La chronique du roman « Yesterday’s gone, saison 1, épisode 3&4: Aux frontières du possible » de Sean Platt & David Wright

12360434_482616381921328_4906633669257062626_n

Ils sont seuls, ou réunis en petits groupes. Certains d’entre eux avaient déjà rêvé tout ce qui s’est passé. Ils l’attendaient, se sont préparés, sans vraiment savoir à quoi.
Stupéfaits, abasourdis, les autres s’efforcent d’affronter l’inconcevable.
Brent Foster, à la recherche de son fils et de sa femme dans un New York de cauchemar ; Luca, le petit garçon qui suit son instinct, protégé par un étrange totem ; Charlie qui a cru, l’espace d’un instant, que cette Terre déshumanisée serait un monde meilleur ; Boricio, le tueur né qui va devoir trouver sa place entre les proies et les prédateurs…
Tous sont liés. Et ces voix qui défient leur raison vont les réunir.
Mais d’abord, sur leur route, se dresse l’abominable.

Il est sorti le 10 mars 2016 chez Fleuve Editions.

Mon avis:

Dans ce second opus, on reprend là où l’on s’était arrêté. Le style est toujours aussi immersif et l’ambiance oppressante et glauque. En ce qui concerne le scénario, c’est bien mené, même si cela part dans tous les sens. Néanmoins, cela ne m’a pas gênée. Le mystère s’épaissit, on sait même à peu près à quoi ressemblent les créatures qui sont apparues sur terre. N’allez surtout pas croire que les auteurs nous donnent toutes les réponses, bien au contraire. S’ils nous fournissent quelques bribes d’informations à nous mettre sous la dent, cela demeure très maigre, mais cela finit par rendre le lecteur accro à cette saga.

« Aux frontières du possible » est beaucoup plus sombre, rythmé et violent que son prédécesseur. Il y a plus d’action et de suspense. Les personnages continuent à se dévoiler, notamment leur vie d’avant les évènements et ils nous offrent quelques surprises. Des liens vont se former et d’autres voler en éclat. On a plaisir à suivre leur aventure aussi effrayante soit-elle.

Pour conclure :

« Aux frontières du possible » est une très bonne suite même si l’on reste dans le brouillard. Ce n’est pas très original, mais ça fonctionne très bien. C’est totalement addictif, mélangeant surnaturel, mystère et créatures monstrueuses. J’ai hâte de lire la suite, surtout avec cette fin !

À noter que le tome 3 sortira en juin 2016.  

Publicités

2 réflexions sur “La chronique du roman « Yesterday’s gone, saison 1, épisode 3&4: Aux frontières du possible » de Sean Platt & David Wright

  1. Popcorn and Gibberish 18 mars 2016 / 14:34

    Merci pour cette chronique. Sur Bookeen, ils offraient le premier épisode. Je vais le lire pour voir si j’accroche 😉
    Bises

    • Fangtasia 18 mars 2016 / 17:12

      l’épisode 1 & 2 faut le voir comme un pilote d’une saga, donc on peut pas dire vraiment si on accroche ou non. il faut au moins lire l’épisode 1 & 2 et voir 3 & 4 pour réellement se faire un avis.

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s