« Marked men, T01: Rule » de Jay Crownover

51wsWBmF1jL

Rule est la première saison d’une série passionnante sur l’univers du tatouage et du métal. Lorsqu’elle était adolescente, les très riches parents de Shaw Landon se sont peu occupés d’elle. Elle a alors trouvé refuge dans la famille Archer où elle était particulièrement proche de Remy, frère jumeau de Rule, aujourd’hui décédé dans un accident de voiture. Elle est liée à cette famille plus qu’à la sienne. Mais Shaw est depuis toujours secrètement amoureuse de Rule, ce qui l’empêche d’avoir de véritables relations avec d’autres hommes. Rule, lui, voit en elle une fille à papa, trop sérieuse et surtout la petite amie de son défunt frère. De plus tout les oppose : de nature rebelle et fêtard, il est tatoueur et tatoué, a des percings et les cheveux de toutes les couleurs. Avec son look classique, elle est sage et concentrée sur ses études de médecine. Mais parfois il suffit d’une jupe courte et de quelques cocktails pour que le regard que l’on porte sur quelqu’un change. Les secrets sont révélés et que rien ne sera plus jamais comme avant… Rule et Shaw tenteront de comprendre ce qu’ils ressentent et d’être ce que l’autre attend. Mais entre les traumatismes de leurs familles respectives, les habitudes de coureur de jupons de Rule, l’emploi du temps chargé de Shaw et son ex qui la harcèle, ces deux-là auront bien du mal à se trouver. Leur amour sera-t-il plus fort que leurs différences ?

Il sort le 3 mars 2016 aux Editions Hugo & Roman.

La chronique du roman « Driven, Saison 1″de K. Bromberg

812GBt3L3IL

Pour se protéger de déboires passés, Rylee Thomas est toujours dans le contrôle d’elle-même jusqu’au jour où elle rencontre le seul homme qui, justement, pourrait lui donner envie de lâcher prise… Colton Donavan, un boy superbe, arrogant et ténébreux, habitué à obtenir tout ce qu’il désire. Une histoire d’amour torride entre une femme qui cherche à se reconstruire et un pilote de course intrépide, constamment sur le fi l du rasoir, qui repousse toujours plus loin ses propres limites comme celles des autres.

Il est sorti le 8 octobre aux Editions Hugo & Roman.

Mon avis:

Lors d’un gala, Colton Donovan, un homme aussi arrogant que sexy et accessoirement un riche pilote de course, remporte aux enchères un dîner avec la belle et farouche Rylee.

Bien que l’alchimie entre eux soit indéniable, Rylee lui résiste. Colton, qui adore les défis, est bien décidé à entrer dans la vie de Rylee…

Le style de K. Bomberg est très agréable, fluide et entraînant. Le rythme est rapide, On est happés dans l’histoire dès les premières pages et on ne s’ennuie pas une seconde.

Une fois commencé, il vous sera difficile de lâcher le roman avant le dénouement qui, je dois le dire, met nos nerfs à rude épreuve.

Pour ce qui est du scénario, c’est assez cliché, mais comme cela est bien mené, ce n’est pas gênant. Il y a des scènes charnelles explicites, mais elles sont bien écrites et correctement dosées, ce qui laisse la part belle aux sentiments et au jeu du chat et de la souris. J’ai eu plaisir à suivre l’histoire de Colton et Rylee.

En ce qui concerne les protagonistes, Colton est le personnage stéréotypé. Le bad boy rebelle et brûlant qui exhale l’arrogance et la possessivité. Quant à Rylee, elle est forte, a du caractère et ne se laisse pas faire. Ils sont tous deux complexes avec des fêlures et un passé traumatique. Bien que l’on découvre celui de Rylee, celui de Colton demeure un mystère que j’ai hâte de percer !

C’est un duo tendre, explosif et intense. Ils sont attachants et humains.

Pour conclure :

K.Bromberg a su me séduire avec la saison 1 de « Driven », même si elle ne renouvèle pas le genre.

