La chronique du roman « Légendes du Manoir » de Emma Cavalier

51yA-55WTlL

C’est par choix et par amour que Pauline a accepté d’être la soumise de Julien : une relation hors norme dans laquelle elle puise les émotions intenses qui la comblent. Mais l’aventure prend une dimension bien différente lorsque son compagnon lui ordonne de partir pour un mois à San Francisco avec Pierre, son mentor, laissant derrière elle leur bébé âgé de quelques mois. Comment dépasser sa culpabilité de jeune mère ? Se montrera-t-elle à la hauteur des exigences de Pierre, un maître bien plus sévère que Julien ? Elle entreprend alors un voyage qui l’emmènera plus loin qu’elle ne l’imaginait, au devant de nouvelles épreuves redoutables et torrides. Un voyage qui lui fera aussi remonter le temps, jusqu’à vingt-cinq ans plus tôt, aux sources du lien sombre et puissant qui unit Pierre et Julien dans leur goût du plaisir et de la douleur.

Il est sorti le 14 mai 2015 aux Editions Blanche, 19.50€.

Mon avis:

J’avoue que je cherche mes mots pour vous montrer la force des émotions que j’ai ressenti en lisant la suite du Manoir. Ce livre m’a totalement déstabilisée par le tournant que fait prendre l’auteure à l’héroïne !

En effet Pauline a accouché et a beaucoup de mal, moralement et physiquement, à reprendre le dessus. De plus, elle a beaucoup de mal à créer un lien avec son enfant. Comme beaucoup de femme elle fait une dépression postpartum. Julien va alors lui faire repousser ses limites en l’envoyant pour un mois aux USA avec Pierre qui va devenir son maître. Révoltée, Pauline va finir par se soumettre et ainsi expérimenter le BDSM américain. Leur relation va être houleuse, ponctuée de haut et de bas mais très intense.

Ce qui m’a tout de suite énormément plu dans ce roman c’est que pas une seule scène de sexe ou de bondage n’est identique à l’autre ni même au précédent tome. Emma Cavalier innove tout au long du roman mais surtout pousse ses personnages de plus en plus loin. Pauline va expérimenter psychologiquement de toutes nouvelles expériences, qui vont peut-être vous choquer mais moi je les ai trouvés nécessaire à l’accomplissement de Pauline. Elle va, petit à petit, redevenir elle-même et découvrir d’autres facettes de son plaisir tant par la douleur que par l’extase.

Pierre, quant à lui, est un homme, je crois, encore plus complexe de que Julien, on n’arrive pas vraiment à le cerner. Il a des désirs bien précis et trouve jouissance tant dans la soumission que la domination. Il ne renie aucune de ses personnalités et c’est ce que j’ai beaucoup apprécié chez lui. C’est un maître très dur et implacable mais qui sait voir lorsque sa soumise à besoin de tendresse soit de la douleur. Il sait doser chaque geste, chaque parole.

Julien bien que très absent de ce tome, est continuellement présent soit au téléphone soit dans le récit de son passé de soumis auprès de Pierre. Ces passages-là sont une vraie merveille à lire, je m’en suis régalée et chaque détail était comme une douceur dont je me délectais. Le passé de soumis de Pierre nous est aussi raconté, bien qu’ici, on ne prenne pas en affection sa maîtresse.

J’ai appris énormément dans ce tome sur le monde BDSM et leur pratique, ce roman est extrêmement bien documenté et on sent de travail de fond de l’auteure derrière !

Ce second tome est une belle réussite, j’ai adoré !

Attention ce roman est la suite du roman Le Manoir sortir en octobre 2013 et exclusivement trouvable en ebook à 4€.

Ecrit par Amandine

La chronique du roman « Love games, t3,5 : Holly Frigging Matrimory » de Emma Chase

41R2k3qNGrL

Selon Drew, le mariage, c’est le grand saut vers l’inconnu et c’est surtout une aventure dont on ne revient pas indemne ! Si chaque couple souhaite que son mariage soit aussi unique qu’inoubliable, personne ne pourra oublier ce qui c’est passé lors de celui de Delores et Matthew, les meilleurs amis de Kate et Drew…

Il est sorti le 9 avril 2015 aux Editions Hugo & Roman, 9.50€.

Mon avis

Voici un petit recueil de nouvelles (106 pages) où se trouvent quatre histoires qui tournent autour de Drew et Kate.

