La chronique du roman « Sky mundy et les dinosaures, tome 1: L’arche perdue » de Laura Martin

61fisv4zCLL

Il y a cent cinquante ans : les premiers dinosaures sont clonés. Avec eux revient une terrible pandémie qui décime l’humanité. La seule façon de survivre est de se réfugier sous terre, laissant la surface aux redoutables reptiles…
Il y a cinq ans : Jack Mundy s’enfuit mystérieusement du complexe souterrain abritant une civilisation humaine qui tente tant bien que mal de se reconstruire. Il abandonne derrière lui sa fillette, Sky, âgée de sept ans.
Hier : Sky découvre l’ultime message de son père, lui expliquant que le sort de la race humaine dépend d’elle, et surtout d’une carte mémoire qu’elle doit livrer à quelqu’un, quelque part, à la surface. Léger problème : personne ne peut survivre dehors.
Maintenant : Malgré les interdits, Sky, accompagnée de son meilleur ami, s’est enfuie du bunker pour remplir la mission impossible confiée par son père. Alors qu’elle s’aventure dans ce monde perdu, où les dinosaures règnent en maîtres, elle constate que l’extérieur est encore plus dangereux que ce qu’elle avait pu imaginer et révèle bien des surprises… Et si les reptiles n’étaient pas la menace principale ? Certains humains semblent prêts à tout pour préserver les secrets que la quête de Sky risque bien de dévoiler.

Il est sorti le 23 mars 2017 aux Editions Michel Lafon.

Mon avis:

Il y a 150 ans, des savants ont ramené à la vie les dinosaures. Malheureusement, cela a créé une pandémie dinosaurienne qui a frappé le monde et éradiqué 99,9 % de la population humaine. À partir de là, les dinosaures ont pris le contrôle de la planète. Depuis, les humains vivent dans des bunker, des complexes en autonomie totale, de vraies petites villes souterraines.

Sky vit dans le bunker nord des États-Unis, sa mère est morte à sa naissance et son père a mystérieusement disparu il y a 5 ans. Sky est déterminée à découvrir ce qu’il s’est passé.

Alors qu’elle trouve une ancienne lettre de son père, accompagnée d’une carte mémoire, il lui confie une mission où le destin de l’humanité est en jeu. Sky n’hésite pas une seconde à remonter à la surface, même si c’est synonyme de mort rapide, pour résoudre le mystère de son père et mener à bien ce qu’il lui a demandé. Avec l’aide de son meilleur ami Shaw, Sky affrontera moult dangers et découvrira des choses qu’elle ne soupçonnait même pas…

Le style de Laura Martin est très agréable, on s’immerge facilement dans son histoire remplie de dinosaures qui a un petit côté Jurassic park. Le rythme est rapide entre action, rebondissements et révélations. On ne voit pas les pages défiler sous nos doigts.

En ce qui concerne l’univers, il est intéressant, riche, correctement exploité, même s’il nous reste beaucoup à découvrir. Pour ce qui est de l’intrigue, elle est très bien menée et addictive, même si l’on est clairement sur un tome introductif. Car tout ne fait que commencer, nos héros n’en sont qu’au début de leur périple. On demeure avec des questions sans réponses.

Du côté des protagonistes, ils sont plaisants, plus matures que leur 12 ans, ce qui est agréable. Au fil des pages, ils vont évoluer et faire des rencontres étonnantes qui vont bouleverser leurs certitudes.

Pour conclure :

« L’arche perdue » est un très bon premier opus d’aventure. Il met bien les bases en place, la trame est intrigante, rythmée et les personnages sont sympathiques. C’est avec plaisir que je lirais la suite.  

La critique des albums « Les contes à la ferme » de Heather Amery et Stephen Cartwright

 

51t5u-aQHNL

Pourquoi la chèvre refuse-t-elle de sortir de son enclos ? Marc et Julie ont beau essayer, ils devront faire appel à Caramel pour la faire sortir.

51cKjxWRglL

L’âne sème la zizanie durant une fête agricole en donnant libre cours à sa gourmandise. Les enfants seront ravis de retrouver Marc et Julie et les personnages de la ferme des Pommiers.

51EDBcqEd5L

La famille de la ferme des Pommiers s’agrandit avec l’arrivée d’un chien de berger. Les jeunes enfants seront ravis de faire sa connaissance et de retrouver Marc et Julie.

Des petits livres à collectionner où les tout-petits retrouveront avec plaisir les personnages de la ferme des Pommiers pour de charmantes aventures illustrées par Stephen Cartwright.

Sans oublier le célèbre petit canard jaune qui se cache sur chaque page.

