La chronique du roman « Poussières d’os » de Karin Salvalaggio

91DKAF+WLdL

Quelqu’un frappe à la porte de la maison de Grace Adams. Grace est certaine de savoir de qui il s’agit pourtant lorsqu’elle regarde par la fenêtre de sa chambre, elle voit une inconnue marcher sur le sentier derrière sa maison.

Soudain, un homme émerge de l’obscurité des bois environnants et la poignarde, puis s’enfuit dans l’ombre, la laissant mourir dans la neige. Choquée, Grace appelle la police, sachant bien qu’ils ne pourront arriver à temps. Alors elle se décide à secourir elle-même la femme et constate qu’elle ne lui est pas étrangère…

Traumatisée, Grace est emmené à l’hôpital, pendant que le détective Macy Greeley est rappelée dans la petite ville de Collier – Montana – où elle a autrefois enquêtée. Elle va devoir traquer le tueur et comprendre ce que l’assassin a à voir avec Grace, une jeune femme troublée que son passé a peut-être brusquement rattrapé.

Mais la ville de Collier est toujours aussi secrète et Macy devra rouvrir de vieilles blessures pour résoudre un crime qui a semble-t-il mis plus de 11 ans à apparaître.

Il est sorti le 17 août 2016 aux Editions Bragelonne.

Mon avis:

L’inspectrice Macy Greeley, enceinte jusqu’au cou, est envoyée à Collier dans le Montana. Une femme s’est fait assassiner et ce meurtre fait écho à une affaire sur laquelle elle avait travaillé des années plus tôt.

Grace, une jeune fille vulnérable de dix-huit ans, est témoin de l’assassinat de sa mère qu’elle n’avait pas vue depuis onze ans. Des questions se bousculent dans sa tête, pourquoi est-elle revenue ? Qui l’a tuée ?

L’enquêtrice Macy plongera dans l’histoire des habitants de Collier. Elle devra démêler le vrai du faux pour découvrir tous les secrets que renferme cette ville…

Le style de Karin Salvalaggio est agréable et descriptif. Le rythme est assez lent, car l’on digresse beaucoup sur la vie des personnages que nous rencontrons pendant notre lecture, mais cela n’est pas ennuyeux.

Pour ce qui est de l’intrigue, elle est bien menée, même si elle reste classique par rapport aux thèmes abordés (cupidité, pouvoir, violence domestique, etc.). Néanmoins, l’auteur a su retenir mon intérêt jusqu’au dénouement.

En ce qui concerne les personnages, ils sont bien fouillés psychologiquement, à part, peut-être, notre héroïne. J’avoue que je n’ai pas compris le choix de développer autant le personnage secondaire, Jared l’ambulancier, qui n’apporte pas grand chose et qui vole presque la vedette à l’inspectrice. On a l’impression que la moitié du roman lui est réservée… J’ai trouvé cela très dommage.

Néanmoins, la galerie de caractères que l’on rencontre au fil des pages se révèle progressivement et on découvre leurs forces, leurs défauts et leurs secrets. C’est plaisant.

Pour conclure :

« Poussières d’os » est un policier sympa et divertissant dans le genre classique. Il n’est pas sans quelques défauts, mais il a du potentiel.

À voir ce que donne la suite des aventures de l’inspectrice Macy Greeley.

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s