La chronique du roman « Free fall » de Leah Raeder

81X+oOWC5TL

Maise O’Malley vient de fêter ses 18 ans et rêve de faire des études de cinéma, mais elle qui prétend n’avoir peur de rien et ment souvent sur son âge et a toujours eu l’impression d’avoir grandi trop vite.

Quand elle rencontre Evan un soir d’été dans une fête foraine, l’attirance entre eux est immédiate, intense, et aurait dû rester sans lendemain.
A la rentrée c’est le choc : Evan est en réalité son nouveau prof au lycée.
Ensemble, ils se sentent vivre ; ailleurs, ils sont des acteurs qui jouent un rôle, mais ce jeu dangereux avec les interdits va les mettre en danger.

Intelligent, sexy et provocant, FREE FALL raconte ce qui arrive quand une histoire d’amour sort du cadre !

Il est sorti le 11 juin 2015 aux Editions Prisma.

Mon avis:

A la lecture du résumé, j’ai trouvé le thème peu original. En effet, c’est un sujet pas mal vu en ce moment (par exemple Indécent de Colleen Hoover, Ce si joli trouble de Cora Carmack). Je me suis toutefois lancée, sans trop savoir à quoi m’attendre. Et je dois avouer qu’au final, je suis assez déçue, et je ne comprends pas du tout l’engouement autour de ce roman.

Le récit démarre dans le vif du sujet avec Maise qui rencontre Evan, un homme de 15 ans son ainé, avec qui elle vit quelques heures plus tard une très brève relation d’un soir intense et passionnée. Mais, alors qu’elle compte l’oublier comme tous les hommes précédents, le destin remet Evan sur sa route.

J’ai eu du mal au début de ma lecture. J’ai trouvé Maise, l’héroïne de 18 ans, peu attachante et un peu trop… étrange. Elle se fait passer pour plus âgée, charme un total inconnu, boit beaucoup et est pas mal vulgaire. Également, elle aime coucher avec des hommes plus âgés qu’elle, ayant le double voire le triple de son âge. Alors certes, elle a grandi sans père et avec une mère toxico, mais ça n’explique pas tout.

J’ai persisté dans ma lecture malgré tout, espérant que ça s’améliorerait par la suite, mais… non, ce ne fut pas le cas.

Maise est une jeune femme passionnée de cinéma, voulant devenir réalisatrice. C’est pour cela qu’à la rentrée de Terminale, elle s’inscrit au cours d’Études cinématographiques, piquant la place de Wesley, jeune homme qu’elle rencontre par la suite. Mais, elle n’aurait jamais pensé un seul instant que le prof de ce cours serait Evan, son dernier coup d’un soir en date. Elle a grandi en seule compagnie de sa mère, droguée, alcoolique et qui ramenait ses amants à la maison, autant dire que Maise n’a jamais eu d’enfance heureuse. Elle a un caractère assez fort, elle est cynique et pas vraiment proche des gens. On pourrait même dire qu’elle est parfois méchante. Elle a sa façon bien à elle de voir le monde et les autres.

Wesley n’est pas en reste dans l’histoire. Garçon étrange aimant dans le cinéma tout ce qui concerne la technique, Maise se lie d’amitié avec lui contre toute attente. Et quand il réintègre finalement le cours de cinéma, ils se rapprochent encore plus. Bien évidemment, on se doute que leur relation sera houleuse, à cause du caractère de Maise et de son secret.

Evan n’est pas en reste niveau secret. J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à cette révélation le concernant. Par contre, alors que je m’attendais à un homme un minimum charismatique, il est en fait assez fade. Je n’ai rien ressenti venant de lui (alors qu’avec Maise on avait au moins la colère), mais Evan, lui, ne m’a fait ni chaud ni froid.

L’écriture de l’auteure est fluide et permet une lecture assez aisée du roman. De plus, on a le droit à de très belles descriptions par moments, des descriptions avec un petit aspect « film » non négligeable. Par contre, certaines transitions entre les gros « paragraphes » sont par moments assez floues, si bien que l’on ne sait pas où l’on reprend au bloc suivant.

Malgré le fait de la narration assez particulière et la plume maitrisée de l’auteure, je n’ai pas ressenti autant d’émotions que j’imaginais. En fait, j’ai lu ce livre en restant à distance de l’histoire, ce qui est regrettable. J’aurais voulu vibrer avec l’histoire, avec les personnages, mais je n’ai rien eu de ça. A la rigueur, les dernières pages rattrapent un peu les choses, mais beaucoup trop tard. L’intrigue est essentiellement basée sur la relation entre Maise et Evan, une relation qu’ils sont incapables de réfréner. Mais il y a bien sûr plusieurs petites intrigues secondaires. Malheureusement, ces autres intrigues restent très en arrière-plan derrière la relation Maise/Evan, et les — trop — nombreuses scènes de sexe.

Pour résumer, l’absence d’émotions et les trop nombreuses « scènes hot », en plus du manque de consistance de l’histoire, sont en grande partie les causes du fait que je n’ai pas accroché à l’histoire.

Pour conclure, c’est un roman contemporain qui se veut novateur, mais qui manque de corps et m’a laissé sur ma faim. Vu ce qu’on en dit, je m’attendais à beaucoup plus d’éclat, de force et de palpitations.

Ecrit par Karine N.

Publicités

Une réflexion sur “La chronique du roman « Free fall » de Leah Raeder

  1. RebelleReader 6 août 2015 / 20:21

    Aïe… J’ai connu ce livre via Goodreads et j’ai eu l’impression qu’il était génial, qu’il me le fallait d’urgence… Haha! Ça passera un peu plus tard alors, tant mieux!
    Un autre pour lequel j’ai envie de craquer: Coeur de brindille ! C’est fou le monde des livres!

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s