue encore plus cruche.

Miles avait beaucoup de potentiel. Intelligent, passionné par les insectes, pas du genre séducteur, il est au départ un homme très intéressant. Pourtant, au fil des pages, j’ai fini par ressentir un profond ennui à son égard, et mon avis final sur ce personnage est plutôt basé sur l’indifférence.

En somme, j’avais beaucoup aimé le premier tome « Au risque du plaisir », mais je dois bien avouer que je suis vraiment déçue par ce second opus de la saga. Toutefois, je ne vais pas rester sur une déception et je compte bien lire le troisième tome intitulé « Rosalind, femme de passion ». Rendez-vous donc bientôt pour une autre chronique sur la saga Pennyroyal Green.

Ecrit par Noémie

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s