J’ai hâte de lire la suite. Je le recommande à tous les amoureux du genre. 

tumblr_ltrzusJUPe1qe5zgi

« Passion » de Simone Sierra

81Mtmr6zssL

Tyler Anselm Bell a vingt-neuf ans et il est beau comme un dieu. Mais il a fait voeu de chasteté en devenant prêtre. Mais la chair est faible et l’homme de foi succombe aux charmes d’une jeune femme qu’il possède sur l’autel de l’église dans laquelle il officie. Malgré sa conscience tourmentée, force est d’admettre que l’amour charnel lui procure des joies insoupçonnées, et si c était à refaire, le père Bell n’hésiterait pas. C’est le drame de cette confession : comment obtenir la miséricorde quand on est prêt à se damner pour quelqu’un ?

Il sort le 18 mars 2016 aux Editions Milady.

 

La chronique du roman « Hacker, acte 2: Fatales attractions » Meredith Wild

True blood addict

Entre eux, c’est le feu. Erica et Blake ne peuvent rester dans la même pièce sans se jeter l’un sur l’autre, au point qu’ils ont du mal à se concentrer sur leurs jobs respectifs ! Blake a peut-être une tendance obsessionnelle à tout contrôler qui agace Erica, mais il fait le maximum pour lui prouverqu’il l’aime vraiment. Non seulement elle a retrouvé son père biologique grâce à lui, mais il l’a aussi aidée à installer ses bureaux et à enfin ouvrir son site Internet consacré à la mode ! Mais le passé de hacker de Blake revient le hanter et s’immiscer entre Erica et lui. Son succès fait des envieux et un mystérieux génie de l’informatique se venge sur le tout nouveau site d’Erica…

Il est sorti le 16 septembre 2015 aux Editions Michel Lafon.

Mon avis:

J’avoue avoir eu du mal à rentrer dans le roman, même si le style de l’auteur est agréable.

Nous suivons l’histoire d’Erica et Blake. Elle développe son entreprise, mais la menace qui avait débuté à la fin du premier opus devient plus tangible dans celui-ci. De plus, d’autres problèmes viennent se rajouter tels que du chantage, de la trahison et le couple Erica/Blake connaitra des hauts et beaucoup de bas.

D’ailleurs, je trouve qu’il y a un peu trop de surenchère au niveau des malheurs qui touchent Erica, ce qui donne une intrigue un peu survolée. L’auteur ne peut décemment pas tout exploiter à fond et c’est dommage. Du coup, la trame perd grandement en qualité.

D’autre part, le côté dominant/dominé fait son apparition, bien que timidement. Néanmoins, je trouve que certaines scènes de sexe sont mal placées. On a l’impression que Mérédith Wild a mis du sexe car il en fallait et non pour que ça serve à la trame de son histoire.

En outre, on en découvre aussi un peu plus sur le côté sombre de Blake, mais ce n’est que la pointe de l’iceberg.

En ce qui concerne les protagonistes, Erica qui était forte devient quelqu’un de trop vulnérable et qui se laisse marcher sur les pieds. Je n’ai pas du tout apprécié cet aspect de sa personnalité. Autrement, les autres sont égaux à eux-mêmes. Blake est tout de même plus développé.

Pour conclure :

« Fatales attractions » a été une petite déception alors que j’avais beaucoup aimé l’opus précédent.

J’espère que le troisième tome sera meilleur.

À noter que la saga contient cinq livres et je vous avoue que ça me fait un peu peur. 😉

« Hard Boy (T3) » de Helena Hunting

couv-hard-boy

Avec un célèbre joueur de hockey pour demi-frère, Violet connaît bien la réputation sulfureuse de ses camarades de jeu. Notamment du capitaine de l’équipe, le légendaire Alex Waters qui fait rêver toutes les filles. Mais un jour, la jeune femme découvre qu’Alex n’a rien du simple sportif écervelé, qu’il sait aussi se montrer intelligent et subtil. Complètement sous le charme, elle passe une nuit avec Alex qui se révèle très doué dans le maniement de tous les styles de bâtons… Violet pense que cette nuit magique n’était justement que cela : une nuit. Elle se trompe. Il est impossible de ne pas s’attacher à quelqu’un comme Alex. Le problème c’est que les médias décortiquent la vie du joueur vedette et Violet n’a pas du tout envie de se retrouver sous le feu des projecteurs…

Il sort le 6 janvier 2016 chez City Editions.

