La chronique du roman « Les nuits de Shéhérazade, t1: Captive » de Renée Ahdieh

81lTJMctANL._SL1500_

Chaque soir, le jeune calife du Khorassan prend une nouvelle épouse ; chaque matin, il la fait assassiner. Consciente du terrible sort qui l’attend, Shéhérazade se porte pourtant volontaire : elle est prête à tout pour venger les récentes épousées, et en particulier son amie d’enfance Shiva. Chaque aube est une menace de mort mais la jeune fille échappe jour après jour à l’exécution en narrant des contes à rallonge au calife. Chaque jour Shéhérazade tisse une stratégie pour tuer celui qui est désormais son époux. Mais ce qui se trame aussi, c’est l’amour qu’elle se met peu à peu à éprouver pour lui…

Il est sorti le 30 septembre 2015 aux Editions Hachette.

Mon avis:

Nous voilà plongés dans un récit qui reprend les bases du conte « Les contes de mille et une nuits ».

Shéhérazade se porte volontaire pour devenir l’épouse du Calife Khald ibn al Roshid, le Roi des rois. Un monstre qui hante ses cauchemars depuis que son amie est morte sous son sabre. Elle décide de faire cesser ce massacre et met au point un stratagème pour le tuer.

Le soir venu, Shéhérazade raconte une histoire palpitante au Calife sans la terminer. Khalid est tellement happé qu’il veut connaître la suite, alors il lui laisse la vie sauve une journée de plus. Mais le plan de Shéhérazade se retournera contre elle, lorsque des émotions ambivalentes commenceront à naître en elle. Un homme qu’elle croyait cruel lui montrera une toute autre face…

La plume de Renée Ahdieh est agréable et envoûtante. Le rythme est rapide évoluant entre action, rebondissements et révélations. L’auteur met l’accent sur la naissance des sentiments entre nos deux héros, le tout dans une atmosphère magique si particulière à l’Orient.

En ce qui concerne l’univers, il est enchanteur. Renée Ahdieh nous donne un aperçu, mais il reste beaucoup à découvrir, nous en sommes qu’aux prémices, notamment sur la magie qui l’imprègne.

Pour ce qui est du scénario, il est habillement mené, même s’il reprend grandement les bases du conte originel. L’auteur a su y mettre sa touche personnelle, sans le dénaturer, en mélangeant mystère, vengeance, amour, complot et malédiction. C’est addictif.

Du côté des personnages, Shéhérazade est une jeune femme forte, déterminée, impertinente, loyale, mais qui écoute son cœur. Dans cet opus, il se passera beaucoup choses du point de vue de ses sentiments. On nous évoque un autre côté de sa personnalité, très intrigante, malheureusement celle-ci n’est pas développée. J’espère que ce sera le cas dans le tome suivant.

Quant à Khalid, c’est un caractère très complexe. On lui découvre plusieurs facettes. C’est un guerrier redoutable, froid, taciturne, mais également un homme brisé, qui a un grand manque affectif et il fait au mieux avec ce que la vie lui a donné. C’est un personnage qu’on ne peut pas s’empêcher d’aimer malgré ses actes.

J’ai apprécié voir leur couple évoluer, se découvrir et cette haine se transformer en amour.

Pour conclure :

Renée Ahdieh m’a conquise avec cette belle histoire d’amour qui ne fait que commencer. Tout est bien exécuté. C’est passionnant autant pour l’histoire que pour les personnages. C’est une très bonne réécriture de conte, je suis sous le charme. J’ai hâte de lire la suite.

C’est un coup de cœur !  

 ❤ ❤ ❤
15381051
Publicités

Une réflexion sur “La chronique du roman « Les nuits de Shéhérazade, t1: Captive » de Renée Ahdieh

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s