La chronique du roman « La Dernière des Stanfield » de Marc Levy

61N2K3cfwkL

Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres. 
Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel. 
George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l’Est au Québec. 
Lui aussi reçoit un message accusant sa mère des mêmes faits. 
Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas. 
L’auteur des lettres leur donne rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore. 
Quel est le lien qui les unit ? 
Quel crime leurs mères ont-elles commis ? 
Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ? 
Au cœur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée de l’été 1944, à Baltimore dans la liberté des années 1980, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.

Il est sorti le 18 mai 2018 aux Editions Pocket.

Mon avis:

Marc Levy nous offre une histoire prenante, une enquête que l’on n’a pas envie de lâcher. Certes, le début est un peu long à se mettre en place, mais j’ai tout de même été intriguée. Du coup, j’avais envie de continuer pour découvrir ce que l’auteur allait nous réserver avec ce roman.

L’intrigue de l’auteur est très bien menée, nous baladant à la découverte de divers personnages, de différents destins, à de multiples époques, mais aussi plusieurs lieux, et tout ça, sans jamais nous perdre dans les méandres de ses secrets de famille. Vraiment, chapeau bas ! Je ne connaissais pas Marc Levy dans ce registre des secrets de famille et ça lui va plutôt bien !

 

La relation entre George-Harrison et Eleanor-Rigby ne m’a pas passionnée outre mesure, et je l’ai trouvée plutôt mal amenée à vrai dire. C’est sans doute un des points noirs du livre qui font que pour moi, ce n’est pas un coup de coeur. 

J’ai également eu du mal à m’attacher aux personnages de May et de Sally-Anne. Leur histoire est très intéressante, imbriquée à celles du présent, et la plume de Marc Levy a réussi à me faire passer outre mon non-attachement aux protagonistes. Et je dois avouer que c’est une véritable prouesse, car, personnellement, quand un personnage m’insupporte, ça me gâche l’histoire d’habitude.

En conclusion, Marc Lévy nous embarque avec brio dans son histoire à travers les époques, avec ses divers narrateurs. C’est une bonne saga familiale où se fondent des non-dits, des secrets de famille et destins croisés. Cela n’a pas été un coup de coeur à cause de mon manque d’attachement aux personnages, mais ce fut une excellente lecture quand même.

Ecrit par Noémie

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.