En premier, nous avons « Les liens sacrés du mariage » qui raconte le mariage de Mathew et Dee Dee. Un petit récit sympathique et amusant. C’est mon préféré.

Suivi de « La revanche de la garce ». Drew et Kate font du babysitting pour la garce, mais cette dernière se venge pour le coup de la dinde vivante à thanksgiving. Cette nouvelle est très très courte et n’apporte pas grand-chose selon moi.

Nous avons ensuite « La fin de la Lune de miel », où l’on assiste à la première dispute de notre couple phare.

Et pour finir « Une année peut tout changer ». Cette histoire nous montre l’évolution de la vision de Drew sur l’amour et sa relation avec Kate un an après.

Le tout est écrit avec un style pétillant et entrainant. On retrouve l’humour et les personnages qui nous ont fait aimer cette saga. Toutefois, pour ma part, je n’adhère pas complètement au recueil car cela n’apporte pas grand-chose et c’est bien trop court. Franchement, si vous ne le lisez pas, vous ne perdrez rien.

C’est sympa, mais sans plus.

En tout cas, j’espère que les Éditions Hugo & roman vont publier assez rapidement le dernier tome que j’attends avec impatience.

200 (7)

La chronique du roman « Love Game, T03: Tamed » de Emma Chase

41UwZ+5yBgL

Dans ce troisième volume de la série Love game, nous revenons à l’époque de Love game 1 [Tangled] mais cette fois-ci nous découvrons l’histoire qui se noue entre Matthew, le meilleur ami de Drew et l’excentrique Delores, la BFF – Best Friend Forever – de Kate. Lorsque Matthew tombe sous le charme extravagant de Delores, il sait immédiatement que cette femme est spéciale… À l’inverse, Dee Dee est persuadée que Matt est encore l’un de ces hommes qui va la séduire et la laisser tomber aussitôt… Dans ce troisième volume, toujours aussi drôle que sexy, Matthew – l’homme qui ne pensait pas tomber amoureux – nous confie comment tout est arrivé… de la passion à la naissance de son amour.

Il est sorti le 8 janvier 2015 aux Editions Hugo & Roman, 17€.

Mon avis:

Dans ce troisième opus, Emma Chase nous raconte l’histoire de Matthew, le meilleur ami de Drew et de Dee, l’amie de Kate. On sait comment tout cela va se terminer si vous avez lu les deux premiers tomes. Toutefois, dans ce troisième tome, on découvre comment ils en sont arrivés là, ce que Matthew a dû endurer pour la conquérir. Autant vous dire que c’est à la fois tendre, sauvage et drôle !

À noter que cette aventure se passe dans le même laps de temps que « Love Game, tome 1 ».

Le style de Emma Chase est toujours aussi vif et entraînant. Le rythme est rapide, on ne s’ennuie pas une seconde. Le tout est abordé avec beaucoup d’humour et de dérision par le narrateur masculin.

C’est plein de tendresse, de péripéties et c’est sexy.

De plus, j’ai apprécié le fait que le sexe ne soit pas omniprésent. Cela laisse la part belle aux sentiments et au jeu de séduction que se livrent Matthew et Dee.

Pour ce qui est des protagonistes, ils sont géniaux et attachants. On se concentre sur Matthew et Dee, bien que l’on revoit tous ceux que nous connaissons déjà. C’est un vrai plaisir.

Dee est un ingénieur aérospatial, elle est sauvage, déjantée, à la langue acérée. Toutefois, derrière cette nonchalance se cache quelqu’un de très protecteur et une certaine vulnérabilité quand il s’agit de donner son cœur.

Dee a été échaudée plus d’une fois par ses autres relations. Elle a trop souvent fait confiance aux mauvais garçons. De ce fait, elle a peur de se tromper une nouvelle fois avec Matthew.

Quant à ce dernier, il est complètement différent de Drew. Il n’a pas peur de l’engagement. Il fait plus mûr, sensible et optimiste. On ne peut que l’apprécier.

Leur duo fonctionne bien et leurs dialogues sont délicieux. J’ai vraiment aimé découvrir leur histoire.

Pour conclure :

« Tamed » est une excellente comédie romantique pleine d’esprit sur un Don Juan qui rencontre une fille un peu folle. J’ai passé un très bon moment en leur compagnie, pour moi, ce fut le meilleur tome de la saga.

