La critique de l’album « Poupées en papier à habiller » de Fiona Watt & Elizabeth Savanella

513LBxFbomL

Les rabats de la couverture de ce livre cachent quatre jolies poupées en carton à détacher. Ses pages sont remplies de tenues et d’accessoires à découper pour les habiller, dont des vêtements à colorier et à personnaliser. 

Une activité idéale pour jouer au créateur de mode. 
Un passe-temps indémodable qui absorbera les enfants pendant des heures. 

Il sort le 25 janvier 2018 aux Editions Usborne.

Mon avis:

Voici une activité que je voulais faire découvrir à ma fille que bien des générations ont connue (mère et grand-mère) : les poupées en papier à habiller !

Cet album contient 4 figurines ne papier avec un socle qui permet de les faire tenir debout et plus de 60 tenus diverses et variés, ainsi que certaines à faire décoré par les enfants.

J’ai aimé que l’ont puisse détacher facilement les feuillés, cela permet de facilité le découpage. Toutefois, cette dernière partie est délicate et l’enfant aura besoin d’un adulte pour découper correctement les vêtements, c’est minutieux. Une fois, le tout découpé les enfants peuvent jouer pendant des heures avec les figurines, les habiller et se raconter des histoires. Jouer avec tout simplement et faire travailler son imagination. Les illustrations sont bien faites et colorées. Le papier est relativement épais, mais cela est fait, quand même, pour les enfants soigneux et patients.

En bref, j’ai été heureuse de partager ce moment avec ma fille et de lui faire découvrir les poupées papier à habiller qui lui ont bien plus.

Publicités

La critique de l’album « Noël – Livre de décalcomanies » de Bethan Janine

51sHxUaYsRL

De jolies scènes illustrées que les enfants auront plaisir à compléter de flocons de neige, animaux, personnages et autres à l’aide de décalcomanies. 

Il est sorti le 19 octobre 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis: 

Voici un très bel ouvrage qui contient onze superbes tableaux sur le thème de Noël et l’hivers ( les arbres de Noël, les maisons en pain d’épices, les flocons de neige, etc.). Il fourmille de détails et c’est avec plaisir que l’on s’amuse à les compléter à l’aide de plus de 1000 décalcomanies présents dans l’ouvrage. Ils sont rangés dans une enveloppe collée à l’intérieur du livre. C’est très facile d’utilisation, le papier est épais et de grande qualité, pas de risque de l’abîmer. De plus, les illustrations sont superbes avec un petit côté rétro que j’aime beaucoup. 

De plus, sur chaque page de gauche vous avez un coloriage. C’est très plaisant et ça apporte un petit quelque chose en plus.

En bref, « Noël » est un très beau cahier d’activité, il est bien pensé et encourage la créativité. Il vous fera passer de nombreuses heures de détente que ce soit pour les petits ou pour les grands. Coup de cœur à la maison !

La critique de l’album « J’habille mes amies: Noël » de Fiona Watt & Lizzie Mackay.

51tVZGa7b5L

Avec plus de 200 autocollants de vêtements, d’accessoires et de décorations de Noël, les enfants vont adorer habiller les jeunes amies pour différents événements dont un spectacle et un marché de Noël. L’activité idéale pour occuper les enfants à l’approche des fêtes. Tous les autocollants sont repositionnables, les enfants peuvent donc les déplacer à leur guise sur les pages plastifiées. Un espace est prévu à la fin du livre pour placer les autocollants en attente.

Il est sorti le 12 octobre 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

Voici une sympathique collection qui ravira vos enfants. Dans ce cahier d’activité, à travers 13 tableaux, pourront s’imprégner de la magie de Noël. Les enfants aimeront vêtir les illustrations et faire prendre vie aux divers endroits qui jalonnent le cahier ( la forêt enneigée, un beau sapin, aux fourneaux, bonne nuit etc.) à l’aide de plus de 200 autocollants présents dans l’album.

J’ai apprécié le côté réutilisable de ces derniers, cela permet aux enfants de créer et de faire travailler leur imagination. Quant aux dessins, ils sont vifs, colorés et variés, les enfants adorent !

Le petit plus du cahier, ce sont les pages plastifiées. Cela apporte une certaine solidité et les enfants peuvent les manipuler sans avoir peur de les abîmer.

D’autre part, ma fille a bien aimé le petit texte qui accompagne chaque tableau, elle était ravie de découvrir l’histoire qui se rapportait à chaque thème.

En bref, « J’habille mes amies : Noël » est un livre d’activité qui ravira vos bambins et qui les mettrons dans l’ambiance de Noël. Cela permettra également de faire travailler leur motricité fine tout en les faisant patienter avant l’arrivé du monsieur à l’habit rouge.

C’est lundi, que lisez-vous ? #149

life_by_plastickheart-d37du4x

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Qui a été repris par Le blog de Galleane 

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

Ce que je lis:

51gRTmdsiSL

Ma prochaine lecture :

j’en ai aucune idée… 

Et vous, que lisez-vous ??

La chronique du roman « The rain, livre1 » de Virginia Bergin

41l1NaF8MkL

Une pluie mortelle s’abat sur la Terre :

l’humanité est menacée de disparition.

Ruby, 15 ans, part à la recherche de son père.

Je m’appelle Ruby Morris, et voici mon histoire.

Si vous la lisez, vous avez énormément de chance d’être encore en vie.