Ils sortent le 27 avril 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

Voici de jolies petites histoires pleines d’aventures. Les enfants ont plaisir à découvrir la vie à la ferme avec Mme Dupré la fermière, Julie et Marc ses enfants et le chien caramel. Ce sont de charmants récits, simples et faciles à comprendre, dans lesquels l’enfant peut s’identifier.

Les enfants étant au CP peuvent les lire sans soucis (milieu de l’année scolaire ou au début avec l’aide des parents).

Le gros plus de ces ouvrages est le petit jeu « cherche le canard sur chaque page », ça fait un carton ! Mes enfants attendent ça chaque soir.

D’autre part, j’ai apprécié les illustrations au côté rétro, aux couleurs douces qui anime le récit. Elles sont très agréables à regarder et expressives.

En bref, « Les contes de la ferme » sont des petites histoires incontournables qui ont un doux parfum d’enfance sur un thème que les enfants affectionnent, la ferme et ses animaux.

Je recommande chaudement, c’est lu et approuvé par la famille !

Le petit plus un prix plus qu’abordable.  

La critique de l’album « Je cultive mon potager » de Abigail Wheatley

61M-n3yxMKL

Les jardiniers en herbe sont invités à créer leur propre potager. Un balcon ou un rebord de fenêtre suffisent pour se découvrir la main verte et faire pousser tomates, fraises, fines herbes…
Ce beau livre de jardinage, très informatif et abondamment illustré, séduira les jeunes et les moins jeunes.

Il est sorti le 9 mars 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

C’est le printemps ! C’est parfait, c’est le moment de commencer à jardiner, et avec le livre « Je cultive mon potager » rien de plus simple. C’est un ouvrage très complet et intelligent qui plaira aux petits comme aux grands. C’est un livre très riche (63 pages) abondamment illustré qui ravira vos jardiniers en herbe. On découvre pas à pas, avec des explications simples et claires, comment faire pousser divers légumes et fruits (tomates, courgettes, carottes, haricots…). De plus, on aborde d’autres sujets comme : faire des graines germer, faire pousser des fleurs comestibles et faire des cultures via des pépins ou des noyaux que l’on peut récupérer dans la vie de tous les jours. C’est très intéressant. D’autre part, une partie est consacrée aux conseils techniques, tels que semer les graines, quand récolter, l’arrosage et quoi faire contre les différents ravageurs et parasites que l’on trouve dans nos cultures. C’est vraiment très bien fait.

Le petit plus, c’est le glossaire qui se trouve à la fin, c’est pratique pour expliquer certains termes aux enfants.

En bref, « je cultive mon potager » est un excellent livre très complet qui ravira les apprentis jardiniers. Coup de cœur !  

20170329_233328

La critique de l’album « Coucou ! Mes contes de fées: La belle et la bête » de Anna Milbourne & Lorena Alvarez

515V0THw0IL

Pour sauver son père, prisonnier de la Bête après l’avoir offensée, Belle se sacrifie et accepte de prendre sa place en se laissant enfermer dans le château de la Bête. La jeune fille ne tarde pas à percevoir la bonté qui se cache sous les traits monstrueux de l’animal.

Il est sorti le 23 février 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

Voici un magnifique ouvrage qui nous raconte l’histoire séculaire de la Belle et de la Bête. C’est une adaptation réussie, mais le gros plus de cette histoire est l’objet livre. Les illustrations, tout en découpe, rabats et trous, rendent vivant le récit et captiveront vos enfants. Le livre foisonne de détails et il est très coloré. De plus, le livre est solide avec des pages cartonnées, donc l’enfant peut le manipuler sans avoir peur de l’abîmer.

En bref, cet ouvrage reprend un conte indémodable dans une version très interactive.  

La critique du livre « L’enfant, la baleine et l’hiver » de Benji Davies

815ZE5ctOPL

Noé vit au bord de la mer avec son papa. C’est l’hiver. Un soir, une tempête empêche son papa de rentrer. Noé part à sa recherche, tout seul, dans la nuit, le froid et la neige…

Il est sorti le 8 février 2017 aux Editions Milan.

Mon avis:

Noé vit au bord de la mer avec son papa et leurs six chats. L’été dernier, il avait recueilli une petite baleine qui, une fois guérie, était repartie dans la mer. Noé pense souvent à son amie, elle lui manque terriblement. Et puis, un soir d’hiver son papa part une dernière fois pêcher, mais il ne revient plus. Noé, très inquiet, part à sa recherche en pleine nuit, mais il se perd, c’est alors qu’il va recevoir de l’aide…

Benji Davies nous conte une jolie petite histoire toute douce, pleine d’amitié et de courage. Le récit est prenant et Noé est un personnage touchant. Le texte est accompagné par de magnifiques illustrations qui parlent d’elles-même. Les enfants aiment feuilleter le livre et créer leur propre histoire.

