La chronique du roman « Un Palais d’épines et de roses » de Sarah J. maas

712wb5rxh1l

En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.
Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.
Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ?
A l’évidence, Feyre n’est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ?
Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.

Il est sorti le 9 février 2017 aux Editions De la Martinière jeunesse.

Mon avis:

J’avais beaucoup entendu parler de cette série, notamment via l’engouement qu’elle suscite auprès de ceux qui la lise en VO. Bon, comme je ne suis pas douée en anglais, je n’ai pu la découvrir que maintenant. De plus, j’ai retardé ma lecture à cause des mauvaises nouvelles que l’on a eues concernant l’autre série de l’auteure, Keleana, qui ne sera pas traduite en entier en VF.

Bref, j’ai tout de même lu ce premier tome, et j’ai bien fait. C’est un coup de cœur pour moi, et je m’en serais voulu de ne pas l’avoir lu plus tôt.

Nous sommes dans un village près de la frontière de Prythian, l royaume des Fae, des immortels. Au village, les immortels sont haïs pour ce qu’ils ont fait subir au peuple humain. Feyre lutte chaque jour pour nourrir sa famille qui manque d’argent. Par malchance, un jour ce n’est pas un animal qu’elle tue, mais un Fae, ce qui lui vaut un aller simple pour Prythian.

Alors qu’elle pense être massacrée par la Bête qui a débarqué chez elle en réclamant vengeance, celui-ci lui propose plutôt de passer le restant de ses jours dans son royaume, à Prythian. Mais ce ne sont pas des geôles qui attendent Feyre, mais un immense palais, qui va la plonger au cœur d’une malédiction Fae. Le palais de Tamlin, le Grand Fae qui accueille Feyre, est la proie d’une maladie étrange et sans remède qui ravage son peuple et risque de s’étendre aux humains. À cause de cette maladie, tous les habitants du palais vivent depuis 49 ans avec un masque sur le visage, qu’ils ne peuvent pas retirer.

Ce premier tome est vraiment plaisant à lire. Si au début j’ignorais la référence, j’ai vite remarqué l’inspiration du conte de La Belle et la Bête, dans une version quand même pas mal différente de part notamment la présence des Fae. Mais attention, ce n’est pas vraiment une réécriture, étant donné que ce ne sont que des similitudes entre les deux histoires, afin de construire un monde beaucoup plus vaste (on retrouve entre autre un « prince » qui devient une bête sauvage, une malédiction sur tout un royaume, etc.)

Clairement, cette histoire est écrite avec brio et a su rapidement charmer mon petit cœur sensible. Moi qui suis fan des histoires de malédictions et de Faes, j’ai été servie ici, et j’en redemande sans problème.

Après, il est clair que ce tome se centre pas mal sur la romance, et laisse en retrait les intrigues politiques, toujours en attente à la fin du tome d’ailleurs. Je pense que la suite se concentrera un peu plus sur un certain vilain roi.

C’est une histoire vraiment prenante, emplie de magie. J’ai apprécié découvrir autant la beauté du royaume de Prythian que son côté sombre. L’auteure nous livre certains paysages décrits avec beaucoup de talent, si bien que l’on s’y croirait, tout en sachant ne pas s’appesantir tout le long du roman sur le descriptif. En effet, ce ne sont que certaines scènes bien précises qui sont les plus détaillées. Le reste l’est plus légèrement.

Les créatures, les lieux, l’Histoire font de ce monde un univers riche et complexe que l’on prend plaisir à découvrir.

Au niveau des personnages, Feyre est intéressante à suivre, bien qu’un peu agaçante au début. Quand elle comprend que Tamlin ne lui veut pas de mal, elle se laisse aller à découvrir la beauté du monde des immortels, ainsi que tout ce qu’il pourrait lui apporter.

Tamlin est un Grand Fae loin des schémas classiques de son peuple. Il tient à gouverner avec bonté, malgré le danger qui plane sur les siens. Malgré lui, il s’attache à Feyre, ce qui entre en conflit avec son désir d’éradiquer la maladie qui ronge son royaume.

Leur histoire d’amour est belle, elle prend son temps –ce qui est un très bon point- et n’est pas dégoulinante de guimauve. Elle en parait d’autant plus vraie.

D’autres personnages sont importants, notamment Lucien, l’émissaire de Tamlin. Derrière son apparence revêche se cache un Fae qui a souffert. Il a su me faire rire par moments. Et puis, il y a aussi Rhys, un Fae de la Cour de la Nuit… complexe, que l’on ne connait pas encore très bien mais qui, je pense, re-pointera le bout de son nez par la suite. A voir de quelle façon par contre. En tout cas, il m’a bien plu, et paraît lui aussi attaché à Feyre.

En clair, j’ai adoré ce premier tome, autant pour ces personnages, son univers que son intrigue. Le petit aspect Belle et la Bête permet de mettre en place une histoire riche et complexe qui je pense nous surprendra beaucoup par la suite (en laissant de côté le conte que l’on connait si bien, vu qu’il ne sera plus de mise par la suite).

J’ai donc bien hâte de lire la suite. La Martinière, traduisez-la vite !!

 

Karine N.

Publicités

2 réflexions sur “La chronique du roman « Un Palais d’épines et de roses » de Sarah J. maas

  1. argenticfairiesentreleslignes 27 juillet 2017 / 21:05

    Je n’avais pas encore lu le résumé de ce livre, pourtant je le vois partout. Il à l’air vraiment bien en fin de compte =)

    • Fangtasia 31 juillet 2017 / 09:30

      Il l’est. Il faut lui donner sa chance 😉

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s