La chronique du roman « Djinn, la maudite » de Jean-Louis Fetjaine

outrefleuve-djinn-fetjaine

1130, Princée d’Antioche – au nord de l’actuelle Syrie. 
Fille du roi Baudouin de Jérusalem, la princesse Alix d’Antioche s’apprête à accoucher en secret de son enfant illégitime, fruit de ses amours avec le connétable Renaud Mazoir. Personne ne doit apprendre cette naissance : sa mère a décidé que l’enfant ne survivrait pas. 
Mais son père, prévenu par ses informateurs, arrive à temps pour le sauver. L’accoucheuse, elle, est sacrifiée, non sans avoir jeté sur Alix une malédiction : l’esprit malin d’un Djinn s’attache désormais à ses pas. 
Mis à l’abri des velléités meurtrières de sa mère, le nouveau-né grandira au sein de la mystérieuse secte des Assassins ; son destin sera lié à celle-ci. Et la princesse maudite, poussée par son ambition dévorante, se voit emportée dans les tourments d’une terre dont l’histoire s’écrit trop souvent dans le sang… 

De Byzance à Jérusalem, d’Alep à Damas, une grande fresque où se côtoient l’histoire et le fantastique, dans le fracas des batailles incessantes entre Turcs, Byzantins et Croisés. 

Il est sorti le 13 avril 2017 chez Fleuve Editions, collection Outre fleuve.

Mon avis:

Nous voilà partis dans le Moyen-Orient du XII siècle à l’époque des croisades. L’histoire se concentre sur Alix, la deuxième fille du roi Baudouin II de Jérusalem, qui est devenue, à vingt ans, régente d’Antioche après le décès de son époux.

Mais voilà, cette dernière met au monde, dans le plus grand des secrets, un enfant illégitime qu’elle décide de tuer. Mais le père de l’enfant, Renaud Mazoir, un connétable de l’une des plus puissantes forteresses de la région, arrive à temps pour le sauver et l’emmener. En même temps, l’accoucheuse  lance une malédiction à la princesse avant d’être tuée. Désormais l’esprit du Djinn n’est jamais bien loin…

Dès lors, se lance une guerre de pouvoir, de territoire, avec des alliances, des trahisons et des manipulations. Jean-Louis Fetjaine nous embarque dans une épopée terrible, dans une lutte fratricide marquée par la religion et les croyances où le destin d’un enfant qui n’aurait jamais dû naître se retrouve lié à des choses qui le dépasseront. Le tout est bien mené avec une plume très prenante, descriptive et l’auteur maîtrise son sujet. Toutefois, je déplore que le côté fantastique ne soit pas plus développé et que certains évènements se déroulent trop rapidement et facilement. En ce qui concerne les protagonistes, j’ai aimé les suivre tous autant qu’ils sont et l’auteur a fait un bon travail au niveau de la psychologie.

Pour conclure :

« Djinn, la maudite » est une fresque historico-fantasy où le côté historique est très prononcé, mené par des figures féminines fortes. J’ai eu plaisir à suivre ce début de saga plein de promesses, au fort potentiel qui nous fait voyager. 

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s