La chronique du roman « Les cartographes, Livre 1: La sentence de verre  » de S.E. Grove

51ntReBV1ZL

Sophia vit à Boston, en Nouvel Occident. Depuis huit ans, lorsque ses parents explorateurs ont disparu en mission, elle est élevée par son oncle Shadrack, le plus célèbre cartographe de Boston. Mais voilà qu’il est brutalement kidnappé… La jeune fille s’élance alors sur ses traces. Elle n’a qu’une piste : une mystérieuse carte de verre accompagnée d’un message, que Shadrack est parvenu à lui laisser. Avec son nouvel ami Théo, elle va traverser terres, mers… et se confronter à des mondes complètement différents.

Il est sorti le 1 octobre 2015 aux Editions Nathan.

Mon avis:

Ce premier tome d’une nouvelle série fantastique me tentait énormément. La quatrième de couverture me faisait penser aux romans de Philip Pullman dont le premier tome avait fait l’objet d’une adaptation cinématographique,  A la croisée des mondes. Malheureusement, j’ai eu un énorme blocage avec ce roman. Je l’ai recommencé cinq fois en essayant d’aller le plus loin possible à chaque fois mais sans grand succès. J’ai fini par totalement abandonner le livre.

Pourtant, l’univers avait de quoi me charmer et ce fut le cas en grande partie. J’ai vraiment beaucoup aimé l’idée du Grand Bouleversement, le fait que les différentes parties du monde ont été projeté dans des époques différentes. L’auteur le développe très bien et il lui donne une aura de mystère et de danger qui donne envie de toujours d’en savoir plus, de voyager dans ce nouveau monde pour découvrir les autres Ages. C’est un roman qui touche la fibre aventureuse en chacun de nous.

Avec l’univers, nous pensons certes à Philip Pullman mais, d’un autre côté, ce premier tome m’a aussi fait penser à une autre série incontournable de mon adolescence, Harry Potter. En plus de la découverte de nouveaux mondes, il y a cet aspect merveilleux avec des objets incroyables  qu’ils en deviennent presque magiques. C’est, par exemple, le cas des cartes mémoriels, qui permettent de se plonger dans les souvenirs d’une personne, le temps qu’il faisait à une heure précise… Cette dernière m’a fait penser à la fois à la Pensine et à la carte des Maraudeurs. Il y a plein de petites références comme ça, des petites choses qui nous plonge dans un monde merveilleux, qui fait rêver.

Cependant, j’avoue que je suis passée totalement à côté de ce roman. J’ai eu un peu de mal à me plonger dans l’univers dès le début. Certains des aspects se mettent très doucement en place. L’intrigue a aussi beaucoup de mal à démarrer. Il faut attendre une centaine de pages avant que l’on sache de quoi le livre va parler mais c’est uniquement une petite partie de l’histoire. J’ai trouvé le début très long. L’auteur commence doucement mais sûrement. Il présente plus son univers. Il m’a manqué quelque chose, ce petit plus qui aurait fait que j’aurai accroché à ce livre. Une petite pointe de suspense dès le début ne m’aurait pas dérangé. Il m’aurait donné envie de continuer, de savoir un peu dans quelle direction j’allais.

 Les Cartographes, La sentence de verre avait en apparence tout pour me plaire. Mais, il y avait des points qui manquaient à ma lecture pour pleinement apprécier cette dernière. A certains passages, je m’ennuyais même. Je suis vraiment déçue car c’est un roman qu’il me tardait de découvrir. 

Ecrit par Avalon

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s