En bref, « L’enfant, la baleine et l’hiver » est un récit mignon et réconfortant qui fait la part belle à l’amitié et à la relation père/fils.

Bonne lecture !

La chronique du livre « La Belle et la Bête » de Louie Stowell

61VF0rtf+JL

La Bête, victime d’un sortilège, vit isolée dans son château. Belle réussira-t-elle à percevoir la bonté qui se cache sous l’aspect monstrueux de la Bête et à la délivrer de son sort ?
Un bel album cartonné, superbement illustré par Victor Tavares.
Écrit dans un style simple et captivant, le récit est adapté aux jeunes enfants.

Il est sorti le 23 février 2017 aux Editions Usborne.

Mon avis:

Voici un conte séculaire dont personne n’a pu passer à côté. Le conte est narré de façon courte et concise, tout en respectant l’histoire originelle. C’est idéal pour une première approche du conte pour les enfants. D’autant plus que Louie Stowell joue avec différentes tailles de police, ce qui donne un aspect visuel intéressant et permet aux jeunes lecteurs de mettre correctement le ton.

Le tout est illustré par des dessins magnifiques qui reflètent le thème du conte de fées traditionnel.

En bref, ce livre est parfait pour les enfants qui ne se lasseront pas de découvrir l’histoire de Belle et de sa Bête. 

La chronique du roman « Chasseurs de livres tome 1 » de Jennifer Chambliss Bertman

514egupzpkl

Un livre caché. Un message codé. La chasse peut commencer.
Émily est une passionnée de la Chasse aux livres, un jeu créé par son idole, le célèbre éditeur californien Garrison Griswold. Il s’agit de décrypter des messages codés pour trouver l’emplacement de livres cachés !
Mais lorsqu’elle emménage avec ses parents à San Francisco, patrie de la Chasse aux livres, elle est choquée d’apprendre que M. Griswold a été agressé alors même qu’il allait lancer une nouvelle quête livresque d’une ampleur inédite. À elle et à ses amis de jouer !
Le premier tome d’une série pour tous les amoureux des livres et des énigmes.
Un best-seller aux États-Unis depuis sa parution.

Il est sorti le 9 février 2017 aux Editions Robert Laffont, Collection R’.

Mon avis:

J’avais un peu peur que ce soit un roman trop jeunesse, mais au final ce point passe totalement à la trappe quand on se retrouve lancé dans une chasse au trésor avec des messages codés cachés dans des livres, notamment d’Edgar Allan Poe.

Nous suivons Emily et James, deux adolescents qui font connaissance quand Emily et sa famille emménagent dans la maison voisine de celle de James à San Francisco. Le même jour, M. Garrison Griswold se fait agresser dans le métro, alors qu’il allait lancer un nouveau jeu de grande ampleur.

Griswold est un éditeur amoureux des livres qui a lancé un concept génial : une chasse au trésor de grande ampleur via des messages codés pour trouver des livres cachés. Quand on trouve un livre, on gagne des points pour monter des niveaux, et on doit de nouveau cacher le livre en inventant une nouvelle énigme. Un grand nombre de passionnés de livres et d’énigmes se sont inscrits sur le site dédié au Book Scavenger et participent activement, dont Emily.

En plus de cette quête et des énigmes, on a une pointe de danger avec les deux agresseurs de Griswold qui rôdent, à la recherche d’un livre bien précis. Emily et James deviennent vite leur cible et ils doivent tout faire pour leur échapper, tout en résolvant les énigmes du grand jeu de Griswold.

De plus, les énigmes ne sont pas que dans le Book Scavenger car un des professeurs du collège de James et Emily leur lance le défi à tous d’inventer une énigme par semaine que leurs camarades ne doivent pas réussir à résoudre si l’inventeur veut gagner une dispense de devoir. C’est un défi que James va prendre très à cœur.

Ce tome est passionnant, et doit l’être encore plus pour son public jeunesse. Mêler les codes secrets à des classiques de la littérature et à une chasse au trésor, c’est franchement bien trouvé.

Et puis, nous n’avons pas que les thèmes de la chasse au trésor et des énigmes, mais aussi ceux de la famille, des déménagements incessants, etc., par le biais d’Emily, de son frère et de ses parents.
C’est un bon premier tome qui nous embarque dans une histoire jeunesse haletante auprès de deux personnages attachants que l’on prend plaisir à rencontrer. 
Par contre, je me demande sur quoi pourra bien porter le tome 2, vu que l’intrigue principale est ici terminée… À voir par la suite. 

Je conseille ce livre à tous les amoureux de livres, parce qu’il donne vraiment envie d’entrer dans l’histoire et de partir à la chasse.

