La chronique du roman « The rain, livre1 » de Virginia Bergin

41l1NaF8MkL

Une pluie mortelle s’abat sur la Terre :

l’humanité est menacée de disparition.

Ruby, 15 ans, part à la recherche de son père.

Je m’appelle Ruby Morris, et voici mon histoire.

Si vous la lisez, vous avez énormément de chance d’être encore en vie.

Question : quand faut-il abandonner tout espoir?

a) Maintenant. Immédiatement. On est foutus.

b) Dans deux semaines, environ.

c) Jamais.

d) J’imagine qu’il pourrait y avoir un d), mais s’il existe, je ne l’ai pas encore trouvé…

Il est sorti le 20 septembre 2017 aux Editions Bayard.

Mon avis:

On suit Ruby, âgée de 15 ans. Lors d’un jour férié, elle participe à une fête avec ses amis où tout se passe pour le mieux, jusqu’au moment où la pluie s’abat sur eux, se transformant en arme fatale… Quelques jours plus tard, Ruby se retrouve seule, elle n’a pas d’autre choix pour survivre que de retrouver son père. La voilà entreprenant un voyage périlleux à travers le pays où la pluie et l’eau courante peuvent la tuer, mais aussi dans un pays où l’eau est devenue une denrée rare, ce qui engendre le chaos…

J’ai beaucoup aimé. Le style de Virginia Bergin est très agréable et prenant. On se laisse facilement embarquer dans l’histoire au côté de Ruby. L’auteur nous fait témoins de la précarité de sa situation, de ses doutes, de ses peurs, mais également de sa force. Le rythme est rapide et il se passe assez de choses pour maintenir notre intérêt éveillé, même si le roman est un peu conçu comme un journal de bord. De ce fait, il y a peu de dialogues et beaucoup de réflexions intérieures, mais c’est loin d’être ennuyeux, bien au contraire. D’autre part, j’ai aimé l’origine de cette pluie mortelle et tout ce qui en découle : la panique, l’effondrement de la société… c’est bien fait et plausible.

Pour ce qui est de Ruby, c’est un personnage crédible. Elle est parfois immature, elle fait des choix peu judicieux, mais cela est en adéquation avec son âge. Néanmoins, elle est forte, débrouillarde et elle évolue un peu au fil des pages. C’est un personnage assez attachant. Lors de sa traversée, nous allons croiser de nombreux caractères, ils sont souvent de passage dans sa vie, mais ils apportent tous de la consistance au récit.

Pour conclure :

« The rain » est un bon roman catastrophe post-apocalyptique, intriguant, et avec un concept de base intéressant. Nous sommes clairement dans un tome introductif, j’ai hâte de découvrir la suite des aventures de Ruby.

À découvrir !

Publicités

Une réflexion sur “La chronique du roman « The rain, livre1 » de Virginia Bergin

  1. Xander 10 novembre 2017 / 22:01

    Je pense le prendre prochainement !

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s