Question : quand faut-il abandonner tout espoir?

a) Maintenant. Immédiatement. On est foutus.

b) Dans deux semaines, environ.

c) Jamais.

d) J’imagine qu’il pourrait y avoir un d), mais s’il existe, je ne l’ai pas encore trouvé…

Il est sorti le 20 septembre 2017 aux Editions Bayard.

Mon avis:

On suit Ruby, âgée de 15 ans. Lors d’un jour férié, elle participe à une fête avec ses amis où tout se passe pour le mieux, jusqu’au moment où la pluie s’abat sur eux, se transformant en arme fatale… Quelques jours plus tard, Ruby se retrouve seule, elle n’a pas d’autre choix pour survivre que de retrouver son père. La voilà entreprenant un voyage périlleux à travers le pays où la pluie et l’eau courante peuvent la tuer, mais aussi dans un pays où l’eau est devenue une denrée rare, ce qui engendre le chaos…

J’ai beaucoup aimé. Le style de Virginia Bergin est très agréable et prenant. On se laisse facilement embarquer dans l’histoire au côté de Ruby. L’auteur nous fait témoins de la précarité de sa situation, de ses doutes, de ses peurs, mais également de sa force. Le rythme est rapide et il se passe assez de choses pour maintenir notre intérêt éveillé, même si le roman est un peu conçu comme un journal de bord. De ce fait, il y a peu de dialogues et beaucoup de réflexions intérieures, mais c’est loin d’être ennuyeux, bien au contraire. D’autre part, j’ai aimé l’origine de cette pluie mortelle et tout ce qui en découle : la panique, l’effondrement de la société… c’est bien fait et plausible.

Pour ce qui est de Ruby, c’est un personnage crédible. Elle est parfois immature, elle fait des choix peu judicieux, mais cela est en adéquation avec son âge. Néanmoins, elle est forte, débrouillarde et elle évolue un peu au fil des pages. C’est un personnage assez attachant. Lors de sa traversée, nous allons croiser de nombreux caractères, ils sont souvent de passage dans sa vie, mais ils apportent tous de la consistance au récit.

Pour conclure :

« The rain » est un bon roman catastrophe post-apocalyptique, intriguant, et avec un concept de base intéressant. Nous sommes clairement dans un tome introductif, j’ai hâte de découvrir la suite des aventures de Ruby.

À découvrir !

La chronique du roman « Si tu me le demandais » d’ Emily Blaine

41sk5N-r+6L

Elle est sa deuxième chance d’être heureux

En un regard, un sourire et quelques phrases échangées, Julianne a bouleversé la vie de Cooper. Le temps de leur conversation fortuite sur la terrasse d’un hôtel, elle est parvenue à apaiser les plaies de son âme  et, pour la première fois depuis huit ans, Cooper n’a plus senti le poids de son chagrin. Car, depuis qu’il a perdu sa femme, il se débat chaque jour avec la douleur de l’absence du grand amour de sa vie  ; une lutte qu’il mène pour leur fille, Cecilia, désormais adolescente. Mais, lorsqu’il recroise par hasard Julianne, Cooper comprend qu’il doit prendre en main son destin  : s’il veut une deuxième chance d’être heureux, il va devoir conquérir cette femme qui le trouble. 

Il est sorti le 4 octobre 2017 aux Editions Harlequin, collection &H.

Mon avis:

On fait la connaissance de Cooper, 38 ans, architecte et veuf depuis huit ans. Il a une vie assez sombre et mélancolique où seule sa fille adolescente, Cécilia, est son rayon de soleil, bien qu’il s’éloigne de plus en plus, car Cooper n’arrive pas à sortir de son isolement depuis la mort de sa femme. Mais lors d’un dîner de l’association des architectes de l’Oregon, une rencontre fugace avec une jeune femme espiègle chamboulera sa vie. Pendant qu’il était avec elle, son chagrin s’est fait oublier, mais la jeune femme disparaît tel un fantôme sans laisser d’adresse… Toutefois, le destin a décidé de s’en mêler, il n’en a pas fini avec ces deux personnes.

La plume d’Emily Blaine est fluide, addictive et évocatrice de sensation forte. Le tout est accompagné d’un rythme entraînant, malgré le sujet un peu lourd traité ici. D’ailleurs, une fois commencé il vous sera difficile de lâcher le roman avant de l’avoir fini. Emily Blaine nous emmène aisément dans son univers sous le signe du deuil, de la reconstruction, de l’amitié et des relations familiales. Au fil des pages, nous traversons toute une gamme de sentiments bruts et intenses qui vous submergent. On rit, on pleure. On sent la détresse des personnages, leurs regrets, leurs passions, leurs forces et leurs failles. Ils sont touchants et complexes. J’ai aimé suivre Cooper dans l’évolution de se relation avec sa fille et avec cette inconnue. Ils vont ensemble entamer un voyage, parfois difficile, pour essayer d’atteindre le bonheur après la perte d’un être cher et des épreuves douloureuses que l’existence peut nous réserver. D’autre part, j’ai apprécié comment Emily Blaine a su insuffler une touche d’humour et de gaité avec les chamailleries entre Jackson, le meilleur ami de Cooper, et Annah, la sœur de ce dernier.

Pour conclure :

Emily Blaine m’a séduite avec cette romance portant sur deux êtres blessés par la vie qui vont, à l’aide du destin, de rencontres fortuites, d’une caresse ou d’un baiser volé, réapprendre à vivre. C’est un récit dense, émouvant et vibrant qui met du baume au cœur. Je recommande !