La chronique sur le roman « Endless Love, volume 1 » de Cecilia Tan

couv23961484

Karina est serveuse dans un bar de New York. Elle tombe sous le charme de James, un client mystérieux et dominateur. Ce qui commence comme un jeu érotique évolue bientôt en un jeu de pouvoir où James révèle le côté sauvage de Karina et brouille la ligne entre le plaisir et la souffrance. Et c’est Karina qui réclame toujours plus, dépassant ses propres limites, pour prouver la force de son amour à l’homme à qui elle s’offre.

Il est sorti le 2 janvier 2015 aux Editions Hugo & Roman, 17€.

Mon avis:

Karina est serveuse dans le bar de sa sœur. Lors d’une soirée, un étrange client séduisant lui lance un jeu des plus audacieux. Karina accepte de relever le défi qui va l’entraîner dans un jeu de pouvoir entre plaisir et domination.

Le style de Cécilia Tan est plat et sans saveur accompagné d’un rythme affreusement long.

Pour ce qui est du scénario, il est quasi inexistant. J’avoue que je le cherche toujours. Je me suis ennuyée comme ce n’est pas permis. Pour moi, cela n’a été qu’une suite de scènes de sexe, où un homme mystérieux initie une jeune femme au plaisir du BDSM. D’ailleurs, il n’y a rien d’innovant de ce côté-là.

Quant aux protagonistes, je n’ai pas du tout accroché. Je les ai trouvés fades et creux. Karina est quelqu’un qui manque de caractère et de bon sens. Comment une personne censée peut-elle se lancer dans un tel jeu, avec une personne qu’elle connaît depuis trente secondes, sérieusement ?

Du côté de James, il n’y a pas grand-chose à dire, c’est le dominateur typique, mais ennuyeux.

De plus, je n’ai ressenti aucune alchimie et sentiments entre les deux personnages.

Pour conclure :

Je suis totalement passée à côté de ce livre. C’est une grosse déception. C’est soporifique, vide avec une histoire abracadabrante.
De surcroît, cela manque cruellement de profondeur et de consistance.
Pour moi, l’aventure en compagnie de Karina et James va s’arrêter là.

À vous de voir si vous voulez tenter l’expérience !

La chronique du roman « Pretty and Dangerous, tome 1 : Claudine » de Barbara Palmer

Claudine-9782290103135-30

Étudiante à la prestigieuse université de Yale, Maria Lantos, vingt-six ans, est spécialisée dans la littérature érotique du XVIIIe siècle. Chaque soir toutefois, elle devient Claudine, une femme voluptueuse, fatale, qui offre sa compagnie à des hommes extrêmement puissants, parmi les plus riches du monde. Auprès de ses clients, Claudine gravite dans des sphères ultra privées, côtoie la haute société. Ses trois mots d’ordre : anonymat, satisfaction, discrétion. Mais bientôt, la frontière entre ces deux  univers vole en éclats. À commencer par le meurtre d’une inconnue, dont les papiers d’identité indiquent une certaine Maria Lantos…

Il est sorti le 7 janvier 2015 aux Editions J’ai lu, 15.90€.

Mon avis:

Maria est une jeune femme de 26 ans. Le jour, elle étudie la littérature érotique ancienne à Yale. La nuit, depuis cinq ans, elle devient Claudine : une escorte girl spécialisée dans les jeux de rôle sexuels pour une clientèle d’élite. Chaque client paye très cher pour passer une nuit, une seule, en compagnie de Claudine.

Maria a toujours tout fait pour séparer ses deux modes de vie et garder son anonymat. Mais, un jour, des policiers lui annoncent qu’une certaine Maria Lantos a été retrouvée morte, une fille qui lui ressemble étrangement. Le rempart qu’elle avait dressé entre ses deux existences est en train de s’effondrer. Un psychopathe la traque, joue avec elle, avec son passé et ses cauchemars…

Le style de Barbara Palmer est très agréable et entraînant. Le rythme est rapide, entrecoupé de moments de vie, d’action, de suspense et de scènes de sexe. Ces dernières sont très présentes, car elles font partie intégrante de la vie de l’héroïne, mais elles ne sont jamais vulgaires ni gratuites.

J’avoue que l’auteure a très bien su tout mélanger pour en faire un scénario captivant et bien construit.

