La chronique du roman « Pitt 2 en 1 » de Anne PERRY

61Nmbycwg+L

L’étrangleur de Cater StreetSuffragette avant l’heure, la téméraire Charlotte Ellison n’aime ni l’étiquette ni le badinage des jeunes filles bien nées. Dévorant en cachette les faits-divers des journaux, sa curiosité la mêlera à une affaire des plus périlleuses, aux côtés du séduisant inspecteur Pitt de Scotland Yard. Dans le Londres des années 1880, le danger guette et les femmes en sont souvent la proie… Le mystère de Callander SquareCette enquête semblait élémentaire : quelle femme de chambre indélicate du très chic Callander Square a enterré ses nourrisons adultérins dans le parc ? Mais la vérité est loin d’être aussi simple, et le gentleman inspecteur Thomas Pitt n’est pas au bout de ses surprises, dans cette haute société victorienne où les faux-semblants sont rois.

Il est sorti le 6 novembre 2014 aux Editions 10/18, 12.90€.

Mon avis:

Très agréablement surprise par la série « William Monk », il me tardait de découvrir l’autre saga d’Anne Perry « Charlotte et Thomas Pitt ». 

Ce double volume regroupe les deux premiers tomes de la saga, « L’étrangleur de Cater Street » puis « Le mystère de Callander Square ».

Londres en 1881. Plusieurs femmes sont retrouvées étranglées et mutilées, laissées pour mortes dans Cater Street. Les journaux londoniens s’emparent alors de l’affaire, relatant les détails les plus scabreux. Pourtant non autorisée à lire la presse, c’est ainsi que Charlotte en entend parler. L’affaire l’intrigue, d’autant plus que ces meurtres ont eu lieu pas loin de chez elle. La police en quête dans le quartier, au grand désespoir de la haute société, qui aime garder ses secrets bien cachés. Charlotte fera ainsi la connaissance de Thomas Pitt, l’inspecteur chargé de l’enquête.

Les deux premières intrigues de cette saga sont très différentes (dans la deuxième, on retrouve deux bébés enterrés dans un quartier huppé, dans un jardin public), mais je les ai adorées. Les histoires d’Anne Perry sont prenantes, et on se prend au jeu de l’enquête. Je me suis sentie un peu frustrée dans « L’étrangleur de Cater Street » car on suit l’affaire surtout du point de vue de Charlotte, mais l’auteure se rattrape grandement avec « Le mystère de Callander Square », où on se retrouve dans la peau de Thomas Pitt et des autres enquêteurs (je vais taire leurs noms volontairement, pour garder la surprise !).

Au niveau des personnages, j’avoue avoir un sentiment assez mitigé. Les deux personnages principaux, Charlotte et Thomas, m’ont plu, mais la famille de Charlotte (que l’on voit essentiellement dans le premier tome) m’est sortie par les trous de nez plusieurs fois. A tel point que j’ai pensé à abandonner ma lecture…

J’aime les héros imparfaits, et c’est le cas pour Charlotte. Si au départ je l’ai détestée (au même titre que sa famille), j’ai fini par l’apprécier et même l’adorer. Son évolution au long de ces deux tomes est notable, crédible et surtout, plaisante. C’est une jeune femme courageuse, elle n’a pas la langue dans sa poche, au grand désespoir de ses parents. Rebelle et un peu féministe, on la sent à l’étroit dans cette bourgeoisie.

Quant à Emily, la soeur de Charlotte, elle est mon petit coup de coeur. Elle a beaucoup d’ambition, et à sa manière, elle se rebelle contre le système. Avec ingéniosité, elle sait se montrer en apparence docile pour arriver à ses fins. Emily a un petit côté machiavélique qui m’a totalement séduite.

Malgré son apparence mal soignée et son allure un brin loufoque, Thomas Pitt a une certaine prestance. Cela se voit encore plus dans « Le mystère de Callander Square ». Au milieu de tous ces soi-disant gentlemen de la haute société, de la noblesse, c’est lui qui brille et qui se démarque.

J’ai retrouvé avec plaisir l’écriture de l’auteure, qui est une vraie petite merveille. C’est passionnant, bien écrit et les descriptions sont justement dosées pour que l’on s’imagine très bien au coeur de Londres à cette époque. L’auteure dépeint la vie à l’époque avec un réalisme parfois cruel pour le lecteur. L’esprit supérieur des nobles, les moeurs différentes, les lignes de conduites différentes selon le sexe… Ce qui était acceptable ou non a l’époque m’a souvent fait bondir !

En conclusion, Anne Perry a une nouvelle fois réussi à me passionner. J’ai beaucoup aimé l’atmosphère qui se dégage des enquêtes en plein coeur du Londres victorien. J’ai fini par m’attacher à Charlotte, et j’ai aimé apprendre à connaître Thomas. La suite de cette saga, ainsi que la suite de la série « William Monk », sont déjà dans ma bibliothèque, j’ai hâte de pouvoir les lire 🙂

Ecrit par Noémie

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s