La chronique du roman « Rien qu’un instant » de Stacey Lynn.

rien-qu-une-chanson,-tome-4---rien-qu-un-instant-929617-264-432

Sauront-ils vaincre les démons de leur passé ?

Ancien militaire, Lynx Anders dispose d’une arme infaillible pour apaiser sa douleur et ses souffrances : le sexe sans engagement ni retenue. Après une nuit torride avec Sarah Linscum, Lynx comprend qu’une seule nuit ne lui suffira pas. Le caractère enjoué et pétillant de la jeune femme a eu raison de sa carapace de dur à cuire et il en veut davantage. Déterminé à découvrir les sombres secrets que Sarah s’efforce de cacher, il s’aperçoit qu’il suffit d’un instant pour que tout bascule…
Pourront-ils oublier leurs cauchemars et trouver un moyen non seulement de guérir, mais aussi d’aimer ?

Il est sorti le 23 juin 2017 aux Editions Milady.

Mon avis:

Nous suivons l’histoire de Lynx et Sarah que nous avions découvert dans le tome précédent.

Tous deux hantés par leur passé et des cauchemars récurrents, ils noient leur souffrance dans le sexe sans engagement. Mais ce qui était censé être un coup d’un soir devient un week-end, puis ils deviennent des sex-friends… Jusqu’au jour où Lynx s’aperçoit qu’il en veut plus avec cette femme forte, drôle et indépendante qui cache un sombre passé. Sera-t-il capable de percer la barrière qu’elle a érigée autour de son cœur ? Seront-ils assez fort pour combattre leurs démons pour trouver la paix et laisser une place à l’amour dans leur vie ?

Le style de Stacey Lynn est toujours aussi agréable et prenant. Le rythme est correct et les pages défilent toutes seules sous nos doigts. En ce qui concerne la romance, elle est classique, simple sans grands soucis majeurs. Les sentiments sont présents même si je déplore un peu trop de scènes de fesses.

Autrement, j’ai bien aimé leur duo. Lynx est un homme déterminé et très attentionné. Il fera tout pour garder Sarah auprès de lui, même quand elle ne s’en sent pas digne.

Au fil des pages, chacun s’appuiera sur l’autre pour enfin se pardonner et enlever le poids de la culpabilité qui les ronge.

D’autre part, j’ai apprécié revoir les couples Kennedy et Grayson ainsi que Nicole et Zack (le couple du premier tome de la saga). J’ai également aimé la famille de Lynx. Ils sont tous touchants et l’épilogue que nous offre l’auteur est parfait.

Pour conclure :

« Rien qu’un instant » est une romance sympa qui vous fera passer un moment de détente même si elle ne renouvelle pas le genre.  

Publicités

La chronique du roman « Dating you hating you » de Christina Lauren

51OjAobnu4L._SY346_

Lors d’une rencontre embarrassante à Halloween, Carter et Evie, deux agents extrêmement influents d’Hollywood flashent l’un pour l’autre. Mais lorsque qu’ils sont mis en compétition pour le même poste –;, leur belle romance se transforme en guerre ouverte pour se saboter. Pourtant la rivalité entre ces deux trentenaires, compétents et haut placés, ne suffit pas à éteindre la flamme ces deux tourtereaux adeptes de l’amour vache.

Qu’ils vivent une happy ending hollywoodienne ou une tragédie aux proportions épiques, le lecteur retrouve le style tapageur et hilarant de Christina Lauren au meilleur de sa forme.

Il est sorti le 1 juin 2017 aux Editions Hugo & Roman.

Mon avis:

J’étais ravie de retrouver ces auteurs que j’affectionne particulièrement. Malheureusement, je suis ressortie de ma lecture mi-figue mi-raisin.

Dans ce roman nous suivons Evie et Carter. Tout deux se rencontrent lors d’une soirée costumée de leur ami. Ils s’entendent très bien et ils sont tout deux agents à Hollywood. Ils représentent des acteurs et des actrices dans une boîte concurrente. L’attirance est immédiate, mais tout se complique lorsque leurs entreprises fusionnent et qu’ils sont contraints de se battre pour garder leur job. Attention, ils ont plus d’un tour dans leur sac et tous les coups sont permis.

Le style de Christina Lauren est toujours aussi agréable et prenant. Toutefois, j’ai trouvé la première partie très lente, voire même certains passages ennuyeux. Les auteurs nous abreuvent de trop de détail sur le fonctionnement de l’entreprise, de la politique au bureau et tout ce qui concerne ce travail. Néanmoins, j’ai apprécié les sujets traités dans cet ouvrage, le sexisme et l’inégalité salariale qui est malheureusement encore d’actualité de nos jours, c’est navrant.

Le récit commence à prendre son envol lorsque la guerre est déclarée entre Evie et Carter, mais cela ne dure pas assez longtemps pour qu’on l’apprécie vraiment. De plus, la romance est écrasée par tout ce qui concerne leur activité. De ce fait, j’ai trouvé qu’elle manquait de chaleur, d’intensité et d’alchimie entre nos deux personnages.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont plaisants, mais ils manquent de charisme et de caractère, surtout Carter. Je l’ai trouvé parfois un peu immature, tout comme Evie et j’aurais apprécié que Carter comprenne plutôt ce à quoi Evie était confrontée.

