La chronique du roman « La Faucheuse, Tome 2: Thunderhead » de Neal Shusterman

71RpLyQj-pL

 » Les humains apprennent de leurs erreurs. Moi pas. Je ne commets jamais d’erreur. « 

Le Thunderhead, l’intelligence artificielle qui gouverne le monde, a interdiction de se mêler des affaires de la communauté des faucheurs.
Il ne peut qu’observer… et il n’aime pas ce qu’il voit.

Il est sorti le 15 mars 2018 aux Editions Robert Laffont, Collection R’.

Mon avis:

On reprend quelques mois après les évènements du premier opus. Citra, alias Dame Anastasia, est devenue faucheuse. Elle travaille avec Dame Currie. Quant à Rowan, il est devenu un hors la loi. Il s’est autoproclamé faucheur en se faisant appeler Maitre Lucifer pour essayer d’enrayer la corruption au sein des faucheurs. Bien que Citra et Rowan ont pris deux trajectoires différentes, ils œuvrent pourtant pour la même cause : faire disparaitre le Nouvel Ordre et asseoir la position de l’Ancien ordre.

Mais le Nouvel Ordre n’est pas décidé à se laisser faire et ceux qui se mettront en travers de leur chemin se retrouveront en danger. Citra et Rowan se trouveront dans un jeu terrible où la trahison et la manipulation seront de mise. Heureusement pour eux, ils pourront compter sur un allié de poids : le Thunderhead, mais est ce que cela sera suffisant ?

Le style de Neal Shusterman est toujours aussi agréable. Toutefois, dans ce tome, j’ai eu du mal à me plonger dans le récit. J’ai trouvé le rythme très lent et le gros de l’histoire peu intéressante. J’ai aimé que l’auteur exploite un peu plus son univers, on a pu découvrir la politique et la façon dont fonctionne la société des faucheurs. Mais pour le reste, on fait du surplace, le complot s’installe. Il y a quelques rebondissements et révélations, mais on avance très peu. Le concept du Thunderhead est bien exploité, mais cela n’a pas suffi. J’ai souvent décroché, il y a trop de longueurs. Seules les soixante-dix dernières pages sont passionnantes et c’est elles qui sauvent clairement le roman. D’ailleurs, c’est la fin qui nous donne envie de découvrir la suite.

Du côté des protagonistes, on les voit évoluer dans leur « fonction », mais cela demeure très lisse. Il n’y a pas de réel développement. Il m’a manqué quelque chose pour me les rendre intrigants et touchants. Je suis restée complètement en retrait. Je n’ai pas ressenti grand-chose pour eux. De plus, les interactions entre les personnages sont assez plates. Quant aux caractères secondaires, ils sont moyennement intéressants et peu importe à quel point ils ont pu être déterminants dans le récit.

Pour conclure :

« Thunderhead » fut une lecture mitigée penchant vers la déception. On est clairement dans un tome de transition qui, malheureusement, manque de rythme et de consistance. Je lirais tout de même la suite, car la fin a titillé ma curiosité…

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.