La chronique du roman « La meute du phénix, T1: Trey Coleman » de Suzanne WRIGHT

1309-phenix1_org

Des cendres de la meute renaîtra l’amour.

Incapable de se transformer en louve, Taryn Warner a toujours été méprisée par sa meute malgré son puissant don de guérison. Quand son père décide de l’unir de force à Roscoe Weston – un Alpha violent et dominateur qui lui promet de la briser – , Taryn refuse de se soumettre.
C’est alors que Trey Coleman, dangereux Alpha connu pour sa sauvagerie, lui propose un marché : s’unir – temporairement – à lui. Il y gagnerait une alliance et elle sa liberté. Mais faire semblant comporte aussi des risques. D’autant que leur attirance l’un pour l’autre semble hors de contrôle…
Il sort le 27 septembre 2013 aux Editions Milady, 576 pages, 8,20€.

Mon avis:

Taryn Warner est une louve latente, mais une puissante guérisseuse. Toutefois, cela n’empêche pas d’être méprisé par sa meute et son père. Ce dernier décide de l’unir de force à Roscoe Weston, un alpha violent qui lui promet de la briser. Mais Taryn refuse de se soumettre. Alors qu’elle cherche une solution pour se sortir de cet énorme problème, Trey Coleman, un alpha connu pour sa sauvagerie lui propose un marché. S’unir à lui pour une durée de 3 mois. Lui, il y gagne une alliance pour combattre son oncle et elle sa liberté.

Mais leur arrangement devient vite explosif dans bien des domaines. Mais seront-ils prêts à faire face à cette aventure intense et passionnelle qu’ils vont vivres. Ils risquent bien de devoir affronter quelque chose en quoi, ils ne s’étaient pas préparés…

Suzanne Wright m’a séduite avec son style dynamique, efficace à l’humour détonnant. Et même si, parfois, son langage est un peu cru, on ne tombe jamais dans le vulgaire. L’atmosphère y est féroce, sensuelle accompagnée d’un rythme rapide et entraînant. On ne voit pas les pages défiler sous nos doigts, on est complètement happé par l’histoire qui allie avec brio trahison, suspense, actions et romance.

De plus, les différents points de vue nous permettent de mieux cerner tous les tenants et aboutissants de ce qu’il se passe, que ce soit personnel ou lié à la meute.

Pour ce qui est de l’univers, il est correctement construit même s’il reste assez basique. On plonge dans un monde d’alliance politique, de combats et d’âmes sœurs avec leurs codes et exigences.

En ce qui concerne la romance, elle est relativement prévisible, mais cela est tellement bien exécuté et servi par un couple sauvage et indomptable que l’on se laisse prendre au jeu avec délectation. L’auteure a réussi à retenir mon attention du début à la fin. Quant à la trame secondaire sur le conflit territorial, c’est agréable, bien mené et apporte son lot de rebondissements.

Quant aux protagonistes, ils sont assez fouillés pour nous les rendre attachants et touchants. Suzanne Wright nous donne envie de faire partie de la meute du Phénix. On sent une belle alchimie entre tous les personnages. Ils sont hauts en couleurs et sont faciles à aimer. Cependant, j’avoue avoir une petite préférence pour la grand-mère de Trey, Greta, qui à la réplique acerbe, ces joutes verbales avec Taryn sont à mourir de rire.

Pour ce qui est de Taryn, elle a toujours été considérée comme une paria, une faible créature du fait qu’elle ne peut pas se transformer entièrement. Toutefois, c’est une jeune femme qui a du mordant, courageuse, loyale, un brin sarcastique et qui sait ce qu’elle veut. Autant vous prévenir qu’elle a un sacré caractère et qu’elle n’a pas sa langue dans sa poche.

Quant à Trey, il a une agressivité sur-développée et une mauvaise réputation de psychopathe sanguinaire. Mais, il est à la fois respecté, admiré et redouté.

Autant vous dire que la rencontre entre ses deux alphas dominants est explosive.

Dès lors, on les accompagnera au fil de notre lecture dans leur engagement. On apprendra que ce sont deux êtres endommagés par la vie. On a un aperçu de leur enfance et l’on connaît leur parcours personnel. Au fur et à mesure, on les voit évoluer, apprendre à se faire confiance et s’apprivoiser pour arriver à quelque chose de plus fort et tendre. Mais, le chemin sera sinueux, car aucun des deux ne se laissera attraper facilement.

Suzanne Wright a parfaitement su nous faire ressentir leurs émotions, leurs désires, leurs peurs et incertitudes.

Pour conclure :

« La meute du Phénix, T1 » est une romance ardente et primale avec une bonne dose d’actions, de désirs et d’humour. Le tout accompagné d’une héroïne qui a du mordant et un d’un mâle alpha qui émane de lui force, danger et sexe !

Ce fut une excellente lecture divertissante et torride. Voici une nouvelle saga hautement recommander pour tout les amoureux du genre…

Coup de cœur !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4 réflexions sur “La chronique du roman « La meute du phénix, T1: Trey Coleman » de Suzanne WRIGHT

  1. fany 27 septembre 2013 / 19:08

    Ta chronique et les images!!! donnent très envie de lire ce livre. Bon week end.

    • Fangtasia 27 septembre 2013 / 20:55

      Merci. C’est une lecture vraiment sympas si on aime le genre 😉

  2. Eliseandra 10 octobre 2013 / 12:04

    Tout à fait d’accord avec toi, je viens de le finir et je l’ai beaucoup aimé j’ai hate de lire la suite

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.