En ce qui concerne les protagonistes, on se concentre surtout sur Maria/Claudine. Toutefois, nous avons aussi Lillian sa confidente et Andrei Baronov, un homme rude, séduisant et loyal. Il est son chauffeur, son garde du corps et son manager. Ces deux personnes sont ce qui ressemble le plus à une famille pour Maria. Ce sont des caractères plaisants et relativement bien dépeints.

Quant à Maria, c’est un personnage plus complexe qu’il n’y paraît avec un lourd passif et de nombreuses cicatrices émotionnelles. Elle est forte, indépendante et érudite. Au fil des pages, Barbara Palmer nous dévoile son parcours, ses choix, son rapport avec le sexe et ses blessures. Tout est en corrélation. Il y a beaucoup d’émotion et une romance belle et discrète.

Pour conclure :

« Claudine » fut une très bonne surprise. C’est un roman érotique suspens très agréable qui renouvelle le genre.

À découvrir !

La chronique du roman « Fight For Love, t2: Mine » de Katy Evans

Capture

Dans le best-seller international REAL, tome 1 de la série Fight for Love, le si sexy bad boy de la ligue underground de boxe, Remington Tate rencontre enfin son âme sœur. Engagé pour s’occuper de sa condition physique, Brooke Dumas provoque en lui un désir intense et elle devient pour  » Remy  » aussi nécessaire que l’air qu’il respire. Il ne peut plus vivre sans elle. Brooke n’avait jamais imaginé qu’elle ferait sa vie avec l’homme dont toutes les femmes rêvent. Malheureusement tous les rêves ne deviennent pas réalité et au moment où ils ont le plus besoin l’un de l’autre, Brooke doit s’éloigner du ring et donc de Remy. Entre eux la distance et la noirceur s’installent et la seule chose que Brooke puisse faire est de se battre pour l’amour de cet homme qu’elle surnomme  » LE MIEN « .

Il est sorti le 22 janvier 2015 aux Editions Hugo & Roman, 17€.

Mon avis:

On retrouve notre couple phare, Brooke et Remi, ainsi que tous les autres personnages du premier opus. En gros, on prend les mêmes et l’on recommence. Remington démarre une nouvelle année de championnat après sa défaite, et son principal adversaire n’est autre que Scorpion. Il compte bien garder son titre et tout faire pour que Remi craque et soit exclu.

Vous l’aurez donc compris, rien d’original au niveau du scénario. C’est le même, et le duo Brooke/Remi est au centre de tout ça. Il essaye de construire une relation solide en faisant avec la maladie de ce dernier. Autant vous dire qu’il y aura de nombreux hauts et bas. De vraies montagnes russes, d’autant plus qu’un évènement imprévu va venir troubler leur couple. Toutefois, cela est souvent redondant et ça tourne en rond. Les scènes de sexe (qui n’apportent rien à l’histoire) et de combats sont toujours aussi présentes que dans le premier opus. En gros « à l’ouest rien de nouveau »…

Néanmoins, je trouve que la saga se termine bien, car oui, c’est bien la fin. Le troisième roman sera une reprise du premier, du point de vue de Remi. En outre, j’ai noté une amélioration dans l’écriture/traduction pour le choix du vocabulaire pour parler des parties féminines. 😉

En ce qui concerne les personnages, Brooke est égale à elle-même. Elle s’extasie de nombreuses fois sur les muscles de son homme et l’on a toujours l’impression qu’elle a peu de neurones en face de lui. Bref, elle est fade et elle pleure beaucoup trop.

Remi est beaucoup plus attachant. Il va tout faire pour que leur relation fonctionne.

Pour conclure :

« Fight for love » est dans la même lignée que le premier, rien de spectaculaire. Néanmoins, si vous cherchez quelque chose sans prise de tête et divertissant, cette saga est faite pour vous… ou pas !

11094970

La chronique du roman « Hell’s Horsemen, Tome 1 : Indéniable » de Madeline Sheehan

Indeniable-9782290097038-30

Eva a cinq ans quand elle fait la connaissance de Deuce. Lui en a vingt-trois. Pour la fillette, nul doute que cet homme aux allures de bad boy, à la démarche fière et au sourire chaleureux est celui qu’elle rêve d’épouser, adulte. Mais Deuce a dix-huit ans de plus qu’elle. Il est le président des Hell’s Horsemen. L’ennemi juré de son père, lui-même à la tête des Silver Demons, le club de moto rival. Or, si tout semble les séparer, ils sont liés pour toujours, et le destin s’acharne à les réunir. Cruelle passion, divine souffrance, espoir et désespoir… ni Eva ni Deuce n’en sortiront indemnes. Pourtant, leur fol amour est indéniable.