La chronique du roman « Night owl saison 1 : long night » de M. Pierce

41kOar9Z0bL

Night Owl est le premier volet d’une trilogie érotique provocante où un partenariat d’écriture anonyme en ligne se transforme en une obsession passionnée incontrôlable. À vingt-huit ans, Matt Sky a une vie parfaite. Il a une belle petite amie, il a hérité d’une véritable fortune, et il a déjà écrit quatre best-sellers sous le pseudonyme de M. Pierce. À vingt-sept ans, Hannah Catalano a été victime d’un accident de train. Son petit ami est un looser fauché et elle déteste son boulot. Matt et Hannah se rencontrent sur le net en tant que partenaires d’écriture. Leur relation est platonique et innocente… Jusqu’à ce que Matt voit une photo d’Hannah. Ce portrait de la jeune femme suscite une irrésistible attraction sur lui. Et lorsque les circonstances les amènent à se rencontrer, Matt et Hannah vont vivre une histoire d’amour passionnée, émouvante, inoubliable, incontrôlable et imparable.

Il est sorti le 2 septembre 2015 aux Editions Hugo & Roman.

Mon avis:

J’étais curieuse de lire ce roman, le résumé me tentait pas mal et je voulais voir ce que ça donnait… Eh bien, j’aurais clairement mieux fait de m’abstenir ! Au risque d’aller à l’encontre de tous ceux qui ont aimé ce livre, pour ma part j’ai vraiment détesté de A à Z.

Si l’intrigue de base est intéressante, un partenariat littéraire anonyme qui tourne au désir brûlant lorsque les deux personnes se rencontrent. J’ai vraiment été déçue de la façon dont ça a été mis en place, ainsi que par les personnages.

C’est un roman plat, sans intrigue particulière pendant les trois quarts du livre, hormis les scènes de sexe à la limite du porno, car étant sans aucune émotion. Il faut attendre la page 200 pour que les choses changent un peu, et c’est pour moi bien trop tard.

Tout ce que je retiens de cette histoire, c’est un manque de profondeur et de consistance. Je me suis ennuyée tout le long, et je ne comprends pas du tout l’attrait que ce roman a pu avoir. Je n’ai rien contre les romances érotiques… du moment qu’il y a quand même une histoire et des sentiments. Là pour moi c’est complètement raté, ou alors il y a quelque chose que je n’ai pas compris. Dans le résumé, on parle d’« obsession passionnée ». Pour l’obsession oui, sans problème, mais pour la passion… on repassera. Je n’en ai pas trouvé une miette, et je le regrette. Pour moi, ce n’est pas un roman à classer dans la « romance », mais uniquement dans l’érotisme.

Bon, sinon, en effet, les choses changent un peu après la page 200, mais… pour moi, ça n’arrange pas la catastrophe des pages précédentes. C’est un peu plus intéressant, mais manque toujours de sentiments. Et puis, ça va du coup bien trop vite par rapport à la longueur de la partie précédente. Pour le coup, j’aurais adoré en savoir beaucoup plus sur la déchéance de Matt, sur ses problèmes à ce moment-là. J’aurais voulu que ce soit bien plus détaillé que ça, que l’on entre vraiment dans sa douleur.

Les protagonistes, notamment Matt, le personnage masculin, sont vulgaires, sans réels attraits. Matt prend plaisir à humilier Hannah, à la contrôler, mais tout ça n’a aucun intérêt pour le lecteur. C’est mal fait et ne nous fait rien ressentir, mis à part de la lassitude face au nombre de vulgarités qu’il sort. Matt est paranoïaque, obsédé par son anonymat, mais aussi par Hannah, et veut de ce fait tout contrôler, mais il est le premier à enfreindre toutes ses règles.

Quant à Hannah, c’est une jeune femme qui se laisse faire, qui ne se pose aucune question et ne réagit quasiment jamais. Elle ne fait qu’acquiescer à ce qu’il lui dit. Échaudée par une relation qui ne l’a pas satisfaite, elle tente tout avec Matt pour s’épanouir. Mais ça manque vraiment de crédibilité.

Tous les deux n’ont aucune saveur, on les suit dans ce récit sans s’attacher à eux, sans avoir envie de les connaitre.

Alors je suis désolée, mais ça ne passe pas. Cela aurait pu être un très bon roman, mais il manque cruellement d’émotions, de tendresse et de romance (même si pour ces deux derniers points, je ne les attendais pas non plus dès le départ).

