la chronique du roman « L’éternité, c’est compliqué » de Jennifer L. Armentrout

71N9daxNg-L

Depuis sa plus tendre enfance, Mallory Dodge se drape dans le silence. Se taire, c’était survivre. Voilà quatre ans que son cauchemar a pris fin, quatre ans qu’elle n’a pas revu Rider Stark, son protecteur. Entourée de parents adoptifs aimants et à l’aide de cours particuliers, Mallory a repris le chemin des mots. Elle s’apprête également à faire le grand saut en reprenant celui du lycée pour son année de terminale. Le jour de la rentrée, la jeune fille était loin de se douter qu’elle tomberait sur son ami. Leur complicité est intacte, mais si Rider n’a plus rien d’un enfant, il reste habité pare de nombreux démons. Quand les ombres du passé menaceront de les séparer, Mallory aura-t-elle le courage de prendre la parole pour exprimer ce qui doit l’être ?

Il est sorti le 13 juin 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

En grandissant, Mallory Dodge a appris que la meilleure façon de survivre était de ne pas faire de bruit, car celui-ci était synonyme de violence et de peur.

Son cauchemar a pris fin, il y a quatre ans, dans des circonstances terribles. Depuis, elle a passé quatre ans en thérapie intensive et se prépare à faire un nouveau pas pour se débarrasser des chaînes de son passé. Elle se prépare à aller au lycée pour son année de terminale.

Dans ce lycée, Mallory se retrouve complètement hors de son élément et les habitudes ont la vie dure. Mais surtout, elle n’avait jamais imaginé le revoir, lui, Rider Stark. Ce garçon qui a grandi avec elle, celui qui a été son roc dans son monde chaotique. Celui qu’elle n’a plus revu depuis cette nuit fatidique…

Tous deux sont sous le choc, mais ils se rendent vite compte que leur connexion est toujours présente, voir plus profonde et compliquée. Vont-ils trouver la forcer de se battre contre leur démon pour s’offrir l’avenir qu’ils méritent ?

J’ai tout simplement adoré ! Une fois de plus Jennifer L. Armentrout m’a happée dans son histoire intense, écrite avec une plume envoûtante. J’ai été totalement embarquée dans ce récit touchant et fort, qui parle d’amour, de la maltraitance et de ses effets à long terme et des manques de moyens des services sociaux. Nos deux héros ont vécu dans la même famille d’accueil et tous deux gardent les stigmates psychologiques de ce passé en commun. Ils essayent de grandir, d’avancer dans la vie, avec leurs angoisses et leurs blessures, mais cela n’est pas si simple.

Mais ensemble, une fois de plus, ils trouveront la force de lutter contre les cicatrices persistantes que leur enfance a laissées sur eux. Le chemin sera houleux et pour une fois, Mallory pourrait bien être le roc de Rider. La vie leur offre la chance d’un nouveau départ et ils vont tout faire pour enfin exister. Mallory et Rider vous toucheront en plein cœur. L’autrice a fait un travail remarquable sur leur caractérisation et leur évolution. Quant à la romance, elle est belle, déchirante et pleine d’espoir.

D’autre part, j’ai beaucoup aimé les personnages secondaires qui gravitent autour de Mallory et Rider. Ils sont attachants et ils apportent un réel plus au récit.

Pour conclure :

Jennifer L. Armentrout avec « L’éternité c’est compliqué », nous offre une histoire authentique, belle, bien écrite et convaincante qui vous marquera. J’ai eu beaucoup de mal à me détacher de ce livre après l’avoir terminé, ce fut un coup de cœur ! Je recommande chaudement.

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.