La chronique du roman « Confessions d’un barjo » de Philip-K Dick

71zom-Whr7L

Collectionneur obsessionnel, spécialiste autoproclamé des sujets les plus fumeux – invasions extraterrestres et fin du monde en tête -, génie de l’insolite un brin simple d’esprit, Jack Isidore ne fait de mal à personne, mais il est incapable de s’occuper de lui-même. En désespoir de cause, sa sœur Fay se résout à l’héberger dans la maison qu’elle partage avec son mari, Charley, et leurs enfants. La cohabitation est difficile, et le regard naïf que Jack porte sur le couple devient le révélateur d’une triste réalité : Fay s’enfonce dans une attitude égoïste et tyrannique, tandis que Charley se montre de plus en plus violent. Qui, en définitive, est le plus barjo des trois ?

Editions, J’ai Lu. Parution le 2 juillet. 346 pages. 6 €

Mon avis :

Jack Isidore est un être à part avec une perception des choses particulière. Un peu illuminé, il collectionne les revues de science-fiction, croit fermement en l’existence des extraterrestres et est persuadé d’être un « scientifique ».

Fay, sa sœur cadette, est mariée à Charley et a deux enfants. Prenant pitié de Jack, le couple l’héberge, mais tout n’est pas rose entre les deux époux.

Le récit est confié tour à tour à chaque protagoniste. On découvre comment les personnages se perçoivent les uns les autres et surtout ce qu’ils pensent d’eux-mêmes. On apprend à connaître leurs personnalités. Ainsi, Jack est persuadé d’être un scientifique érudit alors que les autres le voient comme un fou. Fay est vue comme un tyran insensible et cruel alors qu’elle-même semble consciente d’être trop dure et travaille sur elle. Charley est au premier abord un homme bourru et violent, mais il s’avère bien plus complexe que cela….

Ce livre est vraiment intéressant à lire. Il ne rentre dans aucune case. Il s’agit certes d’un roman de littérature générale, mais on frôle le thriller et la comédie. En effet, il y a beaucoup de tension, de suspens. On se demande jusqu’où les personnages vont aller, comment en sont- ils arrivés là et les élucubrations de Jack tendent à rendre la situation comique. L’auteur sait parfaitement décrire les émotions et toutes sont présentes, de la haine à l’amour en passant par la jalousie… et c’est finalement la psychologie des protagonistes qui est le sujet principal de cette œuvre.

Pour conclure :

Il faut lire ce roman pour découvrir les méandres de l’esprit humain et des relations humaines.

Ecrit par Jessyca

Publicités

Une réflexion sur “La chronique du roman « Confessions d’un barjo » de Philip-K Dick

  1. stelphique 9 octobre 2014 / 23:38

    Ca a l’air sympa et très interressant, jamais vu avant, mais si je tombe dessus je le lirais sans doute….;)

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.