Il est sorti le 7 janvier 2015 aux Editions J’ai Lu, 7.95€.

Mon avis:

Voilà une saga qui me tardait de découvrir au vu des commentaires divisés que j’avais plu lire dessus, et puis, le monde des bikers, c’était intrigant…

Alors contre toute attente, je n’ai pas trouvé le livre si violent que ça, le sang coule un peu, c’est brutal, mais il y a bien pire. Par contre, certains passages sont très laids.

Quant au sexe, il est présent, relativement cru, mais cela reste basique pour ce genre de roman et de collection. Il n’y a pas de quoi à être choqué !

Pour ce qui est de l’intrigue, j’avoue que cela avait plutôt bien débuté. Une romance qui s’étale sur plusieurs années et commence doucement bien que l’âge des deux protagonistes m’a parfois fait tiquer (ils ont 18 ans de différence, et lorsqu’ils ont entamé les choses sérieuses la fille avait 16 ans). De plus, la plume de l’auteure est plaisante. Malheureusement, cela  ne dure pas. À la moitié du roman l’intrigue s’essouffle, c’est redondant et cela devient ennuyeux. Toutefois, il est vrai que ça s’améliore vers la fin.

Malheureusement, j’ai trouvé que Madeline Sheehan est tombée dans l’escalade du dramatique, et trop de drame tue le drame… Cela devient vite creux et alambiqué, pour ne pas dire tordu. La trame devient de moins en moins crédible au fil des pages.

En ce qui concerne les personnages, il n’y a pas grand-chose à écrire. Ils sont fades, pas très intéressants et mal exploités. J’aurais apprécié un côté psychologique plus développé.

Après, c’est pareil on tombe dans la surenchère d’être brisé et sain d’esprit, c’est rapidement lassant.

Eva est une jeune femme qui au premier abord est intelligente, forte, mais qui devient vite nunuche, se laisse faire et subit cette condition de femme pourrie dans son club de bikers. Je ne comprends pas qu’elle n’ait pas plus d’aspiration. En définitive, on s’aperçoit qu’elle a un sacré complexe d’Œdipe et qu’elle ne se respecte pas autant moralement que physiquement. J’avoue que sa relation avec Frankie m’a fait hérisser les poils : c’était rageant, j’avais envie de la secouer !

Quant à Wes, c’est le président des Hell’s Horsemen, club qui ne respecte que les lois de la route et du guidon. Un truand, il a très peu de morale et d’honneur. Je l’ai trouvé horripilant, pas très mature, et sans aucune considération pour les femmes. En somme, un vrai connard !

Je n’ai vraiment pas adhéré aux personnages secondaires, qui ont des caractères dans la même lignée.

Pour conclure :

Vous l’aurez compris, je suis déçue de ma lecture de « Indéniable » par son manque de substance, de réalisme et de profondeur. Pourtant, l’idée de départ est vraiment intéressante.

Je ne pense pas continuer à lire la saga, à vous de voir si vous voulez tenter le voyage !

La chronique du roman « Love Game, T 2: Twisted » de Emma Chase

419unNyFpIL

Cela fait maintenant deux ans que Drew et Kate vivent une passion heureuse… Tomber amoureux c’est facile, mais se faire confiance c’est bien plus compliqué. Dans ce deuxième tome de la série Love Game, aussi drôle qu’émouvant, Kate nous confie que tout n’est pas si rose et qu’un événement imprévu remet en cause sa relation passionnée avec Drew. Kate est confronté à un choix, le plus important de toute sa vie… De son côté Drew a fait le sien, il a choisi pour eux deux. Mais ce n’est pas le genre de Kate de se laisser dicter sa vie. Elle retourne donc chez elle, dans l’Ohio, seule. Enfin pas tout à fait… Dans ce livre on retrouve le duel amoureux sexy et magnétique formé par Kate et Drew, avec cette fois-ci l’histoire racontée du point de vue de Kate qui nous confie ses émotions et ses doutes avec humour et passion, un personnage attachant dans lequel chaque femme peut se retrouver.

Il sort 6 novembre 2014 aux Editions Hugo & roman, 17€.

