La chronique du roman « La Reine Rouge, T1 : Le Prince des fous » de Mark Lawrence

816HMRrLeRL

La Reine Rouge est crainte dans tout l’Empire Brisé. Lâche, tricheur et séducteur invétéré, son petit-fils le prince Jalan ne figure qu’en dixième position dans la ligne de succession. Tandis que la souveraine façonne la destinée de millions de sujets, Jalan, lui, s’adonne à ses plaisirs coupables. Jusqu’au jour où il croise le chemin de Snorri, un colosse armé d’une hache décidé à venger sa famille. Le voilà entraîné vers le Nord glacé, dans un voyage mortel où il découvrira à ses risques et périls le véritable secret de la Reine Rouge.

Il est sorti le 17 mars 2017 aux Editions Milady.

Mon avis:

Le prince Jalan Kendeth, dont le père est le troisième fils de la Reine Rouge, n’est qu’en dixième position dans la ligne de succession. Par conséquent, il ne s’implique pas dans la vie du Royame et n’a qu’un seul souci en tête : son propre bonheur. Il profite de la vie et de tout ce qu’elle peut lui offrir : de l’argent facilement gagné et des femmes. Jalan est loin d’être un héros, il est même tout le contraire. C’est un lâche, un tricheur, un séducteur et il ne s’en cache pas. Sa vie va basculer le jour où il rencontre Snorri ver Snagason, un viking qui lui, a tout du héros fort et loyal. Tout les oppose et pourtant, leurs destinées se retrouveront indissociables l’une de l’autre et ils vont devoir faire front contre un ennemi commun.

Je ne connaissais pas du tout l’écriture de Mark Lawrence et dans l’ensemble, je dois dire que le roman est plutôt fluide. Certes, les cent premières pages sont un peu lourdes (tant à cause de l’histoire assez brouillonne qu’à cause du style) mais une fois que je m’y suis habituée, j’ai passé un moment agréable en compagnie de Jalan le prince débauché et Snorri le viking.

Je dois tout de même avouer que j’ai eu un peu de mal avec le personnage de Jalan. Je ne suis pas contre les anti-héros, à partir du moment où ils évoluent. Pour Jalan, j’ai eu l’impression que peu importe ce qu’il se passe, il reste le même « pourri » jusqu’au bout, et c’est bien dommage. Il a quelques sursauts de bonté, mais cela reste trop peu à mon goût.

En revanche, j’ai adoré Snorri. Son histoire personnelle, son caractère, son courage, tout m’a plu chez lui. Il fait preuve d’une immense patience envers Jalan. D’ailleurs, le duo qu’il forme avec le prince est certes improbable, mais il fonctionne bien !

A la fin de ce premier tome, il reste tout de même pas mal de questions sans réponses, notamment par rapport à ce fameux secret de la Reine Rouge dont on nous parle en quatrième de couverture (on ne sait toujours pas ce que c’est !). L’univers développé par l’auteur est très intéressant (la magie, les différents peuples, la culture viking…) mais le tout est sous exploité à mon goût. Dommage.

En conclusion, j’ai passé un bon moment avec « La Reine Rouge, tome 1 : le Prince des fous », même si je suis loin du coup de coeur. Les tenants et aboutissants de l’histoire restent encore un peu flous à la fin du récit, mais l’intrigue portée par ces deux héros charismatiques est plaisante à suivre. Les dernières pages me donnent envie de découvrir le deuxième tome !

Ecrit par Noémie

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s