La chronique du roman « Je voyage seule » de Samuel BJØRK

41juwm8njvl

Seule, pour son dernier voyage… C’est ce qu’indique la pochette autour du cou de la fillette, assassinée et accrochée à un arbre avec une corde à sauter. Un crime odieux qui laisse toute la Norvège sous le choc et décide le commissaire Holger Munch à rappeler son ancienne collègue, Mia Kruger.
Car il le sait : si une personne peut l’aider à résoudre cette enquête, c’est bien elle. Ce qu’il ne sait pas en revanche, c’est que, sur l’île d’Hitra où elle s’est recluse, la jeune femme compte les jours avant son suicide. Mais il est des crimes qui ne laissent pas indifférent. Et il suffira à Mia d’observer les photos de la fillette pour comprendre ce qui avait échappé à tous : il y aura d’autres victimes, beaucoup d’autres…

Il est sorti le 11 octobre 2016 aux Editions Pocket.

Mon avis:

L’unité spéciale pour laquelle Mia Krüger travaillait a été dissoute en raison d’une bavure impliquant cette dernière. Mia s’est depuis réfugiée dans une maison sur une île. C’est une femme déprimée qui marche aux tranquillisants et à l’alcool, comptant les jours avant son suicide.

Mais un jour, Holger Munch, son ancien collègue et chef, vient la chercher pour lui parler d’une enquête où il piétine. Une petite fille de six ans a été retrouvée morte pendue à un arbre avec une pancarte autour du cou avec l’inscription « je voyage seule ».

Il ne faut pas longtemps à Mia pour comprendre que ce ne sera pas la dernière victime et qu’un tueur en série rode. Mia ne peut pas le laisser en liberté, elle décide de mener cette ultime enquête avant de reprendre ses plans.

Le style de Samuel Bjork est agréable, très descriptif et prenant. Le rythme est correct, même si certains passages sont redondants et introspectifs. En ce qui concerne l’intrigue, elle est bien menée. L’auteure nous balade à travers de multiples histoires qui sont intelligemment entrelacées.

Pour ce qui est des protagonistes, ils sont bien fouillés avec une bonne caractérisation psychologique. Samuel Bjork explore le côté sombre de la psyché humaine. Il examine la perte d’un être cher et les tendances destructrices qui cela peut déclencher.

Pour conclure :

« Je voyage seule » est un polar norvégien classique avec des personnages stéréotypés, mais plaisants. Je lirais avec plaisir la suite des aventures de Mia et Holger.  

Publicités

Apporter une réponse à cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s