Mon avis:

Drew et Kate vivent le parfait amour depuis deux ans. Malheureusement, un évènement indésirable et un énorme quiproquo mettront leur idylle en péril. Leur amour sera-t-il plus fort que tout ? Auront-ils assez confiance en eux pour surmonter les obstacles ?

Quel bonheur de retrouver la plume épicée et énergique de Emma Chase ! Le rythme est rapide, et on ne s’ennuie jamais avec les rebondissements qui s’enchaînent à une vitesse folle. Une fois commencé, il m’a été impossible de lâcher le livre. Je voulais absolument savoir comment tout cela allait se terminer.

Pour ce qui est du scénario, il est classique et cousu de fil blanc, mais tellement bien mené que l’on a plaisir à suivre l’aventure mouvementée de Drew et Kate. C’est un tome un peu plus grave et sombre que le précédent, mais il y a tout de même de l’humour et de la tendresse. De plus, il est beaucoup moins axé sur le sexe, ce qui laisse la part belle aux sentiments plus profonds. On rit, on pleure, on est frustré : de véritables montagnes russes émotionnelles.

Du côté des protagonistes, on en apprend beaucoup plus sur Kate (qui est la narratrice du livre), sur son passé, ses fêlures et ses envies. Quant à Drew, il est toujours aussi impulsif, frustrant, mais adorable. En ce qui concerne Dolores, elle est toujours un rayon de soleil ! J’ai hâte de découvrir son histoire dans le tome 3.

Les personnages progressent et prennent de la profondeur. Leur histoire évolue et on ne les apprécie que plus, ils sont touchants tous autant qu’ils sont.

Pour finir :


« Twisted » est addictif, distrayant et envoûtant. J’ai totalement adoré, autant que le premier tome, voir plus.
J’attends avec impatience de retrouver Kate et Drew pour la conclusion de leur histoire dans le quatrième opus.

Vivement la suite !

620581

 

La chronique du roman « Real, T1: Fight for love » de Katy Evans

51PkFvFGGwL

Star de la ligue underground, Tate Remington est un boxeur à l’animalité exacerbée dont le pouvoir de séduction rend folles toutes les filles autour du ring. Depuis qu’il a croisé son regard, la seule femme à laquelle il pense, celle qu’il a choisie, c’est Brooke, ancienne athlète de haut niveau qui, suite à un accident, s’est reconvertie dans la thérapie sportive. Mais pour que leur histoire devienne bien réelle, Remington devra dévoiler à Brooke les aspects les plus sombres de sa personnalité …

Il sort le 2 octobre 2014 aux éditions Hugo & Roman, 17€.

Mon avis:

Brooke est une jeune femme qui était promise à un brillant avenir dans le sport. Malheureusement, une blessure grave met fin à sa carrière de sprinteuse aux portes des J.O..

Depuis, elle a fait des études dans la rééducation sportive.

Lors d’une soirée où son amie Mélanie l’emmène voir un combat de boxe, la vie de Brooke changera lorsqu’elle croisera le regard de ce boxeur à l’aura animal. Cet homme dangereux et ténébreux s’appelle Remington Tate.

Dès lors, cela va faire place à une obsession. Remington Tate fera tout pour l’avoir près de lui, quite à l’engager dans son équipe.

Dès ce moment-là, le combat est lancé entre désir, frustration, et sombre secret…

Le style de Katy Evans est très simple, cru et parfois maladroit. Le rythme est correct malgré le manque d’action et les scènes répétitives. Il ne se passe pas grand-chose, certains passages sont ennuyeux surtout que pendant 70 % du roman l’héroïne s’extasie sur tous les muscles du héros.

858632

D’autre part, l’auteure s’est servie d’expression pour certaines scènes dites « sensuelles » m’ont tordue de rire…et pas dans le bon sens!

Je me suis sentie lever les yeux au ciel un nombre incalculable de fois. Voici quelques exemples :

* Muscles protubérants

* Sa poitrine qui se met à gonfler dans son soutien-gorge.

* Il se met à laper.

* Il lui lèche les paumes.

* Lui pénètre l’oreille avec sa langue.

702861

* Il lui caresse le clitoris avec une cerise

* Son vagin ondule

* Son utérus se sert sous le fait de l’excitation.

686123

J’en passe et des meilleures… C’est loin de faire rêver… au moins j’ai bien rigolé.

848000

Je me suis même demandée si Katy Evans connaissait le fonctionnement du corps féminin.

En tout cas, pour les sentiments intenses, l’érotisme et la sensualité, on repassera. Je n’ai rien ressenti de tel pendant toute ma lecture.

