La chronique du roman « Un cow-boy perdu dans les Highlands » de Karen Ranney

61uDzPBt1lL

Propriétaire d’un ranch au Texas, Connor McCraight ne s’attendait pas à devenir le nouveau duc de Lothian. Mais, noblesse oblige, le voilà qui débarque dans cette Ecosse glaciale balayée par le blizzard. Son projet ? Vendre au plus vite le domaine et retourner en Amérique. A Bealadair, les moeurs locales ont de quoi dérouter un cow-boy, et les habitants sont aussi accueillants que le climat. Il existe toutefois une exception : Elsbeth, la pupille du défunt duc, que les McCraight considèrent comme une domestique. Que faire ? Car la beauté brune de la jeune femme a tôt fait d’enflammer Connor et de retarder ses projets…

Il est sorti le 5 septembre 2018 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:
Écosse, début de l’année 1869. Connor McCraight, un rancher Texan, a appris il y a peu qu’il avait de la famille en Ecosse. Son oncle est mort sans héritier et Connor devient ainsi le quatorzième duc de Lothian et Laird du clan McCraight. Toutefois, Connor n’est pas enchanté par ces titres et se rend à Bealadair à contre coeur, voulant régler au plus vite cette histoire afin de retourner en Amérique. C’est sans compter sur sa tante qui veut contrarier ses plans, et son attirance pour Elsbeth Carow, qui était la pupille de son oncle.

Le titre et le résumé m’ont tentée avant même la sortie du roman, mais une fois dans ma PAL j’ai découvert pas mal de critiques négatives. Du coup, j’ai commencé ma lecture avec un peu d’appréhension. Toutefois, j’ai quand même bien aimé ma lecture. 
L’auteure nous offre une romance que je qualifierai de prudente, qui avance doucement, avec peu de scènes charnelles. On assiste à une sorte de jeu du chat et de la souris, certes un peu plat, mais pas dénué de charme. La relation entre nos deux héros n’est pas convainquante à 100%, mais les intrigues autour d’eux sont intéressantes et m’ont poussée à tourner les pages. 

Une fois ma lecture terminée j’ai appris que « Un cow boy perdu dans les Highlands » est en fait le troisième tome de la saga. Cela ne m’a nullement dérangée pendant ma lecture et ce tome peut se lire independament des autres sans problème.

Elsbeth Carow était la pupille de Gavin McCraight depuis la mort de ses parents lorsqu’elle était âgée de huit ans. Depuis sa mort, elle a pris en charge la fonction de gouvernante et d’intendante du domaine. Très appréciée des domestiques et indispensable à la bonne marche de Bealadair, elle est pourtant dénigrée par la famille McCraight. Elsbeth est une jeune femme courageuse mais trop effacée. 

Quant à Connor McCraight, c’est un personnage agréable à suivre, même si j’aurai aimé un peu plus de pep’s au niveau de son caractère (c’est un cow boy quand même! ). C’est un homme bien qui tire sa fierté du travail et a du mal à concevoir ces histoires de titres et d’héritage, alors que les nobles ne font rien pour les mériter. Il admire Elsbeth et se sent fasciné par elle.

En conclusion, « Un cow boy perdu dans les Highlands » a été une bonne surprise. Vu les critiques négatives et mitigées, j’avais peur de m’ennuyer, mais cela n’a pas été le cas. Ce n’est certes pas un coup de cœur, mais j’ai bien apprécié ma lecture. Les intrigues autour du duo de personnages m’ont beaucoup plu, de même que l’ambiance écossaise du roman. 

Ecrit par Noémie

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.