La chronique du roman « Keleana, tome 1: l’assassineuse » de Sarah J. Maas

51uct7crdol

Le royaume d’Adarlan, d’où toute magie a été bannie, est gouverné d’une main ferme par un roi tyrannique. Keleana, membre de la secte des Assassins et opposée au pouvoir du roi, est emprisonnée dans les mines de sel d’Endovier depuis plus d’un an. Pour gagner sa liberté, Keleana doit représenter le prince Dorian dans un tournoi à mort dont l’unique survivant devra servir le roi pendant 4 ans. Mais les concurrents, l’un après l’autre, sont éliminés de façon mystérieuse et Keleana sent son tour venir.
Manifestement, d’obscures forces magiques ressurgissent dans l’ombre de la cité et la jeune Assassineuse va devoir leur faire face… Heureusement, elle pourra compter sur l’aide de deux hommes : son entraîneur, le beau capitaine Chaol, et le prince Dorian en personne, qui sont tous deux tombés amoureux d’elle. Et dont les charmes ne la laissent pas indifférente…

Il sort le 5 septembre 2013 aux Editions De la Martinière J. fiction, 16€.

la préquelle Keleana et le Seigneur Pirate (il s’agit d’une nouvelle complète gratuite) :
http://www.amazon.fr/Keleana-Seigneur-Pirate-ebook/dp/B00D4AL69W

Mon avis:

Keleana Sardothien , la plus célèbre assassineuse d’Adarlan, s’est faite capturer suite à une trahison. Depuis plus d’un an, elle est esclave dans les mines d’Endovier. Mais un jour, le fils du Roi lui propose un marché, soit elle participe à un tournoi, soit elle croupit en prison.

Autant dire que son choix sera vite fait. Elle fera tout pour devenir la vainqueur et l’assassin en titre d’Adarlan. Mais, alors qu’elle se bat pour gagner son passe pour la liberté, d’étranges événements surviennent au cours de la compétition. On découvre des corps mutilés… Keleana se retrouvera, malgré elle, plongée dans cette histoire macabre ou quelque chose d’obscur et d’insaisissable est tapi dans le château…

Sarah J. Maas a une écriture harmonieuse et fluide avec un style descriptif parfait. Ce qui nous entraîne dans un voyage rempli de danger, de complot, d’amitié et d’amour avec pour décor, un magnifique château en verre. Le rythme est rapide, dynamique, du fait des nombreux points de vue, qui je vous rassure, ne sont d’aucune source de confusion. De plus, nous avons de multiples actions, de révélations et de retournements de situations qui jalonnent notre lecture.

Quant au monde que l’auteure a construit, il est riche et élaboré. Il y a différentes dimensions, des entités bonnes comme mauvaises, des créatures féroces et étranges ainsi qu’une magie ancienne normalement détruite. J’ai été totalement happé dedans, c’est exaltant et sombre !

Pour ce qui est de l’intrigue, elle est imprévisible, menée d’une main de maître. De ce fait, nous avons du mal à lâcher le roman avant la fin.

D’autant plus, que la trame s’avère plus complexe que le laisse présager le début. Elle est fabriquée comme une toile d’araignée avec différentes ramifications, mais qui se rejoignent à un même centre, c’est fascinant. On plonge dans les méandres d’une intrigue politique, de corruption et de puissance maléfique.

En ce qui concerne les protagonistes, nous en découvrons beaucoup. Certains, sont plus fouillés que d’autres, mais en tout cas, suffisamment pour qu’ils nous marquent et qu’ils soient convaincants dans leurs rôles.

Ils sont attachants et touchants, quant aux antagonistes, ils sont vils et détestables. Tous ses personnages nous offrent un large panel d’émotions, d’interactions et de liens qui se tissent les uns entre les autres. Ils ont tous de l’importance et apportent incontestablement une richesse au récit.

Kelana est une héroïne forte, cruelle et féminine à la fois. Mais sous son masque se cache une certaine vulnérabilité. C’est une personne qui est loin d’être dénuée de tout sentiment. C’est un individu passionnant aux multiples facettes dont certaines, qu’on a juste aperçu et qui piquent notre curiosité.

D’autre part, l’auteure nous offre un triangle amoureux, bien que je n’en sois pas fan, celui-ci n’est pas trop étouffant.

Nous avons Dorian, le prince héritier, qui est cultivé, plein d’esprit, mais un peu oisif qui n’aime pas sa vie au château. Mais, heureusement, son personnage évolue et son côté rebelle fait surface vers la fin.

Quant à Chaol, c’est le capitaine de la garde royale. Il surveille et entraîne Keleana tout au long du tournoi. Ce dernier et Keleana entretiennent une relation haine/amour. C’est un des personnages le plus charismatique, humain et honnête.

En outre, un autre caractère énigmatique se démarque, c’est la princesse Nehemia qui est tout en bravoure et en beauté.

Pour conclure :

« Keleana : l’assassineuse » est une fantasy épique sous le signe d’espionnage, de stratégie, d’amitié et de désir.

Sarah J. Maas m’a conquise avec cette nouvelle saga qui a un excellent départ. J’ai hâte de découvrir la suite.

C’est existant, passionnant et magnifique !

À lire.  

Publicités

4 réflexions sur “La chronique du roman « Keleana, tome 1: l’assassineuse » de Sarah J. Maas

  1. Naminé 30 août 2013 / 11:59

    Ohhh encore un avis qui me donne envie de le lire ! Celui-là, je me le prends à sa sortie… Et très belle chronique soit dit en passant…

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.