Quant au scénario, il est bateau et simpliste. L’auteure aborde un sujet difficile, mais il n’est pas assez exploité à mon goût pour apporter du relief au récit, et je suis septique quant à certaines informations données. De plus, l’intrigue concernant la sœur de Brooke est vite expédiée, c’est dommage.

En ce qui concerne les protagonistes, ils sont stéréotypés. Nous avons le héros torturé, imprévisible et destructeur, et la jeune donzelle qui l’aidera face à ses démons.

Le héros, c’est le caractère le plus intéressant, il est complexe, insaisissable. Il est dominateur, exigeant, et d’un autre côté tendre et vulnérable.

Quant à Brooke, elle est cruche comme pas possible. On a l’impression qu’elle perd tous ses neurones dès qu’elle se retrouve en face de Rémi. De plus, toutes les trois pages, elle mouille sa culotte et ses réflexions sont souvent idiotes, c’est horripilant !

847994

De ce fait, leur relation n’est pas très palpitante à suivre et leur dialogue frise le ridicule. On est trop dans l’exagération.

Pour ce qui est des rôles secondaires, ils servent au récit, mais n’ont pas un grand impact sur l’histoire.

Pour conclure :

« Fight for love » est une romance érotique banale qui manque de profondeur (n’y voyez pas un mauvais jeu de mots !). Je suis très déçue, il y a peu de chose de bien dans ce roman, pourtant, l’idée du départ était intéressante. Je pense que le gros souci fut l’écriture.

J’avoue que je ne sais pas si je vais continuer la saga, bien que les soixante-dix dernières pages remontent un peu le niveau.

À noter que la série contient cinq tomes et que le second sort en janvier 2015.

858631

La chronique du roman « Envoûtements » de Sylvia Day

10561714_833871309958065_2819524277785977076_n

Un jeu du chat et de la souris placé sous le signe de l’érotisme. Entre illusions, séductions et soumissions, la partie est lancée, et quand la passion s’en mêle, qui de Max ou de Victoria portera donc le collier ?

Il est sorti le 4 septembre 2014 aux Editions Michel Lafon, 14.95€.

Mon avis:

Je connais Sylvia Day par sa saga « Crossfire » que j’aime beaucoup, enfin les deux premiers tomes. La quatrième de couverture d’Envoûtement me tentait bien, de ce fait, j’ai eu envie de renouer avec le style de l’auteure. Autant vous dire que j’en suis restée pantoise de ce que j’ai pu lire…

C’est une grosse déception.

Nous voici dans un roman érotique à tendance SM avec une touche de paranormal.

Malheureusement, cela se transforme vite en mauvais porno où les scènes de sexe s’enchaînent les unes après les autres, et où le mot « Queue » est présent dix fois dans une même page. C’est navrant. 

Quant au vocabulaire, il est cru, voire vulgaire. Il n’y a ni sensualité ou érotisme. Le tout est entrecoupé d’une pseudo trame mélangeant vengeance, sorciers et changeformes. 

En ce qui concerne l’univers, il n’est absolument pas développé. On sait seulement que les chasseurs se contente de capturer et de dresser les Familiers des sorciers par le sexe. Ça fait rêver !

Pour ce qui est de l’intrigue, elle brille par sa quasi-absence. Victoria est un Familier, une changeforme devenue sauvage suite au chagrin que lui a causé la mort de son sorcier et amant.

Max Westin est un puissant sorcier et chasseur, il a été engagé pour soumettre la farouche victoria. De là, un jeu du chat et de la souris s’installe entre eux et Max risquerait bien de s’y brûler la q….. les ailes.

Néanmoins, cela aurait pu être sympathique, mais les scènes de sexe sont tellement nombreuses, ridicules et répétitives que cela devient ennuyeux. À part leur anatomie, on apprend et ne voit pas grand-chose d’autre.

Du côté des protagonistes, il n’y a rien à dire. Ils sont inintéressants et fades. Les dialogues entre eux sont les 3/4 du temps risible. Ils m’ont fait penser à des animaux constamment en rut.

Pour conclure :

Sylvia Day nous offre un roman pornographique sans intérêt, ou rien n’est constructif ou plaisant.

Je n’ai pas du tout été envoûtée. Il n’y a rien d’attrayant, c’est plat, limite insipide. 

À vous de voir si vous voulez tester.