Quant à la galerie de personnages secondaires qui les entoure, ils sont agréables.

Pour conclure :

J’en attendais beaucoup mieux. « Dating you hating you » est divertissant, mais long à démarrer, bien trop axé sur leur travail et manque de pep’ s.

La chronique du roman « Le ferry » de Mats Strandberg

51x2wj4PKbL._SX318_BO1,204,203,200_

Ce soir, mille deux cents passagers se réjouissent de faire la traversée maritime entre la Suède et la Finlande, à bord du ferry luxueux qui les emporte sur la mer Baltique. L’espace de vingt-quatre heures, ils abandonnent derrière eux leur vie quotidienne et se laissent aller à être quelqu’un d’autre.

Mais le mal rôde à bord. Et au cœur de la nuit, au milieu de la Baltique, il n’y a pas d’échappatoire possible. Surtout quand tout contact avec la terre ferme est mystérieusement coupé…

Si face à l’adversité certains se comportent en héros, cette nuit fatidique fait parfois surgir le pire chez d’autres – et à mesure que les disparitions inexplicables s’enchaînent, il devient vital que le ferry n’arrive jamais à destination…

Il est sorti le 14 juin 2017 aux Editions Bragelonne.

Mon avis:

1200 passagers vont monter à bord du ferry pour faire une traversée maritime entre la Suède et la Finlande. Les gens laissent pendant 24 heures leur vie derrière eux, où tous les excès sont permis. Mais, au milieu de la nuit, le ferry est soudainement coupé du monde sans aucun moyen de communication extérieur et quelque chose rôde dans les couloirs du bateau…

Nous allons connaître les passagers et le personnel à travers le regard de 7 protagonistes. Une vielle femme solitaire en quête d’aventure, deux copines, une pop star surannée qui anime des soirées karaoké, un ancien employé qui a organisé une demande en mariage. Mais également, des employés du bar, un agent de sécurité qui gère les problèmes quotidiens sur le ferry et un cousin de 12 ans qui a retrouvé sa cousine.

Toutes les relations, leurs certitudes, vont être testées dans une situation désespérée qui va les dépasser. Ces gens ordinaires vont être contraints de devenir des héros. Mais le mal qui frappe peut également faire ressortir le pire en eux.

J’ai beaucoup aimé le style de Mats Strandberg qui est très plaisant et cinématographique. Le rythme est un peu lent au départ, le temps de nous présenter les différents caractères. Mais lorsque tout bascule, l’action et la tension montent crescendo. C’est sanglant et violent, ceux qui n’aiment pas l’hémoglobine, mieux vaut s’abstenir.

D’autre part, les personnages sont bien fouillés psychologiquement, variés et convaincants. Ils éveillent la sympathie, l’empathie, mais aussi le dégoût et la haine.

Pour conclure :

« Le ferry » est un roman fantastique/horreur divertissant et flippant, où un mal mystérieux frappe les passagers qui les rendent sauvages et assoiffés de sang. C’est un bon mélange de réalisme social et de fantastique.

Bienvenue à bord du Baltic Charisma !

La chronique du roman « Sous ta peau, t1 : Strong » de Scarlett Cole

51yyUCmTm+L._SY346_

Harper n’avait jamais imaginé entrer un jour dans un salon de tatouage. Pourtant, pour couvrir les cicatrices du passé, rappel constant d’une partie de sa vie qu’elle aimerait oublier, Trent est le seul qui puisse l’aider. Harper s’ouvre peu à peu au charismatique artiste-tatoueur, dont le toucher sur sa peau est magnétique. Mais bientôt ressurgit l’ombre de celui qu’elle a dû fuir : aura-t-elle cette fois-ci la force de se défendre ?

Il est sorti le 3 mai 2017 dans la collection &moi.

Mon avis:

Harper Connelly est une jeune femme qui a un passé traumatique, dont son corps porte les stigmates. Il y a 4 ans de cela, jamais elle n’aurait pensé se retrouver en pleine nuit dans un salon de tatouage. Mais Harper est déterminé à oublier son ancienne vie.

Trent Andrews est propriétaire du studio de tatouage Second Circle. Il est réputé pour sa spécialité : recouvrir les cicatrices. Trent est intrigué par cette jeune femme timide qui est rentrée dans son salon à 1 heure du matin. Une fois qu’il entend son histoire, il sait qu’il fera tout pour l’aider à guérir. D’ailleurs, il se rend compte qu’Harper est une jeune femme drôle et intelligente qui se cache sous ses vêtements surdimensionnés. Il va tout faire pour l’apprivoiser et l’aider à traverser cette épreuve douloureuse pour enfin trouver la paix.

Mais bientôt, le passé d’Harper entrera en collision avec son présent et son avenir. Sera-t-elle capable, cette fois-ci, de trouver la force de se battre contre ses démons ?

J’ai adoré !