Karine N.

La critique de l’album de « Dragon chéri » de Isabelle Bonameau

917px8lflrl

On raconte qu’il y a dans la famille de Léonie une exploratrice-dompteuse de dragons, Tata Zaza. La petite fille rêve de lui ressembler…Un jour, Tata Zaza offre à sa nièce son épée de jeune fille et sa carte personnelle du pays des dragons. Léonie se voit déjà en train de fendre l’air, sur le dos d’un dragon géant qui crache des flammes de deux mètres. Mais à la pause déjeuner, cachée derrière un tronc, une chose très décevante lui apparaît…

Il est sorti le 11 janvier 2017 aux Editions L’école des loisirs.

Mon avis:

Sa tata Zaza a raconté à Léonie, qu’il y a bien longtemps, elle a voyagé jusqu’au pays des dragons et qu’elle aurait réussi à en dompter un. Léonie est émerveillée ! Alors quand tata Zaza lui offre sa carte du pays des dragons et son épée, Léonie est folle de joie ! Elle prépare immédiatement son sac et part à l’aventure. Pendant son trajet, elle rencontre un mini dragon, mais Léonie veut trouver un vrai dragon, méchant et qui crache des flammes. Pourtant ce dernier n’est pas décidé de la quitter et il se met à la suivre partout. Lorsqu’ils s’arrêtent pour dormir, de nombreux méchants dragons font leur apparition. Léonie, en petite fille courageuse, brandit son épée pour les combattre. À ce moment-là, une chose inattendue se produit…

Isabelle Bonameau nous conte une jolie histoire pleine d’amitié et d’aventure. Le texte est simple, le récit est rythmé et il nous tient en haleine du début à la fin. Les illustrations sont sobres, sympathiques avec des couleurs vives et tout en contraste.

En bref, « Dragon chéri » est une petite histoire amusante et tendre qui plaira aux enfants.

La critique de l’album « L’hirondelle qui voulait voir l’hiver » de Philip Giordano

lhirondelle-qui-voulait-voir-lhiver

L’été s’en est allé…

Les hirondelles partent vers les pays chauds. Mais Iris en a décidé autrement: elle reste pour voir l’hiver.

Une à une, les feuilles tombent des arbres et le froid s’installe. Mais bientôt, c’est un vent glacial qui se met à souffler, et de gros flocons dégringolent du ciel…

Il est sorti le 11 janvier 2017 aux Editions Milan.

Mon avis:

On suit Iris, une jeune hirondelle, qui est curieuse de découvrir la forêt où elle vit pendant l’hiver. Bien que ses compagnes essayent de l’en dissuader, Iris est têtue et décide tout de même de rester. Iris s’émerveille devant l’automne avec ses superbes couleurs et quelle joie de voir les premiers flocons de neige virevolter. Mais Iris va vite s’apercevoir que l’hiver est une saison rude et qu’elle n’est pas faite pour elle. Heureusement pour notre jeune hirondelle, elle va trouver un ami, un écureuil, qui va la recueillir et l’aider. Ainsi naîtra une belle amitié…

Avec mes enfants, nous avons beaucoup aimé cette histoire tendre, bien écrite et un brin poétique. On se laisse facilement embarquer par l’histoire d’Iris et Sam. Philip Giordano traite les thèmes de la solidarité et de la différence avec simplicité. Le tout est agrémenté de belles illustrations stylisées avec un large panel de couleur qui correspond aux saisons que notre hirondelle traverse.

En bref, Philip Giordano nous a une fois de plus conquis avec cette nouvelle histoire qui plaira aux enfants.  

La critique de l’album « Saute lapin! » de Claudia Rueda

71kp1puox5l

C’est le moment d’aller glisser sur les pentes de ski ! Secoue pour aider Lapin à faire tomber la neige. Penche le livre pour aider Lapin à glisser le long de la pente, retourne-le pour aider Lapin à sortir d’un fossé. Grâce à ton aide, Lapin vient à bout de tous les obstacles !

Il est sorti le 4 janvier 2017 aux Editions Bayard jeunesse.

Mon avis:

Voici un album qui plaira à coup sûr aux enfants. Nous suivons Lapin qui veut faire du ski. Pour cela, les jeunes lecteurs vont être mis à contribution tout le long de la lecture. Il va falloir secouer le livre pour que la neige tombe, l’incliner pour l’aider à descendre, l’aider à sauter des bosses, etc. C’est un livre amusant, divertissant qui interagi avec les lecteurs, le tout avec un texte court très accrocheur, accompagné par des illustrations simples, épurées et attrayantes.

En bref, « Lapin saute ! » est un très chouette album que je conseille vivement. En plus, il est de saison.