Dire que c’est une trilogie… et bien la suite ce sera sans moi, c’est clair. Cependant, je ne peux pas nier que l’épilogue, juste lui, m’a beaucoup intriguée. Pour le coup, c’est un épilogue qui nous fait nous poser beaucoup de questions concernant ce que pourra être la suite.

Ecrit par Karine

La chronique du roman « Beautiful Secret » de Christina Lauren

couv44988872

On y retrouve Bennett et Chloé (le couple emblématique de Beautiful Bastard), et leurs amis. Prolongeant l’aventure de tous les personnages, la particularité de Beautiful Secret et Beautiful Beloved est de croiser les personnages des deux séries : Beautiful & Wild Seasons. Lorsque Niall, le frère de Max (héros de Beautiful Stranger, le bad boy anglais de la finance et séducteur notoire à Wall Street) vit pour la première fois une passion dévorante. Il traverse New-York de long en large pour concrétiser sa course à l’amour et à la luxure à travers Big Apple ! Il peut compter dans sa démarche sur l’aide de son frère et de ses amis.

Il est sorti le 2 avril 2015 aux Editions Hugo & Roman.

Mon avis:

Voici l’histoire de Niall, le frère de Max, que nous avons rencontré dans la nouvelle Beautiful Beloved. J’ai adoré !

Niall est le directeur de la planification stratégique dans l’urbanisme. Ruby est stagiaire dans la boite Ricahrdson Corbett Consulting. Elle aspire à décrocher une place à Oxford dans le master de ses rêves. Cela fait six mois que Ruby essaye d’attirer le très sexy et guindé Niall Stella, malheureusement sans succès. Il ne l’a même pas remarquée.

Lorsqu’on lui annonce qu’elle va partir en tête à tête avec l’homme de tous ses fantasmes à New York, pendant quatre semaines pour le travail, Ruby est aux anges !

Pour Niall, c’est une tout autre histoire, cela lui donne des sueurs froides. Car ce dernier n’est vraiment pas à l’aise avec la gent féminine…

Une fois de plus Christina Lauren m’a enchantée. Le rythme est bon, et une fois le roman commencé, il m’a été impossible de le lâcher. Je l’ai dévoré.

Il y a beaucoup d’humour, de tendresse et de passion. Le scénario et le développement de l’intrigue sont parfaits et tout est habilement mené.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont plaisants et touchants. Ruby est un vrai rayon de soleil. Elle est pétillante, malicieuse et imprévisible. D’autre part, les auteurs nous surprennent avec un héros masculin très maladroit et très peu sûr de lui avec les femmes. C’est très agréable de voir Ruby transformer Niall en un homme plus libre et détendu. Leur relation va plus doucement que les autres couples de la série, mais elle n’en est pas moins tout aussi torride et géniale.

J’ai aimé leurs dialogues, ils sont pleins de pep’s et d’émotions. Ils sont vraiment différents l’un de l’autre, et pourtant, l’alchimie entre eux fonctionne à merveille.

Pour conclure :

Christina Lauren nous offre encore un excellent moment de lecture avec un tome qui change de ses prédécesseurs, mais tout aussi intense. C’est un livre sexy et divertissant comme on les aime.

C’est avec un petit pincement au cœur que je ferme ce dernier opus. J’ai vraiment apprécier cette saga du début à la fin, les personnages vont me manquer…

En tout cas, je vous recommande chaudement, cette série. Et, vous n’avez plus d’excuse, car les formats poche sont sortis aux Éditions Pocket 😉

Bonne lecture !

200 (7)

La chronique du roman « Reapers motorcycle club, t1 : Possesseur » de Joanna Wylde

Capture

Marie n’a pas besoin d’une complication comme Horse dans sa vie. Ce motard couvert de tatouages et dénué de scrupules, qu’elle a croisé une fois chez son frère, n’est pas de cet avis. Il veut Marie sur sa moto et dans son lit. Pourtant, malgré les orgasmes incroyables que Horse lui procure, elle refuse d’appartenir à qui que ce soit. C’est alors que le gang de Horse, le Reapers Motorcycle Club, découvre que le frère de Marie leur a volé de l’argent. Seule la jeune femme peut le sauver à condition de donner à Horse ce qu’il désire. Tout ce qu’il désire.

Il est sorti le 27 juin 2015 aux Editions Milady, 7.60€.