Le style de Scarlett Cole est agréable et prenant. Elle arrive à nous transmettre avec aisance de nombreuses émotions. Le rythme est correct, on se laisse facilement embarquer dans cette aventure intense en compagnie de nos deux héros. D’ailleurs, une fois le livre commencé, on tourne les pages avidement jusqu’à la dernière.

En ce qui concerne l’intrigue, elle est classique, mais habilement menée avec une pointe de suspense. J’avoue que j’ai beaucoup aimé voir le tatouage comme thérapie et les références faites à l’œuvre l’Enfer de Dante.

La relation entre Harper et Trent est tendre et intense. Scarlett Cole prend le temps de la développer et c’est parfait !

On a plaisir à les voir évoluer, à se dévoiler petit à petit. Ce sont des personnages touchants et attachants. De plus, j’ai apprécié toute la bande qui gravite autour de Harper et Trent. J’ai hâte de découvrir leur histoire.

Pour conclure :

Scarlett Cole m’a totalement séduite avec sa douce romance, profonde et fortement addictive qui ravira les amoureux du genre. C’est avec plaisir que je vais lire l’histoire de Drea et Cujo, les amis respectifs de Harper et Trent.

Bonne lecture !

Dans ma boîte aux lettres…#82

surprise_by_ocularfracture-d3hwm5n

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

RDV français repris depuis par Lire ou Mourir.

Passons aux acquisitions papier de cette semaine :

La chronique du roman « A huis clos » de Jennifer-L Armentrout

couv54982912

Depuis la plus tendre enfance, Sydney et Kyler sont inséparables. Les années passant, Sydney sait pertinemment que ses sentiments ont évolué, mais elle ne l’avouera pour rien au monde. La raison ? Kyler a un succès fou auprès des filles, il ne passe jamais plus d’une nuit avec la même conquête et voit en sa meilleure amie la femme idéale, hors de portée, qu’il se doit de protéger de tout et de tous, y compris de lui-même. Comme chaque année, Kyler a invité Syd et quelques amis de l’université à passer une semaine dans le chalet de sa mère. Leur séjour au ski prend cependant une autre tournure lorsqu’une tempête se déclare dans la région, empêchant quiconque de les rejoindre. La vérité peut avoir un prix… Ce tête-à-tête suffira-t-il à laisser parler leurs sentiments ?

Il est sorti le 7 juin 2017 aux Editions J’ai Lu.

Mon avis:

Sydney et Kyler se connaissent depuis l’enfance et sont de très bon amis, comme frère et soeur. Sydney refuse de lui avouer ses sentiments, de peur de briser leur amitié. Quant à Kyler , il a placé Sydney sur un piédestal hors de sa portée. Comme tous les ans pendant les vacances d’hiver, Syd et plusieurs de leurs amis communs, ont prévu de se retrouver dans un chalet appartenant à la famille de Kyler. Toutefois, cette année, l’imprévu frappe à leur porte. Kyler et Sydney sont arrivés les premiers, et une tempête empêche leurs amis de les rejoindre. Elle empêche aussi nos héros d’aller où que ce soit. Ils vont donc devoir passer plusieurs jours ensemble…

J’ai beaucoup aimé cette histoire ! C’est un roman dans lequel on retrouve tous les codes de la littérature romantique (je pourrais même dire, dans le new adult) et il ne révolutionne donc pas complètement le genre. Toutefois, cela ne m’a pas empêchée de passer un bon moment, bien au contraire. De plus, l’auteur a également apporté quelques petites touches d’originalité à son récit, comme le huis clos mis en place, ou encore l’aspect suspens (chut, je ne vous en dit pas plus).

Kyler est un grand séducteur qui a conscience de son sex-appeal et n’a pas peur d’en profiter.. Il collectionne les conquêtes, mais n’est pas pour autant un goujat avec les nanas. Elles savent très bien où elles mettent les pieds lorsqu’elles finissent dans son lit. Kyler est également un jeune homme intelligent, en dernière année à la fac de commerce. Quant à Syd, elle est sur le point de finir sa licence en psychologie et c’est une jeune fille douce et gentille. Elle n’a pas vraiment confiance en elle, surtout vis à vis de Kyler et de ses sentiments pour lui. Elle se dit qu’elle ne pourra jamais l’intéresser autrement que comme une soeur, et ça lui brise le coeur de le voir avec une fille différente tous les quatre matins. 

Le récit alterne selon les deux points de vue de nos héros, un procédé que j’adore en romance. C’est un vrai plaisir de suivre d’un côté Kyler, de l’autre Syd, cela permet de découvrir leurs sentiments. L’amour a sa place (on s’en doute dès qu’on lit le résumé) mais celui-ci prend racine dans un profonde amitié. Nos héros sont touchants, attachants, et j’ai adoré les voir évoluer.  

En conclusion, « A huis clos » a été une très bonne lecture. C’est une romance que je vous conseille aussi bien pour l’été, pour son côté rafraîchissant, que pour l’hiver, pour la romance douillette et torride. Jennifer L.Armentrout nous offre une romance addictive, portée par des héros attachants.

Ecrit par Noémie