La chronique du roman « La griffe du diable » de Laura Dearman

51JEPOTdofL

 » Je n’ai pas peur du noir… juste de ce qui s’y cache.  » 
Poursuivie par ses démons, Jennifer Dorey a quitté Londres pour retourner dans sa maison d’enfance avec sa mère, à Guernesey, où elle est devenue reporter au journal local. Elle pensait pouvoir souffler un peu. Elle avait tort.
Quand le cadavre d’une jeune femme s’échoue sur une plage, la journaliste mène sa propre enquête et exhume plusieurs morts similaires qui s’étendent sur une cinquantaine d’années. Plus troublant encore, toutes les victimes avaient sur le bras des marques semblables à un symbole gravé sur un rocher de l’île : les  » griffes du diable « , dont la légende veut qu’elles aient été laissées par Satan lui-même…

Une île si proche de la France et pourtant si méconnue : Découvrez Guernesey, ses habitants, son folklore, ses plages, ses petits meurtres.
Une enquête de Jennifer Dorey au coeur des îles anglo-normandes, pour tous les fans de Peter May.
Bientôt adapté en série TV.

Il est sorti le 16 novembre 2017 aux Editions Robert Laffont, collection La Bête noire.

Mon avis:

Jenny est de retour dans sa ville natale suite à un évènement angoissant qui a eu lieu dans sa vie. Elle travaille désormais pour le journal local « Les nouvelles de Guernesey ». Jenny couvre des histoires assez ennuyeuses, d’ailleurs elle assiste au feu d’artifice de l’île pour en faire un article. Mais lors de cette fête, elle entend un cri. Après une courte recherche, Jenny découvre le cadavre d’une jeune fille sur la plage. Tout porte à croire que c’est un suicide, mais Jenny commence à douter. En fouillant, elle s’aperçoit qu’une série de meurtres similaire s’étend sur une période de cinquante ans.

À l’aide de l’inspecteur Michael Gilbert, elle mènera l’enquête pour découvrir la vérité, mais il n’est jamais bon d’exhumer les fantômes du passé…

Le style de Laura Dearman est très agréable et prenant. Le rythme est rapide et l’on plonge avec plaisir dans cette enquête mystérieuse qui prend racine dans le passé historique et le folklore de l’île. L’intrigue est très bien menée avec des révélations et des rebondissements. On se retrouve dans un huis clos insulaire à l’atmosphère lourde et oppressante. L’auteur a parfaitement su capturer le caractère de cette île. D’autre part, j’ai apprécié avoir l’alternance de point de vue de Jenny, Michael et du tueur (on découvre son nom qu’à la fin). On retrace leur histoire, leurs blessures personnelles qui font ce qu’ils sont. Ils sont bien dépeints, humains avec leurs failles et leurs forces. J’ai aimé la relation paternelle qui s’instaure entre Jenny et Michael, cela donne un vrai plus à leur duo.

On rencontre également de nombreux personnages secondaires qui sont tous importants et qui apportent de la consistance au récit. Cela accentue l’impression de la nature oppressive de la vie sur une petite île où tout le monde se connait.

Pour conclure :

Laura Dearman m’a séduite avec son polar immersif et obsédant dans un paysage sauvage. C’est bien construit et intelligent, je lirais la suite avec plaisir.

Publicités

Une réflexion sur “La chronique du roman « La griffe du diable » de Laura Dearman

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s