Mon avis:

Marie s’est séparée de son mari et s’est installée dans le Mobile-home de son frère, Jeff. Il passe sa vie à fumer de l’herbe et à jouer à la console.

Ce dernier travaille également pour les Reapers, des bikers redoutables au look de criminels. Ils jurent, ils picolent, sont grossiers et assez lourds, surtout avec les femmes. En gros, des gens pas très fréquentables.

Malheureusement, un soir en rentrant chez elle, Marie trouve son frère en mauvaise posture car il a escroqué les bikers. Pour sauver son frère, il n’y a qu’un seul moyen.  Elle doit suivre Horse, un biker avec qui elle a une relation compliquée, pour être sa chose…

L’écriture de Joanna Wylde est simple, efficace, mais assez vulgaire et crue par moment.

Elle nous entraine aisément dans l’univers sombre et violent des bikers qui a ses propres lois. J’avoue que c’est le côté le plus intéressant du livre.

Pour ce qui est de l’intrigue, elle est malheureusement très sommaire, elle manque de substance et elle est mal exploitée. Ça tourne en rond et c’est vraiment dommage car il y avait matière à faire quelque chose de mieux.

Le gros reproche que j’ai à faire à cette histoire, ce sont les scènes de sexe. Il y en a beaucoup trop. De plus, elles manquent cruellement de sensualité et de sentiments. De ce fait, la romance est peu plaisante voire lassante, car c’est redondant et ennuyeux.

Bien que les soixante-dix dernières pages sont plus intéressantes, celles-ci sont trop bâclées pour être réellement appréciées. On reste sur notre faim.

En ce qui concerne les protagonistes, mon dieu que dire ! Hé bien pas grand-chose.

Horse est un homme qui ne pense qu’avec son sexe et ses poings. De plus, il a peu de considération pour les femmes. En gros, c’est un vrai connard. Et ne parlons pas de son égo surdimensionné ! Quand on sait d’où vient son surnom, cela m’a franchement fait rigoler, à défaut d’être crédible.

Attention ! Je n’ai rien contre les machos, mais il ne faut pas pousser mémé dans les orties. Que l’on vous parle comme à un chien, que l’on vous prenne pour une boniche et que l’on vous exhibe comme un objet sexuel, non merci !

La féministe en moi a hurlé de voir l’héroïne tout accepter comme si c’était normal…

Pourtant, Horse peut se montrer très agréable par moments. Malheureusement c’est trop peu pour apprécier le personnage.

Quant à Marie, je n’ai pas du tout accroché avec son personnage, je l’ai trouvé trop nunuche et trop soumise.

D’autre part, je n’ai pas ressenti d’alchimie entre les personnages. Leur couple n’est pas très intéressant et leurs dialogues sont creux.

Pour conclure :

« Possesseur » est une romance érotique où la trame est sous exploitée et les scènes de fesses au-devant de la scène. C’est un roman pauvre qui sera vite oublié. C’est une petite déception. À espérer que le second tome sera meilleur.

La chronqiue du roman « Hacker, acte 1 : Dangereuses affinité »s de Meredith Wild

Dangereuses_Affinites_-_La_serie_Hacker_Tome_1_hd

Erica Hathaway n’a pas de temps à consacrer aux hommes. À peine sortie d’Harvard, elle compte bien réussir sa carrière professionnelle grâce à son site Internet dédié à la mode. Très déterminée, elle présente son projet devant plusieurs investisseurs. Mais Erica a tout prévu saufun détail : Blake Landon. Millionnaire, arrogant, sublime. Après une réunion électrique et mouvementée, Blake ne lui cache pas à quel point il la veut. Tout de suite. Et Blake n’a pas l’habitude de demander, il se sert… Entre ses ambitions professionnelles et son désir inavouablepour cet homme qui peut mettre son avenir en danger, Erica saura-t-ellefaire le bon choix? D’autant que l’un et l’autre cachent des secrets sur leur passé qui pourraient rendre leurs rapports explosifs. Ou carrément torrides… OSERA-T-ELLE S’ABANDONNER ?

Il est sorti le 4 juin 2015 aux Editions Michel Lafon, 16.95€.

Mon avis:

Le roman est raconté à la première personne par Erica Hathaway. C’est une jeune diplômée de Havard et entrepreneur de son propre site internet de mode. Maintenant qu’elle a obtenu son diplôme, elle doit absolument trouver les fonds nécessaires pour développer son entreprise.

