La chronique du roman « Une lueur d’espoir » de K. A. Tucker

51KGbbvOdYL

Catherine Wright habite en Pennsylvanie, dans une petite ville où la population atteint tout juste deux mille habitants en dehors de la saison touristique. Elle est serveuse et s’occupe de sa fille de cinq ans. Une nuit, alors qu’elle rentre dans le brouillard d’un énième  » blind date  » organisé par sa patronne et amie Lou, elle tombe sur une voiture encastrée dans un arbre. Elle intervient et parvient à sauver la vie d’un des occupants avant que le véhicule s’embrase. 

Elle ne saura que bien plus tard qui elle a sauvé : Brett Madden. La star de hockey, héros national. Mais Catherine a déjà eu son heure de gloire quelques années auparavant, et la dernière des choses qu’elle souhaite, c’est d’être à nouveau sous la lumière des projecteurs et de voir son passé ressurgir. Elle ne révèle pas son identité. Et ça marche. Un moment… 

Jusqu’au jour où elle trouve l’homme qu’elle a sauvé devant sa porte. Il veut juste la remercier, mais il va bouleverser sa vie. 

L’amitié qu’ils ressentent l’un pour l’autre, dès les premiers mots échangés, se transforme peu à peu en quelque chose de plus profond que ni l’un ni l’autre ne s’attendait à ressentir. Un sentiment que Catherine n’est pas certaine de pouvoir gérer, un sentiment auquel elle a du mal à croire… Comment une superstar comme Brett Madden pourrait-il s’intéresser à une femme aussi normale que Catherine ? Combien de temps avant que cette étincelle qu’elle voit briller dans ses yeux ne s’éteigne ?

Il est sorti le 1 février 2018 aux Editions Hugo & roman.

Mon avis:

Lorsqu’elle avait 16/17 ans, Catherine a eu une relation avec son professeur d’anglais, et cela a détruit sa vie ainsi que ses relations avec ses parents. À 18 ans, elle a quitté le domicile familial où il régnait un climat nauséabond. Elle se met en colocation avec Mitsy, et décroche un emploi de serveuse chez Lou. Catherine se rend alors compte qu’elle est enceinte…

Nous retrouvons Catherine quelques années plus tard. Aujourd’hui elle a 24 ans, elle est toujours serveuse dans le relais routier, et elle a une fille de 6 ans nommée Brenna. Elle reparle à ses parents, mais leurs relations sont toujours tendues. Un soir après un rencard foireux elle est témoin d’un accident de la route. La voiture de la personne accidentée prend feu, alors Catherine fait sortir le passager de la voiture. Son meilleur ami Keith, qui bosse dans la police, lui dit qu’elle a sauvé une star du hockey : Brett Madden. Cela n’arrange pas Catherine, qui veut rester dans l’ombre et ne veut pas que sa vie privée soit étalée dans les journaux, comme lors du scandale de sa relation avec son professeur lorsqu’elle était adolescente.

L’essentiel de l’intrigue se déroule au présent, mais de temps en temps, on a des flash-backs de ce qu’a vécu Catherine il y a 7 ans. Dans l’ensemble, c’est une jolie histoire. Les deux héros sont attachants, et leurs histoires personnelles ainsi que leur histoire commune m’ont plu. 

Je me suis beaucoup attachée à Catherine, pourtant au départ ce n’était pas gagné. Lorsqu’elle nous parle de sa relation avec son professeur, je me suis dit que l’histoire n’allait pas me plaire. Et puis on avance de quelques années, et le personnage de Catherine gagne en profondeur, et en émotion. 

J’ai tout de même trouvé quelques longueurs au sein du récit, disons que le pavé de presque 600 pages se ressent. Il m’a également manqué le point de vue de Brett concernant tous ces évènements. Il est vrai que l’on retrouve très souvent une narration alternée en romance new-adult, et je m’y suis habituée!

Les personnages secondaires sont, pour la plupart, adorables, comme Keith, Lou, Leroy, le père de Bret… J’ai juste eu beaucoup de mal avec Misty, qui n’est pas méchante, mais que j’ai trouvée trop vulgaire et vraiment bête (heureusement qu’on ne l’a voit pas énormément) et la mère de Catherine, qui est une vraie conasse, même si elle tente de faire amende honorable vers la fin.

Un petit mot sur la qualité du livre en tant qu’objet : Franchement, c’est une honte, la maison d’édition a fait de nombreuses erreurs sur ce roman. Il y a de nombreuses fautes d’orthographe, des mots manquants, des erreurs sur les prénoms, des erreurs sur la profession des personnages, des erreurs sur l’âge des personnages, ou même des erreurs de prénoms lors des dialogues.

Pour un roman que l’on vend 17 €, c’est vraiment une honte de ne pas relire avant la mise en vente. Je ne comprends pas comment de telles erreurs sont possibles, sachant que normalement lors d’un parcours d’édition, il y a de nombreuses relectures et de nombreuses corrections. De plus, c’est vraiment préjudiciable pour l’auteure, qui pourtant n’y est pour rien puisqu’elle écrit en anglais.

Ecrit par Noémie

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.