Erica a rendez-vous chez « Angel com venture group », où se situe les investisseurs les plus riches et influents de la ville.

Elle y va très déterminée, mais c’était sans savoir qu’elle allait revoir l’homme mystérieux et arrogant qu’elle a croisé un soir dans un restaurant. En plus de la troubler, celui-ci se révèle être un pauvre type sans aucun respect pour les femmes…

Après qu’il l’ait humiliée, elle ne veut plus jamais tomber sur lui, mais le destin est joueur. Et il en a décidé autrement…

Le style de Meredith Wild est vif et entrainant. Le rythme est rapide, on ne s’ennuie pas une seconde. Une fois le roman commencé, les pages défilent toutes seules sous nos doigts.

Pour ce qui est de l’intrigue, elle est classique, de nombreux clichés du genre sont présents, toutefois, cela ne m’a franchement pas dérangée. Tout est bien écrit et j’ai aimé le côté hackeur du récit, même si l’on ne fait que l’aborder. Je pense qu’il sera plus approfondi dans le second opus.

En ce qui concerne les scènes de sexe, elles sont peu présentes, bien dosées et restent très soft. L’aspect dominant/dominé est très faible.

Du côté des protagonistes, Black Landon est le personnage stéréotypé. Un mâle alpha millionnaire qui exhale le luxe, l’arrogance et la possessivité. Néanmoins, bien qu’il soit un maniaque du contrôle, il est capable de faire des concessions. Il a également un passé trouble très peu abordé dans ce premier tome.

Quant à Erica, c’est le rôle le plus développé. Elle est forte, elle a du caractère et ne se laisse pas faire. Elle a un passé traumatique qui freinera sa liaison avec Blake. J’ai trouvé que ce dernier avait été traité trop rapidement sans que l’on sente le côté dramatique de la chose. C’est un peu dommage.

Toutefois, leur duo est de explosif et intense. Ils auront beaucoup de hauts et de bas, avant de se laisser aller totalement à leur relation. Ceci rend l’évolution de leur couple crédible.

Pour conclure :

« Dangereuses affinités » est une très bonne romance érotique, même si elle ne renouvelle pas le genre. Meredith Wild pose bien les bases de sa saga et nous donne envie de découvrir la suite.

C’est sexy, totalement addictif, servit par des personnages forts, indépendants, passionnés et intelligents.

À découvrir !

La chronique du roman « Beautiful Beloved » de Christina Lauren

couv51568679

Comment, Max et Sara, le couple sexy, coquin et un brin exhibitionniste de Beautiful Stranger, va-t-il concilier vie de famille et jeux de séduction et de plaisirs ? Max et Sara, le couple d’amoureux de Beautiful Stranger qui affectionne les photos sexy, vient d’avoir un bébé. Cette nouvelle étape dans leur vie conjugale, risque de changer un peu la donne…Trouveront-ils le temps d’élever un enfant, tout s’adonnant à leurs jeux coquins favoris ? Parions que leurs fidèles amis se porteront volontaires pour leur faciliter la tâche. Les personnages favoris de la série de Beautiful Bastard seront tous au rendez- vous.

Il est sorti le 5 février 2015 aux Editions Hugo & roman.

Mon avis:

Voici une novella fort sympathique. Dans cette histoire, nous retrouvons le couple Max et Sara, qui viennent d’avoir une petite fille prénommée Annabel. Ils sont fous d’elle et embrassent le rôle de parents avec bonheur. Toutefois, ils se rendent compte qu’ils ont tout deux besoin de retrouver leur sexualité d’avant la naissance de leur enfant.  Max doit réapprendre à voir sa femme comme une amante et non comme une mère. Leurs amis sont bien décidés à les aider et se proposent pour garder Annabel. Cela nous offrira des scènes cocasses, tendres et passionnelles.

On fait également la connaissance de Niall, le frère de Max, qui est le héros du roman « Beautiful secret ». Je dois dire que j’ai hâte de lire son histoire.

Pour conclure :

J’ai adoré « Beautiful Beloved », ce qui est rare pour une novella. C’est doux, drôle et bien exploité en si peu de pages. C’est une lecture rapide qui vous fera passer quelques heures agréables. Je la conseille à tous les amoureux de la saga !